Avertir le modérateur

06/03/2008

Urgence handicap: des revenus décents pour les handicapés. Manifestation à Paris le 29 mars

Le site Internet du collectif interassociatif Ni pauvre Ni soumis est très riche en informations et témoignages. Je voulais simplement attirer l’attention sur la manifestation qui aura lieu le 29 mars à Paris. Les détails sont sur le site. Rendez-vous à 11 heures, Place de la République.

Place de la République - endroit très significatif, parce que le moins qu’on puisse dire, c’est que la République les a oubliés, a oublié le devoir de solidarité nationale envers chaque membre de la communauté politique républicaine. Pour être citoyen, il faut vivre et non pas simplement survivre, sans voix, sans droits, soumis à la discrimination et à l'exclusion. Un exemple: les élections municipales auront lieu dans quelques jours. Les bureaux de vote sont-ils accessibles aux personnes handicapées? Ou sont-elles des citoyens de seconde zone, comme tous les pauvres de notre pays?

Je redonne le lien vers la pétition de Ni pauvres Ni soumis et celui vers la pétition du Forum européen des personnes handicapées pour une législation qui lutte contre toute forme de discrimination et assure une intégration complète des citoyens handicapés au sein de la société.


La genèse du collectif interassociatif « Ni pauvres ni soumis » est présentée sur cette page du site « Réflexe Handicap ».  

Et voici le texte du pacte interassociatif. Lisons-le et demandons-nous comment notre société a pu en arriver là, à un tel degré d'exclusion, de paupérisation, de mépris, d'indifférence...

 

PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP OU DE MALADIE INVALIDANTE : L’URGENCE D’UN REVENU D’EXISTENCE

La situation est grave : des centaines de milliers de personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante, quel que soit leur âge, sont condamnées à vivre toute leur vie sous le seuil de pauvreté. Cela fait des années que cela dure, tant d’années, trop d’années que nous dénonçons cette situation. La loi du 11 février 2005, en dépit de nos mobilisations n’a pas apporté de réponse à cette question des ressources.

Notre mobilisation inter associative et citoyenne, nous en sommes sûrs, y parviendra ! Parce que notre mission n’est pas de panser des plaies mais bien de défendre des droits !

Qui sont ces personnes dont nous parlons ? Et bien ce sont les personnes en situation de handicap ou atteintes d’une maladie invalidante, quel que soit leur âge, qu’elles vivent à domicile ou en établissement. Ce sont ces familles qui s’inquiètent pour l’avenir de leur enfant, qui aimeraient leur offrir d’autres perspectives que celle d’une précarité et d’une insécurité financière toujours croissantes.

« Ni pauvre, ni soumis », c’est le projet d’une société qui n’exclut personne, c’est faire en sorte que les valeurs de citoyenneté, de solidarité, de participation, de non-discrimination, de respect et de dignité cessent d’être des mots, encore des mots, toujours des mots, rien que des mots dans le discours de nos politiques. Ce que nous attendons d’eux, ce que nous exigeons d’eux, c’est qu’ils en viennent enfin aux actes !

 *

"Au sein d’une société qui prône les valeurs du travail et du mérite, les personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante, les victimes du travail quel que soit leur âge, se trouvent marginalisées, malgré leur volonté de privilégier le travail à l’assistance à chaque fois que cela est possible.

Prétendre qu’une majorité d’entre elles peut accéder à une activité professionnelle est donc en l’état illusoire. Les conséquences du handicap, de la maladie ou de l’âge impactent durablement la capacité de travail ou l’employabilité. De fait, ces personnes cumulent « situation de handicap ou de maladie » et « précarité », ce qui compromet leur citoyenneté si elles ne bénéficient pas d’un revenu de remplacement.

Or le sujet des ressources des personnes en situation de handicap ou ayant une maladie invalidante a été insuffisamment traité par la loi « handicap » du 11 février 2005 ou d’autres réformes législatives :

  • certaines pensions d’invalidité, l’allocation aux adultes handicapés – même avec l’un de ses compléments - sont inférieures au seuil de pauvreté (817 € mensuels pour une personne seule) [1];
  • le complément ressources à l’allocation aux adultes handicapés ou à l’allocation supplémentaire invalidité (ASI) demeure soumis à des critères d'attribution trop restrictifs ;
  • les revenus disponibles pour les personnes vivant en établissement, quel que soit leur âge, restent encore trop faibles ;
  • après 60 ans, les personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante voient encore leurs ressources diminuer ;

De plus, les seuils d’accès à certaines prestations (CMU, CMU C …) excluent de fait les bénéficiaires de certaines allocations, pour quelques euros, notamment ceux qui ont l’AAH ou l’ASI. Dans le même temps, l‘augmentation constante des prix des produits de première nécessité, la participation notablement accrue depuis ces dernières années des personnes aux dépenses de santé (entre autres la participation forfaitaire et les franchises médicales) pèsent fortement sur le pouvoir d’achat de ces personnes dont le niveau n’est plus garanti du fait d’un système de revalorisation obsolète (que ce soit pour l’AAH, l’ASI, les pensions d’invalidité et de vieillesse et les rentes d’accident du travail ou de maladie professionnelle).

Pour toutes ces raisons, nos organisations demandent une réforme globale des ressources des personnes en situation de handicap ou atteintes d’une maladie invalidante, quel que soit leur âge afin de créer un revenu de remplacement d'un montant au moins égal au SMIC brut.

PRINCIPES

L’alinéa 11 du préambule de la Constitution de 1946 précise : « Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence ». La solidarité familiale et la responsabilité individuelle ne sauraient donc en aucun cas se substituer, à elles seules, à la solidarité nationale. En conséquence, la solidarité nationale doit :

  1. engager une politique déterminée permettant un réel accès à la formation et à l'emploi pour les personnes en situation de handicap, atteintes de maladie invalidante ou victimes du travail en capacité de travailler ;
  2. garantir à toutes les personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante qui ne peuvent pas travailler l’accès à un revenu d'existence personnel décent, à la hauteur du SMIC brut, quel que soit leur âge ;
  3. harmoniser, en les améliorant, les différents régimes d’allocations et de pensions existants ;
  4. sortir de la logique d’assistance qui prévaut depuis trop longtemps et porte atteinte à la pleine citoyenneté des personnes.

REVENDICATIONS

  • Créer un revenu de remplacement égal au moins au montant du SMIC brut et indexé sur celui–ci, assorti de cotisations sociales et soumis à l’impôt, pour toutes les personnes incapables de travailler en raison de leur handicap ou de leur maladie invalidante, quel que soit leur âge, qu’elles aient cotisé ou non. Ce revenu doit être indépendant des ressources du conjoint, du concubin, de la personne avec laquelle un pacte civil de solidarité a été conclu, ou encore des personnes vivant sous le même toit, et ce, quel que soit le lieu de vie (domicile propre, établissement, chez un tiers) ;
  • Permettre un cumul de ce revenu de remplacement avec un revenu professionnel – selon le principe du RSA [2] - pour toutes les personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante garantissant ainsi un revenu supérieur au SMIC brut.

Nos organisations demandent au Président de la République de proposer une réforme des ressources des personnes en situation de handicap ou atteintes d’une maladie invalidante permettant d’harmoniser les différents dispositifs aux représentants associatifs dès le 1er trimestre 2008 de sorte qu’elle puisse entrer en application dès le 1er janvier 2009.

Sans attendre ces nouvelles dispositions, nos organisations demandent, conformément aux promesses électorales, une revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés d’au minimum 5% en 2008, ainsi qu’une revalorisation au moins équivalente pour la pension d’invalidité, l’allocation supplémentaire invalidité, le minimum vieillesse et les rentes d’accident du travail et de maladies professionnelles, au regard de l’urgence et de la précarité de la situation des personnes concernées.

  1. Référence au seuil de pauvreté calculé par Eurostat (appellation officielle : Office statistique des communautés européennes), service statistique de la Commission européenne. Il a pour rôle de produire les statistiques officielles de l'Union européenne, notamment en collectant et en agrégeant des données harmonisées provenant des instituts nationaux de statistiques.
  2. Revenu de solidarité active

Commentaires

Bonjour…

Je n'ai pas choisi d'être handicapée….
Je n'ai pas choisi de me sentir une " encombrante inutile " ….
Je n'ai pas choisi d'avoir une Sclérose En Plaques…
Je n'ai pas choisi de vivre sur un fauteuil….
Je n’ai pas choisi d’être transportée en ambulance…. De faire des séances de rééducation deux fois par semaine et d’être transformée en alambic par la chimie des laboratoires…
Je n’ai pas choisi de ne pas travailler…
Je n'ai pas choisi de vivre avec une AAH mensuelle de 620,28 Euros
Je n'ai pas choisi de ne pas avoir le complément de ressources (qui me donnerait un misérable 80% du SMIG) …. Parce qu'il m'est impossible d'habiter seule !
Je n'ai pas choisi de ne pouvoir circuler librement et seule dans la plupart des rues, vu leur état….
Je n'ai pas choisi d'être obligée d'être aidée par des tierces personnes pour tous les actes quotidiens de la vie…..
Je n'ai pas choisi d'avoir " impérialement " une allocation mensuelle maximum de 589, 29 Euros pour l'aide de ces tierces personnes, que je dois rémunérer avec… Plus les charges … Ce qui est normal.
Je n'ai pas choisi que ces" auxiliaires de vie " ne puissent m'aider qu'une dizaine d'heures par semaine alors que mon état nécessiterait au moins le triple voire le quadruple!
Je n'ai pas choisi d'être abonnée, à mes frais, à un service de " téléassistance ".
Je n'ai pas choisi, comme d'autres qui y sont contraints, d'aggraver le " trou de la sécu " en étant hospitalisée ou hébergée dans un centre spécialisé …. Si tant est qu'il y en ait assez….
Je n'ai pas choisi d'imposer à un proche de ne pas travailler pendant un an pour qu'il devienne un " aidant familial "….
Je n'ai pas choisi de ne plus participer au monde du travail et à une vie active….

Mensuellement, en plus des dépenses normales de tout citoyen :
21 Euros de télé alarme + 40 euros de médocs non remboursés +100 euros d'alèses et de "culottes" + 1 euro sur les consultations+ 4 x 20 Euros de dépassement d'honoraires de l'acupuncteur + 8 x 2 Euros de franchise ambulances + 10 euros de franchise médocs... + 20 Euros de mutuelle (l’AAH dépasse de 7 Euros le seuil pour avoir la CMU) ...
Et ce qui me reste pour bien sur payer mes charges, manger ... Et pourquoi pas aussi m’habiller... ????


JE NE JOUE PAS À "COSETTE" ....

Alors .... Juste 10% des bénéfices de 2007 du CAC 40 pour combler le trou de la sécu.
Puis les mauvais payeurs (Etat et grosses entreprises) règlent leurs dettes ... Et Certainement le problème ne se posera plus!!!!!

C’est pour tout cela que, malgré mes très grosses difficultés physiques, je manifesterai à Paris le 29 mars et que je soutiens le pacte inter associatif « Ni pauvre ni Soumis ».

« NI PAUVRE NI SOUMIS » :

http://www.nipauvrenisoumis.org/

Janine Thombrau

http://motspourmaux.perso.cegetel.net/

Écrit par : Janine Thombrau | 06/03/2008

Répondre à ce commentaire

Coucou ....
Pauvreté .... Handicap ... Euthanasie ...
Une citation qui ne me paraît pas du tout déplacée, en ce moment...

"Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente. Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte. Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde." Aimé CESAIRE (discours sur le colonialisme)


Et à J - 8 de la manifestation:
Le Matériel pour informer, mettre sur vos site, blogs et ceux des amis ... Est sur:

http://www.nipauvrenisoumis.org/g._boite_a_outils/

N'hésitez pas à "pondre " des textes ... Les coller partout ... Même le plus improbable des emplacement peut donner des réactions ...
Il reste encore 8 jours ...

La coordination de la marche:
http://www.nipauvrenisoumis.org/

Pensées du jour:

"Tant que le mots restent dans la bouche, ils sont à soi... Sitôt prononcés, ils sont à tout le monde..."

"Les mots sont comme les abeilles: ils ont le miel et l'aiguillon."

Plein de bisous
Janine

Écrit par : Janine Thombrau | 21/03/2008

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu