Avertir le modérateur

28/08/2008

Nominations pour les prix du lobby et du fonctionnaire ou élu les plus nocifs pour l’intérêt général européen (CEO)

Le chien de garde Corporate Europe Observatory (CEO) est une association internationale à but non lucratif basée à Amsterdam, qui dénonce 1547434996.jpgles atteintes à la démocratie, à la justice sociale, à l’éthique et à l’environnement venant des multinationales et de leurs lobbies. En collaboration avec trois autres chiens de garde critiques des lobbies, le CEO décerne depuis 2005 le prix du lobby le plus nuisible, attribué à l’organisme (entreprise, etc.) qui a le plus nui au bien commun européen et à l’intérêt général pendant l’année en question. L’heureux lauréat est élu par le grand public, qui propose d’abord son "préféré", puis vote pour lui sur internet. Les nominations 2008 sont ouvertes jusqu'au 12 septembre.

 

Cette année, le CEO propose de décerner un prix supplémentaire, en "reconnaissance" de l’impact néfaste des conflits d’intérêts. Le prix distinguera la personnalité officielle européenne dont les liens avec les intérêts privés et les lobbies créent les conflits d’intérêts les plus dévastateurs pour l’intérêt général des citoyens européens. Voici les propositions de Pharmacritique pour les deux prix.


Photo : musée de l'éducation, Académie de Versailles

 

Pour le prix du lobby le plus néfaste (worst lobbying award) :

 

EFPIA, le syndicat européen de l’industrie pharmaceutique, nominé par Pharmacritique pour l’ensemble de ses activités et pour tous les 1511975573.2.jpgdésastres sanitaires que nous avons subis (et subirons encore, vu le copinage avec la Commission européenne et autres autorités nationales et internationales d'(in)sécurité sanitaire).

 

Nous n’entendons pas beaucoup parler de l’EFPIA : European Federation of Pharmaceutical Industries and Associations (Fédération européenne des industries et des associations pharmaceutiques), dont fait partie notre LEEM national. Ce qui ne veut pas dire que ce syndicat lobbyiste n’est pas actif, bien au contraire… Cette discrétion est la meilleure preuve de son efficacité et de son savoir-faire… Les lobbies les plus performants s’adressent aux décideurs - qu’ils influencent en les tenant par les cordons de la bourse et par d'autres clientélismes et népotismes - et sont inconnus du grand public, qui subit les dégâts et paie tous les jours les pots cassés. Le mot « payer » est à prendre au sens propre comme au sens figuré.

 

Pour comprendre comment les lobbies font leur travail, dans quelles conditions (châteaux, parlements, palais présidentiels...) et avec quels interlocuteurs (ministres, députés, sénateurs, présidents…), vous pouvez voir ou revoir un documentaire belge (mais portant sur la France) qui s’ouvre sur une réunion dans un château du Lubéron… Pharmacritique l’a repris (et pourvu de commentaires tirés d’un article sur le même thème) dans la note "Politiques sous influence. Du lobby pharmaceutique au lobbying à l’Assemblée nationale et à l’Elysée. Extraits vidéo". D’autres notes sur le même thème sont réunies sous la catégorie "Hommes politiques et lobbies (conflits d’intérêts)".

 

Pour le prix du représentant officiel le plus entaché de conflits d’intérêts

 

Le prix du représentant européen (élu, commissaire ou autre fonctionnaire ou technocrate européen) le plus asservi aux firmes et multinationales de tout poil devrait revenir tout naturellement à celui qui est en charge de les choyer et de les caresser dans le sens du poil, justement, au point de devenir leur pantin et d’oublier qu’il existe un intérêt public : Günter Verheugen. Ce Monsieur est le vice-président de la Commission européenne, commissaire chargé des entreprises et de l’industrie, à la tête de la Direction générale des entreprises et de l’industrie.

 

A noter que notre santé – question d’intérêt public par excellence – est moins importante que les intérêts industriels et qu'elle est "gérée" en 180887811.giffonction des intérêts économiques, puisque l’agence européenne de sécurité sanitaire et du médicament (EMEA) est subordonnée à la Direction des entreprises et de l’industrie. Comme c’est utile ! Du point de vue de la rentabilité économique, il n'y a pas plus pragmatique ! On se demande à quoi peut bien servir la Direction générale Santé et protection des consommateurs (DG SANCO), à part servir d'alibi et d'écran de fumée, je veux dire

.

Tombons malades, consommons des médicaments à la pelle, puisque cela fait marcher le commerce, l'économie dans son ensemble, et assure la sacro-sainte croissance ! Le mot "croissance" fait partie de l'évangile de Günter Verheugen, avec la "compétitivité" et la "réduction des charges administratives". Ce syntagme doit être compris au moins partiellement au sens de "casse du droit du travail". La casse des arrêts maladie est l'une des modalités de ce travail de sape; elle a été dénoncée par la revue Pratiques au moyen d'une pétition en cours dont nous avons rendu compte dans la note "Un arrêt de travail pour Sarko, Fillon et Cie – pétition de la revue Pratiques pour défendre les arrêts de travail".

 

Cet organigramme européen permet de mieux comprendre certaines décisions ainsi que la démarche d’ensemble de la Commission européenne, non ?

 

Cette subordination de la santé à l'économie, et de l'intérêt général aux intérêts industriels privés nous éclaire en tout cas sur les motivations de Günter Verheugen, qui est en train de dérouler un tapis rouge aux firmes pharmaceutiques pour qu’elles puissent accaparer à la fois les questions de pharmacovigilance (sécurité des médicaments) et l’ensemble de l’information-santé (l’information médicale ainsi que celle du grand public)… Le renard garderait le poulailler, se chargerait de la santé des poules, de leur sécurité et de leurs récriminations… Il ferait régner la justice et l’éthique, sans aucun doute…

 

Pour plus de détails sur les plans de Verheugen et de l'industrie pharmaceutique, vous pouvez lire les notes réunies sous les catégories "Autorités d’(in)sécurité sanitaire" et "Publicité directe pour les médicaments", qui reprennent aussi les communiqués du Collectif Europe et Médicament.

 

Ce cher Günter Verheugen est là pour faire en sorte que l’Europe roule pour les industriels, quels qu’ils soient, d’ailleurs. Pour que la course à la 1366769262.jpg"compétitivité" (mot sacré, baissons la tête en guise de respect) des multinationales ne soit pas troublée par des questions d’environnement ou d’administration, par exemple… Pour que les "droits à la propriété industrielle" et autres brevets soient scrupuleusement respectés. Y compris quand ces "droits" commerciaux contreviennent au droit à la vie et à l'intégrité physique de tant de personnes dans le monde... Puisqu'ils condamnent à mort les paysans qui doivent acheter leurs semences OGM à Monsanto et lui payer des royalties pour l'usage de telle plante désormais brevetée... Les mêmes "droits de propriété", sanctifiés par les accords commerciaux de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), tuent des centaines de milliers de malades (de SIDA, mais pas seulement) au tiers-monde. Ils les tuent à petit feu, il n’y a pas d’autre mot, parce que les pays pauvres ne peuvent pas payer les médicaments de marque et se voient interdire la production de copies ou de génériques.

 

Les exemples sont légion, dans chaque industrie et branche économique imaginables. Et comme Günter Verheugen les incarne toutes…

 

Le vote est un devoir citoyen…

 

Disons à ce cher M. Verheugen ce qu’on pense de son rôle de lobbyiste et d’avant-poste des intérêts privés des industries pharmaceutique, agro-alimentaire, chimique, pétrolière, automobile et autres ! Les nominations sont ouvertes jusqu’au 12 septembre, en utilisant ce cadre. Puis le vote aura lieu, toujours sur le site du CEO, entre le 13 octobre et le 30 novembre. Le prix sera décerné pendant la deuxième semaine de décembre.

 

A vos claviers et merci de faire connaître ces prix ! Nous n’avons pas tous les jours l’occasion de dire leurs quatre vérités aux lobbies et à leurs marionnettes, alors…

 

Pour approfondir la question du rôle des lobbies - voix des multinationales - et mieux comprendre leurs tactiques

 

Voici les sites des trois autres chiens de garde, critiques des multinationales et de leurs lobbies, qui collaborent à l'élection de ces "meilleurs d'entre nous" :

  • Friends of Earth Europe [Les amis de la terre – Europe]
  • Lobby Control (association allemande d’utilité publique)
  • Spinwatch (association britannique spécialisée dans la dénonciation des discours de propagande et de public relations, ainsi que des combines utilisées dans la "communication" des lobbies et multinationales pour lancer des écrans de fumée).

Mise à jour

Je suis très déçue de voir que ma proposition - pourtant faite aussi par d'autres - n'a pas été retenue, et que Günter Verheugen ne figure même pas parmi les nominés. Pourquoi? Cela aurait-il été trop osé que de nominer le numéro deux de la Commission européenne comme l'homme politique lobbyiste le plus nocif pour l'intérêt général européen?

Ces trois chiens de garde me déçoivent, puisqu'ils n'ont retenu que du menu fretin, laissant les gros poissons vaquer tranquillement à leur lobbying, hors d'atteinte du vote des citoyens. Même sur un plan strictement symbolique, ces requins sont manifestement intouchables.

Elena Pasca

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu