Avertir le modérateur

31/12/2008

Inflammations oculaires dans l’usage non autorisé d’Avastin dans la DMLA. Retour de la controverse Avastin – Lucentis ?

L’Avastin° (bevacizumab de Genentech / Roche) est un médicament autorisé dans le traitement de certains cancers (côlon, sein, bronches, rein). Mais il est largement utilisé, y dmla_evoluee.jpgcompris en France, pour soigner la forme néovasculaire (exsudative ou humide) de la dégénérescence maculaire liée à lâge (DMLA), alors qu’il n’a pas d'autorisation de mise sur le marché (AMM) dans des indications ophtalmologiques.

 

Même si elle ne porte pour le moment que sur moins de 40 cas d'inflammation et de toxicité, l'alerte donnée par les firmes Genentech et Roche aux Etats-Unis et au Canada relancera certainement la controverse sur les risques de sécurité qu'implique l'utilisation non autorisée d'un médicament, alors que nous disposons d'un autre médicament, certes 30 fois plus cher, mais développé explicitement pour le traitement de la DMLA.

Lire la suite

30/12/2008

La réputée Cleveland Clinic met en place une politique stricte de gestion des conflits d’intérêts de ses médecins et chercheurs

On attend une politique similaire dans les cliniques et les hôpitaux français, où il n'y a pas l'ombre d'une quelconque limitation...COI Clemente Botelho Foundation News and Commentary.jpg

 

Voici une traduction rapide de l’éditorial du 13 décembre de la revue médicale The Lancet, intitulé "Transparency rules at the Cleveland Clinic" (Nouvelles règles de transparence à la Cleveland Clinic, Volume 372, Issue 9655, Page 2002), suivie du compte-rendu d'un article du New York Times, qui apporte plus de détails.

Illustration de Clemente Botelho, tirée du site Foundation News & Commentary.

Lire la suite

Les psychiatres qui préparent le DSM V seront tenus par une clause de confidentialité. Un boulevard pour les conflits d’intérêts

Pharmacritique a rendu compte dans cette note des conflits d’intérêts de l’équipe de psychiatres chargés par l’American Psychiatric DSM Bonkers Institute.gifAssociation (APA) d’entreprendre la cinquième révision de leur bible, à savoir le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). De plus, nous avons épinglé à plusieurs reprises la psychiatrie – surtout américaine – parce qu’elle se révèle être la discipline médicale la plus corrompue (voir la catégorie "Conflits d’intérêts en psychiatrie ; DSM").

L’APA avait lancé une campagne de communication encensant les changements dans le sens de la transparence et de l’ouverture qui devaient guider le travail des experts… Quelques mois plus tard, il n’en reste rien.

Lire la suite

29/12/2008

Ses débordements publicitaires pour le Cialis valent à Eli Lilly le titre de pire firme pharmaceutique de l’année

Décidément, la dysfonction érectile est à l’honneur ces temps-ci, comme on l’a vu avec la promotion du Viagra par la CIACialis McCain.jpg

On apprend que Consumers International, la fédération internationale d’associations de consommateurs, a décerné le prix Marketing Overdose à la firme Eli Lilly, pour avoir dépassé toutes les bornes dans le déluge publicitaire pour sa pilule Cialis (tadalafil), indiquée dans la dysfonction érectile. Les détails sont éloquents...

Lire la suite

Pfizer a des visiteurs médicaux d’un nouveau genre : les agents de la CIA, qui offrent du Viagra pour ériger des amitiés…

(Note d'hier, postée de nouveau à cause d'un souci technique. Je saurais gré à l'hébergeur de répondre enfin à mes demandes d'aide!!) Pub Viagra Pharmagossip.jpg

L’avenir de l'industrie pharmaceutique s'annonce radieux. Même la CIA se met à lui servir de VRP, c’est dire

Les tirs militaires seraient-ils remplacés par ceux symboliques ? ;-) Pas si simple...

Mais Pfizer pourra bientôt compléter la notice du Viagra par des allusions à ses vertus pacifiantes - faites l'amour, pas la guerre! - et d'incitation à la délation, pardon, à donner des informations sur ses amitiés traditionnelles, afin de s’en créer d’autres, plus intéressées. Avec de tels VRP, dont la capacité de persuasion est légendaire, on comprend mieux pourquoi la firme peut se permettre de tailler dans ses forces de vente habituelles…

Lire la suite

25/12/2008

Bush légalise les préjugés religieux en santé. Accès aux soins et droits des femmes sont en danger

Lire la suite

24/12/2008

A l’âge de raison, Pharmacritique adhère à la Fondation Sciences Citoyennes et à Healthy Skepticism

La fin de l'année et l'anniversaire marquent l’heure des bilans et des lignes de force à tracer pour l’année prochaine. Alors autant Anniversaire.jpgcommencer par rappeler certaines caractéristiques et certains traits essentiels de Pharmacritique, ainsi que le principe de reconnaissance d'autrui qui lui sert de "guide" de réflexion.

 

Et le moment est venu de renouveler mes remerciements à tous ceux qui ont contribué à ce que le "bébé-blog" grandisse…

 

C'est le 9 décembre que Pharmacritique a fêté son premier anniversaire. J’en parle en retard, parce que j'ai vécu une période très mouvementée et ai dû faire face à un coup bas, forcément déstabilisant. On me dit que c’est la rançon du "succès", et que certains craigneraient une "concurrence" qu'ils essaieraient de discréditer… Or Pharmacritique n’est une concurrence pour personne, d’autant plus que mon anonymat montre bien que ce n’est pas ma personne qui importe, mais la cause.

L'une des résolutions que tous ceux qui interviennent dans ce champ devraient formuler pour 2009, c'est de tenter de se déprendre des réflexes et des habitudes de pouvoir et de recherche d'exclusivité comme de monopole. Exclusivité veut dire exclusion. De quel droit ?

Lire la suite

18/12/2008

Gardasil et Cervarix : Astra Zeneca et la Fondation Nobel soupçonnées de corruption et conflits d’intérêts dans l’attribution du prix Nobel à Harald zur Hausen

Le prix Nobel attribué à Harald zur Hausen est censé récompenser les recherches sur les papillomavirus, mais consacre surtout le triomphe des conflits d’intérêts qui entachent le Gardasil et le Cervarix depuis leur conception, et ce partout où des centres publics de recherche travaillent avec les firmes pharmaceutiques et adoptent les méthodes de ces dernières, au mépris de leur mission d'intérêt général.

J'ai parlé dans cette note du réseau tentaculaire de conflits d’intérêts par lequel Merck, Sanofi Pasteur MSD et CSL ont imposé le Gardasil et empêché un vrai débat sur l’utilité de ce vaccin et son rapport bénéfices – risques. Et les exemples concrets ne manquent pas.

La question des conflits d’intérêts se corse et se pose directement en termes de corruption, puisque c’est ce chef d’accusation qui est envisagé par le procureur Christer van der Kwast, de l’office suédois de lutte contre la corruption. L’affaire a été révélée par la Radio suédoise (Sveriges Radio) et par le journal Dagens Medicin, que nous citerons plus loin, et ce à peine deux jours avant la remise officielle des prix, qui a eu lieu le 10 décembre. La lauréat Harald zur Hausen, qui se disait déjà énervé par la contestation des 13 médecins et scientifiques allemands signataires d’un manifeste critique contre le Gardasil (voir cette note), a maintenant des raisons de se lamenter…

 

Les révélations, les soupçons et l’enquête concernent le Comité Nobel qui attribue les prix Nobel de médecine ainsi que la firme Astra Zeneca, qui tire elle aussi un grand profit commercial de l’attribution du prix à Harald zur Hausen.

Lire la suite

16/12/2008

Gardasil et Cervarix sur la sellette en Allemagne: 13 médecins et scientifiques de renom demandent l’arrêt de la désinformation et de la vaccination massive

Dans le numéro du 26 novembre du journal allemand Süddeutsche Zeitung, Christina Berndt signe un article rendant compte de la prise de Gardasil Think Progress.org.jpgposition de 13 médecins et scientifiques allemands réputés, qui signent un manifeste critiquant la décision des autorités vaccinales de recommander une vaccination massive par Gardasil ou par Cervarix et rappellent les incertitudes et inconnues qui auraient dû inciter à la prudence au lieu d’une implémentation massive.

Le même journal avait été parmi les premiers à donner une information nuancée et à offrir, dès octobre 2007, une tribune aux critiques du Gardasil, et notamment au directeur de la revue allemande indépendante Arznei-Telegramm, le Dr Wolfgang Becker-Brüser, comme nous l’avons dit dans cette note complétée et mise à jour à plusieurs reprises : « Gardasil, vaccin HPV très critiqué en Allemagne et ailleurs. Avis de spécialistes et synthèse des aspects essentiels ».

Lire la suite

13/12/2008

Crestor: effet marketing de l’essai Jupiter biaisé et basé sur une CRP non pertinente

Explication rapide pour les usagers auxquels on cherchera à présenter le Crestor (rosuvastatine) comme le crestor étude jupiter,statine efficacité,rosuvastatine effets indésirables,dyslipidémie traitement,crp cholestérol,crestor cholestérol,étude jupiter biais,étude jupiter conflits d'intérêts,risque cardiovasculaire cholestérol,statines bénéfices risques,statines cholestérol disease mongering,astrazeneca crestor jupiter,rosuvastatine prévention primaire,crestor prévention primaire,crestor conflits d'intérêt,crestor,disease mongering cholestérol,crp risque cardiovasculaireremède miracle, même en prévention primaire où les statines n'ont pas fait preuve d'efficacité : si vous avez réellement besoin d’une statine, il vaut mieux s’en tenir à celles qui ont fait leurs preuves. Parce que l’essai clinique dont tout le monde parle -l'étude Jupiter - a été conçu d’emblée de façon à donner de très bons résultats… sur le papier, mais qui ne veulent rien dire en pratique…

 

Dans cette note sceptique quant à l’étude Jupiter et aux exploits du Crestor (rosuvastatine), je me demandais si le design de cette étude ne relevait pas plutôt du disease mongering / façonnage de maladies, compte tenu du choix de la CRP (protéine C réactive), érigée, pour les besoins de la firme Astra Zeneca qui produit le Crestor, en marqueur révélateur de risques cardiovasculaires.

Lire la suite

12/12/2008

La ministre belge francophone de la Santé rappelle les incertitudes autour du Gardasil, insiste sur le dépistage et s’oppose à la vaccination systématique

Merci à la personne qui m’en a parlé ! C. Fonck RTBF.jpg

 

Catherine Fonck est la ministre de la Santé de la Communauté francophone de Belgique, pays qui compte six autres ministres à divers échelons. Médecin de formation, elle a depuis 2006 soutenu le Gardasil, allant jusqu’à adresser directement, en février 2008, une lettre aux jeunes filles âgées de 12 à 15 ans, pour les « encourager » à se faire vacciner. Procédé pour le moins contestable et qui a suscité des réactions critiques.

 

Après la parution récente d’un dossier consacré au Gardasil par l’hebdomadaire francophone Le Vif / L’Express et des révélations faites par l’hebdomadaire Knack, la Dre Fonck a fait une volte-face spectaculaire en déclarant le lundi 8 décembre dans le journal Le Soir qu’elle s’opposerait lors de la réunion interministérielle à la décision d’imposer la vaccination par Gardasil ou Cervarix aux écolières belges. Trop d'incertitudes sur l'utilité comme sur la sécurité du Gardasil...

Lire la suite

11/12/2008

Débat le 19 décembre à Paris sur le Gardasil, organisé par le projet Dé Dés Information (DDI) des généralistes réunionnais

Un débat aura lieu le 19 décembre à 19h30 dans la salle Gaspard de la revue Prescrire (83, Boulevard Voltaire à ddi-logo-80.gifParis, 75011, M° Saint-Ambroise), sous le titre « La vaccination anti-HPV dans tous ses états ». Par la suite, il y aura une possibilité d’information des personnes intéressées par mail, puis l’information sera relayée et postée – avec les liens - sur Pharmacritique et deux autres sites.

 

Merci de diffuser l’information, aussi auprès des associations, médecins et autres professionnels de santé, SVP ! Nous nous battons chacun avec ses moyens, et le moindre acte de résistance est le bienvenu, pour dire à l’industrie pharmaceutique et à ses vassaux en blouse blanche que le temps où ils faisaient ce qu’il voulaient, avec nous autres comme cobayes, est bel et bien fini ! Ca prendra le temps qu’il faudra, mais des Didier Riethmuller et autre Jean-Luc Prétet et Joseph Monsonego, consultants pour Sanofi Pasteur MSD (comme je l'ai dit dans cette note), ne pourront plus censurer éternellement le débat et museler la raison au gré de leurs conflits d'intérêts et autres liens avec la firme nationale qu'il ne faudrait pas égratigner pour ne pas la rendre moins compétitive...

 

Bravo à la section généraliste de l’Union Régionale des Médecins Libéraux (URML) de la Réunion pour avoir initié ce projet inédit en France et pour persévérer malgré les pressions !! Voici leur site, où vous trouverez pas mal d’informations. Ils ont un forum, où vous pouvez leur laisser des messages de soutien, pour montrer que leur démarche n’est pas isolée, mais exprime au contraire la volonté du public d’avoir une information indépendante et son ras le bol de se voir gaver depuis des années - que ce soit pour le Gardasil comme pour divers médicaments - par la publicité des laboratoires et leur volonté de vendre un maximum.

 

 

Pour avoir œuvré pas mal dans ce domaine, avec ses 44 articles sur le Gardasil et le Cervarix (ici, ici, ici ou ici) - qui ont servi de sources à beaucoup de médecins et de journalistes, en France comme à l’étranger, y compris au DDI, et ont largement été repris sur des forums de patients - je serai présente à ce débat. Et je reviendrai sur la DDI, qui est sur la longue, trop longue, liste des sujets à traiter… Pharmacritique leur souhaite bonne route !

Elena Pasca

02/12/2008

L’étude ALLHAT enterrée par les firmes, puisque les diurétiques thiazidiques traitant l’hypertension sont efficaces et bon marché

Un article révélateur du New York Times du 27 novembre, intitulé “The Minimal Impact of a Big Hypertension Study” (L’impact minime d’une Hypertension Knowledgebase script.jpggrande étude sur les traitements de l’hypertension), revient sur l’étude ALLHAT (Antihypertensive and Lipid-Lowering Treatment to Prevent Heart Attack Trial). Cette étude à large échelle qui a eu lieu en 2002 a démontré que les diurétiques thiazidiques étaient les médicaments à la fois les plus efficaces et les moins chers pour traiter l’hypertension artérielle. Cependant, 6 ans après, les diurétiques sont beaucoup moins prescrits qu’ils ne devraient l’être, compte tenu de leur efficacité.

L’association australienne Choice arrivait à la même conclusion dans un rapport déplorant les méthodes perverses de l’industrie pharmaceutique et qui prenait pour exemple précisément le cas des médicaments antihypertenseurs, comparés sous l'angle coût / efficacité.

 

Le diurétique antihypertenseur chlortalidone, jadis commercialisé en France aussi sous le nom de Hygroton, est l’exemple-type de médicament très peu prescrit parce que efficace et pas cher (cf. notre note), donc peu profitable aux firmes qui produisent des antihypertenseurs pas plus efficaces, mais beaucoup plus chers, tels les inhibiteurs calciques ou les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC). L'Hygroton a fini par être retiré du marché français, comme nous l'a appris un lecteur de Pharmacritique, déjà suite à la note sur le rapport de l'association Choice. Il n'existe plus sous forme de spécialité unique. Il reste l'Esidrex [hydrochlorothiazide], efficace et pas cher, donc pas profitable...

 

Les firmes se sont unies contre l’ennemi commun - les médicaments bon marché - et ont tout fait pour le discréditer, par exemple en payant des leaders d’opinion (pantins du pharmacommerce) pour vanter les mérites des nouveaux médicaments antihypertenseurs. Par exemple, un membre d’un groupe d’experts américains a reçu 200.000 dollars de Pfizer, pour donner des conférences défavorables aux diurétiques, nous dit le New York Times.

 

Et nombre d’experts indépendants soulignent que l’influence de l’industrie est telle qu’elle empêche aussi toute volonté politique qui inciterait à l’organisation d’essais cliniques de grande envergure pour trouver les médicaments ayant le meilleur rapport coût / efficacité… Les firmes ont le bras long et n’hésitent pas à désinformer et à déformer la vérité, par exemple sur les effets secondaires de leurs antihypertenseurs, pour faire vendre un maximum, à l’exemple de Pfizer et de Novartis, cités dans l’article, qui contient d’autres détails intéressants.

 

A noter qu'une recherche rapide, faite suite aux remarques précieuses d'un lecteur, nous apprend que l'efficacité des diurétiques thiazidiques était bien connue parmi les médecins et dans la presse médicale bien avant l'article du New York Times, et c'est pourquoi le récent tapage médiatique, qui parle de l'étude ALLHAT comme d'un scoop, a de quoi étonner. Nous avons cité le rapport de l'association Choice, datant de mai 2008, avant de rendre compte de l'article du New York Times. Mais prenons deux exemples francophones, faciles à trouver lors d'une recherche et émanant de sources médicales sérieuses.

 

Ainsi, le numéro de décembre 2007 de la Lettre du GRAS (Groupe de Recherche et d’Action en Santé) précise à la page 61 : « On comprend mal par exemple les réticences françaises à la prescription des "vieux" thiazides dans le domaine de l’HTA, où leur indication de première intention, hors cas particuliers, reste aujourd’hui encore indiscutable. » De plus, le GRAS donne la marginalisation de l’étude ALLHAT - et l’occultation de l’efficacité des diurétiques tels la chlortalidone dans le traitement de l’hypertension artérielle – comme un exemple type des conséquences néfastes des conflits d’intérêts en médecine. Il reprend pour cela un article paru en… 2003 sur le site de l’UNAFORMEC, reproduit à la page 62.

 

Et le numéro de septembre 2004 de la revue Prescrire précisait clairement : « L'ensemble des données convergent pour utiliser en première intention un diurétique thiazidique : chlortalidone, ou à défaut hydrochlorothiazide [Esidrex], associé habituellement à un épargneur potassique. Chez les hypertendus sans complication ni diabète, certains bêtabloquants sont indiqués en deuxième ligne, certains IEC en troisième ligne et certains inhibiteurs calciques en quatrième. Les choix thérapeutiques diffèrent en cas de diabète ou de complications (p. 601-611) ».

 

Merci au Dr Siary pour les précieuses informations apportées; elles complètent parfaitement celles journalistiques que j’importe d’ailleurs. (Et je ne fais que creuser par la suite...)

 

Illustration: Knowledgebase-Script.com

Mise à jour: Voir la suite et d'autres détails sur la chlortalidone (Hygroton), l'étude ALLHAT et l'étude ACCOMPLISH dans la note "La réévaluation d’ALLHAT comparé à d’autres essais cliniques confirme les bénéfices des diurétiques thiazidiques dans l’hypertension".

Elena Pasca

Avandia: risque de mortalité accru de 15%; risque d’insuffisance cardiaque de plus de 13% par rapport à Actos

Le numéro du 24 novembre de Archives of Internal Medicine publie une etude intitulée “Comparison of Cardiovascular Outcomes in Elderly Avandia Bloomberg.jpgPatients With Diabetes Who Initiated Rosiglitazone vs Pioglitazone Therapy” (Comparaison des résultats obtenus chez des diabétiques plus âgés traités par rosiglitazone versus pioglitazone). L’étude de Winkelmayer et al a inclus 28.361 diabétiques de plus de 65 ans traités entre 2000 et 2005 par Avandia ou Actos. Les auteurs concluent à une hausse de la mortalité parmi les patients traités par Avandia (rosiglitazone) de l’ordre de 15%, toutes causes confondues. Avandia augmente de 13% le risque d’insuffisance cardiaque par rapport à Actos (pioglitazone), qui est lui-même loin d'être irréprochable…

A se demander d’ailleurs quelle est la véritable raison de cette comparaison, si ce n’est de présenter Actos dans une lumière plus favorable, vu les soupçons qui pèsent sur toute la classe des thiazolidinediones et glitazones, puisque les effets secondaires semblent communs à toute la classe.

Lire la suite

Incertitudes sur l’histoire naturelle du cancer du sein: gare aux traitements inutiles, dit un éditorial qui prend acte des 22% de régression spontanée

J'ai parlé dans cette note de l’étude de Per-Henrik Zahl, H. Gilbert Welch et al. qui estiment à 22% le taux de Cancer sein.jpgrégression spontanée des cancers du sein (et donné d'autres éléments ici). L’étude est accompagnée par un éditorial de Kaplan et Pozsolt, paru dans le même numéro des Archives of Internal Medicine, sous le titre « The Natural History of Breast Cancer » (L’histoire naturelle du cancer du sein; 2008,168(21) :2302–2303). Les auteurs soulignent la valeur incertaine de la mammographie, le peu de connaissances actuelles sur l’évolution naturelle des cancers non traités et, s’agissant du cancer du sein, sur la différence entre les cancers des femmes ménopausées et post-ménopausées, puisqu’ils ne semblent pas évoluer de la même façon.

Si l’on se réfère à l’histoire naturelle des cancers en général, l’exemple du cancer de la prostate est le plus prégnant, puisque beaucoup de tumeurs ne poussent que très lentement, ne mènent pas à des métastases et n’affectent en rien la qualité de vie des patients.

Lire la suite

01/12/2008

De l'industrie du cancer du sein au business de l'endométriose chronicisée. Yellow-washing médico-industriel, naturo-psycho-holistique, communicationnel...

Pour commencer, voici une caricature de Adams et Berger qui montre à quel point le corps des femmes est devenu objet de commerce, marchandisé et pris en otage par ce que l'on peut appeler "l'industrie du cancer" ou "l'économie du cancer", entretenue par la globalisation d'une économie productiviste et par la pollution généralisée qu'elle engendre. A des fins de profit et à défaut d'une volonté politique forte qui s'attaquerait aux vraies causes - environnementales, chimiques... - du cancer du sein. Ce sont les termes de Geneviève Barbier et Armand Farrachi, dans leur livre La Société cancérigène. Lutte-t-on vraiment contre le cancer? (La Martinière 2007), présenté dans mon article du 19 novembre 2008, avec des extraits. Les auteurs soulignent eux aussi, les dégâts des dépistages trop rapprochés (mammographies, biopsies, procédures invasives dès la moindre anomalie histologique...). 

La caricature saisit l'essence des notes réunies sous la catégorie "Cancer, prévention, industrie du cancer". Car cette "industrie du cancer" ne pourrait pas atteindre les proportions actuelles s'il n'y avait pas ce que j'appelle "abus de prévention", à partir de la critique par David Sackett de la médecine préventive qu'il qualifie d'agressive, présomptueuse, paternaliste et autoritaire. (Voir David L Sackett. The Arrogance of Preventive Medicine. CMAJ. 2002 Aug 20;167(4):363-4).

cancer Mike Adams.jpg
Diverses stratégies de désinformations et d'invention ou réinvention de maladies afin d'élargir le marché
 
Nombreux sont les auteurs anglo-saxons à avoir décrit les dérives de la médecine, qui, de moyen de soigner les malades (traiter les maladies), cherche à s'ériger en moyen de prévention, surtout pharmacologique, de maladies qui n'existent pas encore, quitte à nous pousser à vider les pharmacies... L'utilisation de plus en plus fréquente du préfixe "pré" est significative à ce titre: l'on parle de pré-ostéoporose, pré-hypertention, pré-diabète, pré-obésité et d'autres, sur la base de marqueurs biologiques dont les valeurs dites normales ont été baissées entre les années 90 et les années 2010 par consensus d'experts, c'est-à-dire par des médecins leaders d'opinion (key opinion leaders, appelés aussi dealers d'opinion). Ceux-ci sont placés dans les positions clé du système et pouvant le verrouiller et le faire fonctionner dans l'intérêt des acteurs économico-financiers qui paient les formations médicales continues, les recherches, les congrès,... Bref, ils sont en position de contrôle de l'ensemble des branches du système de formation, d'information et de recherche médicale. Ce sont eux qui vont aussi dans les media pour donner LA bonne approche de telle maladie, les bons traitements, sans déclarer leurs conflits d'intérêt.
 
Il est étonnant que l'on ne se préoccupe pas, en France, de tous ces aspects, que l'on ne s'interroge pas sur les leaders d'opinion, sur les conflits d'intérêts, sur les biais qu'engendrent les financements industriels, et pas non plus sur les stratégies de désinformation sur les maladies, qu'il s'agisse de ce que l'on appelle le disease mongering (façonnage, invention de maladie, réécriture de maladies, cf. les notes en descendant sur cette page), des méthodes de publicité indirecte (puisque la DTCA: direct-to-consumer advertising est interdite en France), des financements industriels de diverses sociétés savantes mais aussi d'associations de patients, ou encore de la mise en place de campagnes de communication sur des maladies, qui sont en fait tout autant de campagnes publicitaires...
 
Les mêmes auteurs anglo-saxons ont épinglé depuis longtemps le disease awareness campaign comme stratégie de médiatisation afin - non pas de sensibiliser à une maladie pour le bien des patients - mais d'élargir le marché et surtout de faire parler de la maladie en question sous l'angle des médicaments ou autres moyens thérapeutiques vendus par les laboratoires pharmaceutiques qui financent la campagne publicitaire. Et c'est cela qui peut échapper à l'interdiction des publicités. Des spots audiovisuels peuvent sensibiliser aux soi-disant dangers du cholestérol, dont la forme LDL est diabolisée, comme je l'ai montré dans les articles en descendant sur cette page, et rendue responsable de tous les maux, y compris sur des chaînes de radio et de télévision publiques, tout en disant: "Des solutions existent. Consultez votre médecin". Ces campagnes attrape-nigauds amènent les gens sur internet, sur les sites présentés comme des sources d'information, mis en place par les industriels pharmaceutiques qui vendent les médicaments anticholestérol. Les mêmes qui fabriquent les dépliants d'information que vous trouvez dans la salle d'attente de votre médecin...
 
J'ai épinglé les incitations au dépistage organisé du cancer du sein par mammographie dans plusieurs notes, en citant des auteurs tels que Peter Gotzsche, Gilbert Welch, Per-Henrik Zahl, Fernand Turcotte, le Nordic Cochrane Center, Nortin M Hadler (The Last Well Person. How To Stay Well Despite the Health Care System, John Hopkins UP 2007) et d'autres.
 
Ces auteurs mettent en évidence la désinformation en direction des femmes, passant la plupart du temps par des associations et des réseaux, qui bénéficient souvent de financements industriels, y compris pour leurs sites, leurs campagnes d'information, leurs réseaux et listes de discussion de "sororité" entre femmes survivantes et celles à la recherche d'informations supposées désintéressées, car émanant de militantes associatives à l'image de bénévolat et d'engagement par philanthropie.
 
Médicalisation des femmes
       
Les femmes sont les premières cibles de la médicalisation et de la marchandisation en général, pour des raisons exposées de façon disparate dans plusieurs articles. On voit les stratégies de marchandisation s'exercer y compris dans l'industrie de la communication et dans l'industrie de la culture et de la conscience (selon les termes de la Théorie critique), qui recoupent la "culture psy" issue d'un croisement de l'individualisme néolibéral et de la psychanalyse  et se servant de l'ensemble de "l'empire de la psychanalyse" (selon les termes du lacanien Gérard Pommier). Entre ce complexe, puis les complexe médico-industriel et celui naturo-psycho-holistique, les femmes n'ont aucun moyen d'échapper à ce qui les englue comme dans une toile d'araignée qui se tisse autour d'elles. Tout est fait pour qu'elles ne sortent jamais de là et continuent à ne se mouvoir qu'à l'intérieur de cette toile, ou de ce cercle vicieux, qu'elle consomment des médicaments ou alors des remèdes vendus par des naturopathes et des coachings vendus par des guides spirituels et autres personnes de guidance. Et sans oublier les innombrables thérapeutes du psychisme (aussi sous l'angle soutien affectif, gestion du stress,...), les psycholibérateurs et autres détenteurs de LA Vérité du psychisme, en fonction des correspondances et des clés donnés par leur chapelle psy respective pour interpréter les émotions des femmes et les épingler en fonction des catégorisations psychiques présentes dans toutes les approches naturo-psyhco-holistiques (névrose/ psychose, tempérament, constitution, humeur, etc.)...
 
Je reviendrai sur ces questions, à partir de plusieurs sources telles que Barbara Mintzes et Janet Curie, pour ce qui est de la marchandisation de la dépression chez les femmes, David Healy, Christopher Lasch, Ray Moynihan, Alan Cassels, Leonore Tiefer, Steven Woloshin, Jean-Claude St Onge et d'autres, pour la médicalisation des émotions (timidité, instabilité d'humeur, etc.) et les formes de disease mongering, mais aussi la revue Arznei-Telegramm, Jörg Blech, Peter Weiss, Peter Conrad (The Medicalisation of Society. On the Transformation of Human Conditions into Treatable Disorders, John Hopkins UP 2007). 
 
Et je reposterai une version élargie de ma critique du livre de l'historien républicain  Guy Bechtel, Les quatre femmes de Dieu : La putain, la sorcière, la sainte et Bécassine, pour montrer les sources religieuses de la misogynie et gynophobie, ainsi que l'alliance objective qui se crée entre les dignitaires religieux à tous les échelons et les praticiens de la médecine naissante. Ils se soutiennent mutuellement et, comme ils ont la même cible principale - la femme, son corps, son âme - et le même objectif - la contrôler et faire en sorte qu'elle se comporte selon leurs prescriptions -, ils s'entendent pour soutenir mutuellement leurs initiatives et les moyens d'influence par lesquels ils formatent les femmes de façon à ce qu'elles pensent faire acte de liberté ( et en conformité avec sa nature profonde, sa destinée et sa raison d'être spirituelle et biologique: la maternité et le rôle de ménagère, de maîtresse de maison ainsi que de première appelée à se sacrifier pour le bien du foyer, de par des qualités particulières qu'elles aurait par nature: dévouement, désintéressement, communication facile, aptitudes pour le travail domestique, abnégation, raisonnement par l'affect, solidarité, etc. Toutes ces supposées valeurs et qualités intrinsèques à la nature féminine, formant "l'éternel féminin", condamnent les femmes à être subordonnée à l'homme, doté, lui, des qualités nécessaires pour l'édification de la culture et le gouvernement de la cité.
 
La psychanalyse: sexisme, misogynie et gynophobie soi-disant scientifique qui renforce le sexisme médical
 
La psychanalyse viendra renforcer encore cette alliance objective qui scelle le sort des femmes et les enferme dans une nature féminine présentée par des couples d'opposées: nuit-jour, affect-raison, émotion-logique, humide-sec, ténébrès-lumières, intérieur-extérieur, maison-cité, intime-public, et ainsi de suite. 
 
La psychanalyse verra dans les femmes un trou - par l'absence d'organes sexuels externes, selon Freud et les autres -, qui, du fait que l'anatomie est le destin, fait des femmes un trou dans la culture soigneusement bâtie exclusivement grâce aux hommes et à leurs mâles qualités de raison, abstraction  et autres capacités proprement humaines que les femmes n'ont pas/ Mais eux les possèdent de par la possession d'un pénis, qui garantit les facultés nécessaires à l'accès à l'ordre symbolique: celui de la Loi. Par ailleurs, le manque de pénis fait aussi que les femmes ne possèdent qu'un surmoi rudimentaire, donc pas de base biologique pour le développement des capacités morales, éthiques, politiques, de gouvernement de la cité et de l'extérieur de la maisonnée...
 
Le féminin étant structuré en fonction des désirs incestueux inconscients pour les pères, cela est l'une des principales sources de l'hystérie des femmes. Entre l'hystérie, la mascarade inévitable -mascarade qui définit l'être des femmes, car "derrière le masque, il n'y a rien"), la biologie insuffisante et la nature défectueuse et perverse, du point de vue spirituel comme psychique, l'on comprend que la sainte alliance curés-médecins-psychanalystes s'entend pour garder les femmes à leur place: la maison, la cuisine, les enfants, l'église. Et l'on repense aux 3K de la culture allemande - Kinder, Küche, Kirche (enfants, cuisine, église) - que les femmes ont le devoir d'intégrer et de pratiquer, aussi pour le bien de la patrie et même de l'humanité. Car celle-ci est en danger permanent à cause de la nature perverse et la chiennerie des femmes, qui ne sont d'ailleurs pas crédibles, au vu de la dénégation... Et d'ailleurs ce mensonge perpétuel et la nature envieuse et perverse se conjuguent pour donner la définition même de la dénégation, à partir de celle de la castration.
 
Les femmes ont toujours des désirs sexuels incestueux envers leurs pères, mais leur nature les pousse à (se) mentir là-dessus, d'où l'arrivée de l'hystérie. Avec le théatre, la théatralisation et mise en scène selon les freudiens, auxquels les psychanalystes lacaniens ajoutent la "mascarade" qui est la femme. Non pas qu'elle se cacherait derrière ce masque. Non, elle est le masque. On voit ici le même degré de consistance ontologique reconnue aux femmes que dans le cas des organes sexuels externes: zéro. Les femmes ne sont qu'absence, et cette absence, cette négativité et manque risque à tout moment d'absorber l'humanité tout entière par le même trou qui a donné la vie. La mère chameau archaïque, la mère crocodile, la mère araignée (selon Lacan et les lacaniens) peut à tout moment fermer son clapet non seulement sur les enfants qu'elle domine et que sa perversion cherche à détruire (si tant est que le foetus ait résisté, grâce au placenta, qui représente le père et la protection qu'il confère à l'enfant contre la destructivité inhérente aux femmes... Cf. Aldo Naouri qui reprend, développe et transpose en pédiatrie les thèses de Freud puis de Lacan). Mais elle peut fermer son clapet sur l'ensemble de la civilisation patiemment forgée par les hommes parce qu'ils ont su maîtriser et dominer les femmes et ainsi éviter que la destructivité et la perversion s'exercent sur toute l'humanité...
 
On l'aura compris: de Freud et Lacan à Aldo Naouri, Gérard Pommier, Gilbert Levet, Jean-Michel Louka, Jean Belaisch et d'autres, il est impératif pour l'humanité que la domination masculine s'exerce et que les femmes adoptent sans rechigner, sans ressentiment, "la position féminine" qui est aussi celle d'"objet a" pour les hommes. Qu'elles se déterminent en tant que sexe et en tant que psychisme seulement par rapport aux hommes et à leurs désirs, donc seulement en tant que sexualité génitale révélée uniquement en tant que réceptacle vaginal, au moment où les hommes en ont besoin et pratiquent la pénétration. Uniquement génitalité, parce que la sexualité clitoridienne est dangereuse, car phallique, donc devant être occultée pour le bien de l'humanité, des désirs mâles et de la reproduction. D'où aussi l'image de trou, de néant sexuel externe. D'où aussi le seul apport des femmes à la culture: le tissage, car elles voulaient tisser quelque chose pour cacher le néant sexuel, donc leur infériorité anatomique base de leur infériorité psychique, morale, existentielle, etc.   
 
La sexualité et la destinée qui se dessine seulement en fonction des désirs des hommes et de leur pénis, cela donne l'oedipe en symétrie inverse par rapport aux garçons, à partir des désirs incestueux pour les pères, donc une structuration névrotique "normale" des filles en tant que hystériques. (A cela s'ajouteront les "ravages" produits par la destructivité et la perversion maternelles sur les filles, autre signe de cette recherche inconsciente de destruction des enfants, par l'exercice aveugle du pouvoir sur plus faible qu'elle).
 
On l'a vu avec le cas Dora: une jeune fille de 13 ans, harcelée et agressée sexuellement par le mari de la maîtresse de son père, et avec la complicité de son père, est décrétée hystérique par Freud parce qu'elle parle de ces agressions, qu'elle en parle avec dégoût et en garde un souvenir difficile au lieu d'en être simplement émoustillée et d'évoquer des souvenirs agréables d'excitation sexuelle... Dora n'a pas été excitée et n'a pas eu du plaisir, bien au contraire, de ces expériences répétées, alors elle est hystérique.
 
Un autre cas d'hystérie diagnostiqué par Freud est celui d'Emma Eckstein. Cette jeune femme a souffert de douleurs pelviennes très fortes ainsi que de règles abondantes. Peut-être avait-elle aussi une endométriose. Quoi qu'il en soit, elle a fait une très longue analyse avec Freud, qui, aussi pour des raisons extérieures à ses conceptions, l'a cataloguée hystérique et l'a amenée à fabriquer des bouts de rêve et de souvenirs dans lesquels il y avait du sang, etc. Tout ce qu'il voulait pour étayer l'hystérie. Freud étant toujours très admiratif de son ami Fliess et des conceptions de celui-ci sur l'hystérie qui serait liée à des détails de la conformation des cornets du nez et curable par une intervention chirurgicale à cet endroit, il a envoyé Emma Eckstein se faire opérer par Fliess, lorsque les douleurs ont augmenté au lieu de diminuer grâce au diagnostic d'hystérie... Mais cela s'est mal passé. Fliess a aussi oublié un très long bout de gaze, qui s'eest infecté... Après des douleurs atroces, une infection et au prix d'un visage défiguré à vie, Emma Eckstein a quand même accepté les interprétations de Freud, qui lui attribuait à elle et à son hystérie la responsabilité de l'échec et des complications de l'opération des cornets du nez par Fliess...
 
Mais, terrassée par les douleurs, Emma Eckstein a quand même décidé de s'adresser à une chirurgienne pour se faire opérer afin de soigner ses douleurs pelviennes et ses règles hémorragiques. On n'a pas tous les détails pour savoir ce que la chirurgienne lui a enlevé. Au moins un volumineux fibrome. En tout cas, elle n'a plus eu de douleurs. Mais Freud n'a pas supporté que son diagnostic soit infirmé et que "sa" patiente guérisse par chirurgie... Il a tout fait pour la récupérer en analyse et la maltraiter, la casser, l'intimider, pour qu'elle ne raconte pas sa malheureuse histoire avec la psychanalyse et sa réussite avec la chirurgie. Il lui a même donné l'impression de la valoriser en lui envoyant des analysants chez lesquels il disait qu'elle allait trouver de l'hystérie... Freud a soufflé chaud et froid jusqu'à l'avoir totalement sous emprise. Et il lui a fait une telle mauvaise réputation, il a lancé de telles rumeurs et histoires sur son compte, qu'il a fini par la casser, au point qu'elle ne sorte plus de la maison. Et Freud a évidemment pris cela pour une confirmation de son diagnostic d'hystérie et s'est même vanté d'avoir eu raison alors que certains aspects semblaient infirmer ce diagnostic...    
 
Voilà un cas paradigmatique de ce que donne la psychanalyse appliquée à l'endométriose...
 
Alors à quoi s'attendre en France, où la psychanalyse lacanienne est omniprésente et toute-puissante, même quand elle ne s'appelle pas comme ça directement, mais "psychosomatique" ou "approche psychodynamique" ou autre?
 
La situation des malades françaises est désastreuse, c'est une maltraitance psychique de tous les points de vue pour celles qui souffrent d'endométriose, en gynécologie comme partout, car toute la "culture psy" est influencée, du coup aussi la pédiatrie, le monde de l'éducation, l'expertise médico-judiciaire, les soins au sens large. La gynécologie française (mais aussi la sexologie, la procréation médicalement assistée et tout ce qui tourne autour) est sous la coupe de la psychanalyse à travers la psychosomatique. Par exemple, la Société française de médecine psychosomatique détient la principale revue, appelée Gynécologie, Obstétrique et Fertilité, dirigée par Patrick Madelenat, qui est aussi directeur de La Lettre du gynécologue. Et le Dr Jean Belaisch fait partie du comité de rédaction. Il est très bien placé dans toutes les structures importantes dans ce domaine. De même que sa fille, Dr Joëlle Belaisch-Allart, et son gendre, Dr Jean-Pierre Allart, avec lequel il a co-signé un texte publié par l'association EndoFrance même s'il est insultant pour les femmes et dit que l'endométriose a une cause psychologique et doit être traitée par psychothérapie et par... des médicaments hormonaux à la longue. Le texte de 2003 s'appelle Endométriose et vécu de l'adolescence
 
Comme Jean-Michel Louka, le psychanalyste auquel il a ouvert toutes les portes et qu'il a présenté à EndoFrance, Jean Belaisch a une idée fixe sur les maladies des femmes: toutes malades psy, toutes à cause de traumatismes psycho-sexuels, d'abandon par les parents ou même (remarquez les contorsions pour trouver quand même quelque chose) une punition physique ou psychique ressentie comme injustifiée. Voilà une fessée comme cause de l'endométriose. Ou un séjour au coin, qu'une fillette de trois ans aurait ressenti comme injuste. A ce rythme-là, la cause psychique se trouve facilement... On voit dans le livre de 2005 co-écrit avec Anne de Kervasdoué, Pourquoi les femmes souffrent-elles plus et vivent-elles plus longtemps, que c'est une véritable idée fixe, obsession, et que Jean Belaisch pousse systématiquement les femmes à chercher dans leur passé un événement psychique qu'elles doivent relier à l'apparition des symptômes, à leur aggravation, etc. 
 
Voilà un exemple de leader d'opinion qui ne déclare pas ses liens d'intérêt... Le Dr Jean Belaisch qui vante les mérites d'un traitement hormonal empirique de l'endométriose depuis un congrès appelé Gynovations, grande sauterie de formation médicale continue financée par des dizaines de laboratoires pharmaceutiques. Lorsque Jean Belaisch a délivré ses préconisations, en 2007, pas moins de 42 firmes de la pharmacie et fabricants de dispositifs médicaux ont sponsorisé le congrès, doté d'un "programme social opulent". Mais vous ne trouverez nulle part une déclaration des conflits d'intérêt. L'association EndoFrance (de lutte contre l'endométriose) s'affiche partout avec Jean Belaisch, et ne déclare pas non plus ses liens d'intérêt. Mais l'on a appris, dans la Gazette, que c'est grâce à l'argent industriel que l'association a organisé des événements au mois de mars 2007, pour faire connaître l'endométriose. Inutile de dire que l'industrie pharmaceutique ne finance pas quelque chose qui affirme l'efficacité de la chirurgie seule, sans médicaments, et encore moins s'agissant d'une ou deux interventions d'exérèse complète / exérèse radicale (excision surgery) telle que la pratique le Dr David Redwine aux Etat-Unis.
 
Je me suis étendue sur ses pratiques sur le forum d'EndoFrance, sur des listes de discussion et sur des forums tels que Doctissimo, pour essayer d'expliquer les risques des médicaments, dire qu'il fallait faire la chirurgie d'exérèse pas d'ablation, la faire sans médicaments (parce que le chirurgie ne voit pas tout sous Enantone ou Decapeptyl), éviter les médicaments aussi à cause de leurs effets indésirables, etc. Et j'ai expliqué aussi les dangers des plantes et essayé de mettre en garde contre tous les marchands de plantes exotiques, contre cet engouement pour la médecine chinoise et d'autres approches qui voient l'endométriose comme... une affection du foie.  
 

Effets indésirables des hormonothérapies: l'exemple des analogues agonistes GnRH

La question des effets indésirables graves, voire mortels des analogues agonistes GnRH (appelés aussi agonistes LHRH) n'est jamais posée dans les campagnes publicitaires. Or ces effets sont tellement dangereux chez les hommes traités pour un cancer de la prostate que la prescription d'Enantone et Cie ne doit être faite qu'en tout dernier recours, si rien d'autre ne marche et si le patient tient absolument à avoir un traitement, en évaluant soigneusement le rapport bénéfices/risques. Des études et des éditoriaux par dizaines appellent à la prudence depuis des années aux Etats-Unis, parce que les médicaments risquent de tuer plus que le cancer...

Mais les médecins français désinforment - et sont eux-mêmes désinformés entre autres à cause de l'absence de littérature médicale présentant cela en français. Les campagnes de l'Association Française d'Urologie et les autres leaders d'opinion faisant des formations médicales continues sur le sujet notent tout au plus des effets secondaires de sévérité légère à moyenne (prise de poids, fonte musculaire, fatigue, troubles gastro-intestinaux...). Ils oublient le diabète, l'infarctus du myocarde et autres affections cardiovasculaires, l'apoplexie hypophysaire ou l'adénome hypophysaire, les troubles neurologiques (neuropathies, paralysies...) et neuromusculaires, la dégradation très importante de la qualité de la vie à cause du déclin cognitif (mémoire, attention, concentration...), à cause de l'impuissance et parfois de l'incontinence, de la féminisation, etc.

Dans cet article abordant divers aspects liés à notre sujet, "Surdiagnostic des cancers: entre dépistage obligatoire en Pologne et surdépistage imposé en douce en France sous pressions diverses", j'ai parlé de l'amende de 875 millions de dollars que le laboratoire Takeda Abbott Pharmaceuticals (TAP, devenue AbbVie) a dû payer en 2001 pour des charges pénales et criminelles, notamment une "conspiration" (terme figurant dans les attendus du jugement) au niveau fédéral afin de mettre en place une campagne nationale de promotion tous azimuts incitant à la prescription de l'acétate de leuproréline (Enantone, appelé Lupron aux Etats-Unis, Lucrin ou Prostap ailleurs). Plusieurs urologues corrompus directement ont eux aussi été condamnés; mais beaucoup d'urologues ont simplement accepté des cadeaux et autres invitations, ou alors se sont laissés désinformer par la littérature médicale biaisée à ce sujet.

Dommage que les effets indésirables de cette classe de médicaments ne soient toujours pas discutés en public, et même pas dans une revue comme Prescrire, qui n'évoque que ceux légers ou moyens. Cela n'a pas changé depuis que je me suis intéressée à la question et ai commencé à en parler sur Pharmacritique, en 2008.

Les femmes aussi subissent des effets indésirables importants lors d'une prise de Decapeptyl de la firme IPSEN (ou Enantone ou Zoladex) pendant des années, sous prétexte - pourtant sans preuves scientifiques solides - que ce traitement antioestrogénique réduirait les récidives ou augmenterait la durée entre deux récidives d'un cancer du sein hormonodépendant. C'est pourtant important que les femmes qui n'ont aucun symptôme mais font une mammographie - pour répondre aux injonctions du complexe médico-politico-industriel bénéficiaire de l'industrie du cancer - sachent qu'elles risquent une ménopause définitive et des effets indésirables sévères avec un tel analogue agoniste GnRH. C'est un comble si une femme surdiagnostiquée, ayant une petite tumeur qui aurait régressé toute seule, etc. se retrouve dans l'engrenage des traitements (chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie pendant des années...) qui la transforme définitivement en malade chronique, à cause des effets indésirables de l'un ou l'autre des médicaments et de leurs effets cumulatifs.

Et si ce business autour du dépistage est si lucratif pour les fabricants de tout le matériel nécessaire, pour les laboratoires fabricant des médicaments très chers, pour les professionnels de santé (depuis les radiologues jusqu'aux cancérologues et aux médecins généralistes avec leur prime s'ils prescrivent le taux voulu de mammographies), c'est précisément à cause de la chronicisation, parce qu'il n'est jamais question d'une fin prévisible. Les surtraitements induisent une cascade de prescription: un effet secondaire est traité par une autre prescription médicamenteuse (ou alors il est pris pour une comorbidité; en tout cas, il y a une nouvelle prescription, un nouveau médicament en plus des anciens et pour traiter leurs effets indésirables). Le deuxième médicament aura lui aussi des effets indésirables qui induiront une nouvelle prescription d'un médicament supplémentaire...

Un sketch du Groland sur le Perfector et la cascade de prescription qu'il induit par ses effets secondaires est édifiant à ce sujet, l'humour permettant d'être plus efficace que des traités savants. le médicament Perfector est fictif, mais le scénario est parfaitement réaliste.

Marchandisation et extension du marché des agonistes GnRH. Application du modèle à l'ensemble des médicaments et autres produits grâce à la chronicisation de l'endométriose

Analyser les recettes mises en ouvre par l'industrie du cancer quant au dépistage organisé du cancer du sein par mammographie se révèle important aussi pour décrypter ce qui est un prototype... Au vu du succès des stratégies commerciales, qui incluent l'industrie de la communication et l'industrie de la culture, partie prenante de ce que j'appelle complexe naturo-psycho-communicationnel, les mêmes acteurs commerciaux ont appliqué les mêmes stratégies à d'autres maladies et symptômes. L'endométriose est un exemple fascinant, car c'est une industrie qui se déploie sous nos yeux. Une ascension résistible de tout un marché, à partir de la réécriture de l'endométriose en tant que maladie chronique et de ses traitements chirurgicaux en mesure de guérir ou d'améliorer fortement et à long terme, présentés désormais comme mutilants, donc à revoir par des approches plus légères, mais inefficaces, donc à combiner et à prendre à la longue... 

Avec les analogues agonistes GnRH, l'industrie pharmaceutique a un réservoir inépuisable de profits, puisque ces médicaments très chers dont chaque firme a son me-too (sa variante égale aux autres) seront pris pendant des années, voire des dizaines d'années, même si leur efficacité n'a pas été suffisamment démontrée et si leur rapport bénéfices/risques est clairement défavorable chez les hommes - et pas encore assez évalué chez les femmes. De plus, les producteurs (Takeda Abbott / AbbVie, Ipsen, Pfizer, Astra Zeneca, Sanofi...) ont obtenu des extensions d'indications, et la promotion habituelle fait que les analogues agonistes GnRH sont prescrits larga manu dans des maladies bénignes telles que l'endométriose (ainsi chronicisée, voir cet article et les autres de la même catégorie), les fibromes utérins (léiomyomes, en préopératoire), la puberté précoce centrale, etc. J'ai évoqué les risques dans ces autres indications et les conditions dans lesquelles ce sont faites certaines de ces extensions d'indication (fraude du Dr Andrew Friedmann pour ce qui est de la prescription en endométriose et fibromes,...,) dans plusieurs articles (dont celui-ci et celui-là).

Ce risque et bien d'autres effets indésirables hormonaux, immunitaires, neurologiques, musculo-squelettiques,... sont détaillés dans les monographies anglophones des agonistes (Zoladex, Enantone/Lupron, Décapeptyl, Suprefact, Bigonist...), mais ne figurent pas dans les RCT français [résumé des caractéristiques du produit], et quasiment rien n'est dit dans les notices et dans les "informations" données aux femmes lors de campagnes promotionnelles tels que "octobre rose". Probablement pour ne pas troubler la rositude.

Le Dr Jean Belaisch, qui préconise un traitement hormonal pendant des années, voire des dizaines d'années dans l'endométriose, un traitement qui serait empirique, donc sans diagnostic préalable et sans aucune chance de guérison et d'amélioration durable par la chirurgie, est allée jusqu'à me dire que ce ne serait pas responsable de parler en détail des effets indésirables d'Enantone et autres médicaments utilisés comme traitements hormonaux chez les femmes, et ce non pas parce qu'il nierait les effets indésirables, mais parce que "il y a des femmes qui en ont besoin" (il s'est même permis de m'appeler chez moi pour manifester longuement son mécontentement. Si l'on cherche à comprendre sa logique, cela doit être difficile à comprendre qu'une femme se permette d'informer d'autres femmes et ne laisse pas les hommes médecins leur donner une information sélective, donc épargner ces créatures fragiles à qui la médecine paternaliste doit protection. Cette anecdote est symptomatique: on dit aux femmes ce qu'on pense qu'elles doivent savoir pour qu'elles fassent ce que l'on veut, ce qu'on attend d'elles, ce qu'on pense être le mieux pour elles.L'intention se veut même éthique, protectrice, préventive (prévenir l'inquiétude, l'anxiété qu'induirait la connaissance des risques d'un surtraitement): les désinformer pour leur propre bien-être.

Ce qui veut dire qu'on ne les pense pas capables de penser et de décider par elles-mêmes. C'est ce que j'ai répondu au Dr Jean Belaisch: il faut que toutes les informations soient disponibles à toutes les femmes concernées, pour qu'elles puissent décider en connaissance de cause de la thérapeutique à choisir librement, si elles en veulent une.

Et ce n'est pas un hasard si j'évoque l'endométriose parlant de ruban qui englue dans les conflits d'intérêts, dans tout un monde structuré comme une toile d'araignée autour d'une femme qui a mis un premier pied dans l'engrenage et ne pourra plus sortir, parce que le cercle vicieux se déploie autour d'elle. L'endométriose est elle aussi un business très lucratif, toute une industrie qui se déploie selon les mêmes méthodes que dans la construction sociale qu'est le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie: le ruban jaune remplace le ruban rosele yellowwashing se fait comme le pinkwashing, par les mêmes entreprises et autres commerçants et communicants...

Et voilà l'industrie de la santé marchandisée des femmes - dont toutes les composantes, attitudes, pensées,... sont objet de marchandisation - se mettre en place selon les mêmes rouages. Le storytelling (les histoires diverses) est fait par les mêmes spin doctors et les mêmes communicants, par les mêmes canaux de désinformation, pour obtenir les mêmes types de conditionnements des femmes, par les mêmes méthodes d'influence, de persuasion et de manipulation, qui les amènent à intégrer le modèle d'endométriose réécrit, redéfini pour la marchandiser et pour garantir une expansion illimité du marché et pour une durée illimitéeCela commence par prendre une explication causale (le reflux menstruel) qui, même si elle a été maintes fois invalidée, est toujours mise en avant parce que cette cause de l'endométriose est la seule qui induise une histoire naturelle de la maladie qui la rend chronique et donc justifie une prise chronique de médicaments et d'autres produits et interventions (naturopathie, sophrologie, yoga, reiki, médecines énergétiques, pseudo-médecines douces et alternatives et leurs remèdes, développement personnel, coaching pour intégrer des stratégies de coping / faire face vendus avec leur cortège de produits dérivés).

L'on aura compris que si l'endométriose dépend des règles et que les lésions se reforment avec chaque menstruation (par le reflux menstruel, la régurgitation du sang menstruel par les trompes vers la cavité péritonéale), alors la seule façon de maîtriser cette maladie, c'est de supprimer les règles en prenant des médicaments: soit des contraceptifs oestroprogestatifs cycliques ou continus, soit des progestatifs macrodosés (Lutéran, Lutényl, Surgestone ou d'autres variantes me-too), soit un anti-androgène de type Androcur, soit du diénogest (Visanne, progestatif présenté comme nouveau et révolutionnaire, alors qu'il a été développé dans l'ex-Allemagne de l'Est il y a une trentaine d'années), soit des dispositifs intra-utérins tels que le stérilet Mirena, diffusant le progestatif lévonorgestrel, soit encore un analogue agoniste GnRH tel que la leuproréline Enantone/ Lupron / Lucrin / Prostap/ Gynecrin / Trenantone, ou la triptoréline Decapeptyl (vendue aussi sous d'autres noms tels que Diphereline, Gonapeptyl,...), ou encore le Zoladex, le Synarel ou d'autres. En France, c'est AbbVie (précédemment TAP: Takeda Abbott Pharmaceuticals) qui payait le plus, mais cela a changé. Et comme c'est IPSEN qui paie les médecins, leurs organisations, les formations médicales continues, etc. et finance leurs activités et leurs congrès, sans oublier de sponsoriser la communication sur divers supports en direction du grand public et des associations de malades, eh bien, c'est le Decapeptyl qui est désormais le plus prescrit.

Avec d'autres laboratoires pharmaceutiques et fabricants de dispositifs médicaux, IPSEN finance une nouvelle structure de recherche publique sous contrôle privé appelée G4, composée d'établissements publics et privés de quatre villes: Amiens, Caen, Lille, Rouen et se voulant un "réseau de recherche à vocation industrielle". Il y a une vingtaine de maladies qui sont au programme, parmi lesquelles l'endométriose, sous l'angle de la prise médicamenteuse de longue durée et de chirurgies répétitives et incomplètes. Un certain Pr Horace Roman semble mener les opérations de ce groupe, et les intentions ne présagent rien de bon. 

L'endométriose est refaçonnée selon les méthodes classiques de disease mongering (invention et réinvention de maladies)pour que la cause, l'origine et donc l'histoire naturelle mènent à la chronicisation, donc permette la marchandisation large et durable. Et il y a fort à parier que, si le G4 exploite bien l'argent mis à disposition par tous ces industriels, cette vision chronicisante se traduise dans une attaque contre l'exérèse complète et dans des programmes de traitement qui la remplacent par des interventions moins "mutilantes", voire par une médicamentation exclusive. Et pourquoi pas un traitement hormonal empirique de longue durée (des années, voire des dizaines d'années), tel que préconisé par le Dr Jean Belaisch, à savoir dès qu'il y a des douleurs pelviennes, et sans attendre le diagnostic? Il envisageait aussi un traitement d'épreuve à l'aide de progestatifs et même à l'aide d'agonistes GnRH, dans des textes publiés entre 2002 et 2007 dans la revue Gynécologie, Obstétrique et Fertilité et sur le site de l'association EndoFrance. J'ai critiqué ses préconisations de traitement ainsi que ses vues sur la causalité psychique de l'endométriose (qui serait une maladie psychosomatique, voire une forme d'hystérie telle que décrite par le psychanalyste Jean-Michel Louka, qui cherche à faire parler de lui en réutilisant la même explication d'hystérie partout et décrit le psychisme des femmes souffrant d'endométriose exactement dans les mêmes termes que le psychisme des prostituées, elles aussi forcément victimes d'abus sexuels refoulés qui ont causé l'hystérie... Refoulés, donc inconscients et à découvrir, même lorsque les femmes nient, par une psychanalyse à laquelle toutes ces femmes devraient être soumises. Ce qui n'est qu'une forme de psychothérapie déviante connue sous le nom de (syndrome de) fausse mémoire, syndrome des faux souvenirs, fausse mémoire induite, etc.

Aux Etat-Unis, il y a eu une véritable épidémie de syndromes de fausse mémoire, induits par des psychanalystes qui ont influencé des femmes fragiles, malades, à la recherche d'une explication et d'une cause unique de leurs souffrances, à la recherche aussi d'une illusion d'agir et non plus seulement subir une maladie... La psychanalyse est faite de façon à maximiser l'influence du thérapeute (analyste) sur la personne qui s'adresse à lui parce qu'elle croit à ce qu'elle connaît de la théorie. Elle cherche à faire plaisir, elle sélectionne ce qui va dans le sens des problématiques habituelles de la théorie psychanalytique (sexualité, désirs inconscients pour les parents, faute de la mère, incestualité, oedipe, etc.). La dépendance est majeure, donc la canalisation vers les thématiques voulues aussi, jusqu'à ce que le souvenir apparaisse... Alors lorsqu'une femme entend dès la première séance que son endométriose est due forcément à un abus sexuel, à un traumatisme psychique, et notamment psycho-sexuel, et que si elle retrouve le souvenir, elle ira mieux, voire pourra résoudre ses douleurs, ses autres symptômes et son éventuelle hypofertilité ou infertilité, la tentation est grande d'aller dans ce sens. 

De toute façon, le formatage des femmes est là, les poussant à travers les diverses agences de socialisation, et ce depuis leur naissance, à toujours chercher un lien rétrospectif avec le psychisme, pour chaque phénomène. La psychanalyse est largement responsable de cela, dans le cadre de cette "culture psy" qui traduit à la perfection l'individualisme néolibéral appliqué à une santé marchandisée et à des femmes dont le corps, l'esprit, le psychisme et le moindre comportement sont psychologisés, afin d'exonérer la société et le régime socio-historique de toute responsabilité. Le déterminisme psycho-sexuel prêché par la psychanalyse est absolu. Si l'on rajoute le sexisme, la misogynie et la gynophobie de la psychanalyse (surtout des chapelles se revendiquant de Jacques Lacan) qui donne la faute à Eve pour tout et partout, ainsi que l'obsession pour la sexualité et l'hystérie du "féminin" dans tout ce qui est lié à la sexualité conçue comme dérivant des désirs incestueux inconscients pour le père, alors tout ce que vit une femme est forcément un résultat de son psychisme hystérique. Et rien n'est résultat d'expositions professionnelles et domestiques des femmes pendant leur grossesse, notamment à des perturbateurs endocriniens, responsables (ou du moins co-facteurs de risque ou éléments de causalité multiple) de maladies à composante endocrinienne telles que les cancers du sein hormonodépendants, les ovaires polykystiques, les pubertés précoces centrales ou autres, les déséquilibres hormonaux divers, et évidemment l'endométriose.

Pas de communication sur les vraies causes de l'endométriose, notamment la mulleriose décrite dès 1988 par le Dr David Redwine et évoquée aussi dans le texte de 2003 appelé Redefining Endometriosis in the Modern Era, que j'ai traduit à nouveau en 2011 et posté sur cette page, après une très longue présentation du business de l'endométriose et des multiples mauvais traitements que subissent les femmes, une fois que le paradigme chronicisant est en place: Face à l'endobusiness et au yellow-washing, il est urgent de "Redéfinir l'endométriose à l'âge moderne" avec David Redwine.  

Car la communication, à la fois par le complexe médico-industriel et par le complexe naturo-psycho-holistique va de plus en plus dans le sens d'un discrédit de la chirurgie et d'un pharmacommerce de la peur, pour vendre des médicaments en agitant l'épouvantail d'éventuels dégâts de la chirurgie...

L'endométriose est redéfinie et re-présentée de façon à donner un maximum de possibilités de commerce. Le ruban jaune suit l'exemple du ruban rose, et le plan communicationnel aussi. Aux Etats-Unis, l'on dénonce depuis des années les stratégies commerciales qui se servent du ruban rose pour gagner en termes d'image, faire du commerce, etc. Le terme pink-washing, forgé sur le modèle de green-washing(donner une impression d'approche écologique pour justifier toutes sortes d'activités commerciales, y compris sous l'angle de la communication et des stratégies d'influence), convient parfaitement à décrire ce phénomène, appliqué aux leviers décrits plus bas, utilisés depuis toujours dans la communication en direction des femmes. Car greenwashing est beaucoup plus général.

Or les femmes sont plus efficacement influencées et amenées à l'observance, au conformisme médical et consumériste, si elles ont l'impression que telle initiative est conçue pour elles, en tenant compte de ses spécificités, de ses préférences et désirs. On aura donc tous les codes habituellement associés à la féminité, selon les clichés les plus éculés... Les codes couleur (rose, éventuellement mauve, en tout cas couleurs pastel), les silhouettes féminines et les figurines animales, tout ce qui a une connotation de douceur, de sororité, de partage, de solidarité "entre filles", mais aussi tout ce qui donne l'impression de communication "branchée", moderne, "in". Selon les stéréotypes livrés et entérinés par la presse féminine. Qui veut aussi que la branchitude passe par des mots anglais: l'on est endogirl, endosister, endowarrior, endofighter, endosurvivor, tout comme l'on est survivor et warrior contre le cancer du sein... Et l'on consomme des endodiet, pour prendre soin de son endobody et limiter les endopain, grâce au endosport et endozen, selon les recettes de endocoaching qui nous apprennent les endoregimes, en pensant aussi aux relations avec les endoboys. Et ainsi de suite. Ce qu'on doit épingler en tant que endobusiness n'a pas de fin, tant que la maladie est présentée comme chronique.

Refaire le marketing de tout ce que l'on connaît déjà, en rajoutant endo-, voilà la définition du yellow-washing. Repositionner quelque chose sur le marché dans une nouvelle indication. Vous avez vendu du gatillier pour des troubles menstruels? Eh bien, ce sera un endoproduct. Vous avez fait du développement personnel chez des personnes stressées, en entreprise, pour leur dire que ce ne sont pas les conditions de travail qui posent problème, mais leur réactivité au stress? Eh bien, vous aurez une nouvelle clientèle, et massive, qui plus est, avec les une femme sur dix qui souffrent d'endométriose en tant que maladie chronique. Et d'ailleurs les propositions de endocoaching n'ont pas manqué, partout dans le monde.    

De plus, le ruban a lui aussi des significations multiples. On l'aura compris, c'est donc le pink-washing, le ruban rose et tout ce que l'on connaît de déploiement industriel, communicationnel, naturopathique, alternatif, qui sert de modèle au déploiement du business de l'endométriose et au yellow-washing (ici dans un sens différent de celui que ce terme a en anglais). Et quasiment toute l'analyse qui vise le business autour du dépistage du cancer du sein et toute l'industrie du cancer /société cancérigène selon Barbier et Farrachi, vaut aussi pour l'endométriose.   

 
 

Paiement à l’acte / T2A, conflits d’intérêts et non respect de la déontologie : on rentabilise et privatise en excluant pauvres et malades chroniques

La situation est résumée dans l’article "Le plus gros conflit d’intérêts des médecins", paru sur le blog Sous le sarrau : "Les médecins se Argent pharma Ärztezeitung.jpgretrouvent (…) au beau milieu d’un conflit d’intérêts : bien faire leur travail ou faire de l’argent".

Illustration: Ärztezeitung.

 

Les auteurs de l’appel Sauver l’hôpital, que l’on peut signer sur cette page, constatent eux aussi que la "nouvelle gouvernance" imposée à l’hôpital constitue "un dangereux début de reniement de ce qu’est l’éthique médicale, en voulant faire de la santé une marchandise comme les autres."

 

Un éditorial de Pierre Grimaldi dans le numéro de novembre de la revue Médecine, intitulé "L’arnaque de la T2A", va dans le même sens. Quelques extraits : "Le paiement à l'activité, comme le paiement à l'acte, pose le problème potentiel des conflits d'intérêts. Le principe éthique inscrit dans le Code de déontologie est « le juste soin au juste coût » : s'il est inéthique de ne pas soigner un patient en fonction de ses besoins, il est également inéthique de gaspiller les deniers publics confiés par les citoyens aux médecins. Contrairement au reste de l'activité économique, en médecine, l'inutile n'est pas éthique. La raison en est simple : ce qui est gaspillé par les uns sera enlevé aux autres. (…)

 

Ainsi, ne sont pas T2A rentables, les patients précaires, les patients dont l'hospitalisation n'a pas pu être programmée, les patients ayant des pathologies particulièrement graves, les patients de réanimation, les patients de pédiatrie, les patients ayant une maladie chronique nécessitant une éducation thérapeutique, les patients ne pouvant pas rentrer au domicile... (…)

 

Contre tout bon sens, les dirigeants veulent imposer une convergence public/privé en 2012. Cette convergence serait la mort de l'hôpital public, sommé pour survivre de se transformer en clinique concurrentielle. (…) Si on continue, le système français ne sera plus basé sur une complémentarité entre trois secteurs (cliniques privées à but lucratif, hôpitaux privés non lucratifs, hôpitaux publics) mais sur une concurrence de tous contre tous.

À l'étape actuelle, le financement à la T2A a comme prévu entraîné une augmentation non pas de l'activité mais du chiffre d'affaires des cliniques de 9 % (certaines cliniques comme l'Institut Montsouris possède un logiciel permettant d'optimiser le codage !), tandis que les hôpitaux ont enregistré un déficit d'environ 700 millions d'euros dont 350 pour les CHU. (…) Pour retourner à l'équilibre, il leur faudra non seulement augmenter l'activité (que celle-ci soit médicalement utile ou inutile) mais aussi abandonner certaines activités (y compris utiles) et peut-être sélectionner les patients. Il faudra surtout pouvoir licencier car la masse salariale intervient pour 70 % des dépenses hospitalières.

 

La prochaine étape sera donc très sûrement la transformation du statut de service public en établissement privé à mission de service public. Le chirurgien Guy Vallancien, dans un rapport demandé par la ministre de la Santé, propose même de vendre les murs des hôpitaux pour créer un Réseau Hospitalier de France comparable au Réseau Ferré de France. Cela permettrait selon lui de « recentrer les professionnels de santé sur leur coeur de métier » en louant les bâtiments comme la SNCF loue désormais le rail. Si la qualité doit être comparable à celle des caténaires, on a quelques soucis à se faire. (…)"

 

*

Elena Pasca

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu