Avertir le modérateur

28/07/2008

Les industriels britanniques suspendent Roche pour pratiques illégales dans la vente du Xenical

Une nouvelle parue dans le British Medical Journal du 18 juillet (BMJ 2008; 337: a835 ; pas de lien direct) nous apprend que le laboratoire 717984174.jpgpharmaceutique Roche vient d’être suspendu par le syndicat britannique de l’industrie pharmaceutique (ABPI) pour un minimum de six mois. La décision fait suite à une « violation grave du code d’éthique » de l'industrie, par des « actions susceptibles de discréditer » l’industrie pharmaceutique et/ou de diminuer la confiance du public.


La décision du syndicat fait suite à la plainte déposée par la Dre Ryta Kuzel, ancienne employée de Roche, sur la base d’une enquête journalistique du Financial Times, qui avait révélé certaines pratiques illégales de la firme Roche entre 2003 et 2005. Il s’agit de la vente illégale de grandes quantités de Xenical (orlistat), médicament utilisé dans le traitement de l’obésité sévère, à une société propriétaire d’un réseau de centres privés d’amincissement. Roche a aussi offert 70.000 euros à la même société pour l’achat d’un nouveau centre.  

Or le groupe de personnes qui veillent à l’application du code d’éthique de l’industrie en matière de médicaments d’ordonnance (Prescription Medicines Code of Practice Authority) a jugé que ces agissements étaient inacceptables, puisque Roche n’a financé cet achat que pour favoriser les ventes du Xenical. Un autre article de presse nous apprend que le syndicat (ABPI) a décidé de réprimander publiquement la firme et de l’exclure surtout parce que ce type de commerce met en danger la santé des patients, qui prennent un médicament d’ordonnance sans surveillance médicale.

La Dre Ryta Kuzel avait été licenciée il y a deux ans par Roche suite à une dénonciation du même type, portant sur les affaires de la firme avec des centres privés d’amincissement pour vendre du Xenical. A l’époque, le tribunal de prud’hommes avait reconnu le licenciement abusif mais pas le « whistleblowing ». Elle n’a donc pas pu avoir la protection offerte aux lanceurs d’alerte.

Et voici le communiqué officiel de l’ABPI (Association of the British Pharmaceutical Industry) : Company Suspended From ABPI Membership Over Breaches Of Code Of Practice.

En 2006, une autre suspension par l'ABPI avait fait couler beaucoup d'encre. Elle concernait Takeda Abbott Pharmaceuticals en raison de ses activités de corruption de médecins pour que ceux-ci prescrivent son médicament Enantone (Prostap en Grande-Bretagne). La firme avait généreusement offert des douceurs telles des tickets pour Wimbledon, des dîners luxueux, des invitations aux courses, y compris de chiens... De gustibus non est disputandum... Gageons que la douceur n'a pas été de mise pour les patients prenant ce médicament...

Morale de l’histoire 

Que les personnes qui ont recours à ce type de centre ne prennent aucun médicament non prescrit par un médecin et sans surveillance médicale.

Le Xenical n'est pas fait pour prendre quelques kilos avant l'été et peut avoir des effets secondaires sévères, allant des affections immunitaires (infections, allergies, etc.) à des troubles psychiatriques (anxiété), en passant par des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires, des effets indésirables gastro-intestinaux pas franchement rigolos, etc. Médicaliser et médicamenter le surpoids et l'obésité fait partie de la stratégie de médicalisation des bien-portants et de disease mongering (façonnage de maladies) de l'industrie pharmaceutique, au vu de la perspective de profits que représente cet immense marché.

Photo: BBC.

 

Elena Pasca

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu