Avertir le modérateur

30/11/2008

L’industrie pharmaceutique et les assureurs lancent une campagne massive contre les projets d’Obama de réformer le système de santé

Cela rappelle étrangement la présidence de Bill Clinton et les tentatives de Hillary Clinton de réformer un système qui était loin d’être aussi Obama réforme Pharmalot.jpgmauvais qu’aujourd’hui… Une campagne massive a complètement changé l’attitude de l’opinion publique, au départ favorable aux réformes et à l’introduction d’une assurance-maladie universelle publique. Les industriels ont présenté cela comme une dérive vers le... communisme, portée par « Hillary la rouge », « Billary », etc.

Huit ans d’administration Bush et des républicains, alliés traditionnels de l’industrie pharmaceutique, des assureurs et de tous les prestataires de services liés à la santé ont délabré le système de soins à un point difficilement imaginable. Or Obama ne s’est pas privé d’attaquer l’industrie pharmaceutique pendant sa campagne, par exemple sur la responsabilité des firmes en cas de médicaments défectueux, question très épineuse alors que les firmes cherchent à se mettre au-dessus des lois et à échapper à tout procès à travers la préemption fédérale.


Et le lobby ne laissera pas passer cet affront et n’acceptera, déclarent ses représentants, aucune entrave à un marché libre et non régulé de la santé. Les firmes risquent de perdre 30 milliards de dollars rien que si Obama réussit à imposer la négociation des prix des médicaments remboursés par l’assurance-maladie publique Medicare, qui prend en charge les personnes âgées, les handicapés et les malades chroniques.

 

Ces idées sont soutenues par plusieurs initiatives d’hommes politiques tels Edward Kennedy, John Dingell, Max Baucus, Herb Kohl, Henry Waxman en faveur d’une assurance-maladie accessible à tous, d’une réforme majeure du système de santé, incluant – comme le disent d’autres sources - une réorganisation majeure de l’agence du médicament (FDA), soutenue même par des républicains, à commencer par l'ennemi numéro un des dérapages des Big Pharma, le sénateur Charles Grassley. (Il faudrait lui demander de venir donner des cours à nos hommes politiques...)

 

De plus, Obama nommera l’ancien sénateur démocrate Tom Daschle au ministère de la santé, à savoir l’un des partisans des idées réformistes de Hillary Clinton.

La campagne de dénigrement des lobbies, dotée de plusieurs millions de dollars et qui débutera par des spots télévisuels, est orchestrée par PhRMA, le syndicat de l’industrie pharmaceutique, mais rassemble aussi les assureurs et d’autres gros industriels (agricoles, chimiques, alimentaires…) dont les intérêts seront lésés par la volonté du président d’aller vers une économie plus écologique.

 

Vous pouvez lire d'autres détails dans les articles suivants :

La photo est tirée de Pharmalot ; le texte parle de soins de santé [et assurance-maladie] accessibles à toutes les familles des travailleurs.

 

Elena Pasca

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu