La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

26/04/2008

Sarkozy se soucie bien du pouvoir d'achat! On se le rappellera en payant le nouveau tarif du médecin généraliste

Le journal Les Echos vient de nous apprendre que le gouvernement se soucie quand même du pouvoir d’achat : celui des médecins en général, et des généralistes en l’occurrence. La consultation coûtait 16 euros en 1997, elle coûtera 23 euros encore en 2008. Pourquoi ne pas faire pareil pour toutes les catégories professionnelles ? Je lisais quelque part le commentaire d’un usager, écrit avant cette dernière hausse et qui n’était pas sans fondement : En quoi seule la médecine (générale) mériterait-elle une telle revalorisation ? D’autant plus qu’avec la tarification à l’acte, les tarifs augmentent et la durée de la consultation se réduit (16 minutes en moyenne, selon le Sénat). Et pourquoi l’augmentation des dépenses ne pose cette fois-ci aucun problème à la Sécurité sociale ? Dans les termes mêmes du gouvernement : les médecins ne doivent-ils pas être eux aussi « responsabilisés » ? Et participer à l’effort – vendu comme « national » - visant à combler le trou de la Sécu ? On va là encore vers le modèle anglo-saxon : des consultations médicales de plus en plus chères, une médecine privatisée de bout en bout, d’une part ; et des usagers de plus en plus pauvres, exclus des soins faute de pouvoir se les payer, d’autres part… Il s’agit d’une tentative supplémentaire de désolidariser complètement médecins et usagers, pour qu’ils aient des intérêts complètement antagonistes et ne puissent plus du tout se mettre d’accord dans la critique et l’action contre le démantèlement du système public de santé et de soins. La note précédente parlait du néolibéralisme ; la médecine libérale et la liberté qu’elle peut revendiquer grâce à un fort corporatisme ne reviendrait-elle pas de plus en plus à individualiser les profits et à mutualiser les pertes ? Sans se soucier du devenir des patients?


La chose est passée presque inaperçue des usagers, mais n’est pas pour autant sans importance. En 2006, il y a eu une forte progression des tarifs des visites à domicile effectuées par les généralistes, en fonction de la plage horaire. Détails sur cette page des Mutualités Neutres.

Voici l’article des Echos :

 

« Le tarif de la consultation des médecins généralistes, désormais considérée comme une spécialité à part entière, devrait bientôt être porté de 22 à 23 euros. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, qui se montrait jusque-là assez prudente sur cette hausse envisagée pour 2008 dans l'accord conclu l'an dernier par l'assurance-maladie et les médecins libéraux, a souligné hier, devant l'Association des journalistes de l'information sociale (AJIS), « qu'il n'y a pas eu de dérapage des dépenses de l'assurance-maladie, donc les conditions sont réunies pour porter la consultation à 23 euros. » Les remboursements augmentent en effet de manière modérée depuis le début de l'année, ce qui rend très peu probable une intervention du comité d'alerte. Or, le budget 2008 de la Sécurité sociale stipulait qu'un plan d'urgence permettrait de suspendre toute revalorisation des honoraires déjà actée.

Au début 2009

Les jeux ne sont pas faits pour autant. La hausse de la consultation doit d'abord être confirmée lors d'une négociation avec l'assurance-maladie, qui en profitera pour demander des contreparties aux médecins (engagements sur les prescriptions, notamment). Une fois le relèvement décidé, la loi de financement de la Sécurité sociale prévoit encore un délai de six mois avant la mise en oeuvre effective, de manière à s'assurer que les dépenses n'ont pas dérapé entre-temps. En cas d'accord en juillet, par exemple, cela renverrait l'application de la hausse de tarif à début 2009. Un calendrier jugé raisonnable, hier, par Roselyne Bachelot.

Le rôle des assurances

La ministre de la Santé a par ailleurs évoqué la possibilité de consacrer une loi au financement de l'assurance-maladie « au premier semestre 2009 », qui inclurait en particulier la redéfinition, souhaitée par Nicolas Sarkozy, de ce qui relève de l'assurance-maladie et de ce qui relève de la responsabilité individuelle, donc des assurances et des mutuelles. Il s'agit cependant d'une simple éventualité et, pour l'heure, le calendrier gouvernemental semble bien toujours d'inclure de telles décisions dès septembre dans le budget 2009 de la Sécurité sociale.

Sur le fond, Roselyne Bachelot a indiqué qu'elle conditionnerait un éventuel renforcement du rôle des assurances, et notamment leur « spécialisation » sur certains soins (optique, dentaire, etc.), à un « accès amélioré aux complémentaires santé », à une « vraie valeur ajoutée à la prise en charge », et au fait que « cela n'aboutisse à aucun rejet des malades ». Elle a aussi réitéré ses critiques contre le « bouclier sanitaire » et plaidé pour « le maintien du concept d'affection de longue durée » (cancer, sida, diabète, etc.), qui assure la prise en charge à 100 % des dépenses. »

Commentaires

Pourquoi l'augmentation de l'acte C ne pose-t-il aucun problème à la Sécu ?

pour une raison simple : entre 2001 et 2007, le nombre d'actes en médecine générale libérale a baissé de 42 millions

en outre, les généralistes représentent environ 3,5 % des dépenses maladie !

ce qui fait que l'augmentation en euros courant n'a pas fait sortir un centime de plus à la sécu

les revenus des généralistes libéraux a baissé de telle façon qu'entre 2003 (année avant la réforme) et 2006 (dernier chiffre disponible) la perte de pouvoir d'achat a été de 10 %

la spécialité attire tellement qu'en cette année 2008, on aura 4 000 départs et ... 180 arrivées en libéral

les journaleux feraient mieux de se poser une (très) bonne question : pourquoi nous présente-t-on les franchisses comme incontournables, alors que d'autres pays, notamment européens, ont d'aussi bons résultats que nous pour 2 points de PIB de moins ?

cela représente un différentiel potentiel de 35 milliards par an, tous les ans,
dont 18 milliards sur le seul poste des médicaments

plus de trou, plus de dette, financement de la branche dépendance, et encore des marges de manoeuvres restantes

Écrit par : le toubib | 28/04/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu