Avertir le modérateur

08/04/2008

ALD en danger ! Sarkozy veut « réformer » le système au profit des assureurs privés. Autre coup mortel porté à l’assurance-maladie solidaire et à la protection sociale

Le "Collectif national contre les Franchises et pour l’Accès aux soins pour tous" est composé de plusieurs dizaines d’associations et syndicats, réunis pour protester contre les coups mortels portés à notre protection sociale par le président Sarkozy et son gouvernement. 

Le Collectif a émis un communiqué informant des intentions de Sarkozy d'attenter au système de prise en charge des affections de longue durée (ALD). Le texte apporte un argument supplémentaire à la nécessite de résister aux franchises et à tous ces coups portés contre la protection sociale, l’assurance-maladie, l’hôpital public, les services publics en général, au nom du profit des assureurs privés. Mettre l’intérêt privé des assureurs avant l’intérêt général d’un accès aux soins pour tous, d’une solidarité nationale et d’une éthique de la médecine qui ne doit pas se réduire à un commerce, c’est piétiner un par un les principes républicains. C’est pousser les plus malades et les plus faibles encore plus dans l’exclusion, du fait d’assurances privées inaccessibles et des nouvelles charges financières imposées aux patients. Charges que même les classes moyennes seront incapables d’assumer en plus de toutes les « responsabilisations » déjà existantes.

Quant à la prise en charge à 100% des affections de longue durée (ALD) - qui n’existe comme telle que sur papier, de toute façon, vu tout ce que ces malades doivent payer de leur poche -, elle disparaîtra complètement à terme. C’est une mort déjà annoncée. Toute la question est : allons-nous laisser faire ?


Il s’agit de tailler à la hache, à l’américaine, dans les acquis sociaux et la solidarité nationale au nom d’un chacun pour soi ultralibéral digne de la jungle… Mais un des problèmes dont les politiques oublient de nous faire part est que les Américains eux-mêmes vivent la faillite de ce système « du tout privé » et cherchent les moyens de revenir en arrière. Sans parler des Britanniques, dont le système de santé et d’assurance santé est devenu l’exemple négatif par excellence en Europe, l'épouvantail, tellement il fonctionne mal, a des ratés aux conséquences dramatiques et laisse des pourcentages importants de la population sans aucune couverture maladie, sans aucun accès possible aux soins.

La situation en Allemagne s’est elle aussi énormément dégradée depuis que le système a été soi-disant "réformé"... pour le bonheur des assureurs privés et le malheurs des pauvres et des classes moyennes. Car il ne faut pas se faire d'illusions, il n'y pas que les RMIstes, les chômeurs et les SDF qui sont dans l'incapacité de payer les assurances privés et sont donc exclus des soins... Et on voit là aussi ce que donne la tarification à l’activité (T2A), avec des petits hôpitaux inadaptés qui se battent pour garder tel malade parce qu’il « apporte » plus, même s’il devrait être soigné dans une structure mieux équipée. La presse allemande se fait régulièrement l’écho des drames humains qui résultent d’une gestion et d’un management purement financiers des hôpitaux, sans parler des restrictions imposées aux médecins, qui ont un budget trimestriel à ne pas dépasser sous peine de pénalités. En Allemagne, on ne fait plus d’efforts pour des personnes au-delà de 65 ans… A moins qu’ils aient une assurance privée très chère, auquel cas tout change. Les médecins disent souvent aux patients de revenir au trimestre suivant, puisque le budget (en prescriptions et examens) et le quota de consultations a été atteint pour le trimestre en cours…

Il n’y a que les riches qui peuvent se permettre d’être malades… Et ce ne sont pas des poncifs ou des clichés ; j’ai des contacts avec des patients, des familles de patients, des associations de malades et des revues médicales qui condamnent fermement cet état des choses.

EST-CE CELA QUE NOUS VOULONS ? Alors même que tous les pays qui ont appliqué ces recettes miracle cherchent à revenir en arrière, puisque l’effet est désastreux et contre-productif ?

Voici le communiqué du Collectif contre les franchises, suivi d’une dépêche Agence France Presse figurant sur la même page :

« Selon M. Chassang, Président de la CSMF [Conféderation des syndicats médicaux français], reçu lundi par Nicolas Sarkozy, celui-ci aurait évoqué sa volonté, en ce qui concerne les Affections de longue Durée (ALD), de "distinguer ce qui relève de la solidarité de ce qui relève de l’assurance". Les ALD (cancer, diabète, sida, sclérose en plaques, mucoviscidose…) ce sont, comme leur nom l’indique des maladies de longue durée. Des maladies qui doivent être soignées. Les malades en ALD ont besoin de soins. Pour ne pas mourir. Pour moins souffrir. Ou pour ne pas rechuter.

C’est une nouvelle mise en cause du principe de sécurité sociale solidaire, comme les franchises sur les soins pour « responsabiliser les malades », ou que le projet du 5ème risque qui placerait la dépendance liée à l’âge dans la catégorie des « risques assurables » selon les termes même de Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy qui distribue généreusement 15 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches, dès son entrée en fonction, et ose, quelques mois plus tard, lâcher, non sans cynisme, que « les caisses sont vides ». Et qui, pendant que les services des impôts relancent les bénéficiaires du bouclier fiscal qui ont « oublié » de réclamer leur cadeau, annonce, sans état d’âme, que les malades, eux, devront payer ou renoncer à se soigner.

Comment M. Sarkozy entend-il définir « ce qui relève de la solidarité » et « ce qui relève de l’assurance » ? La « solidarité », ce serait le filet de sécurité, la charité, le service minimum, « pour les plus pauvres », les SDF de la sécurité Sociale. Pour tous les autres, l’immense majorité de la population, il faudrait prendre des assurances privées inaccessibles au plus grand nombre, dépenser jusqu’au dernier centime pour tenter de sauver sa vie ou celle d’un parent, d’un enfant….

La réforme de M Sarkozy est appliquée aux Etats Unis. Elle tue : 18 000 morts chaque année

Encore une fois, Nicolas Sarkozy nous fait la démonstration claire que, pour justifier un projet injustifiable et inacceptable, il s’appuie sur des propositions injustes, dangereuses, qui sont de surcroît une insulte, d’une rare violence, à tous les malades. Après le racket des malades avec les franchises, l’attaque contre le système solidaire est cette fois-ci frontale. La maladie « qui relève de l’assurance » c’est le basculement vers le « chacun pour soi ».

Le collectif national contre les franchises dénonce ce projet scandaleux et constate qu’une fois encore l’homme qui a promis, des trémolos dans la voix, au soir de son élection, de « porter attention à chaque habitant de ce pays, à commencer par les plus faibles » affiche son manque d’attention, par contre, aux promesses qu’il a faites, sa méconnaissance du sujet, son indifférence aux personnes concernées, son obstination qui ne connaît aucune limite… pas même celles de la décence. (…)

ALD : N. Sarkozy veut "distinguer ce qui relève de la solidarité et ce qui relève de l’assurance"
AFP - Lundi 18 février, 19h32 PARIS (AFP) - Nicolas Sarkozy a reçu lundi les dirigeants de la Mutualité française puis ceux de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) pour des consultations avant les réformes annoncées de l’organisation et du financement du système de santé. (…) Un projet de loi sur la réforme de l’organisation du système de santé et un autre sur son financement doivent être présentés au Parlement d’ici l’automne, selon le calendrier adopté par le gouvernement et les partenaires sociaux. Selon M. Chassang, Nicolas Sarkozy lui a assuré que la réforme aurait lieu "en septembre vraisemblablement, à l’automne en tous cas". Sur l’hôpital, M. Sarkozy a dit son intention de réformer la carte hospitalière et l’organisation interne des hôpitaux, ainsi que sa volonté de modifier la place des médecins libéraux à l’hôpital, a précisé M. Chassang à l’AFP. Concernant le financement des dépenses de santé, il aurait fait part de sa volonté de réformer la prise en charge des affections longue durée (ALD), et de "distinguer ce qui relève de la solidarité de ce qui relève de l’assurance". Une réforme du dispositif de prise en charge à 100% des ALD, qui concerne près de 8 millions de personnes et 60% des remboursements de la "Sécu", a été recommandée par la Haute Autorité de Santé (HAS) fin 2007. (…) »

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu