La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

24/01/2009

Le monde de la santé mobilisé lui aussi le 29 janvier, jour de grève nationale. Occasion de dire ses quatre vérités à Sarkozy

Voici quelques fragments d'un article de Viva Presse, annonçant la mobilisation et détaillant les forces syndicales qui y appellent, suivis de Grève Gabaye Unblog.jpgplusieurs extraits du communiqué de la Confédération des praticiens hospitaliers (CPH). Ce dernier, bien plus détaillé, peut être téléchargé intégralement, à partir de cette page. Un diaporama et d'autres documents sont accessibles sur le même site et valent le détour. Ils permettent de comprendre les conséquences néfastes de bon nombre de dispositions du projet de loi Hôpital, santé, patients et territoires (HSPT).

"Un avant-goût de ce qui nous attend" est une compilation d'images et de caricatures faite par Janine Thombrau et Bruno. La réalité rattrape la caricature. Tuera-t-elle le rêve?


"Le monde de la santé se prépare massivement à la journée de grève nationale du 29 janvier lancée par l’ensemble des confédérations. Un communiqué commun des organisations syndicales des personnels (CGT Santé Action Sociale, CFDT Santé Sociaux, FO Services Publics et de Santé, SUD Santé Sociaux, UNSA Santé Sociaux, CFTC Santé et Sociaux, CFE-CGC Santé Action Sociale) et des organisations syndicales de médecins (Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH), Association des médecins urgentistes hospitaliers de France (Amuf), Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs (SNPHAR)) appelle les salariés de la Fonction publique hospitalière, du secteur sanitaire, social et médico social du non lucratif et lucratif à participer massivement à se mettre en grève et à manifester ce jour là. (...)

A l’hôpital, la journée du 29 janvier servira de prélude aux mobilisations qui se préparent contre la loi « Hôpital, patients, santé, territoire » qui doit être discuté en février à l’Assemblée nationale. Pour la première fois, les quatre intersyndicats de médecins des hôpitaux – Coordination médicale hospitalière, Syndicat national des médecins, chirurgiens, spécialistes et biologistes de l’hôpital public, Intersyndicat national des praticiens hospitaliers, Confédération des praticiens des hôpitaux – y appellent."

*

La Confédération des praticiens hospitaliers entend protester contre "l'étranglement financier et le déficit programmés [qui] vont conduire à des réductions draconiennes des emplois et à la fermeture de nombreux services. (...) [C]omment croire au discours gouvernemental ? Comment ne pas voir qu'il masque, derrière la dénonciation accusatrice d'une organisation défaillante, la volonté à peine voilée de privatiser l'hôpital public et de le livrer au marché de la santé ?

Il ne nous parait ni possible, ni éthique, ni responsable d'assister sans réagir à cette entreprise de démolition de notre système public de soins, et nous appelons tous les praticiens hospitaliers à nous suivre et à exprimer fermement leur opposition.

Nous avons été nombreux à lancer un  avertissement aux Pouvoirs publics les 16 et 17 octobre 2008 et pourtant nous n'avons pas été entendus. Aujourd'hui, les propos tenus sans ambiguïté ni aucune inflexion lors des vœux du Président à Strasbourg deviennent provocateurs tant ils reposent sur une accusation mensongère : les dépenses de santé seraient toujours excessives du côté de l'hôpital public, alors même qu'il est le meilleur élève de leur maîtrise et qu'il n'est pas du tout le responsable de leur progression.

On sait bien que les raisons sont ailleurs, et venant d'un chef de l'Etat, la démonstration est vraiment un peu courte. Ce n'est pas en agitant le montant, certes considérable, des sommes consacrées à la santé de nos concitoyens qu'on nous convaincra qu'il y a faute, bien au contraire, ni que c'est le défaut de son organisation qui rendrait l'hôpital coupable aux yeux de toute la Nation. Le cynisme de cette situation, c'est la certitude que cette logique apparente de moindre coût qui va nous être imposée, contraignant aveuglément à l’activité pour l’activité, aboutira à l'inverse en augmentant considérablement la dépense globale de santé tout en détériorant le niveau de qualité des soins. Ailleurs, les exemples existent. A croire que, dans cette volonté folle d'appliquer le décalque de l'entreprise de production à l'hôpital accusé de la rage, ce serait l'objectif recherché ! Au profit de qui ? Les leçons d'une crise qui place les intérêts humains derrière des objectifs financiers ont-elles été correctement assimilées ? (...)

Pourquoi faut-il faire barrage au projet de loi HPST que le parlement examinera en février?

Deux aspects majeurs de ce projet en font une entreprise de destruction de l'hôpital public et du pacte social :

  • Parce que l’organisation des structures sanitaires et des soins se trouvent assujettie au primat d’un logique comptable, l'hôpital public perdra sa vocation d'assurer, sans condition de ressources, l'accessibilité à des soins de qualité pour tous les usagers.

  • Parce que le mode d’organisation qu'on cherche à nous imposer écarte délibérément la priorité de la dimension médicale et des soins, avec un contrôlée hiérarchique fort de l’administration et sans contre-pouvoir, il provoquera inéluctablement des dérives organisationnelles, des détériorations et des manques dans les prise en charge et la couverture sanitaire, se traduisant par des pertes de chance pour les usagers. Combien de drames en préparation ? (...)

Et la première semaine de février, la CPH demandera  à tous les praticiens hospitaliers de continuer à défendre  leurs  propres revendications par des moyens d’action adaptés. Devant les dysfonctionnements permanents engendrés par la nouvelle gouvernance, l’accueil des patients et les soins doivent être systématiquement privilégiés par rapport aux taches institutionnelles, administratives et de gestion qui peuvent être différées. (...)"

*

Elena Pasca

Commentaires

Le drame, est encore , semble-t-il, l'absence (ou) le non appel des association de malades, de patients, de handicapés...
A cette journée d'action.
Entre la culpabilité de certain(e)s et la quète de strapontins ou de légions d'honneur pour d'autres ( http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/01/01/01016-20090101ARTFIG00302-legion-d-honneur-promotion-du-nouvel-an-e-partie-.php )...

Le mot SOLIDARITE prend encore une sacrée gifle!

Mais on continuera de se battre...
Sans elles pour le moment...

Et encore une fois !

Écrit par : Janine Thombrau et Bruno | 25/01/2009

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu