La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

20/01/2008

Que valent EZETROL et INEGY ? (En termes de bénéfice clinique)

Je ne parle pas de leur valeur financière pour les firmes Merck et Schering, ni de la cotation en Bourse de ces derniers… 1594058221.jpgmais de la valeur de ces médicaments dans le traitement de l’hypercholestérolémie.

Pour le savoir, rien de tel que de jeter un coup d’oeil aux revues médicales indépendantes, et surtout à l'excellente Arznei-Telegramm (« Télégramme du médicament », Allemagne), qui bataille depuis 38 ans pour une information médicale indépendante, contre les conflits d’intérêts des médecins, experts, etc. Qui refuse toute publicité et tout financement par l’industrie pharmaceutique et a sa propre base de données sur les médicaments. Voici les principales réactions depuis 2002, suivies par un communiqué de presse de "Prescrire" (octobre 2006).


(Photo tirée de Drug Rep Toys: un stylo portant le logo Vytorin (nom d'Inegy aux Etats-Unis), des laboratoires Merck et Schering Plough).

Dans un article de novembre 2002, Arznei-Telegramm commente l’arrivée sur le marché de l’EZETROL. Et commence par rappeler les effets secondaires que les traitements de l’hypercholestérolémie peuvent induire (à l’époque, c’est le retrait du marché de la statine Lipobay qui était l’exemple le plus marquant). Compte tenu des risques, il faut se garder de médicaliser à tout va. La prévention primaire n’impose pas l’usage d’un médicament pour réduire l’excès de cholestérol, sauf cas rares d’hypercholestérolémie familiale. Et il n’y a pas de valeur optimale de LDL cholestérol qu’il faudrait atteindre par tous les moyens et qui justifierait à elle seule la médication en prévention de l’athérosclérose. Ce n’est qu'en « prévention secondaire », en cas d’athérosclérose symptomatique, que les médicaments ont un intérêt thérapeutique, à condition qu’il s’agisse de molécules à bénéfice prouvé et confirmé par des études correctement menées, avec des paramètres correctement définis (et qui ne changent pas en cours de route ;-)) et sur une longue durée.

(La prudence la plus élémentaire impose de tenir compte de cela. Tout comme le principe premier de la déontologie - D'abord ne pas nuire - que beaucoup trop de médecins oublient quand ils se réduisent eux-mêmes au statut de bras armé de l’industrie pharmaceutique…Armé d’un stylo, d’une ordonnance et d'une idéologie, mais il peut s'agir d'armes redoutables…)

Compte tenu des expériences passées, il est incompréhensible, estime Arznei-Telegramm, que l’on autorise sans restrictions et dans le traitement de toutes les formes d’hypercholestérolémie, un médicament comme l’EZETROL, et uniquement sur la base de paramètres de substitution, qui plus est. L’Ezétrol a été mis sur le marché sur la base d’études courtes non publiées, donc uniquement sur la base de ce que les firmes ont bien voulu dire. La seule étude publiée concernait 50 patients atteints d’une forme extrêmement rare d’hypercholestérolémie familiale homozygote.

La revue explique le mécanisme d’action, différent de celui des statines et conclut que l’Ezétrol n’a pas de place dans le traitement de l’hypercholestérolémie, ni seul ni ajouté à une statine. Il peut éventuellement être envisagé comme traitement de dernière intention dans les cas très rares d’hypercholestérolémie familiale ou sitostérolémie, mais même là, uniquement si des études mettent en évidence un point final primaire indiquant un bénéfice clinique certain. (Arznei-Telegramm, Novembre 2002; 33: 110-111). (Selon les termes d’une étude médicale, la sitostérolémie ou phytostérolémie est « une maladie autosomique récessive caractérisée par une augmentation de l'absorption intestinale et une diminution de l'excrétion biliaire des stérols d'origine alimentaire », dans laquelle « il existe une hypercholestérolémie et une artériosclérose coronaire prématurée » - ce qui explique la nécessité du traitement).

Arznei-Telegramm rappelle ses propres analyses concernant l’Ezétrol en mai 2004, lorsqu’elle commente l’arrivée sur le marché d’INEGY, combinaison d’ézétimibe (Ezétrol) et de simvastatine (Zocor). Le bénéfice clinique de la simvastatine a été clairement établi par des études longues, avec un point final primaire et un bénéfice clinique démontrés. Arznei-Telegramm relate une baisse plus importante du LDL-cholestérol sous Inegy que sous Zocor seul, mais rappelle qu’il n’y a pas de consensus sur un taux optimal de LDL qui préviendrait l’athérosclérose, et que cette baisse à elle seule ne justifie pas l’usage d’Inegy. (La note précédente cite le Dr Nissen expliquant que les statines ont un effet pleiotropique, donc favorable sur plusieurs marqueurs à la fois, pour le dire en simplifiant certainement à outrance).

L’article d’Arznei-Telegramm se penche sur les effets secondaires graves, qui doublent en quantité avec Inegy par rapport au Zocor seul (5% vs. 2%) et souligne les nombreux cas d’augmentation des transaminases, à peu près trois fois plus fréquents que sous Zocor. Pour les effets secondaires habituels, il n’y avait pas de données à cause des études très limitées et qui ne cherchaient pas non plus à les mettre en évidence… (On sait que le setting, le cadre, le choix des paramètres, toutes les méthodes pratiques d’un essai influencent les résultats et mettent en évidence ce que le laboratoire cherche à prouver, pas tous les aspects qui pourraient intéresser médecins et patients). Malgré l’absence de données systématiques, la revue recense déjà 10 signalements à la pharmacovigilance allemande (10 patients ayant développé une myopathie sous Inegy) et donne d’autres références allant dans le même sens.

En conclusion : aucun bénéfice clinique n’est obtenu par la baisse du seul LDL cholestérol, effectivement plus importante sous Inegy que sous simvastatine seule. Il faut s’attendre à une multiplication des effets secondaires, notamment hépatiques et musculaires. Comme l’EZETROL, INEGY ne vaut que comme médicament de réserve en cas de formes rares d’hypercholestérolémie familiale ou de sitostérolémie (Arznei-Telegramm, mai 2004; 35: 46-47)

Le 11 février 2005, la revue reprend les mises en garde de Santé Canada (cf. notre première note sur Ezétrol et Inégy) sur les effets secondaires de ces médicaments : rhabdomyolyse, pancréatite, troubles hépatiques, thrombocytopénie, interaction avec l’anticoagulant Coumadine (warfarine), dont Ezétrol renforce l’effet au point de provoquer des hémorragies. Elle déplore l’absence de réaction des autorités sanitaires allemandes. (Arznei-Telegramm février 2005; 36: 23). La revue avait mis en garde dès 2003 contre les possibles réactions d’hypersensibilité à l’Ezétrol et d’angioedème (a-t 2003; 34: 79).

En avril et mai 2005, dans deux articles consacré à l’atorvastatine, Arznei-Telegramm rappelle encore une fois qu’elle déconseille les « thérapies agressives anti-cholestérol, telle la combinaison d’une statine avec l’ézétimibe (Ezétrol contenu dans Inegy), puisque son bénéfice clinique n’a pas été prouvé » (a-t Mars 2005; 36: 41-42). En juillet 2006, la revue rappelle encore et encore qu’une hypercholestérolémie ne doit pas être traitée automatiquement - sauf présence d’athérosclérose ou dans les rares formes familiales - ni par Ezétrol ni par un autre médicament hypolipémiant (a-t 2006; 37: 65-67).

"Cholestérol : une nouvelle association médicamenteuse sans progrès clinique démontré mais à risque supplémentaire" (Communiqué de presse de la revue Prescrire, octobre 2006, parlant d’INEGY)

« En prévention cardiovasculaire, la simvastatine est un médicament hypocholestérolémiant de premier choix. L'association de l'ézétimibe à la simvastatine dans Inegy° n'a pas d'intérêt clinique supplémentaire démontré, mais présente un risque musculaire supplémentaire.

À l'occasion de l'analyse du dossier d'une association de deux médicaments hypocholestérolémiants à doses fixes, simvastatine + ézétimibe (Inegy°), la revue Prescrire souligne dans son numéro d'octobre que la simvastatine a une efficacité démontrée en terme de morbi-mortalité en prévention cardiovasculaire.

Les nombreux essais du dossier d'évaluation de l'association simvastatine + ézétimibe ne permettent pas de savoir si elle permet une réduction supplémentaire des évènements cardiovasculaires et de la mortalité. Il est par contre démontré que l'ézétimibe augmente le risque d'atteinte musculaire déjà observé avec la simvastatine. En pratique, quand l'effet d'une première statine paraît insuffisant pour faire baisser suffisamment le cholestérol, alors que le traitement est bien suivi, le médecin doit chercher si une autre statine ou un autre dosage n'auraient pas de meilleurs résultats. Si une association avec un autre médicament est envisagée, le gemfibrozil ou la colestyramine ont une efficacité clinique démontrée, et sont donc préférables à l'ézétimibe. Mais ces associations nécessitent une étroite surveillance, en raison de risques musculaires accrus ».

Elena Pasca

Commentaires

merci,

stop a inegy, qui me donne des somnolences et une crise de foie permanente. Stop aussi a mon medecin traitant qui ne veut rien savoir.

Écrit par : lecardonnel | 28/01/2008

maintenant je prends questran 3 fois par jour et un béfizal le soir, le cholesterol a un peu augmenté par rapport a inegy, mais je me porte beaucoup mieux

Écrit par : lecardonnel | 28/01/2008

j'ai pris EZETROL pendant 5 jours et j'ai eu une pamcréatite inflamatoire trés grave.

ce médicament est un poison violent;

P BERNARD

Écrit par : Patrick BERNARD | 01/10/2012

Prend de l'électrolyse et ne suis plus que douleur

Écrit par : Marianne | 22/01/2013

je prenais ezetrol depuis longtemps avec probleme de cpk et douleurs musculaires.Le medecin m a prescrit inegy j'ai subi de violentes douleurs musculaires aux jambes des douleurs insoutenables.Le medecin m a prescrit une analyse apres 3 mois d essais de "inegy".Devant la liste des effets secondaires et la mort rien que ça!De moi meme j arrete ce traitement.Ce medicament me fait peur.Mediator ,la pilule et j en passe ça suffit!
Cordialement

[NdR: Nom de famille effacé par Pharmacritique, s'agissant de données médicales personnelles. Un prénom suffit sur internet. ]

Écrit par : Louis DL | 23/02/2013

je prends de l inégy depuis plusieurs mois, et j ai de violentes douleurs dans les chevilles et sous les pieds, cela me fait comme si je m'étais faite une entorse, ayant du cholestérol élevé, et ayant fait un infarctus en 2010, le médecin m a prescrit ce traitement avec des médicaments pour l hypertension + pour le coeur + pour le diabète type II enfin la totale, je souffre beaucoup j ai du mal à marcher à conduire, je n ose pas arrêter de moi même ce traitement, de plus on me dit de faire du sport mais avec ces douleurs comment faire,
cordialement

Écrit par : mireille | 30/09/2013

les labo engraisent finahcierement les medecins et les cardio avec leurs poisons. ils leur versent des subventions en numeraires discretemement etles malades subissent la devastations crees par les medicaments(poisons)... CONFIDENCE recues par une cardiologue reconnu pendant une nuit tres chaude... CONCLUSIONS tous des truands! plus de medecine humaine ! uniquement un gros marche financier. iL faudrait creer une police des polices pour effectuer des controles chez les medecins pour les tester sur la connaissance des prescriptions medicales .au lieu de nous faire prendre des traitements qui sont des protocoles applicables a n importe quel malade. HONTEUX... vive le serment d ypocrate(plutot hypocr?te).CONFIDENCES sur l oreiller !!!

Écrit par : mario | 14/10/2013

bonjour Mireille, arrêter ce qui vous fait du mal!!!! le cholesterol est nécessaire à la vie de toutes nos cellules et seul des taux elévés sont délétères. La pravastatine et simvastatine sont les molécules de choix à prendre si nécessaire, ayant fait la preuve d'une efficacité modérée pour le traitement des facteurs de risque cardiaque.

le cholestérol n'est pas une maladie!

8 FACTEURS DE RISQUES CARDIAQUES MAJEURS : hypertension, diabète, surpoids, sédentarité, alcool, TABAC, régime alimentaire, j'en oublie un...
bonne journée

Écrit par : MGFRANC | 23/10/2013

bonjour Mario, je comprends votre colère et indignation. Je ne connais pas un seul confrère cardiologue qui ne reçoive les "visiteur(e)s" de BIG PHARMA, sous prétexte de se tenir informé. Cadeau et "congrès" sous le soleil sont leur lot et je comprends bien cette faiblesse.

J'ai dû récemment déprescrire le Multaq, une cochonnerie destiné à remplacer la Cordarone, mais huit fois plus cher et occasionnant deux fois plus de morts. Egalement déprescrire les nouveau anti-coagulants (fluidifiant du SANG) Pradaxa et consor, 10 fois plus chers que les bon vieux coumadine ou sintron mais avec beaucoup plus de risques hémorragiques.
Mais Mario, vous n'imaginez pas les pont d'or offerts, les soit disantes "ETUDES" rémunérées pour les prescrire.

Je suis désespéré de mes confrères. Un test simple pour choisir un médecin c'est de lui téléphoner, de vous faire passer pour un labo "visiteur médical" , lui demandant si il reçoit les visiteurs des laboratoires. Il est impossible d'être libre de sa prescription quand on les reçoit, on ne peut pas ne pas être sous influence; j'ai décidé de ne plus les recevoir il y a déjà 13 ans, et je m'en porte mieux, surtout mes patients.
bonne journée

Écrit par : MGFRANC | 23/10/2013

Bonjour
Je prends 1 gellule d'arterin,depuis un mois, avec une tres legere diminution de mon taux de cholesterol.Mon docteur ne sais pas si je peux prendre 2 gellules.Quelqu'un a t il une experience avec ce medoc qui est a base de riz rouge.Mon taux de cholesterol total est 3.30 .Est ce un taux tres important? Sachant qu l'on m'a place 2 stents suite a des problemes arteriels cardiaques.j'avais a l'epoque des difficultes respiratoires et j'ai fait un angor.

Écrit par : Jacques | 26/10/2013

bonjour Jacques,

je consulte la littérature et trouve deux articles, l'un dans Que Choisir qui déconseille ce type de produit, et l'autre dans Prescrire idem. niveau de preuve dramatiquement faible. pourquoi dépenser pour un produit, levure de riz rouge, non remboursé, soit disant naturel (consommez des ammanites phalloïdes tant qu'on y est, c'est naturel!) et des risques non nuls, notés d'ailleurs dans ces deux revues, les mêmes risques de rhabdomyolyse (destruction des muscles). je vous joins un copier-coller de la revus prescrire : revue ouverte à tous mais avec des restrictions pour les non-abonnés...

PRESCRIRE 1ER OCTOBRE 2013

Pravastatine et simvatatine sont les deux molécules de choix avec le meilleur recule et la moins mauvaise balance bénéfice-risque, à peser avec les risques inhérant à toute prescription.

Cholestérol : éviter les compléments alimentaires à base de "levure de riz rouge"

Les compléments alimentaires à base de "levure de riz rouge", promus dans l'hypercholestérolémie, exposent à des risques similaires à ceux observés avec les statines (médicaments hypocholestérolémiants) . Quand un traitement est souhaitable, mieux vaut choisir une statine de premier choix.
En France, des compléments alimentaires à base de "levure de riz rouge" sont commercialisés avec diverses allégations santé dont l'hypercholestérolémie. Ces produits contiennent des substances, issues de la fermentation du riz par la "levure de riz rouge" (un remède traditionnel chinois), qui ont parfois une structure chimique identique à celle des statines, une famille de médicaments hypocholestérolémiants.
Des effets indésirables liés à la prise de ces compléments alimentaires, semblables à ceux observés avec les statines, ont été rapportés, notamment des troubles musculaires et des troubles hépatiques parfois associés à un ictère.
Début 2013, l'Agence française des produits de santé (ANSM) a émis des recommandations quant à l'usage des compléments alimentaires à base de "levure de riz rouge" : pas de prise concomitante ou successive à un traitement par statines ; pas d'association avec des substances à risque d'interactions connues avec les statines (fibrates, jus de pamplemousse, etc.). En cas d'hypercholestérolémie les mesures hygiénodiététiques (alimentation, activité physique, etc.) sont les interventions de prévention cardiovasculaire de première ligne.
Quand une hypercholestérolémie justifie un traitement spécifique, mieux vaut choisir un véritable médicament muni d'une autorisation de mise sur le marché avec une efficacité démontrée en termes de morbimortalité : la pravastatine (Elisor°, Vasten° ou autre) est alors le médicament hypocholestérolémiant de premier choix. La simvastatine (Lodales°, Zocor° ou autre) est une alternative, mais avec plus de risques d'interactions médicamenteuses.

©Prescrire 1er octobre 2013

Écrit par : MGFRANC | 26/10/2013

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu