La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

12/09/2011

MacStatine: Statines chez Mc Donald's et simvastatine sans ordonnance en prévention cardiovasculaire

Le tout cholestérol - et le tout statines en réponse - est une stratégie de disease mongering (façonnage MacStatin avec article Ferenczi am J cardiol.jpgde maladies) qui, outre la baisse arbitraire des seuils dits « normaux » par des experts ayant des conflits d’intérêts, le diabolisent et en font une sorte de maladie en lui-même, alors qu’il n’est qu’un facteur de risque parmi d’autres. Les articles d’Arznei-Telegramm ainsi que d’autres critiques qui décortiquent ces aspects sont dans les notes de la catégorie « Cholestérol, statines, Ezétrol, Inégy, théories pharma ».

Mac Statin, c’est ainsi que les auteurs eux-mêmes, puis The Heart et la presse généraliste (The Guardian, The Telegraph…) ont appelé cette démarche de surmédicalisation et abus de prévention de quelques cardiologues britanniques, qui ont publié cette proposition en août 2010 dans le American Journal of Cardiology. L’illustration est donnée par les auteurs dans la version intégrale de l’article, qui ne contient d’ailleurs aucune déclaration d’intérêts, comme un exemple de campagne d’éducation (nouveau concept de prévention : « je neutralise le cholestérol [par la statine] »…).

J’évoque l’affaire de la MacStatine en détail, donne des extraits du texte, puis rappelle quelques problèmes posés par les statines, ainsi que l’analyse du Pr Joël Ménard (pour la SFSP) du choix britannique de laisser la simvastatine 10 mg en automédication, en vente libre dans les pharmacies, et de l'opportunité ou non de suivre cet exemple en France.

Lire la suite

24/08/2011

La pharmaco-prévention dans les unités de soins de longue durée: un acharnement à dénoncer

Par le Pr Pierre BIRON pierre biron pharmacologie,prévention abus de prévention,médicalisation surmédicalisation surmédicamentation,unité de soins de longue durée personnes âgées,vieillissement soins hôpital,personne âgée médicaments effets indésirables,statines personnes âgées,alzheimer médicament anticholinestérasiques effets indésirables,calcium suppléments densité osseuse,bisphosphonates effets indésirables,preventive hounding prévention,acharnement thérapeutique personnes âgées,usld soins qualité de vie,viellissement qualité de vie soins long séjour,centre soins long séjour,personnes âgées dépendance autonomie,personnes âgées médicaments coûtefficacité

[Professeur honoraire de pharmacologie à l’Université de Montréal, engagé sur toutes les questions de pharmacologie sociale, Pierre Biron est un observateur critique de la scène médico-pharmaceutique, auteur et co-auteur de nombreux articles et chapitres de livres sur l’influence de l’industrie pharmaceutique sur la médecine, l’abus de prévention, la surmédicalisation et surmédicamentation, les formes de disease mongering (façonnage de maladies), les politiques du médicament… 

Pierre Biron vient de publier un dictionnaire engagé, critique et évolutif, anglais/français, de la médecine dans ses rapports à l’industrie pharmaceutique, qui peut être téléchargé gratuitement sur cette page de l’Encyclopédie de l’Agora (site incontournable fondé et animé par le philosophe Jacques Dufresne).

Sur Pharmacritique, Pierre Biron a publié l’article « Entrevue virtuelle avec Jean Peneff: "La France malade de ses médecins" ». (Photo: revue Protégez-vous)]

 

La pharmaco-prévention dans les unités de soins de longue durée: un acharnement à dénoncer

Chaque jour il peut se consommer – disons huit pour la présente discussion - pilules ordonnancées par lit d’Unités de soins de longue durée (dits Centres hospitaliers de soins de longue durée ou CHSLD, au Québec) et parfois plus. Avec plus de 45 700 de ces lits en mars 2010, cela ferait 133 400 000 de prises annuelles auxquelles seraient exposés nos aînés non autonomes au Québec. On peut refaire de tels calculs en France, en Suisse, en Belgique. Autant d’aînés exposés aux effets indésirables, dont le risque augmente exponentiellement avec le nombre de produits consommés quotidiennement. Exposés le sont aussi les porte-monnaie des contribuables et des payeurs de primes de mutuelles et complémentaires santé.

Lire la suite

02/03/2009

Fibrillation atriale: Tahor inefficace dans le maintien d'un rythme cardiaque normal après cardioversion

Cette dépêche de MedWire renvoie à la parution le 6 février dans le European Heart Journal des résultats d’un essai clinique en chainofsurvival.gifdouble aveugle réalisé par des chercheurs suédois qui ont investigué l’utilité des statines – l’atorvastatine (Tahor, Lipitor de la firme Pfizer, en l’occurrence) – dans la prévention des récidives dans la fibrillation atriale. L’article, signé par Henrik Almroth et al., s’intitule "Atorvastatin and persistent atrial fibrillation following cardioversion: a randomized placebo-controlled multicentre study" (Atorvastatine et fibrillation atriale persistant après la cardioversion. Une étude multicentrique randomisée contrôlée contre placebo). A noter que l’essai à été sponsorisé exclusivement par un "financement illimité" de Pfizer et que ses résultats ont quand même été publiés…

Quelques extraits du texte complet (réservé aux abonnés) figurent plus bas.

Lire la suite

13/12/2008

Les résultats de l’essai Jupiter reposent sur une supposition douteuse sur la CRP. Crestor n’est qu’un mirage publicitaire

Explication rapide pour les usagers auxquels on cherchera à présenter le Crestor comme le remède miracle : si vous avez réellement besoin Crestor Drugdelivery.ca.jpgd’une statine, il vaut mieux s’en tenir à celles qui ont fait leurs preuves, parce que l’essai clinique dont tout le monde parle a été conçu d’emblée de façon à donner de très bons résultats… sur le papier, mais qui ne veulent rien dire en pratique…

 

Dans cette note sceptique quant à l’étude Jupiter et aux exploits du Crestor (rosuvastatine), je me demandais si le design de cette étude ne relevait pas plutôt du disease mongering / façonnage de maladies, compte tenu du choix de la CRP (protéine C réactive), érigée, pour les besoins de la firme Astra Zeneca qui produit le Crestor, en marqueur révélateur de risques cardiovasculaires.

Lire la suite

13/11/2008

Zocor (simvastatine) en prévention secondaire : les fortes doses font à peine mieux mais majorent les effets secondaires, selon Search

Une équipe d’Oxford a mené un essai clinique appelé Search et financé par Merck, qui a inclus 12.000 hommes et femmes ayant déjà subi zocor FDA.jpgune crise cardiaque. Prendre 80mg au lieu de 20mg de Zocor (simvastatine, désormais génériquée) n’a apporté qu’une baisse supplémentaire de 14% du LDL cholestérol. L’essai a duré 6,7 ans et ses résultats, présentés au congrès annuel de la American Heart Association, sont jugés décevants.


C’est certainement par une ironie involontaire que la dépêche de Reuters affirme que ces « résultats mitigés » pourraient donner de l’eau au moulin des statines « plus puissantes » telles le Tahor (Lipitor, atorvastatine) de Pfizer – dont on a vu qu’il était inefficace chez les femmes, comme les autres statines, d’ailleurs – et le Crestor (rosuvastatine) d’Astra Zeneca, qui n’a pas fait ses preuves dans l’insuffisance cardiaque et dont l’essai Jupiter est contesté dans ses fondements même, à savoir l’intérêt d’utiliser la CRP comme marqueur dans les maladies cardiovasculaires.


La dépêche nous dit que 53 des patients ayant pris 80 mg de simvastatine ont développé une myopathie et 7 une rhabdomyolyse, alors qu’ils n’en étaient que 3 et, respectivement, aucun parmi ceux ayant eu 20 mg.

Photo : site de la FDA

 

Elena Pasca

Crestor bénéfique en cas de CRP élevée à cholestérol normal? Pas sûr du tout. L’intérêt de la CRP est contesté et l’étude Jupiter aussi

Pharmacritique avait parlé de l’inefficacité du Crestor dans l’insuffisance cardiaque dans cette note. Le médicament cholestérol RTBF.jpgparaissait fini. Et patatras : Jupiter sort tel un pigeon du chapeau des magiciens d’Astra Zeneca et nous voyons tout autre chose. Il y a de quoi soupçonner une illusion d’optique, alors creusons…

Pharmacritique ne peut pas s’empêcher d’y voir une variante de disease mongering : on refaçonne un marqueur inflammatoire, la CRP (protéine C réactive indiquant une inflammation), pour faire d’un taux élevé de CRP un indice prédictif pour les complications cardiovasculaires, même lorsque le taux de cholestérol est strictement normal. Dès 2004, le Dr Paul Ridker présente cela comme une découverte révolutionnaire – cf. cet article - et c’est lui qui dirigera l’étude JUPITER, destinée à montrer que le Crestor (rosuvastatine) baisserait le taux de CRP et éviterait, par là même, les complications cardiovasculaires qui auraient dû advenir.

Lire la suite

25/09/2008

Uffe Ravnskov: une révision indépendante des directives sur le cholestérol et les statines s'impose

Mise à jour:

Merci pour les critiques formulées dans les commentaires. Uffe Ravnskov est un militant, il formule une critique radicale de la cholestérolisation des maladies cardio-vasculaires. artère rétrécie cholestérol BMJ.jpg Je pense qu'il faudrait lire son texte comme l’inverse symétrique du "tout cholestérol" / "tout statines" de l’industrie pharmaceutique - et exiger comme lui une révision des recommandations en matière de cholestérol, biaisées du fait de nombreux conflits d'intérêts. Mais, en effet, les propos sont controversés s’agissant de l’hypercholestérolémie familiale, où le traitement est essentiel, comme je l'ai dit en reprenant Arznei-Telegramm.

 

 

Dans le British Medical Journal du 20 septembre, Uffe Ravnskov, porte-parole du réseau THINCS (critique du "mythe du cholestérol"), répond par une lettre concise à un article portant sur l’hypercholestérolémie (excès de LDL cholestérol) et ses traitements à tout va : Should medical science ignore the past? (La science médicale peut-elle ignorer le passé, BMJ 2008;337:a1681, accès restreint).

Voici une traduction de la lettre :

Lire la suite

Femmes et statines: faire peur pour ériger le cholestérol en maladie et vendre sciemment des médicaments inefficaces

Comment le cholestérol, facteur de risque parmi tant d'autres, est-il devenu l’ennemi public numéro un ? Par les conflits d'intérêts des experts, concrétisés aussi dans le façonnage femmes statines Med New Today.jpgde maladies, méthode fort efficace dans la stratégie globale de médicalisation et surmédicalisation à la Dr Knock, avec toutes les conséquences consistant à transformer les bien-portants en malades à médicamenter chroniquement, et surtout les bien-portantes, puisque les femmes sont les premières cibles de la surmédicalisation. J'ai évoqué ces méthodes dans les notes de la catégorie Maladies inventées / disease mongering, puis dans celles parlant du cholestérol et des hypolipémiants et de la surmédicalisation, "normalisation", etc.

Il faut rappeler le cœur du marketing pharmaceutique : le pharmacommerce de la peur : les firmes paient des "campagnes d’informations" - publicités à peine déguisées - qui inculquent aux patient(e)s la peur de mourir, de voir leur santé péricliter, etc. s’ils/ elles ne prennent pas tel médicament révolutionnaire. Cette tactique fonctionne à merveille, non seulement pour les statines, les bisphosphonates, etc., mais aussi dans ce cas d’immense bluff publicitaire qu’est le Gardasil. Plus c'est gros, plus ça marche...

 

Pour étayer notre note sur l’inefficacité des statines chez les femmes par des références scientifiques multiples, voici un excellent texte de 2007, dont la version française vient de paraître sur le site d’Action pour la protection de la santé des femmes (APSF, Canada). Il s'intitule Prudence oblige : l’emploi des statines chez les femmes, par Harriet Rosenberg et Danièle Allard.

Lire la suite

21/09/2008

Tahor et les autres statines n’ont guère d’effets bénéfiques chez les femmes. Mais le silence des firmes vaut de l'or

La question de l'inefficacité des statines – médicaments anticholestérol - chez les femmes à risque cardiovasculaire n’est pas nouvelle. Et lipitor.gifpourtant, on n’en entend pas parler. Pfizer, Merck et les autres fabricants de statines ne s’en vantent pas. Pourquoi se priver de la moitié des bénéfices ? Il vaut mieux continuer dans la statégie de disease mongering façonnage de maladies, invention de maladies), et l'abus de prévention en fait partie. Une stratégie très profitable de surmédicalisation et surmédicamentation, qui transforme les facteurs de risque en maladies et les bien-portants en malades.

Une méta-analyse de l’université de Cornell met les pieds dans le plat, nous dit Medical News Today dans l’article Lipitor Mismarketed to Women (Le Tahor chez les femmes : un marketing à côté de la plaque). A côté de la plaque d'athérosclérose, pourrait-on dire...

 

L’image est tirée d’une pub de Pfizer pour l’atorvastatine (Tahor, appelé Lipitor aux Etats-Unis).

Lire la suite

06/09/2008

Crestor inutile dans l'insuffisance cardiaque (nouvelle confirmation)

Le Crestor d’Astra Zeneca se révèle insuffisant dans l’étude sur l’insuffisance cardiaque, nous apprend une dépêche de Reuters en date du 31 1552121174.jpgaoût (Astra's Crestor fails in new heart-failure study).

 

L’étude GISSI-HF ne trouve aucun effet de prévention cardiovasculaire et de réduction de la morbimortalité par rapport aux patients ayant eu un placebo. L’étude CORONA, dont les résultats ont été rendus publics en novembre 2007, est arrivée à la même conclusion.

Lire la suite

29/07/2008

Le possible risque de cancer sous Inegy préoccupe médecins et chercheurs

Le PDG de Schering-Plough et les défenseurs d’Inegy (simvastatine + ezétimibe) considèrent que l’indice d'un possible risque de cancer dans 568433315.jpgl’étude SEAS est une "anomalie". J'ai rendu compte en détail de cet essai clinique dans la note "Inegy inefficace dans la sténose aortique. Echec de l’essai SEAS et indice d’un possible risque de cancer". Mais depuis la publication des résultats préliminaires, plusieurs voix se sont faites entendre pour exprimer leurs inquiétudes. Pharmalot en rend compte dans l’article “The Vytorin Anomaly : You’ve Got to Be Worried “ (L’anomalie d’Inegy. Comment ne pas être inquiet?”). Vytorin est le nom d'Inegy aux Etats-Unis. Des liens permettent d’approfondir la question.

Un article du Tucson Citizen apporte quelques autres détails : Cancer link fuels Vytorin debate ("Le risque de cancer intensifie la controverse autour d’Inegy").

 

Elena Pasca

23/07/2008

Efficacité égale du Zocor et d’un régime incluant la levure de riz rouge sur le cholestérol. Le régime apporte d'autres bénéfices

La Mayo Clinic de Rochester vient de rendre publics les résultats d’un essai clinique dont le texte complet est en libre accès : "Simvastatin vs Therapeutic Lifestyle Changes and Supplements: Randomized Primary Prevention Trial" ("Simvastatine [Zocor] vs. changement du mode de vie et compléments alimentaires : essai clinique randomisé en prévention primaire").

Les résultats montrent une efficacité égale dans la réduction du LDL cholestérol, mais le groupe au régime a aussi perdu du poids et vu ses triglycérides baisser.

Lire la suite

22/07/2008

Inegy inefficace dans la sténose aortique. Echec de l’essai SEAS et indice d’un possible risque de cancer

Après le flop rétentissant d’Inegy dans l’essai clinique ENHANCE, dont j'ai rendu compte ici et ici, Schering Plough et Merck espéraient se refaire une beauté en bourse à travers une petite étude menée en Norvège. Elle s’appelle "Simvastatin and Ezetimibe in Aortic Stenosis" (SEAS) : simvastatine et ezétimibe – les deux composantes d’Inegy - chez les patients souffrant de sténose aortique, une anomalie d’une valve cardiaque. Voilà qui est encore raté. Parce que les résultats, communiqués aujourd’hui par l’équipe d'investigateurs, font état d’un échec sur le critère principal de l’essai. Ce n’est pas tout. Il est question d’un faible indice d'augmentation du risque de… cancer (!) chez les patients traités par Inegy (Vytorin aux Etats-Unis), par rapport à ceux sous placebo.

Lire la suite

19/07/2008

Cholestérol, pédiatrie, statines et conneries

En réponse aux nouvelles recommandations de l'Académie américaine de pédiatrie préconisant un traitement contre le cholestérol dès l'age de 8 ans et un dépistage dès 2 ans et à la controverse qui en a résulté... Le médecin dit au patient: "nous avons trouvé ces petites choses rondes qui bouchaient vos artères. Ce sont des médicaments contre le cholestérol".

700254929.png

 

09/07/2008

THINCS: le réseau des sceptiques du cholestérol. Articles, news et pétition

Pour ceux qui veulent approfondir la critique, voici le THINCS: The International Network of Cholesterol Skeptics. A partir de leur site, vous Ravnskov.jpgaurez accès à plein de liens vers des articles critiques. Par exemple celui paru le 17 janvier dans le Business Week : Do Cholesterol Drugs Do Any Good? ("Les médicaments anticholestérol ont-ils des effets bénéfiques?"). "Des recherches suggèrent qu'en dehors de certaines personnes à haut risque, les bénéfices de statines telles le Lipitor [atorvastatine, TAHOR] sont surévalués". Pharmacritique a rendu compte d'une nouvelle méta-analyse qui confirme ces doutes, dans la note "Tahor et les autres statines n’ont guère d’effets bénéfiques chez les femmes. Mais le silence des firmes vaut de l'or".

Lire la suite

Controverse aux Etats-Unis autour des directives préconisant de traiter l'excès de cholestérol dès 8 ans

Un article d'hier du New York Times - 8-Year-Olds on Statins? ("Des enfants de 8 ans sous statines?) - rend compte assez bien de la 2002643683.jpgcontroverse qui commence à faire rage aux Etats-Unis depuis que le public a appris, il y a deux jours à peine, le contenu des nouvelles recommandations de l'Académie américaine de pédiatrie (American Academy of Pediatrics).

Cette société savante lourdement sponsorisée par l'industrie pharmaceutique préconise le traitement médicamenteux agressif de l'excès de cholestérol dès l'âge de 8 ans, de préférence par statines et/ou par des inhibiteurs de l'absorption intestinale du cholestérol, tels l'Ezétrol (ézétimibe). Un dépistage est préconisé dès l'âge de deux ans. J'en ai parlé en détail dans cette note.

L'obésite infantile devient une épidémie en France aussi. A qui la faute? Lire la note

« La politique de santé publique face au lobby agro-alimentaire... La prévention de l'obésité infantile ne pèse pas lourd face aux intérêts privés ». Avec une vidéo qui montre Jean-René Buisson (président de l’Association nationale des entreprises de l’agroalimentaire) en train de remonter les bretelles de Xavier Bertrand, alors ministre de la santé. Laissons faire et nous aurons bientôt le lobby pharmaceutique qui voudra tirer profit de ce marché médical en France aussi.

Lire la suite

Médicaments anticholestérol: de la publicité pharmaceutique à la vérité (caricature)

Quand les pharmaciens disent la vérité... "Ce médicament peut provoquer des étourdissements, des douleurs thoraciques et articulaires, des diarrhées, des troubles de la mémoire, des caillots sanguins, des fuites anales". "Ce sont les effets secondaires?" [demande la patiente]. "Non, ce sont les effets principaux. L'effet secondaire de ce médicament est qu'il peut peut-être baisser votre cholestérol". La caricature de Mike Adams n'est pas si loin de la vérité...

482206954.jpg

 

08/07/2008

Statines aux enfants: l'Académie pédiatrique américaine préconise un dosage du cholestérol dès 2 ans et une statine dès 8 ans

L’Académie américaine de pédiatrie vient de rendre publiques ses nouvelles directives sur la surveillance du taux de cholestérol et le Statines bébés Prescrire.jpgtraitement de la dyslipidémie chez les enfants. Elles remplacent – et surtout radicalisent ! – celles de 1998… Un dépistage est recommandé à partir de 2 ans chez des enfants dits à risque et un traitement médicamenteux contre le cholestérol est recommandé dès 8 ans. En guise de prévention des maladies cardiovasculaires qui pourraient arriver à l’âge adulte. C’est l’exemple-type d’une médecine à la botte des firmes, qui prescrit encore plus et encore plus tôt, au lieu de s’en prendre aux vraies causes qui sont la malbouffe et le manque d’exercice, pour simplifier. Parce qu'il ne s'agirait pas de traiter uniquement l'hypercholestérolémie familiale...

La caricature tirée de Prescrire (parlant d'autre chose), montre de quoi il s'agit, et à la fin de la note, il y a quelques indications révélatrices sur les conflits d’intérêts qui gouvernent cette illustre académie de pédiatrie

Lipid Screening and Cardiovascular Health in Childhood. Daniels et al, Pediatrics Vol. 122 No. 1 July 2008, pp. 198-208.

Lire la suite

06/07/2008

L’autorisation des médicaments hypolipémiants dans le diabète liée à la réduction du risque cardiovasculaire?

Un groupe d’experts auprès de la FDA (agence 156872887.jpgaméricaine du médicament) a voté le 2 juillet à 14 contre 2 pour que les conditions d’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments anticholestérol utilisés dans le traitement du diabète soient durcies, nous apprend une brève du Wall Street Journal. Si la FDA suit le conseil des experts, il ne suffira plus qu’une firme montre que tel médicament réduit le mauvais cholestérol pour le voir homologué. Il faudra qu’elle prouve dans des essais cliniques de longue durée que la molécule respective n’augmente pas les risques cardiovasculaires associés au diabète.

Lors de la réunion, les experts ont aussi évoqué une possible évaluation cardiovasculaire des médicaments déjà homologués, mais sans préciser les modalités concrètes et les critères de sécurité qui seraient retenus.

Lire la suite

20/01/2008

Médicaments anticholestérol: théorie des firmes et pratiques serviles des agences du médicament

Où l’on apprend que c’est la théorie qui sous-tend la medication anticholestérol qui est à revoir. Et que les médicaments anticholestérol sont 2143598209.jpgautorisés selon un régime d’exception qui se fiche complètement du bénéfice thérapeutique et des risques. Une fois le médicament homologué, l’expérimentation sera grandeur nature, avec les usagers dans le rôle de cobayes. A se demander combien d’autres types de médicaments bénéficient de cette même indulgence…

 

L’idée qu’il suffirait de baisser le LDL-cholestérol pour résoudre le problème est beaucoup trop simpliste, comme le souligne Arznei-Telegramm (cf. note précédente), et comme le disent tous ceux qui ne sont pas des simples VRP de l’industrie pharmaceutique. Celle-ci n’arrête pas de faire peur dans des campagnes soi-disant d’information sur les dangers du cholestérol, tout aussi scientifiques que celle pour la meilleure lessive. J’appelle ça le « pharmacommerce de la peur », et Gardasil est un excellent exemple dans son genre. Pour des multinationales intéressées par le profit, c’est une stratégie marketing payante, puisque les médicaments hypolipémiants lui rapportent autour de 40 milliards de dollars par an, selon l’estimation du journal New York Times. Il est intéressant de voir que ce journal généraliste reprend à sa façon les interrogations sur ce « raisonnement » unilatéral, unifactoriel, de rapport entre cause et effet : taux élevé du LDL cholestérol =  traitement anticholestérol automatique = solution.

Lire la suite

Que valent EZETROL et INEGY ? (En termes de bénéfice clinique)

Je ne parle pas de leur valeur financière pour les firmes Merck et Schering, ni de la cotation en Bourse de ces derniers… 1594058221.jpgmais de la valeur de ces médicaments dans le traitement de l’hypercholestérolémie.

Pour le savoir, rien de tel que de jeter un coup d’oeil aux revues médicales indépendantes, et surtout à l'excellente Arznei-Telegramm (« Télégramme du médicament », Allemagne), qui bataille depuis 38 ans pour une information médicale indépendante, contre les conflits d’intérêts des médecins, experts, etc. Qui refuse toute publicité et tout financement par l’industrie pharmaceutique et a sa propre base de données sur les médicaments. Voici les principales réactions depuis 2002, suivies par un communiqué de presse de "Prescrire" (octobre 2006).

Lire la suite

18/01/2008

Ezétrol et Inegy : manipulation de l'essai clinique reprochée par le Congrès

La firme Merck-Schering a changé le « critère de jugement primaire » de l’investigation en cours de route, supprimant ainsi deux tiers des données. Même d’après ce qui reste, Ezétrol et Inegy ne montrent pas de bénéfice clinique. La lettre des députés américains dévoile d’autres détails.

Commençons par les commentaires du Dr Steven Nissen, cardiologue et chercheur, auteur de la méta-analyse qui a mis l’antidiabétique Avandia en difficulté en mai 2007. Notons qu’on avait, dans l’affaire Avandia, comme dans l’affaire Vioxx et d’autres, la même collaboration fructueuse entre scientifiques soupçonneux à l’égard d’un médicament et politiques soucieux d’intervenir lorsqu’il y a manipulation de données, intimidation de chercheurs ou lorsque l’agence de sécurité sanitaire américaine (FDA) ne fait pas son travail… Malheureusement, les études scientifiques n’ont aucun poids face à la puissance de l’industrie et aux experts qu’elle paie pour s’assurer que ses intérêts prévalent en toute circonstance…

Les commentaires du Dr Nissen sont formulés dans une interview téléphonique qu’on peut écouter à partir de cette page.

Lire la suite

EZETROL et INEGY: pas de bénéfice sur l'athérosclérose. Les politiques obligent les firmes à dévoiler certains résultats

Il y a quelques années, il y avait eu une campagne de publicité de l’industrie pharmaceutique sur le cholestérol, ennemi public numéro un… 1348822792.jpgEn fait, les firmes voulaient plus de débouchés pour toute une série de médicaments contre le cholestérol, et pas seulement celui en excès… Puisque la prévention est le mot à la mode… Ce qui nous a donné entre autres le scandale Baycol, statine retirée en catastrophe du marché…

Cette fois-ci, il s’agit d’un médicament anti-cholestérol d’une famille autre que les statines, censé réduire le LDL (le « mauvais ») cholestérol en bloquant « l’absorption intestinale du cholestérol total et des phytostérols ». Il s’appelle EZETROL (nom générique : ézétimibe; nom américain: Zetia), autorisé sur une base de connaissance très maigre. Les firmes Merck et Schering Plough se sont associées aux Etats-Unis, soi-disant afin de produire ensemble de nouvelles molécules hypolipémiantes (qui baissent le taux de graisses dans le sang : cholestérol et triglycérides).  Mais créer un médicament novateur, ça coûte, ça prend du temps, puis les idées manquent cruellement, puisque les firmes investissent bien plus dans le marketing que dans la recherche… La recette miracle était d’associer deux molécules déjà existantes : Ezétrol + Zocor = INEGY, censé bloquer la formation d’athérosclérose sur les artères des patients souffrant d’hypercholestérolémie familiale hétérozygote, chez lesquels Zocor (simvastatine) pris seul ne serait pas suffisant.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu