Avertir le modérateur

14/01/2008

Gardasil, encore une mise en garde canadienne. Bénéfice inconnu, risques inconnus!

Texte à lire en entier avant de faire vacciner nos filles !! Il est ici (les autres références le complètent) http://www.cwhn.ca/ressources/rcsf/hpv_brief_f.html

C’est une analyse plus détaillée des problèmes que pose le Gardasil, faite par le Réseau canadien pour la Santé des Femmes (RCSF). Le texte s'appelle « VPH, vaccins et genre : Considérations de principe (25 juin 2007) ».

(Pour ceux qui veulent approfondir la question, il existe une version plus détaillée en anglais : HPV, Vaccines, and Gender: Policy Considerations. Un résumé de ce texte et des commentaires ont été publiés fin août dans le Journal de l'Association Médicale Canadienne (CMAJ). http://www.cmaj.ca/cgi/content/full/177/5/484/DC1 )

Voici des extraits du résumé en français :


(...) 1. « Il n'y a pas d'épidémie de cancer du col au Canada. Selon les Statistiques canadiennes sur le cancer [iii], on s'attendait à ce qu'environ 400 femmes meurent de cette maladie en 2006.

2. Le cancer envahissant du col suit généralement une courbe graduelle et lente qu'il est possible d'interrompre à différents stades. Par conséquent, les décès associés à cette maladie sont relativement rares au Canada, même s'il faut les déplorer et signaler que leur distribution dans la population féminine n'est pas uniforme. De fait, ils sont attribuables à notre incapacité de soutenir adéquatement les services de santé primaires et génésiques qui permettraient de garantir de bonnes conditions de vie à toutes les femmes et de veiller à faire subir le test de Pap requis et à prendre les mesures de suivi qui s'imposent.

3. La plupart des infections à VPH se résorbent spontanément. Les données récentes obtenues grâce aux techniques de détection moléculaire indiquent qu'elles disparaissent en dedans d'un an dans 70 % des cas et de deux ans dans 90 % des cas. Par conséquent, il ne faut pas amalgamer virus du papillome humain et cancer du col : même les femmes infectées par une souche considérée « à haut risque » ne développent pas de cancer du col dans la majorité des cas [iv].

4. Tout programme d'immunisation repose nécessairement sur des objectifs tangibles et bien définis. Jusqu'ici, ceux qui sous-tendent l'initiative fédérale n'ont pas été précisés. Son but est-il d'éradiquer les types de VPH à risque élevé dans la population? Ou de réduire le nombre de décès par cancer du col? Ce sont là des objectifs distincts, qui requièrent des stratégies distinctes.

5. Les données sur l'efficacité du Gardasil paraissent encourageantes, mais encore incertaines. Des rapports récents semblent indiquer que l'efficacité du produit ne serait significative que chez les cas de néoplasie cervicale intra-épithéliale de stade 2 (ce sont des lésions précancéreuses qui régressent spontanément dans 40 % des cas et pour lesquelles on ne recommanderait pas forcément de traitement). Par ailleurs, on ne dispose pas non plus de données « suffisantes pour conclure à l'efficacité du produit dans les cas de néoplasie cervicale intra-épithéliale de stade 3 ou d'adénocarcinome in situ [v] ».

S'ajoutent à ces inconnues des incertitudes quant à l'efficacité du vaccin « en situation réelle », dont le besoin éventuel de faire des injections de rappel, les inquiétudes relatives au risque d'altérer l'évolution naturelle de l'infection virale et les effets des programmes de vaccination sur les comportements en matière de sexualité sans risques et sur les taux de dépistage du test de Pap. Des aspects qui mettent tous en lumière la nécessité de suivre, en matière de vaccination, des lignes directrices qui reposent sur de minutieux travaux de recherche sur les services de santé.

6. Le nombre de jeunes filles qui ont participé aux études cliniques sur le Gardasil est relativement peu élevé (elles étaient près de 1200 dans la tranche des 9 à 15 ans). Sur celles-ci, seulement 100 étaient âgées de neuf ans, la plus jeune n'ayant été suivie que durant une période de 18 mois [vi]. Or les filles de ce groupe d'âge forment la population que l'on cherche à « cibler » en priorité par une campagne de vaccination, puisqu'on suppose qu'elles n'ont pas encore été exposées au VPH. Les données recueillies constituent toutefois une base d'information bien mince pour ériger une politique de vaccination systématique destinée aux 9 à 13 ans selon les normes préconisées par le Comité consultatif national de l'immunisation [vii].

7. Il faudra procéder à une collecte de données et à une analyse rigoureuses afin d'aboutir à une évaluation des risques et des avantages qui permettra aux personnes à qui on offrira le vaccin de donner un consentement éclairé. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis recueille actuellement des données sur les effets indésirables du Gardasil dans sa base Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) [viii], mais les signalements sont incomplets et difficiles à interpréter. L'analyse minutieuse et impartiale des effets néfastes demeure une nécessité.

8. Les affirmations sur la prévalence du VPH et ses conséquences, qui nous sont transmises par les médias et la publicité, sont des plus trompeuses, tout comme la présentation du Gardasil comme «  le vaccin contre le cancer du col », capable d'en prévenir toutes les formes. Le marketing du Gardasil a commencé aux États-Unis avant même que celui-ci soit approuvé par la FDA, ce qui n'incite guère à des discussions réfléchies sur la nature du VPH et sur les conséquences de la vaccination entre parents et enfants, professionnels de la santé et clients ou encore, entre membres du public et décisionnaires. » (…)

Voir les autres articles sur le Gardasil et le Cervarix à partir de la liste alphabétique à gauche de la page.

Elena Pasca

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu