Avertir le modérateur

16/06/2009

Gardasil: syncope, convulsions et certains états épileptiques reconnus par Merck comme des effets secondaires du vaccin

J'ai rendu compte sur Pharmacritique de la perte de connaissance, des convulsions et de l’état semblable à l’épilepsie subis par deux jeunes merck-vioxx-now-gardasil.gifEspagnoles suite à leur vaccination par Gardasil. Une recherche faite par le NVIC (National Vaccine Information Center – critique de tous les vaccins) a retrouvé 544 signalements de convulsions et états épileptiques, nous informe Reuters. (Ce chiffre n’inclut pas les syncopes). Une recherche faite par Pharmacritique, toujours dans le VAERS et utilisant tous les termes disponibles dans la liste pour décrire les convulsions et les divers états épileptiques à proprement parler, a donné 379 résultats. Et 42 signalements dans l’équivalent allemand du VAERS, la base de données du Paul Ehrlich Institut.

Dans un communiqué paru le 9 juin 2009 sur site sous le titre "Information Pertaining to Labeling Revision for Gardasil", l’agence américaine du médicament (FDA) informe le public d’un changement (qu’elle a imposé) dans le RCP du Gardasil (résumé des caractéristiques du produit, établi par Merck et la FDA). Les sections "mises en garde et précautions" et "effets indésirables" incluent désormais la possible survenue d’une syncope, accompagnée ou non de convulsions/ mouvements convulsifs et/ou une activité semblable à l’épilepsie. Ces effets secondaires fréquents peuvent entraîner des chutes et des blessures traumatiques, et la FDA rappelle aux professionnels de santé qu’ils doivent prendre des mesures préventives.


Illustration tirée de Notmytribe.com. Le texte veut dire, de haut en bas: Faites-nous confiance! Après le Vioxx [anti-inflammatoire retiré du marché], voici le Gardasil. Deux excellents produits de Merck.

Pourquoi cette révision du RCP ?

Selon la FDA, la section "mises en garde et précautions" a été complétée pour mieux refléter le fait que "les personnes qui s’évanouissent peuvent présenter en même temps des mouvements tonico-cloniques (mouvements convulsifs) et une activité semblable à l’épilepsie (seizure-like)."

Mais la révision est due au nombre important de notifications à la pharmacovigilance, et notamment au VAERS. Selon la FDA, "Depuis que la syncope a été ajouté au RCP en 2007 [mais en petits caractères, NdT], nous continuons de recevoir un nombre important de signalements de syncope et de blessures traumatiques qui en sont les conséquences. Le nombre de notifications n’ayant pas diminué, nous insistons dans ce rappel à l’intention des professionnels de santé qu’ils doivent prendre des mesures préventives".

Ces effets secondaires sont fréquents

Une analyse faite en 2007 par la FDA et le CDC (Center for Disease Control and Prevention) a mis en évidence le fait que 30 à 40% des notifications de syncopes post-vaccinales chez les adolescent(e)s incluaient des mouvements convulsifs ou une autre activité de type convulsif ou épileptique. A peu près 20% des notifications font état de blessures traumatiques faisant suite à des syncopes associées ou non à des convulsions, et 95% de ces effets secondaires sont arrivées dans les 15 minutes suivant la vaccination.

Ces effets indésirables sont fréquents, puisque, "De tous les signalements d’effets indésirables du Gardasil reçus par le VAERS [système de recueil des effets secondaires de tous les vaccins], à peu près 13% décrivent des syncopes."

Par ailleurs, les "Vaccine Information Statements" (VISs), qui est un résumé établi par le CDC des principales informations à retenir concernant les bénéfices et les risques des vaccins, est en cours de révision, la FDA voulant y ajouter la syncope.

Quelle prévention de la syncope et des convulsions / activités épileptiques ou similaires ?

Les mesures préventives consistent principalement à demander aux jeunes filles de rester allongées et de les garder sous observation pendant les 15 minutes suivant la vaccination, de sorte qu’une circulation cérébrale normale soit restaurée.

« Lorsque la syncope est associée à des mouvements tonico-cloniques, cette activité convulsive est habituellement transitoire et répond bien en général au rétablissement du flux sanguin cérébral par le maintien d’un décubitus dorsal ou d’une position de Trendelenburg », lit-on dans la section « mises en garde et précautions » du RCP américain publié sur le site de Merck. Les termes de jargon veulent dire que la jeune fille en question doit rester allongée sur le dos ou être sur un lit incliné de façon à ce que sa tête soit à un niveau plus bas que ses pieds. De plus, rester allongé évite les chutes et les blessures traumatiques.

Syncope et convulsions – bientôt dans les RCP d’autres vaccins ?

Et dans le cadre du processus de surveillance active des effets secondaires des vaccins, la FDA s’interroge actuellement sur la nécessité d’ajouter ou non la syncope dans les RCP de tous les vaccins administrés aux adolescents et aux adultes.

Qu’est-ce qu’une contraction tonico-clonique ? epileptic seizure BBC.gif

Voici une définition tirée du site Biotop Terminologie médicale, avec une illustration de la BBC:

« Tonico-clonique : Myologie, neurologie 
Adj.  * tonico- : du grec tonos [ton(o)-, tonie, tonine], tension. Une contraction musculaire est qualifiée de tonico-clonique (ou tonicoclonique) lorsqu'elle est en même temps tonique (contraction continue, qui provoque un état de rigidité) et clonique (répétition des contractions en convulsions saccadées - c'est une forme de myoclonie). Elle résulte généralement de la décharge excessive et simultanée d'un groupe de neurones cérébraux.

L'adjectif tonicoclonique est essentiellement utilisé pour caractériser les crises "grand mal" de l'épilepsie ou crises généralisées tonico-cloniques. Cette crise généralisée tonico-clonique comporte essentiellement 3 phases principales :

  • La phase tonique ou crise tonique qui dure en moyenne une trentaine de secondes (jamais plus de 2 minutes) avec contraction brutale de tous les muscles du corps et chute du malade, tête en hyperextension, muscles thoraciques bloqués (le malade est en apnée), les yeux sont révulsée.
  • La phase clonique : 1 à 2 minutes ; le patient présente des secousses cloniques qui affectent simultanément les 4 membres et la face, accompagnées d'hypersialorrhée ou sécrétion anormalement importante de salive, ce qui explique la présence de salive mousseuse ou écume dans la bouche du malade.
  • La phase révolutive ou de récupération, de 5 à 20 minutes, pendant laquelle le patient est dans un coma calme (seule la respiration est bruyante du fait de l'encombrement bronchique), qui lui permet de récupérer. Cette période nécessite toujours une surveillance continue pour éviter toute complication. Au sortir de cette phase, le malade est généralement amnésique de la crise qu'il vient de subir. »

Elena Pasca

Copyright Pharmacritique

Commentaires

mise en perspective... fastidieuse? MAIS INDISPENSABLE !

les données de l'INSERM CePiDc situait en 2006 le nombre de décès dû au cancer du col au seizième rang des décès par cancer chez les femmes , le dernier!


SEIN : 11441
POUMONS/ 6462
CÔLON : 5852
LEUCEMIE : 5793
PANCREAS 4004
OVAIRE 3342
UTERUS 2323 (pas le col, le corps...)
FOIE
VOIES BILIAIRES 1938
RECTUM/ANUS 1871
ESTOMAC 1715
VESSIE 1144
REIN 1099
MELANOME 736
ORL 720
OESOPHAGE 711
COL DE L'UTERUS 703.

La même campagne lancée par les chirurgiens aurait été : hystérectomie préventive pour tout le monde à 35 ans! Ou par les cancérologues : radiothérapie et chimio adjuvante préventives! Vous trouvez ça idiot? Cette campagne de vaccination est aussi débile que les deux précédentes propositions

Au vu du coût faramineux d'une campagne de vaccination massive quel dommaaaage! ! ! ! que la bataille soit déjà gagnée... Ce vaccin arrive au moins 30 ans trop tard, c'est un drame pour les labos, cette histoire. On pourrait les renommer "défonceurs de porte ouverte", "inspecteurs des travaux finis" tous ces labos...
CERVARIX c'est plutôt "CERVARIEN" et GARDASIL c'est
"GRATTE-OSEILLE".
Si vous avez d'autres idées plus amusantes...

doketik

PS : bravo au commité de lecture et d'expertise, aux experts en éthique, aux philosophes et autres scientifiques qui oeuvrent sur ce blog salutaire

Écrit par : dokétik | 02/08/2009

Bonjour à tous,
Cela fait huit mois maintenant que ma fille de 19 ans est handicapée suite à
une premiére injection de Gardasil. Elle est restée hospitalisée 7 mois dans
un centre neurologique spécialisé (TASTET GIRARD et TRIPODE) qui à ce jour
ne nous a toujours pas communiqué ses conclusions, aucun probléme, surement un choc psychologique pour eux. Un médecin indépendant, contacté il y a peu ,a trouvé la cause de sa paralysie : GARDASIL. Ma fille récupère peu à peu ses moyens mais est condamnée à un régime à vie sans gluten (donc tout aliment à base de farine) et lactose. Voila encore un cas des dégats qu'occasionne ce vaccin.

[Nom de famille supprimé, parce qu'il y a beaucoup de détails d'ordre médical. Il n'est pas prudent de les donner en même temps que le nom, sur quelque site Internet que ce soit.]

Écrit par : Frédéric M. | 19/08/2009

bonjour, ma fille a reçu le vaccin du Gardadil il y a 4 ans. Elle a perdu connaissance le mois passé et a eu quelques convulsions. Est-ce possible que cela provienne de vaccin qui date de 4 ans ?

[NdR: Nom de famille effacé par Pharmacritique. Un prénom suffit sur internet, lorsque l'on parle de données personnelles]

Écrit par : Nathalie | 06/04/2013

Bonjour,

Ma fille de 15 a reçu le 21 décembre dernier, une première injection de Gardasil, prescrit et administré par notre médecin traitant, sans aucun commentaire ou évocation de sa part sur des effets secondaires éventuels du vaccin. Pas au courant ? Je suis sceptique...

Dans la nuit du 13 au 14 janvier, en se levant pour se rendre aux toilettes, ma fille tombe en syncope et se heurte le menton sur le sol, se relève et tombe contre une armoire dans sa chambre et par chance réveille sa petite sœur qui prévient leur papa. Elles étaient chez lui ce weekend-là. Elle reprend connaissance, mais ses jambe et bras droits sont secoués de spasmes musculaires violents pendant une quinzaine de minutes, mais elle reste consciente.
Son papa l’emmène aux urgences. Les examens de base ne révèlent rien d’anormal.

Le lendemain, elle se sent mal à l’école, et a juste le temps de s’allonger pour éviter la syncope. Les mêmes spasmes la reprennent. Son père va la chercher à l’école.
Le lendemain matin, comme ça reprend, son papa la ramène au CHU Ambroise Paré de Mons où elle reste en observation 48h. Elle ne présente plus de crises sur place, mais est vue par neurologue et cardiologue qui prescrivent EEG, IRM (le 12 mars prochain) et MAPA (déjà fait et ne révèle pas d’anomalie).

Depuis lors, ma fille subit ces crises quasi-quotidiennes, qui surviennent à tout moment sans prévenir. Elle m' a dit avoir subi une crise en sortant de la douche chez son papa, a dû s'allonger et est restée 40 minutes appelant la famille à l'aide. Son papa s'est finalement inquiété de ne pas la voir sortir l'a trouvée assise par terre la jambe et le bras droits secoués de spasmes.

J’ai dû la filmer la semaine dernière pour montrer le film à la neuropédiatre. Pas encore de réaction de sa part, même si d'après les symptômes décrits elle soupçonnait déjà un état épileptique, comme évoqué sur ce site.

En attendant, on a tout le temps de s'inquiéter de l'impact de ces crises au niveau cérébral vu qu'elle n'a encore aucun traitement. Il faut attendre les résultats de l'IRM qu'elle ne passera que le 12 mars prochain...
Heureusement, ce n'est plus que le bras droit qui est touché et se contracte.
J'ai pu filmer sa crise de mercredi dernier qui a duré une vingtaine de minutes.

La dernière crise remonte à hier, lundi 26 février, et la dernière à laquelle j’ai assisté mercredi dernier en soirée a duré une bonne vingtaine de minutes. Elle dit également ressentir une pression au niveau de la clavicule en début de crise et un état d’épuisement ensuite.

Je précise que c’est le centre PMS de l’école de ma fille (en 3ème) qui a sensibilisé les jeunes filles de sa classe aux dangers du Papillomavirus et à l’importance de la vaccination. Campagne de pub apparemment efficace vu que ma fille a insisté lourdement pour se faire vacciner, alors qu’elle a la phobie des aiguilles. ..

Je suis aujourd’hui très choquée de voir le nombre de cas sérieux d’effets secondaires, voire séquelles de ce produit, sans qu’aucune mise en garde ne soit communiquée par des professionnels de la santé.

Mon médecin traitant que j’ai prévenue décrète sans même l’avoir examinée que c’est sûrement de la spasmophilie et qu’une bonne cure de magnesium fera l’affaire. Quand j’évoque un lien possible avec le vaccin, elle réponde qu’il ne faut pas tout mélanger…Le magnesium ne semble pas faire d’effet.

Je tenais ici à informer les gens en espérant qu’ils auront pu lire les commentaires de ce site AVANT de faire vacciner leur enfant et lui faire courir un risque important de détérioration sanitaire.
Bien cordialement,

Écrit par : Stéph | 27/02/2018

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu