La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

23/12/2009

Vaccination grippe A H1N1: consentement éclairé ou propagande ?

Par Annick vaccination grippe A.jpg

D’abord plantons le décor : je suis médecin libéral, gynécologue pour être exacte, et j’ai un fils asthmatique… Vous imaginez sans peine que la grippe et sa vaccination, j’y réfléchis, et ce, chaque année, puisque mon petit bonhomme reçoit à l’automne un bon pour la vaccination contre la grippe saisonnière.

Chaque année, le bon passe à la poubelle.

On estime qu’une personne développe une grippe tous les 15 à 20 ans.

La grippe est dans la majorité des cas une maladie bénigne dont la guérison est le plus souvent complète et sans séquelles. Mon fils souffre d’un asthme très modéré, et le rapport bénéfice / risque du vaccin ne m’a, jusque-là, pas incitée à la vaccination systématique.

Attention : mes décisions n’engagent que moi, et chaque situation étant différente, je n’encourage ici personne à en faire autant.


Cette année, mon fils reçoit deux bons : H1N1 et la grippe saisonnière (donc trois injections et trois fois plus de risques d’éventuels effets secondaires). Les deux bons passent à la poubelle ; ces grippes ne semblent pas plus dangereuses l’une que l’autre.

Cette année, pour la première fois, je reçois également un bon en tant que professionnelle de santé.

Première constatation : la docteure et le patient reçoivent la même lettre… Alors je lis, et j’épluche, je décortique, bref, j’étudie le texte de Madame la Ministre de la Santé et des Sports.

(Le texte respecte la case de la lettre ; ce qui est en gras l’est sur le document. En italique figurent mes remarques et mes réflexions de citoyenne et de médecin « de base »)

Je n’ai pas la prétention d’apporter une expertise médicale ou scientifique, mais de prendre un peu de recul face à cette campagne de vaccination dans laquelle sont brandis tour à tours les menaces, les propos apocalyptiques, les suppliques, les appels au civismes, mais aucun argument scientifique.

J’avais été choquée par la campagne publicitaire pour le vaccin HPV [Gardasil] que je trouvais particulièrement déloyale (dire à une mère qu’elle sera une mauvaise mère si elle ne fait pas vacciner sa fille ne relève pas du propos scientifique, mais de la menace et de la culpabilisation), et par la présence du laboratoire concerné qui me rendait à l’époque visite une ou deux fois par mois.

Cette nouvelle campagne de vaccination, faisant une fois de plus appel à la passion et non à la raison, m’incitait à la prudence.

J’en viens à ma lecture du textes accompagnant les bons.

En haut à droite : « stop aux virus de la grippe ».  Pourquoi « aux », pourquoi ce pluriel ? Au milieu, Marianne, avec « Liberté. Egalité. Fraternité », «  République Française ».

« Nous sommes confrontés, depuis le printemps dernier au développement d’une pandémie grippale causée par le nouveau virus A (H1N1). »

Dans plusieurs articles, nous avons vu que le terme de pandémie avait été modifié en début d’année par l’OMS et ne tient plus compte du nombre de cas graves ou de décès.

On pourrait donc également dire qu’il y a une pandémie de rhumes chaque année.


« Pourquoi vous faire vacciner ?

Liée à un virus très contagieux, cette pandémie va probablement toucher beaucoup d’entre nous et aura des conséquences graves chez certaines personnes. »

On pourrait écrire exactement la même phrase concernant la grippe saisonnière, et ce, chaque année : chaque année il y a des décès imputables à la grippe ou à ses complications, mais nous n’en sommes pas informés avec autant d’application.

La contagiosité de ce virus n’est pas aussi importante qu’il est indiqué (bien que le terme « très contagieux » soit peu quantifiable) : la maladie se serait répandue comme une traînée de poudre si c’était le cas.

Les termes « beaucoup » et « certaines » laissent planer un flou artistique. L’hémisphère sud sort de l’hiver, et on doit pouvoir évaluer les risques avec beaucoup plus de précision que cela.

Où trouver les chiffres de la mortalité et de la morbidité de cette grippe, et comment faire la part des choses entre la grippe A et la grippe saisonnière ? Comment comparer la mortalité de cette année avec celle de l’année dernière ?

Sur le site du ministère de la santé, la partie accessible au grand public est alarmiste : fin novembre, « la circulation du virus A s’accélère », on y fait état de « 68 décès depuis le début de l’épidémie, dont 6 sans facteur de risque connu », mais en aucun cas de comparaison par rapport à l’an dernier lors de l’épidémie annuelle de grippe saisonnière.

Sur le site dédié aux professionnels : aucun chiffre, mais des conseils pour organiser son cabinet, des affiches à placarder en salle d’attente.

Je n’ai donc aucune référence me permettant de vérifier la gravité de cette pandémie.

De plus, je me pose la question : « pourquoi est-ce seulement maintenant que je devrais me faire vacciner, et pas les années précédentes ? » Qu’a donc de particulier cette grippe pour que nos têtes pendantes nous incitent avec autant d’insistance à nous faire vacciner ? Où est la bibliographie ? Comment vais-je pouvoir convaincre les patientes qui me font confiance de se faire vacciner avec des données aussi floues que « beaucoup » et « certaines » ?


« Pour vous protéger, mais aussi pour protéger vos proches qui sont peut-être fragiles, le gouvernement, sur recommandation scientifique, vous propose de vous faire vacciner contre le virus A(H1N1). Cette vaccination est particulièrement importante si vous êtes amenés à être en contact avec des personnes fragiles, des jeunes enfants ou des femmes enceintes. »

Autrement dit, si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour votre entourage. Etonnant que, dans une civilisation dans laquelle c’est l’individualisme qui prime, on nous parle de vaccination altruiste, procédé de manipulation qui consiste à donner mauvaise conscience aux plus réticents (et largement utilisé pour culpabiliser les mères qui ne voulaient pas vacciner leurs filles contre les virus HPV.)

Quel médecin irresponsable je suis en n’étant pas vaccinée… et quel mauvais ministre de ne pas avoir réalisé plus tôt qu’il était plus qu’indispensable de vacciner tout le personnel médical qui, comme chacun sait, est un vecteur de maladies (Pierre Desproges le disait : Mieux vaut ne pas s’approcher trop près d’un cancérologue.)

L’argument n’est pas sérieux !

« La qualité, la sécurité et l’efficacité des vaccins utilisés ont fait l’objet d’une évaluation rigoureuse de la part des autorités sanitaires, dans le cadre des autorisations de mise sur le marché »

C’est sans doute pour cette raison que l’état a déchargé les laboratoires de leur responsabilité en cas d’accidents imputables aux vaccins.

C’est également probablement pour cette raison que les autorisations de mise sur le marché ont été délivrées alors que les vaccins n’étaient pas encore prêts.

Les études d’innocuité portent sur un nombre très insuffisant de sujets. Seule la pharmacovigilance permettra de conclure… mais pour les victimes des effets secondaires, il sera trop tard.

De quelles données les autorités sanitaires disposaient-elles pour faire ces évaluations ? De celles fournies par les laboratoires ?


« Votre médecin traitant peut vous conseiller sur cette vaccination. Vous trouverez également des informations sur le site : www.pandemie-grippale.gouv.fr . »

Alors là, ça tombe mal : mon médecin traitant ne me conseille pas de me vacciner… il ne reçoit pas les labos et lit la revue Prescrire. Et en plus, le vilain, il ne se vaccinera pas et répandra la grippe A à tous les patients inconscients qui lui font confiance.

C’est la stratégie de la peur. L’opinion est alors aisément manipulable : lorsque les premiers décès ont été rapportés (en particulier celui d’un enfant), les centres de vaccination se sont remplis alors qu’ils étaient jusque là très peu fréquentés. La peur abolit les mécanismes de la réflexion ; elle supprime le sens critique, et c’est celui qui fait preuve d’autorité (avec les moyens médiatiques qui vont avec) qui a raison, et que l’on va croire aveuglément.

Pourquoi le ministère ne me donne pas directement l’adresse du site dédié aux professionnels ? Suis-je censée perdre mon esprit critique devant H1N1 ?

 

« Comment vous faire vacciner ?

Vous pouvez vous faire vacciner sans rendez-vous, de préférence dans les 10 jours, dans le(s) centre(s) de vaccination indiqué(s) dans ce courrier, munis de cette lettre et d’une pièce justifiant votre identité.

Une notice d’information et un questionnaire médical vous seront remis au centre de vaccination.

Le respect de ces indications est très important pour le bon déroulement de cette campagne de vaccination.

Les gestes de chacun font la santé de tous. »

Signature de Roselyne Bachelot-Narquin

Ministre de la Santé et des Sports

« Vous trouverez ci-dessous l’adresse du (des) centre(s) de vaccination proche(s) de votre domicile… » (A 25 km de chez moi… sans transport collectif possible… qu’en penserait le ministre de l’écologie ?)

 

Je me retrouve face aux incohérences de cette campagne pour la vaccination :

  • Une Autorisation de mise sur le marché anticipant la mise au point du vaccin,
  • Des laboratoires qui ne seront pas inquiétés en cas d’effets secondaire de la vaccination,
  • Une campagne de propagande basée sur la peur (les propos de la ministre de la santé « si les gens ne se font pas vacciner, il va y avoir des morts » au journal de 20 h sont inadmissibles, et ne sont en aucun cas un argument sérieux pour se faire vacciner.)
  • Aucune communication à l’intention des professionnels sur l’étendue de la pandémie ; les seules données du ministère sont disponibles sur le site sus-cité, avec des affirmations équivoques : ainsi « 730 000 consultations pour infection respiratoire aiguë liée à la grippe A (H1N1) » signifie-t-il 730 000 cas de grippe A (H1N1) documentée ou que 730 000 personnes ont consulté en indiquant qu’ils avaient la grippe ?... « 22 nouveaux décès liés au virus A (H1N1) ». Donc tous ces décès seraient dus aux complications de la grippe A (H1N1), et aucun aux complications des traitements ? Tout y est mélangé pour laisser penser que nous sommes face à une catastrophe sanitaire.
  • Sur le site de l’Institut de veille sanitaire, ce n’est pas plus précis : « L’InVS précise que ce bilan englobe l’ensemble des décès notifiés (cas confirmés et cas probables). Cas probable : forme clinique grave sans autre étiologie identifiée, dont le tableau clinique et l’ensemble des renseignements fournis au médecin évoquent le diagnostic de grippe même si la confirmation biologique n’a pu être obtenue. » Là non plus, on ne parle pas des éventuelles complications des traitements.
  • Tout devrait être fait pour apaiser les esprits, et permettre à chaque citoyen de faire le choix de la vaccination ou de la non vaccination avec une certaine sérénité. Il n’en est rien. Hors du vaccin, point de salut !
  • Il apparaît que ce virus n’est pas plus dangereux que ceux que l’on retrouve ces dernières années dans les épidémies saisonnières. Alors pourquoi ce soudain empressement à vacciner les professionnels de santé, pourquoi maintenant, en 2009, et pas les années précédentes ?
  • Il y a cette année une grande absente : la grippe saisonnière. Personne n’en parle, à croire que, comme le nuage de Tchernobyl, elle va s’arrêter à la frontière pour laisser la place à H1N1.
  • Je garde en mémoire les cas de sclérose en plaque qui se sont déclarés après que la vaccination contre l’hépatite B est devenue obligatoire, les rapports des uns et des autres se contredisant, pour finalement conclure à l’innocuité du vaccin, alors que les auteurs de ces textes n’ont pas fait de déclaration affirmant qu’ils n’avaient aucun conflit d’intérêt.

Il m’est donc impossible dans l’état actuel des choses de conseiller, avec des arguments solides, à qui que ce soit de se faire vacciner les yeux fermés.

Je pourrais le faire, en me disant que je ne prends alors aucun risque : s’il y a des effets secondaires à la vaccination, je ne serais aucunement responsable !

Je n’ai reçu ou entendu que des injonctions, des conseils bienveillants, des déclarations affolantes, mais rien de scientifique, rien qui me permette de faire correctement mon travail de médecin : soigner en étant persuadée de ne pas nuire à ceux qui m’accordent leur confiance.

Pour terminer, j’ai écouté Mme Bachelot ce matin, sur France Inter. Je résumerai ses propos de la façon suivante : il faut se faire vacciner rapidement car avec les week-end (de trois jours) de Noël et du jour de l’an, les services hospitaliers vont être en sous-effectif, et ne seront pas capables d’accueillir les malades de la grippe…  A force de « fermer des lits », l’hôpital se trouve en permanence au bord de l’indigestion de malades.

Encore un appel au civisme, et pas au cerveau… à croire que nous n’en avons plus.

© Copyright Pharmacritique

Commentaires

Bravo pour votre article très réfléchi, Félicitations, à la recherche de personnes qui utilisent encore leur cerveau

Écrit par : Noel | 23/12/2009

Bonjour à tous,

ça fait plaisir de voir que quelqu'un au moins a encore un cerveau , ce médecin a un esprit d'analyse, il pense, c'est ce que devraient faire tous les gens de ce pays.
La manipulation est de mise de nos jours ne soyez pas dupes l'alarmisme ne sert à rien si ce n'est d'anéantir les peurs au profit de ceux qui ont beaucoup à gagner.On pourrait aussi penser que ce soit un test national pour évaluer le taux de crédibilité des citoyens français, je crois que ça a bien marché !
Utilisez votre tête au mieux cela ne peut pas vous nuire .

Écrit par : claudius | 23/12/2009

Excellent billet!

Écrit par : Valerie H | 23/12/2009

Bravo, et merci pour cette très claire explication, (qui, dans mon cas, n'a prêché qu'un converti...)

Écrit par : Philou18 | 23/12/2009

Je partage votre point de vue sur la communication de la terreur que je réprouve autant que vous et vous livre quand même une question que je me pose quant à cette grippe H1N1. Même si elle n'est pas aussi grave qu'on nous l'annonçait, elle semble tout de même poser des problèmes sur les sujets jeunes et en bonne santé d'avantage que la grippe saisonnière qui "tue" les plus fragiles.
Que doit-on en conclure?
Est-ce le système immunitaire qui réagit trop fortement et s'attaque à son propre organisme?

Écrit par : Elodie | 23/12/2009

Excellent article qui met enfin le rapport entre le point d'un spécialiste et le tout n'importe quoi de la sur mediatisation du virus. D'ailleurs, de memoire, le terme pandémie doit être employé lorsqu'un virus touche au moins 1% d'une population d'un pays. Aujoud'hui le nombre de cas reste toujours autant ridicule et le nombre de mort du virus est loin d'être significatif. Les derniers chiffres prouvent que la Grippe A tue moins que la saisonniere. La question maintenant est, qu'allons nous faire des 80millions de doses de vaccins restante et il y a il un rapport entre le cv de Roselyne Bachelot (que je vous conseille vivrement de consulter sur internet) et son implication plus que déterminer dans la precipitation de ces mesure anti grippe et qui concerne notamment l'achat de 94 millions de dos dans le groupe pharmaceutique dans lequel elle a travailler pendant 12ans.....

Écrit par : Biloute Lillois | 23/12/2009

Merci Annick pour votre témoignage qui est plein e sagesse. Comme vous, je me pose toutes ces questions et suis vraiment étonnée qu'à l'heure d'aujourd'hui, nous ne pouvons mourir que de la grippe A ! De plus lorsque je sors comme tout le monde, je ne rencontre jamais de gens malades se plaignant de fièvre ou toussant comme c'est le cas les autres années lorsque l'épidémie de grippe est là . Pas plus de gens se promenant avec des masques comme le véhiculent les médias à grands renforts de photos . De plus en cherchant sur les différents forums d'internet, on trouve énormément de témoignages sur les effets secondaires du vaccin et JAMAIS de temoignage sur un décès de la grippe A. Il me semble que par civisme pour mes concitoyens, si je devais vivre une tragédie de cet ordre parmi mes proches, je viendrai témoigner sur les forums .

Écrit par : Suka | 23/12/2009

Je suis pharmacienne.
Contrairement à Annick, je n'ai pas jeté le bon à la poubelle mais je l'ai gardé précieusement. C'est un document historique qui aura sa place dans les annales de la propagande pharmaceutique à l'échelle gouvernementale.
On nous culpabilise (cf Gardasil) : "Pour protéger votre enfant, il vous est proposé de le faire vacciner...", on nous ment effrontément :"La qualité, la sécurité et l'efficacité des vaccins utilisés ont fait l'objet d'une évaluation rigoureuse..., dans le cadre des autorisations de mise sur le marché (AMM)".
Je suis tout simplement scandalisée.

Écrit par : Sandrine | 23/12/2009

Bonjour,

Enfin un medecin qui parle honnetement ! Ce que vous dites est exact, mais pas besoin d'être medecin pour faire la meme analyse que vous. Vous pourriez peut être aller un peu plus loin dans l'analyse avec des fait scientifiques. Enfin, sans ce petit pic personnel qui vous a fait réagir (lettre destinée à votre nom liée à votre profession) auriez-vous fait la même démarche ?
Certe les gens n'ont plus de cerveau, mais ceux qui en ont le font marcher seulement lorsqu'il sont face au problème... medecin c'est pas analyste de courrier c'est une veille technologique quotidienne.

Écrit par : CaNaRd | 23/12/2009

Et bien, cela a le mérite d'être clair !!!
Bien sur que la grippe saisonnière est responsable de milliers de décés par an sans tout ce tapage !!!
Nos dirigeants, amis ou actionnaires des puissants groupes pharmaceutiques avaient tout intérêt a faire fabriquer des millions de vaccins, bénéfices obligent.
La pointe d'ironie et d'humour dont votre commentaire est accompagné m'ont plus.

Madame Bachelot, que contenait la seringue employée et médiatisée, du vaccin ou du sérum phisiologique ?

Bon Noël à tous et surtout sans pandémie

Écrit par : TABU | 23/12/2009

(De ce fait, à ce jour, le virus variant a sauvé énormément de vies !!)

* * *

Inconvenants stocks vaccinaux, 22 décembre 2009.

Dr Alain Fisch, Chef de service au centre hospitalier intercommunal de
Villeneuve Saint-Georges, président de l’Institut des Etudes
Epidémiologiques et Prophylactiques (IDEEP)


-(...) L’oseltamivir n’étant pas aussi anodin que l’on veut bien le croire,
individuellement et peut-être en termes de santé publique (...)

- La vaccination est un échec épidémiologique (...)

- Il est inconvenant de continuer à proposer la vaccination à force de
réquisitions, pendant cette période de fêtes ; ceci dit, les centres de
vaccinations sont déjà désertés –sauf par les médecins, internes,
infirmières, élèves infirmières et agents administratifs réquisitionnés….. (...)

- Il est donc bien probable que le virus A(N1N1)v devienne à son tour un virus saisonnier. A ce propos, il est intéressant de noter que les virus saisonniers prévus cette année (A/Brisbane/59/2007 (H1N1), A/Brisbane/10/2007 (H3N2), B/Brisbane/60/2008) n’ont pas montré leur nez. Le A(H1N1)v a imposé sa domination, sans doute par sa contagiosité supérieure. De ce fait, à ce jour, le virus variant a sauvé énormément de vies. (...)

http://blog.slate.fr/h1n1/2009/12/22/369inconvenants-stocks-vaccinaux/

Écrit par : grain | 23/12/2009

Très bonne analyse.je rajouterai qu'étant aussi professionnelle et ayant fait la meme démarche que vous,j'ai pu d'emblée remarquer sur ma feuille de convocation une erreur monumentale sur la saisie des données de ma date de naissance(1er novembre au lieu du 8 novembre) mais qui correspond au bon numéro de la sécurité sociale.comment alors si j'acceptais de me faire vacciner, prouver à distance, que je suis la bonne personne. petit détail lourd de conséquences. c'est peut être comme cela que l'on truque les listes électorales, mais ils deviennent plus fort que le meilleur prestidigitateur et statisticien réunis. ah magie quand tu nous tient! et pour finir ils vont reproduire un des tours les plus connus du très grand Houdini: mais comment sortir d'un imbroglio de cette ampleur, impossible? mais non le dicton du jour:"impossible n'est pas français! je vais mieux, merci,la tête qui tourne un peu c'est tout!vivement le printemps,mais horreur après il y a les allergénes, désensibilisation or not??

Écrit par : mgpre | 23/12/2009

merci pour ces propos qui vont me permettre de ne pas me sentir coupable de ne pas me faire vacciner ainsi que mes proches.. :)

Écrit par : philippe | 23/12/2009

J'ai beaucoup aimé la coquille dans le texte : "Qu’a donc de particulier cette grippe pour que nos têtes pendantes nous incitent avec autant d’insistance à nous faire vacciner ?" ! Il faut la laisser, sinon mon commentaire n'aura plus d'intérêt !

Écrit par : Lagny | 23/12/2009

C'est donc une pandémie gris-pâle !

Écrit par : Lagny | 23/12/2009

Effectivement , nous avons assisté au cours de ces derniers mois au fameux débat : "sciences contre croyance " (ou "raison contre passion" comme le dit Annick).
Les politico économiques ont réussi à infiltrer et à fausser la décision médicale parce que nous vivons l'histoire de la grippe A en direct et les preuves scientifiques font défaut .
Je cite volontiers le Dr Dupagne à mes patients : "quelle que soit votre décision , sachez que les complications (du vaccin ou de la grippe) sont exceptionnelles ";
et je rajoute : "l'année prochaine nous aurons des arguments scientifiques valables à vous donner ."
EN REVANCHE , le directeur général de la santé , Didier Houssin (Prof de fac, chirurgien... j'ai honte) a eu le culot de recommander la prescription de Tamiflu pour tous les syndromes grippaux , alors qu'il n'y a aucune preuve de son efficacité .
Une lettre ouverte et une pétition sont en ligne , 800 médecins ont déjà signé.
Bien sûr , l'Ordre des Médecins , s'enferme dans sa "Tour d'Argent" ... et ferme sa gueule .
Allez donc signer , chères consoeurs et chers confrères , ne soyez pas passivement complices d'une telle arnaque !
(tapez "pétition Tamiflu" sur Google)

Écrit par : toubibornotoubib | 23/12/2009

La messe est dite!!!!!!!!!!!!
Ce n'est pas d'aujourd'hui que nos dirigeants politiques, écomoniques, sociaux, culturels,etc. considèrent et se comportent comme si nous étions des ignares voire des cons. Espéront que le retour de bâton n'est plus très loin!

Écrit par : marr90 | 23/12/2009

voilà une réflexion intéressante qui mériterait bien que tardive une large diffusion.moi même depuis le début de la "propagande gouvernementale"m'interroge sur ce comportement des pouvoir publique du ministère de la santé et autres qui ne vont que dans le sens du vaccin sans aucune logique

Écrit par : stomboli | 23/12/2009

Allez faire un tour chez vos collègues qui sont au contact des cas graves, notamment d'enfants, je pense que cela calmera vos ardeurs de frontiste.
ALlez raconter tout cela aux parents des enfants décédés qui font partie des 3 décès par jour actuel.
Tout ça pour ne raconter que cela ?
On le sait que la grippe n'est pas dangereuse sauf quand elle l'est.
Il suffisait de ne dire que cela,
et j'espère qu'un jour, vous n'aurez pas à regretter de ne pas protéger votre enfant alors que cela est très facilement à la portée.

Écrit par : Niel | 23/12/2009

Cet article est ce qu'on peut trouver de pire en la matière, aucun information, aucune référence, de nombreuses affirmations approximatives. Le fait qu'il soit écrit par un médecin semble lui donner une caution scientifique, alors que les connaissances d'un gynécologue en la matière sont certainement aussi peut étendues que celles de n'importe quel neophyte.
Bref, un article de plus dans la lignée de la théorie du complot. Désolant.
Je ne suis pas convaincu de l'importance de la vaccination mais il faut quand même reconnaître que le virus a tué des milliers de personnes dans le monde pas le vaccin. Ajoutez 1,2 ou 3 zéros au nombre des morts et cette personne serait dans la queue des centres de vaccinations.

Écrit par : salar | 23/12/2009

pas de doute que ces têtes là sont bien pendantes... ;-)

Écrit par : akai | 23/12/2009

Merci pour votre témoignage cela nous donne l'espoir !

Que ma gynécolgue sera comme vous !

Écrit par : Angela | 23/12/2009

Chère Madame et chère Confrère, je ne peux que partager vos réflexions personnelles et professionnelles. Etant médecin généraliste, je dois avouer perdre un peu confiance (doux euphémisme bien sûr!!) en tous ces politiques, journalistes, experts a gogo et laboratoires pharmaceutiques.... qui semblent avoir des intérets très très éloignés des nôtres, médecins et soignants. Un lien de confiance et de responsabilité me lie comme vous à ma clientèle, mais je ne suis pas vacciné contre la grippe A H1N1, ce qui ne fait pas de moi un médecin irresponsable! Cette hystérie politicojournalisticopharmaceutique va laisser des traces indélébiles dans nos relations avec le pouvoir (je parle avant tout des médecins libéraux très remontés pour début 2010)...
Bonnes fêtes de fin d'année quand-même!

Écrit par : Dr Lebrun Dominique | 23/12/2009

excellente analyse...il faudrait ajouter la complicité des médias pour propager la psychose...

Quoi qu'il en soit, merci à vous pour votre réflexion...

Je vais quand même faire confiance à mon système immunitaire...

Écrit par : WALDAN | 23/12/2009

magnifique démonstration du peu de sérieux du dossier scientifique validant la nécessité d'une vaccination massive contre cette grippette H1N1v. J'ajouterai , pour le consentement éclairé de la "sécurité" du vaccin , que l’agence européenne du médicament (qui a délivré l’essentiel des
autorisations), a bien confirmé que les ces vaccins ont été autorisés « dans des circonstances exceptionnelles », ce qui signifie qu’il n’a pas été possible d’obtenir des informations complètes sur le vaccin pandémique .
Néanmoins, sur la base des rapports d’évaluation diffusés par l’Agence
européenne, il est dit qu'au cours du développement :
· au moins 7 morts ont été rapportés ;
· dans un essai chez 400 enfants, 2 hépatites auto-immunes ont été
rapportées ;
· au cours des essais chez l’animal, une rate enceinte est décédée.

cela n'a pas dissuadé la mise sur le marché ....

Écrit par : Mick | 23/12/2009

C'est à se demander si les labos n'avaient pas investi chez Madoff et qu'il est urgent de les renflouer !!

Écrit par : jpg | 23/12/2009

Ayant 2 jeunes enfants, je suis resté longtemps perplexe devant les bons de vaccination que j'avais reçu pour eux. En effet, difficile de se faire un avis objectif sur la question avec ce qu'on entend et ce qu'on lit, entre les propos lissés du gouvernement et le sensationnel relayé par les médias. On nous expose ici et là les dangers de la grippe, mais personne n'évoque les risques du vaccin sur le long terme !
Cherchant des infos objectives, j'ai cru trouver l'émission "idéale" : une spéciale H1N1 de "Allo docteur" sur France 5, qui nous annonce en introduction qu'elle va tout nous expliquer pour que chacun puisse prendre sa décision en toute connaissance de cause. Mais une fois de plus, et même sur le service public, l'émission n'a fait que relayer la propagande de Mme la Ministre, invité d'honneur. Les invités qui n'étaient pas convaincus de l'intérêt de la vaccination se sont vu couper la parole. Et les reportages alarmistes nous montraient les malades hospitalisés juste avant qu'ils ne passent l'arme à gauche. Sur le moment, cette alchimie de la peur a presque eu raison de moi.
Mais dès le lendemain, un article de presse nous annonçant le nombre de nouveaux cas avérés, alors qu'aucun test n'est fait pour identifier les virus, me faisait sortir de mes gonds : je ne me ferai pas manipuler, et les bons iront à la poubelle !!

Merci pour votre billet, et retardons le moment où l'on va nous dicter ce qu'il est bon de penser ....

Écrit par : Gaël | 23/12/2009

enfin qqn qui réfléchi avec son cerveau et pas avec une télé. Quel beau regard sur cette propagande absolument pas objectif et très menaçante. Ma prof de culture générale, nous a demandé pourquoi le gouvernement avait acheté 80 millions dose de vaccins alors que nous sommes 66 millions d'habitants? quelle conclusion en tirer! c'est très étonnant d'entendre de tels chiffres et de se rendre compte de ce que fait l'état. moi je dit juste: bravo la connerie humaine et merci pour ce beau commentaire tellement réaliste.

Écrit par : maud | 23/12/2009

@salar:
le nombre de personnes décédées de la grippe est bien sûr nettement supérieur à celui des personnes intoxiquées par le vaccin. En tout cas aujourd'hui.
Et si dans quelques mois les vaccinés développaient des complications ? Au point que leur nombre avoisine celui des grippes malignes ?

Car c'est bien là le pari à prendre : se donner 70% de chance d'échapper à la grippe, quitte à supporter à vie un problème de santé, ou bien être sûr de ne pas s'intoxiquer, en assumant le risque de contracter une grippe maligne, voire bénigne, voire rien du tout ....

Écrit par : Miguel | 23/12/2009

cher niel

vous écrivez : "Allez raconter tout cela aux parents des enfants décédés qui font partie des 3 décès par jour actuel....".

3 enfants morts par jour? = 180/mois? où avez vu ça?

vous reprenez exactement les types D'arguments de Mme bachelot. Son "parenchyme" de bébé restera dans les anales; c'est ce qu'on appelle une INSTRUMENTALISATION.
ça ne marche plus et nous fouailler aux trippes avec des enfants morts imaginaires est un argument éculé sauf pour ceux qui se laissent encore manipuler.
Le chiffre de 200 décès n'est pas encore atteint, tous morts confondus, d'ailleurs très difficilement attribuable à la grippe pour certains.

Cher Salar,
cet article n'a pas à vocation scientifique, mais de suivre une démarche quant à se faire vacciner ou non, " prendre un peu de recul face à cette campagne de vaccination " comme l'écrit le docteur Annick.
Ce vaccin aurait pu être bénéfique pour certains patients affaiblis, la balance bénéfice risque restant à évaluer.
J'ai quatre enfants qui ne méritent pas qu'on prenne des risques de vaccins inutiles. J'ai pris ce risque! incroyable non? Tout bien pesée avec les quelques éléments dont je dispose il m'apparait que cette grippette sur des sujets en bonne santé pèse bien peu au regard des risques vaccinaux

Il a fallu 10 ans pour mettre au point certains mauvais vaccins, alors quelques mois...

Écrit par : MGFRANC | 23/12/2009

Belle analyse de texte, qui prêche également à une convaincue. Chez nous pas de vaccins ni pour le bébé, ni pour les ados, ni pour les parents.
Moi, ce qui me chagrine dans ce traitement grandguignolesque de cette épidémie, c'est que ça ne va pas améliorer la crédibilité des pouvoirs publics et que, lors d'une prochaine pandémie réellement grave, les gens risquent de ne pas se mobiliser (je pense à la grippe aviaire ou quelque chose de similaire). D'un autre côté des leçons seront peut-être tirées de cette expérience (on peut rêver).

Écrit par : la belle bleue | 23/12/2009

Bonsoir, et quel article ! ça fait du bien de lire un peu de vérité, de temps en temps... en tout cas, et à tête reposée pour les plus crédule, c'est bien plus logique que la soupe propagandiste que nous servent nos élus.

S'il est besoin de s'égosiller de la sorte, c'est bien que le gouvernement n'écoute pas. s'il n'écoute pas avec tant de d'appels, de contestations, de critiques, c'est qu'il joue son propre jeu. s'il joue son propre jeu, c'est que ce n'est pas le notre. et comme tout ce qui se fait en secret n'est pas forcement motivé par des pensées altruistes, on peut aujourd'hui douter de notre gouvernement ! Je crois qu'il est assez clair pour beaucoup que le peuple est en quelque sorte attaqué, à moins que ce ne soit une opération FRIC pour les chaines pharmaceutiques... mais même dans ce dernier cas, pourquoi tant de morts et de complications, graves et irréversibles pour la plupart, pour un produit censé nous sauver la vie ? et le nier avec tant de force ??? Tout a été dit dans l'article; à ce niveau d'implication, ce n'est pas de l'incompétence, c'est un empoisonnement volontaire ! la preuve en est cette sourde oreille alors que les cas d'école se multiplient. Marianne titre cette semaine "les plus grands mensonges de l'histoire" je les trouve réalistes, eux et les consirationnistes, et ce ne sont pas des fous furieux gauchistes atteint de déficiences mentales et forcement anti-quelquechose, comme s'empresse de l'affirmer le gouvernement à chaque critique !

y'en a assez de toutes ces manoeuvres sournoises !
Ils nous font aussi le coup avec le RRRrrechauffement climatique et la CCcccrise !

Écrit par : aldenethian | 24/12/2009

Chère Madame,

Je suis entièrement d'accord avec votre analyse sur la grippe H1/N1;

Je n'ai toujours pas reçu le bon de vaccination, mais, de toute façon, je n'irai pas me faire vacciner, ni les membres de ma famille.

Nos gouvernants nous mentent et instaurent un climat de culpabilité sur la contamination.

J'ai manqué de réaction, j'aurai du acheté des actions de groupes pharmaceutiques, cela m'aurait permis d'offrir de somptueux cadeaux de noël aux membres de ma famille.........

J'adhère complétement à votre réflexion et suis sensible à votre honnêteté.

Cordialement

Écrit par : VAN-HUFFEL | 24/12/2009

BACHELOT DEMISSION
Une crise sanitaire sanitaire "aurait pu frapper notre pays " . Au primptemps dernier , les incertitudes concernant l'émergence d'une nouvelle souche virale imposaient de prendre des mesures en terme de prévention des risques , dans l'hypothèse d'une virulence virale trés vive . La gestion de la crise est aujourd'hui visible : des centres de vaccination peu fonctionnels, le recrutement à la va vite d'étudiants , des préparatifs insuffisants , l'interdiction de vaccinner nos concitoyens en dehors des centres , Y COMPRIS DANS LES HOPITAUX , une gestion idéologique de la situation à défaut d'une gestion scientifique . L'achat de 94 millions de doses de vaccins à des prix défiant "toute concurrence " pour arriver à un total de 4 millions de doses injectées fin décembre !!!! La quasi directive d'utilisation large du Tamiflu à partir du 15 décembre alors que l'épidémie recule et ce malgrès les publications scientifiques sérieuses qui mettent en garde contre ces pratiques !!! Pour toutes ces raisons , les signataires éxigent LA DEMISSION DU MINISTRE DE LA SANTE , et ce en application des principes énoncés par le Président de la république lui même , d'évaluation des ministres .

Écrit par : vandeville | 24/12/2009

@ Niel : je ne nie absolument pas les cas graves ; la grippe tue chaque année. La mort d’un proche, enfant, adolescent ou adulte est toujours une tragédie.
Ce que je trouve abject, c’est l’instrumentalisation qui est faite, cette année, des cas graves, pour attiser la peur. La peur n’est pas bonne conseillère.
Combien d’enfants sont décédés l’an dernier à la suite de la grippe saisonnière ? Ni vous ni moi ne pouvons le savoir, les morts de l’année dernière n’ont pas pour autant moins d’importance.
Il faut faire la distinction entre le raisonnable (dans le sens qui fait appel à la raison), et l’affectif. Toute la communication autour de la grippe H1N1 a fait appel à l’affectif, jamais à la raison.

@ Salar : j’ai précisé au début de l’article que « Je n’ai pas la prétention d’apporter une expertise médicale ou scientifique, mais de prendre un peu de recul face à cette campagne de vaccination dans laquelle sont brandis tour à tours les menaces, les propos apocalyptiques, les suppliques, les appels au civismes, mais aucun argument scientifique. »
Cet article est le résultat de mes réflexions de citoyenne. Il se trouve, qu’étant également médecin, un certain nombre de patientes m’ont demandé si elles devaient se faire vacciner. Avant de leur répondre quoi que ce soit, mon travail était avant tout de me documenter, de réfléchir.

Écrit par : Annick | 24/12/2009

Ca fait du bien de voir qu'il y a encore des cerveaux en activité dans "la France d'en bas" ... mais ... dites moi, il faudra bien rentabiliser les 90 millions de doses achetées aux différents labos !

(ceci dit en passant, qui aura droit aux 30 millions de doses superflues ? ... il y aura une vente aux enchères lors de l'improbable pic de grippe A ? ... et comment pourrions nous faire la différence entre une pauvre petite grippe saisonnière et la vilaine A, nous, simples mortels ? ... )

En recherchant sur Google (ou autre) on trouve facilement des déclarations de médecins expliquant pourquoi il ne faut pas se faire vacciner... l'un d'eux m'a particulièrement frappé, il disait (en gros) "Que sur les vaccins étaient efficaces, ca se saurait ... ca fait 40 ans que le vaccin de la grippe saisonnière existe, et devinez quoi, la grippe saisonnière existe toujours... conclusion ? ... "

Ce à quoi les Pro-vaccins vous répondent : " Oui mais le vaccin mute d'année en année !, il faut se faire vacciner tous les ans" .. Ah ... mais pourquoi le virus mute-t-il alors ? ...

Toujours d'après ce médecin, lorsqu'on se fait vacciner pour la grippe (prenons un exemple, la grippe 001), et que l'année d'après la grippe 005 fait son apparition, lorsqu'on se fait vacciner pour cette grippe 005, les anti-corps, contrairement a ce que l'on ne pense, ne vont pas assimiler le vaccin 005, mais vont ressortir celui qu'ils ont reçu en premier, à savoir celui pour la grippe 001 (la nature humain est ainsi faite...) ... alors a quoi bon se faire vacciner pour le H1N1 sachant qu'il est déjà en train de muter (sans parler des danger du vaccin, largement expliqués ailleurs) ?

Et pourquoi le virus mute-il d'une année sur l'autre ? ... ne serait-ce pas a cause de ces vaccins superposés les uns aux autres d'année en année ? ... afin de fournir de l'eau au beau moulin que sont les entreprises pharmaceutiques ? ... c'est une belle source d'argent auto-renouvelable qui a été créée ici...

Pour finir... je dirais qu'a mon humble avis, le seul vaccins réellement efficace à ce jour est notre corps, ou plus précisément nos anti-corps... c'est bien connu, on m'a toujours dit que moin on vaccinait un enfant, plus il devenait résistant... c'est pourquoi de nos jours on assiste à une montée en flèche des complications infantiles (asthme, sclérose, j'en passe et des meilleurs) .... nos chères bambins sont surchargés de vaccins, laissant leurs anti-corps à l'état de figuration. Dès qu'un virus pointe le bout de son nez c'est la panique totale et direction le médecin... Des futurs clients pour les labos pharmaceutiques, et des clients à vie s'il vous plaît ! ...

Je prend un exemple personnel, je n'ai quasiment jamais été vacciné (sauf les trucs vraiment obligés, surtout étant enfant, c'est plutôt la maman qui décide à ce niveau là) le dernier remontant à une bonne grosse dizaine d'année... Je n'ai eu qu'une fois une vilaine grippe y'a qqs années, qui est passée au bout d'une semaine, non pas remplie de médicaments, mais de simples remèdes de grand mère (boire beaucoup + boissons chaudes au miel) .... pour le reste, ca doit faire également un grosse dizaine d'année que j'ai pas franchi la porte d'un médecin quel qu'il soit ... vu comme ca, en sachant ce qu'il y a en jeux (toute une profession et pleins de multinationales) on comprend pourquoi certains ne veulent pas admettre que le vaccin est inutile (voire dangereux), pour ne pas dire "les vaccins en général" ...

Belle société dans laquelle nous vivons... comme le dit aldenethian, "y'en a assez de toutes ces manoeuvres sournoises !
Ils nous font aussi le coup avec le RRRrrechauffement climatique" ...

c'est clair qu'il n'y a pas besoin d'être une lumière pour savoir qu'entre 6 petits milliards d'êtres humains (dont un bon 30 % est seul pollueur) et un gros soleil bien radioactif de plus d'un million de Km de diamètre qui nous balance des microns-ondes à toute berzingue , c'est ce dernier qui chauffe le plus ... m'enfin ... c'est encore un autre débat... perdu d'avance ...

Écrit par : Grippe inside | 24/12/2009

Le tamiflu augmenterait il l'infection du H1N1 ?
Selon une étude scientifique, l'oseltamivir composant actif du tamiflu réduit beaucoup d'infections grippales mais justement pas sur le H1N1. Sur le H1N1 l'oseltamivir produit l'inverse en augmentant l'infection.

Pourquoi les médias n'en parlent pas? c'est secret défense? ou secret défonce ?

http://minilien.fr/a0lfzd

Écrit par : Itkkfi | 25/12/2009

j'ai fais le vaccin H1N1, faut-il en avoir peur?

Écrit par : nono | 25/12/2009

Je suis déçupar ce billet... je lisais de temps à autre ce blog pour ces idées... mais là, c'est trop ! On se croirait à une réunion de rédaction de Prescrire avec des arguments non pas scientifiques mais digne d'une concierge... je pense que la ce billet est de la désinformation médicale qui ne fait que de colporter les idées populaires sans aucun fondement scientifique... Dommage...
Je sais que mon commentaire ne sera pas publié... étonnant de voir que des commentaires qui abonde en votre sens... Dictature, quand nous tient !

Écrit par : ROUSIERE | 25/12/2009

Merci de montrer avec simplicité ce qui résulte du règne de la peur et de la culpabilisation. J'aurais beaucoup aimé que ma petite soeur ait rencontré un médecin comme vous, et ne cède pas aux sirènes imbéciles du Gardasil. Il faut croire que le "penser par soi-même" n'est pas l'apanage de tous les médecins... Merci d'être différente et d'avoir le courage d'exposer votre point de vue.

Écrit par : Conti | 25/12/2009

@ ROUSIERE

vous etes peut-etre tout simplement peu à croire à la fable officielle...
étonnant de voir à quelle point chaque camp peut etre de mauvaise foi... oui oui, nous aussi nous le sommes souvent (enfin du moins, moi je le reconnais); la déception et la frustration apportent cela. familiarisez vous avec le discernement, voire, cherchez-en même la définition dans un dictionnaire !

au plaisir d'un prochain évènement, qui opposera critiques et crédules du monde entier, sur les terreaux fertiles que sont l'émotion et l'urgence ! LA STRATEGIE DU CHOC !

Écrit par : aldee | 28/12/2009

A Grippe inside et à Aldenethian,

Ce blog n'est pas antivaccinaliste, et je ne partage pas vos vues. (Sur le réchauffement climatique non plus, d'ailleurs).
Dans ces pages, il ne peut y avoir qu'une critique rationnelle des vaccins, au cas par cas. Loin de moi l'idée d'un rejet en bloc. Le sujet a déjà largement été débattu ici, avec des citations allant sur des pages entières des ouvrages de certains antivaccinalistes, des imprécations, etc.
Pas question de recommencer.
Je ne cautionne pas non plus quelque mouvement et/ou parti politique et/ou secte que ce soit qui instrumentalise cette grippe pour se faire de la propagande et/ou vendre des idéologies ou des produits en utilisant exactement les mêmes méthodes: l'appel aux tripes, l'exacerbation des peurs, la diabolisation des sciences et de la médecine.

A Rousière,

Il doit y avoir au moins 25 articles sur la grippe A et la vaccination dans ces pages; a priori, cela devrait satisfaire tous les goûts.
Pharmacritique, exemple de dictature... On aura tout vu ;-))
Je me regarderai dans une glace tout à l'heure, si ça se trouve, il y a quelques incisives qui ont poussé depuis que je suis devenue une dictateure sanguinaire ;-)))
(Je prends vos critiques pour moi, puisque Annick n'a rien à voir avec les commentaires);
Vous devriez savoir que tant que les critiques restent à peu près décentes, même si elles sont acerbes, je ne les supprime pas.
Je supprime tout propos ou lien commercial, les propos orduriers, les thèses extrémistes.

Parlant de langage ordurier...

J'ai reçu plein d'invectives de certains antivaccinalistes (par mail, y compris privé (!)), dans un langage ordurier par rapport auquel celui de Rosière reste d'une politesse exquise...

Pourquoi les invectives et les critiques des uns et des autres? Principalement parce j'ai développé la question de la polarisation entre scientisme et antivaccinalisme, qui font tous les deux appel aux peurs, aux tripes, aux affects, pour des raisons différentes. Je renvoie les deux dos à dos, comme étant deux faces du même phénomène qu'est la destruction de la raison. Les théories du complot sont tout aussi irrationnelles que les prophéties de malheur qui instrumentalisent les sciences.

C'est dans l'article:

"Grippe A H1N1: valse des morts pour attiser les peurs. Dialectique des contraires entre l'apocalypse des scientistes et l'hécatombe des antivaccinalistes"

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/12/07/grippe-a-h1n1-valse-des-morts-pour-attiser-les-peurs-dialect.html

L'un de mes écrivains préférés disait à un moment donné: les noirs me traitent de blanc, les blancs me traitent de noir. C'est encourageant, ça veut dire que je suis sur la bonne voie...

A Conti

Si le sujet Gardasil vous intéresse: j'ai écrit une bonne cinquantaine d'articles sur ce vaccin et le Cervarix, accessibles à partir de la liste alphabétique des sujets (à gauche de la page).

Bien à vous,

Elena / Pharmacritique

Écrit par : Pharmacritique | 28/12/2009

A Annick

Merci pour votre lecture citoyenne!

Une petite remarque, pour le débat.

Pour nous, philosophes, ce n'est pas tant du "raisonnable" qu'il s'agit (lorsqu'on parle de "ce qui fait appel à la raison"), mais de rationnel.
Parlant des deux extrêmes que je dénonce, à savoir le scientisme et l'irrationalisme, on pourrait dire, au contraire, qu'ils pourraient être perçus comme raisonnables, dans certains contextes, mais ne sont en aucun cas rationnels.

De tout temps, les catégories de la logique ont été développées en même temps que la morale. Ce qui veut dire que les scientifiques - ceux dont le travail devrait se fonder sur des raisonnements de type logique, sur le réseau catégoriel de la raison - doivent orienter leur action en fonction de la responsabilité, donc des conséquences potentielles de leurs actes.

Disjoindre la logique de la morale, comme dans le scientisme, ce n'est plus de la raison. (Même si cela peut être par ailleurs perçu comme "raisonnable" en fonction des standards de telle culture ou de telle "éthique" fort relative, car contextuelle et non universalisable). C'est tout autant une négation de la raison que l'irrationalisme plus directement visible des antivaccinalistes tenants des théories du complot.
(Soit dit en passant, puisque je n'ai pas eu le temps de le préciser dans l'article: il n'y a pas d'opposition entre la raison et les affects. C'est lorsqu'on les oppose comme s'excluant mutuellement qu'on arrive à l'un ou l'autre des deux extrêmes. Voire aux deux...).
Cordialement,
Elena

Écrit par : Pharmacritique | 28/12/2009

Merci de lire ces commentaires qui nous soulagent de la sacrosainte doctrine actuelle: tu dois faire ce que je te dis ... sans réfléchir.
Vivant aux USA depuis le début de l'année, je crois que l'information est encore plus contrôlée dans ce pays. Avec ma femme, nous avons refusé de nous faire vacciner. Mais comme bien noté souvent, il s'agit d'une véritable campagne de la peur Internationale ... sauf qu'aux USA, ils n'ont pas assez de vaccins pour tout le monde ...Ouf (mais assez pour les femmes enceintes ...).

Pour information, Madame Bachelot est convoquée le 4 Janvier au TGI de Paris (Tribunal de Grande Instance). Il y a fort a parier qu'aucun de nos journaux nationaux n'en parleront .... mais si vous pouviez faire passer le mot ... Merci.

Je crois qu'il faut que les citoyens commencent a véritablement hausse le ton contre nos politiques manipulateurs. Merci

Écrit par : Raphaello | 29/12/2009

- Des millions de Français pourraient avoir été infectés sans le savoir

29.12.2009

Les chercheurs estiment que les infections à symptômes sont "moins fréquentes avec la grippe H1N1 qu'avec la grippe saisonnière". 13 millions de personnes pourraient avoir été atteintes en France, avec ou sans symptômes. (...)

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/societe/la_grippe_a/20091229.OBS2019/des_millions_de_francais_pourraient_avoir_ete_infectes_.html


- La directrice de l'OMS n'est pas encore vaccinée

29.12.2009

(...) Alors que des campagnes de vaccination sont engagées dans beaucoup de pays occidentaux depuis deux mois, le nombre des volontaires est souvent plus faible que prévu, dégageant d'importants surplus de vaccins. L'Allemagne a ainsi annoncé début décembre vouloir revendre ses surplus à d'autres pays. La Suisse a, elle, décidé de faire don de la moitié de ses stocks à des pays en voie de développement et de vendre le reste à des pays encore demandeurs.

http://www.leparisien.fr/grippe-a/monde/grippe-h1n1-la-directrice-de-l-oms-n-est-pas-encore-vaccinee-29-12-2009-759513.php

Écrit par : grain | 30/12/2009

Combien va coûter la grippe A(H1N1) ?

Droit-medical.com


(...) Si les chiffres donnés précédemment sont des dépenses déjà connues, les prévisions estiment qu'au final la pandémie de grippe porcine pourrait coûter au minimum entre 1,8 et 2,2 milliards d'euros (...)


À cela vont s'ajouter des dépenses pour l'indemnisation des personnels réquisitionnés (...) Autre poste, les dépenses de communication évaluées à elles seules à 6,8 millions d'euros . (...)


Ces chiffres sont un minimum. En effet, d'autres coûts imprévus risquent de venir « alourdir la facture ». Le stockage et la péremption des produits pourraient coûter très cher (... ) On sait que de tels problèmes se sont déjà posés lors de l'épidémie de grippe aviaire et que le stock d'antiviral constitué à cette époque pose devrait être en grande partie perdu, même si le gouvernement a trouvé un moyen de l'utiliser pour la grippe porcine en élargissant les indications du Tamiflu et en allongeant sa durée de validité.

Ces problèmes sont réels puisqu'il est question de construire des hangars de stockage sur le site de l'établissement de ravitaillement sanitaire des armées de Vitry-le-François, afin de faciliter la gestion des réserves, et qui est aussi envisagé « l'élaboration d'un statut particulier pour les médicaments relevant du “stock national santé”, statut qui permettrait de ne pas faire figurer de date de péremption sur les produits de santé, mais une date de fabrication, en contrepartie de tests réguliers et encadrés de leur stabilité ». (...)

http://droit-medical.com/actualites/4-evolution/684-budget-grippe-ah1n1

Écrit par : grain | 02/01/2010

Belle analyse de la situation , mais n'oublions pas tout ce que nous devons a la vaccination depuis Pasteur , Roux et plus recemment Philippe Maupas avec la disparition de la variole , de la polio ,du tetanos et de l'hépatite B chez les patients a risque notamment en dialyse , les inconvenients de l'njection paraissent dérisoires . Je suis vacciné ainsi que ma famille et pour moi la vaccination est le plus bel exemple de l'Evidence Based Medecine

Écrit par : Dr Jean Marie Mazé | 02/01/2010

L'EBM ne consiste pas à croire à l'efficacité de la vaccination, mais à fonder l'efficacité des vaccins sur des preuves cliniques . Certains ont effectivement fait la preuve de leur efficacité, mais pour d'autres il n'y a pas d'évaluation sérieuse. Ainsi des vaccins anti-grippaux dont on attend toujours des études établissant le pourcentage de réduction de l'incidence de la grippe chez les vaccinés par rapport à ceux qui ne le sont pas et surtout de ses complications . Ainsi du vaccin Pneumo 23 dont certains pronaient l'utilisation systématique chez les plus de 65 ans . Les études de cohortes et les essais randomisés n'ont pas montré d'efficacité de ce vaccin pour prévenir les peumonies à pneumocoques. Quant au critère habituellement retenu pour tester l'efficacité d'un vaccin à savoir l'immunogénicité, il s'agit d'un critère intermédiaire; seuls les critères cliniques peuvent constituer une preuve robuste de l'efficacité de la vaccination.

Écrit par : siary | 03/01/2010

y en a qui n'ont vraiment rien à faire pour écrire autant sur un sujet en ne le connaissant pas.
Si tous les gens mettaient leur énergie à améliorer des choses qu'ils connaissent, ce serait plus utile que de parler sans savoir

Écrit par : pavaillier | 05/01/2010

Commande de vaccins : le courrier aux labos qui contredit Bachelot

(...)

Invitée du JT de TF1 lundi 4 janvier, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot avait bien précisé que la résiliation «des commandes de 50 millions de doses» du vaccin contre le virus H1N1 avait été négociée «à partir du 20 novembre».

Le Canard enchainé révèle mercredi matin un courrier émis par l'Eprus, l'établissement public chargé d'acheter les vaccins, adressé au laboratoire GSK, pour lui annoncer «la suppression de la commande à hauteur de 32 millions de doses», daté du 4 janvier 2010, jour de l'annonce de la ministre. (...)

Mais le Canard souligne un autre détail, passé sous silence par la ministre de la Santé. Les deux courriers précisent: «Nous sommes à votre disposition pour envisager avec vous les conséquences de cette modification du marché.» (...)

http://www.liberation.fr/societe/0101612265-commande-de-vaccins-le-courrier-aux-labos-qui-contredit-bachelot

Écrit par : grain | 06/01/2010

Merci Annick d'avoir pris le temps de partager votre analyse et vos réflexions. Non sans humour, en plus, j'apprécie ! ;-)

En souhaitant que le psycho-drame qu'on nous a joué ces derniers mois ait au moins donné aux gens l'envie de s'informer à d'autres sources que le "20h", de s'autoriser à réfléchir par eux-mêmes et de prendre leur santé en main, quelque soit le type de soin/prévention qu'ils choisissent.

Je ne me vaccinerai pas contre le A(H1N1) mais, comme Sandrine (23/12/09), je garderai le bon que je recevrai peut-être un jour, en souvenir ;-)

Bonne année et bonne santé à tous !

Écrit par : Petite Curieuse | 07/01/2010

Bonjour,
Je suis médecin généraliste, ne suis pas vacciné, ne vaccinerai pas et déconseille à mes patients de l'être. Pourtant je suis totalement convaincu que les antibiotiques et les vaccins sont les progrès médicaux les plus importants du 20 ème siècle. Toute décision médicale cependant doit peser le pour et le contre de chaque action.
D'une part le virus : une épidémie insignifiante, sans doute la plus faible en nombre de toutes celles que j'ai observées depuis mon installation en 1981 et cette opinion est corroborée par tous les confrères avec qui je suis en relations ; une épidémie qui est terminée ou en bonne voie de s'achever, l'hypothèse d'un deuxième pic jamais observé dans l'autre hémisphère devant être mise au rang des fantasmes de prétendus experts ; une épidémie (pardon aux victimes) qui sera très probablement la moins meurtrière des cinquante dernières années.
D'autre part les vaccins : élaborés à la hâte, sans les précautions d'usage, avec des méthodes nouvelles ou douteuses ; je ne suis pas assez qualifié en biologie pour évaluer le risqe d'une production à partir de cellules cancéreuses (Novartis) ou le non fractionnement après inactivation chimique (Baxter) mais je suis en droit de me méfier ; des vaccins aux effets secondaires inhabiuels comparés à ceux du vaccin saisonnier, en tout cas dans mon expérience personnelle de consultation ; des vaccins dont l'efficacité est incertaine, faut-il rappeler que 800000 doses du Pasteur viennent d'être rappelées par le laboratoire français aux Etats-Unis pour cause de non efficacité ?
La balance bénéfice-risque m'apparaît clairement négative.
C'est une bonne occasion de rappeler que la parole d'expert est le plus faible niveau de preuve en médecine. Que ce soit sur le Sida, la grippe aviaire ou maintenant la porcine, les experts se sont totalement déconsidérés. C'est la leçon la plus importante à retenir.

Écrit par : Patrice Martin | 14/01/2010

Bonjour

En particulier à Gyuran...

Le Pr flahault ayant fermé son prétoir, je me permet de déposer ici un pb qui me parait singulier.

L'Angleterre nous annonce un grand nombre de grippés.
Comment cette nation qui ne consacre pratiquement aucun fond à sa médecine peut être aussi prolixe dans ce domaine sans intérêt éconimique( mais non je me trompe j'oubli gsk) Ha , c'est donc cela la raison de cette alerte de 24 morts en un mois, allons, en france pays équivalent, il y a entre 1000 et 4000 morts chaque année avec un virus classique, les données nous montre que la grippe est vite retombée dans le sud, on peut donc supposé un maximum de 200 morts en UK
et encore je ne dis rien sur les tests. Quel virus ? grippe ou pas ?
le reflexe est tenace, c'est une grippe ! avez vous un test pour affirmer cela ?
oui on a une statistique!
je demande à voir. on y trouvera La B et le vrs pour les enfants et des surinfections bactériennes non dignostiquées. je parie ma chemise !

KP

Écrit par : KP | 24/12/2010

Bonjour

J'aimerai donner mon avis sur ce site :

Il ne faut pas avoir peur de se faire vacciner si on en a besoin, cela serait une grande bêtise, le vaccin est infiniment moins dangereux que le virus pour les gens fragiles. Et le vaccin 2010/2011 est identique à 2007/2008 en terme de fabrication.


Il est trés grave de faire croire qu'une personne à risque ne doit pas se faire vacciner, voir même, je pense (y compris les medecins généralistes) que les gens qui affirme le contraire devraient être poursuivis en justice et mis en prison pour non assistance en personne en danger !

KP

Écrit par : KP | 26/12/2010

Bonjour Kp content de vous retrouver après le break imposé par Flahault. Seriez vous devenu un agent de la task force ;-) ?
Pour ceux qui ne connaissent pas il s'agissait d'une proposition de loi afin de surveiller et intervenir sur le net . Non ce n'est pas un joke j 'ai qq part dans mes notes le texte mais pour le retrouver....

En tout cas pas de 2° vagues H1N1NV 2009 en vue et je vous renvoie comme me l'a fait remarqué bernard Guennebaud vers les derniers rapports grog et invs où on voit la propagande encore en action; Je vous livre par copier coller son texte :



""Quand les grogs prennent leurs désirs pour la réalité :

Grogs :
« Les trois types de virus A(H1N1)2009, A(H3N2) et B continuent de co-circuler, mais le virus grippal A(H1N1)2009 semble devenir majoritaire. »
Sauf que, selon leurs propres prélèvements le type B a plus progressé que le H1N1 entre la semaine 51 et 52 !
Quant à l'InVS elle se contente d'écrire :
« Tendance à la hausse de la proportion du virus A(H1N1)V dans les prélèvements effectués en population générale »
Ils ont bien du mal à digérer le tour de cochon joué par le type B qui leur fait un joli pied-de-nez, du moins pour le moment. Certes, l'hiver n'est pas fini et peut-être que leurs désirs seront exaucés, à Pâques ou à la Trinité, mais leur crédibilité continue d'en prendre un coup, pour les observateurs du moins.

Pour la semaine 52, la dernière de l'année 2010 (du 27/12/2010 au 02/01/2011), les réseaux Sentinelles, Grogs et l'InVS viennent de publier leurs bulletins respectifs sur la grippe. Les Grogs semblent prendre leurs désirs pour la réalité puisqu'ils annoncent que le virus H1N1 semble devenir majoritaire alors que le réseau a lui-même identifié davantage de virus B que (H1N1)v au cours de la semaine 52 : 76 de type B contre 47 de type A(H1N1)v !
Regardons donc cette anomalie de plus près.
Le bulletin InVS du 5 janvier 2011 écrit :
http://www.invs.sante.fr/display/?doc=surveillance/grippe_dossier/points_actu_2010_11.htm
« La distribution du virus dans la population générale est étudiée a partir des prélèvements réalisés par le Réseau des Grog qui a permis d’identifier 357 virus grippaux depuis le début de la
surveillance. Ils se repartissent de la façon suivante :
- 53% (n=188) virus grippaux de type A : 32% A(H1N1)v, 12% A(H3N2), 9% A non sous-types,
- 47% (n=167) virus grippaux de type B,
- 1% (n=2) virus grippaux de type C. »

En faisant les différences avec les totaux de la semaine 51 données auparavant dans cet article, on trouve en plus pour la semaine 52 :
(H1N1)v : 47; H3N2 : 9; Type B: 76
De plus, les CNR (Centres national de référence) ont trouvé, toujours selon le bulletin InVS :

« Les CNR ont caractérisé antigéniquement 160 des 795 virus depuis le début de la surveillance :
39 virus A(H1N1)v, 35 virus A(H3N2) et 86 virus B, tous apparentes aux souches vaccinales, sauf 1 virus B de lignage Yamagata. »
En faisant de même les différences avec la semaine 51 on trouve :

H1N1 : 19; H3N2 : 14; Type B : 29

Pour les 2 centres d'observations, Grogs et CNR, le virus de type B a été plus fréquemment trouvé que le H1N1, ce qui n'empêche pas les responsables du réseau Grogs de titrer dans le bulletin de la semaine 52 :
http://www.grog.org/bullhebdo_pdf/bull_grog_52-2010.pdf
« Les trois types de virus A(H1N1)2009, A(H3N2) et B continuent de co-circuler, mais le virus grippal A(H1N1)2009 semble devenir majoritaire. »

alors que l'InVS, plus prudente, se contente d'écrire :

« Tendance à la hausse de la proportion du virus A(H1N1)V dans les prélèvements effectués en population générale »
Notons que le réseau des Grogs est en partie financé par l'Institut Pasteur :
« Financement 2009
http://www.grog.org/documents/GROG_presentation_generale.pdf
Le budget est financé à 80 % par la Direction Générale de la Santé et l’Institut de Veille Sanitaire.
Autres financements : Institut Pasteur, URML Midi-Pyrénées etc... »


Ajoutons qu'en faisant les mêmes comparaisons entre les semaines 50 et 51 (bulletins InVS) je trouve 30 virus de type A(H1N1)v en plus contre 39 de type B. Si on regarde les variations des nombres de virus testés par les Grogs entre les semaines 51 et 52 on constate :

Semaine 51/ 52
Type A(H1N1)v 30 / 47
Type B 39/ 76

Rapport
1,57
1,95

Conclusion : l'accroissement du nombre de virus de type B a été plus importante que celle du type A( H1N1)v entre les semaines 51 et 52 ..."""

Écrit par : Gyuran | 06/01/2011

Bonjour Gyuran

Heureux de lire à nouveau Gyuran

Non, je ne suis pas rentré dans la « Task force », mais un peu de provoque après ce que j'a lu sur ce site me semble à propos. (Il faut adapter le discours en fonction de ce que l’on veut faire passer)

Vous le dites vous même le B domine, et le vaccin est très adapté cette année, pourtant personne n'en veut, on était un peu étonné (en Septembre) sur le site du Pr Flahault quand je disais que les gens avaient peur de ce vaccin, notamment car il contient du H1N1 .
Et bien le résultat est là. On a raconté n'importe quoi avec pour effet une peur du vaccin et sans parler de la chasse au sorcière dans tous le domaine médical (cf. affaire déclenchée par le scandale du médiator, justifié certes, mais qui encense…)
D’un autre côté, c’est la sécu qui se réjouit ! Si les gens ne veulent plus se soigner.

Il faut garder à l'esprit qu'un vaccin protége ou qu'un médicament guéri, qu’un remède est toujours dangereux. Qui disait : tout est poison, tout est une histoire de dosage.

Concernant le vaccin de la grippe cette année, il ne s’agit plus de problèmes liés au adjuvants, le risque et revenu à la normale, libre à vous de contester cela…
On constate les dégâts occasionnés par ces comportement paranos : un taux d’attaque de grippe saisonnière qui aurait du rester faible en d’autres temps.

Je maintiens, qu’il est criminel pour un médecin de ne pas se vacciner et de fréquenter des gens à risque. Il en va de même pour le personnel hospitalier. Il faut recommander la vaccination des gens à risque.

Finalement, il est difficile de démontrer les dangers du vaccin de la grippe, des centaines de millions de vaccinés se portent bien. 40 ans de recul. Chercher l’erreur.

Mais partout ! :
Il y aura toujours un cas ou l’autre particulier, prenons un cas d’actualité, le jeune décédé au quick du quartier :

Bien sur cela fait peur, la réaction des autorités a été adéquate : fermer le site et lancer une enquête. Mais après 48 heures, où est le bon sens, puisqu’il n’y a pas eu d’autre cas ?
Gyuran, je vous laisse posé le diagnostic de gastro-entérite à choc septique (très rare), vous en conviendrez je pense, donc probablement dû à l’ingestion d’un repas 48 heures avant au moins.

Le danger est permanent, les médicaments et les vaccins (qui sont aussi des médicaments) doivent être prescris par des professionnels, et l’état qui l’année passée a cassé cette confiance dans le médecin (oui je sais Gyuran, je me rappelle de ce que vous disiez, mais les faits sont là : « il touche du fric pour nous filer ce médoc » )

Il temps de laisser le bon sens revenir pour éviter des morts inutiles, cette année des gens vont mourir parce qu’ils n’ont pas été vacciné contre la grippe. Je reste philosophe, ils ont préféré croire les sirènes d’Internet, après tout, on est libre. Laissons le temps agir…

Écrit par : kp | 02/02/2011

@kp

Parlons du vaccin. Vous n'êtes pas s'en savoir que Pr Flahaut à ma question quel est le NST (nombre de sujet à traiter) pour éviter un décès a répondu qu'on n'en savait rien à ce jour . Ceci à même été redit lors de son audition au Sénat ou à l'Assemblée.
On peut contester l'intérêt du concept NST en niant l'intérêt de EBM sous le prétexte que ce n'est pas la panacée (discours entendu ) toutefois dans ce monde imparfait je me contenterai de cette chandelle au lieu de maudire la nuit :-)
Si vous avez une étude en double aveugle randomisée , d'une puissance au moins de 80% avec une différence statistique < à 0,05 lors d'un test binomial avec correction de Yales , en intention de traitement , qui a pour critère principal le décès : ALORS merci de m'en donner les références ici même.

Pour finir voici ce que l'on peut lire sur : http://www.grippeaviaire.gouv.fr/contexte/les-dernieres-actualites/chronigrippe-janvier-2011.html

"Une étude parue dans Journal of Experimental Medicine, démontre que les personnes guéries de la grippe H1N1 ont produit certains anticorps qui les protègent contre une grande variété de souches grippales, certaines parties du virus pandémiques étant similaires à celles d’autres souches grippales.
Les chercheurs se sont intéressés à 9 malades, âgés de 21 à 45 ans, hospitalisés à la suite d’une grippe dont l’intensité a été variable selon les sujets. A partir des globules blancs produits, les virologues ont isolé les gènes commandant la production anticorps dirigés contre les virus influenza. Ils ont ensuite utilisé ces gènes pour produire 86 types d’anticorps différents, puis testé leur action sur une série de virus grippaux.
5 des anticorps isolés ont neutralisé tous les virus de la grippe saisonnière de type H1N1 ayant circulé au cours des 10 dernières années, ainsi que la souche pandémique de 1918 et le virus H5N1 de la grippe aviaire.
Ces résultats montrent que malgré les évolutions virales annuelles, certains constituants n’ont pas varié depuis près d’un siècle, ce qui ouvre la voie à la mise au point de vaccins à large spectre."


Comme quoi en santé humaine à l'échelle d'une population le gain en terme de protection à moyen , long terme pour ce qui est des grippes, n'est pas forcément la vaccination sans autres preuves que le fait de le dire. Il s'en suit que tous ceux qui ne ce sont pas fait vacciné et qui ont été en contact avec le H1N1 nv2099 ont probablement développés une immunité plus complète et plus durable que ceux qui ont fait le vaccin dont le bénéfice risque est encore à ce jour indéterminé.
Ceci est aussi valable pour les médecins et soignants et je vous invite à peser le bénéfice d'une tel attitude.

Écrit par : Gyuran | 04/02/2011

Les propos de kp relèvent de la croyance avec une profonde ignorance d'une démarche EBM . Déjà une étude expérimentale hollandaise avait montré que des souris à qui on inoculait la grippe saisonière mourraient moins quand on les exposait au virus aviaire H5N1 que celles qui avaient été vaccinées (Vaccination against Human Influenza A/H3N2 Virus Prevents the Induction of Heterosubtypic Immunity against Lethal Infection with Avian Influenza A/H5N1 Virus Rogier Bodewes) .Traiter de criminels les professionnels qui ont le bon sens de ne pas se faire vaccine rcontre la grippe est ridicule .De plus dire que si le taux d'attaque cette année est important parce que les patients se font moins vacciner ne repose sur rien de tangible. Les propos de kp ne sont qu'une accumulation de croyances sans fondement scientifique et que véhiculent les leaders d'opinions qui roulent pour l'industrie. A quand un essai randomisé Vaccination antigrippale versus placébo avec un critère de jugement clinique robuste portant sur la morbimortalité. Je rappelle à toutes fins que le Pneumo 23 recommandé dans de nombreux pays européens chez les plus de 65 ans ( sauf en France et en Hollande ) a été testé en 1998 dans un essai randomisé chez des patients ayant déjà eu une pneumonie à pneumocoque. Dans le groupe vaccin en 5 ans la récidive était de 19% contre 16% dans le groupe placébo, avec un p et un IC à 95% non significatifs .La culture EBM est encore victime des croyances et des préjugés . Quant à la vaccination contre H1N1, il semble qu'il existe une sous-déclaration des effets secondaires, en particulier de la narcolepsie, comme le montre les chiffres affichés par la Finlande ( au moins 60 cas chez les enfants après Pandermix)

Écrit par : Siary | 05/02/2011

Pour allez plus loin d'abord une correction il faut lire ' loi binomiale avec correction de Yates !! Ensuite pour les esprits prudents l'étude devrait être multicentrique afin d'obtenir une puissance suffisante *(critère nécessaire dans le cas où il n'y aurait pas de différence statistique afin de pouvoir conclure ) et donc il faut réaliser une stratification par centre afin d'éviter un biais. Enfin refuser toutes analyses intermédiaires ou arrêt prématuré.
* NB afin de déterminer la taille de l'échantillon dans le but d'obtenir une puissance de 80% il conviendra donc de poser l'hypothèse de la différence attendue dans le groupe vaccin / placebo comme par exemple 50% de décès en moins dans le groupe vacciné.

Pour ce qui est de l'efficacité du vaccin je joins des études publiées dans des revues avec comité de lecture qui donne un autre son de cloche qui bizarrement n' a pas été relayée : (traduction google )

1) Etude italienne qui date de 2006 sans réponse à ce jour :


Paramètres isplay: AbstractSend à:
Les vaccins. 30 octobre 2006; 24 (42-43) :6468-75. Epub 2006 7 juillet.
La mortalité liées à la grippe à l'italienne personnes âgées: aucune baisse associée à la couverture vaccinale augmente.
C Rizzo, C Viboud, E Montomoli, L Simonsen, MA Miller.
Ministère de la pharmaco-biologie, Université de Bari, en Italie. caterina.rizzo @ iss.it
Résumé
Nous avons étudié les tendances de la mortalité liées à la grippe chez les personnes âgées en Italie associé à la couverture vaccinale a augmenté. En utilisant les données vitales des statistiques italiennes, nous avons étudié les taux de décès par mois pour une pneumonie et la grippe et de toutes causes pour les personnes> / = 65 ans par groupes d'âge de 5 ans pour la période 1970-2001. En utilisant une approche de régression saisonnière classique de modélisation, nous avons estimé l'âge saisonnière des taux de mortalité en excès chez les personnes âgées italiennes comme une mesure de décès liés à la grippe. Nous avons étudié les tendances de la surmortalité après ajustement pour la population vieillissante et d'analyser séparément saisons dominées par le sous-type A/H3N2 graves et ceux qui sont dominés par d'autres sous-types grippaux en circulation. Après la fin des années 1980, aucune baisse de la surmortalité ajusté selon l'âge a été associée à une augmentation de distribution vaccination contre la grippe principalement ciblé pour les personnes âgées. Ces résultats suggèrent que soit le vaccin ne protégeait pas les personnes âgées contre la mortalité (probablement à cause de la sénescence immunitaire), et / ou les efforts de vaccination ne protègent adéquatement les plus fragiles des personnes âgées. Comme aux États-Unis, notre étude remet en question les stratégies actuelles pour mieux protéger les personnes âgées contre la mortalité, ce qui justifie la nécessité d'améliorer les essais contrôlés avec les stratégies de vaccination alternative."

2) Intern Med Arch. 2005 Feb 14; 165 (3) :265-72.
Impact de la vaccination contre la grippe saisonnière sur la mortalité dans la population américaine âgée.
L Simonsen , TA Reichert , C Viboud , WC Blackwelder , Taylor RJ , MA Miller .

Institut national des maladies allergiques et infectieuses, National Institutes of Health, Bethesda, MD 20892-6613, États-Unis. Lsimonsen@niaid.nih.gov
Commentaire de:

Intern Med Arch. 2005 Sep 26; 165 (17): 2038; réponse de l'auteur 2039-40.
Intern Med Arch. 2005 Sep 26; 165 (17) :2037-8; réponse de l'auteur 2039-40.
Intern Med Arch. 2005 Sep 26; 165 (17) :2038-9; réponse de l'auteur 2039-40.
Résumé
CONTEXTE: Des études observationnelles rapport que la vaccination antigrippale permet de réduire le risque de mortalité de toute cause d'hiver de 50% chez les personnes âgées. la couverture vaccinale chez les personnes âgées (> ou = 65 ans) aux États-Unis ont augmenté entre 15% et 20% avant 1980 à 65% en 2001. De manière inattendue, les estimations de la mortalité liée la grippe dans ce groupe d'âge a également augmenté durant cette période. Nous avons essayé de concilier ces résultats contradictoires en ajustant les estimations de surmortalité pour le vieillissement et augmentation de la circulation de la grippe A H3N2) (.

METHODES: Nous avons utilisé un modèle de régression cyclique pour produire des estimations saisonnières de la mortalité liées à la grippe national (excès de mortalité) chez les personnes âgées dans la pneumonie et la grippe et les décès que toutes les 33 saisons de 1968 à 2001. Nous avons stratifié les données par année d'âge du groupe-5 et des saisons séparées dominée par la H3N2) (à partir d'autres saisons.

RÉSULTATS: Pour les personnes âgées de 65 à 74 ans, les taux de mortalité en excès dans A (H3N2)-dominée saisons a diminué entre 1968 et le début des années 1980, mais resté à peu près constant par la suite. Pour les personnes de 85 ans ou plus, le taux de mortalité est resté stable tout au long. L'excès de mortalité en A) et B saisons H1N1 (n'a pas changé. Toutes causes de surmortalité des personnes âgées de 65 ans ou plus n'a jamais dépassé 10% de tous les décès dus au froid.

CONCLUSIONS: Nous attribuons la baisse de la mortalité liée la grippe chez les personnes âgées de 65 à 74 ans dans la décennie après la pandémie de 1968 à l'acquisition de l'immunité à l'émergence A H3N2) du virus (. Nous n'avons pas pu corréler augmenter la couverture vaccinale à partir de 1980 avec la baisse des taux de mortalité dans le groupe d'âge. Parce que moins de 10% de tous les décès d'hiver ont été attribuables à la grippe en toute saison, nous concluons que les études d'observation un précieux atout pour la vaccination surestimer.

PMID: 15710788 [PubMed - classé pour MEDLINE] Article gratuit

3) Lancet Infect Dis. 2007 Oct;7(10):658-66.
Mortality benefits of influenza vaccination in elderly people: an ongoing controversy.
Simonsen L, Taylor RJ, Viboud C, Miller MA, Jackson LA.:


"Résumé
La politique de vaccination contre la grippe dans les pays les plus hauts revenus tentatives visant à réduire la charge de mortalité de la grippe en ciblant les personnes âgées d'au moins 65 ans pour la vaccination. Cependant, l'efficacité de cette stratégie est en débat. Bien que contrôlée par placebo des essais randomisés montrent vaccin contre la grippe est efficace chez les jeunes adultes, peu d'essais ont inclus les personnes âgées, et particulièrement ceux âgés d'au moins 70 ans, le groupe d'âge qui représente les trois-quarts de tous les décès liés à la grippe. De récentes études l'excès de mortalité ont été incapables de confirmer une baisse de la mortalité liées à la grippe depuis 1980, alors même que la couverture vaccinale est passée de 15% à 65%. Paradoxalement, alors que ces études attribuent environ 5% de tous les décès d'hiver à la grippe, de nombreuses études de cohorte état d'une réduction de 50% du risque total de décès en hiver - un profit dix fois supérieure à la charge de mortalité de la grippe estimée. De nouvelles études ont cependant montré un biais de sélection important non désaisonnalisées des études de cohortes précédentes. Nous proposons un cadre d'analyse pour la détection de tels biais résiduel. Nous concluons que la fragilité biais de sélection et l'utilisation de paramètres non spécifiques tels que la mortalité toutes causes ont conduit des études de cohorte à exagérer fortement les avantages du vaccin. La base reste de la preuve est actuellement insuffisant pour indiquer l'ampleur de la prestation de mortalité, le cas échéant, que les personnes âgées découlent du programme de vaccination."

Écrit par : Gyuran | 06/02/2011

Cher Siary

Vous êtes un géni !

Que vous dire d'autre ?

Portez vous bien et ceux qui lirons et croirons vos inepties aussi!

Écrit par : kp | 12/02/2011

Bonjour

A toutes fins utiles

On constate que les positions de Guyran et moi sont les plus correctes. que cela serve aux petits Siary qui ne savent pas de quoi ils parlent, je ne sais pas pour Guyran, mais dans le domaine infectieux pour moi, c'est 25 ans de vie et je pense que Siari est soit, un nul ou un jeune inexpérimenté (j'espère pour lui) si seulement il fait parti de notre monde des gens qui soignent.

Personne ne lira jamais sans doute ce petit post, mais je me devais de l'écrire, tout s'est bien déroulé comme je l'avais décris. il n'y a rien eu ! et les effets secondaires étaient bidons !
Et pour cause ...

Par contre l'avenir, c'est autre chose ...

KP

Écrit par : kp | 18/12/2011

Encore une simple petite question à Siéra

Que dites vous aux parents de ceux qui sont morts en 2011 en ayant suivi vos conseils sur la méfiance des vaccins, si vous êtes un médecin, vos ne l'avez pas indiquer ou je le l'ai pas lu

J'aimerai bien vous lire à ce sujet et aussi ceux qui vous suivit dans votre délire.

kp

Écrit par : kp | 18/12/2011

Bonjour KP,

C'est votre droit d'être en désaccord avec les positions de M. Siary ou d'autres lecteurs et d'exprimer ce désaccord. Cela dit, merci de le faire dans des termes plus polis et sans qualificatifs dégradants. Si ce n'est pas le cas, les commentaires ne passeront plus.

Bien à vous,
Anne
[modératrice de Pharmacritique, pendant l'absence d'Elena]

Écrit par : Anne p/o Pharmacritique | 19/12/2011

Bonjour Anne

Mes propos sont certes sévères, mais si ils paraissent insultant ou dégradant, c'est votre vision des choses choisie, car le seul but est de montrer le danger de dire tout et n'importe quoi sans preuve scientifique.

Ainsi non, Internet ne doit pas être le lieu, où sous pretexte, de mode ou d'impulsion lié à l'actualité, on deverse des inepties qui ont des conséquences VITALES pour ceux qui sont séduit par ces discours. Ma chère Anne, que pensez vous de ce problème ? avez vous un enfant ou une grand mère ? ils ont eu de la chance cette fois ? et à la prochaine alerte qui ne sera peut être pas un feu de paille?

Tout est là, et je pense que mon discours ne sera jamais aussi agréssif, ni jamais aussi dégrandant pour ceux qui ont mené à cela.

Si cela pouvait servir de leçon...

Ainsi vous pourrez bloquer mon discours, mais pas mes idées. au final, la censure que vous reprochez à l'état, et bien vous l'appliquez sur votre site.

La conformité rends idiot, un scientifique se doit de dire la vérité, même tres môche, elle reste la vérité.



kp

Écrit par : kp | 20/12/2011

Bonjour Anne

Ha! Je crois que j'ai compris pourquoi vous ne compreniez pas mes réactions :. C'est 'la démarche EBM' que Siary n'a pas expliqué, si simpliste.

Alors je me propose de vous l'expliquer:

1) on observe les données à notre disposition
2) on en tire le meilleur rendement FINANCIER (et on cherche à l’appliquer)
3) Les autres en dehors des clous sont des cons, ( moi, et c'est là que Siary à dérapé)

En fait : observation, analyse sommaire, prise de décision. à la clef gain financier
Et la construction gouvernementale de H1N1 était en 'démarche EBM' …

De plus il me fait passé pour un mec qui roule pour la Bigpharma, alors que c'est lui ...
J'aurais du réagir à l'époque, mais je croyais que les gens étaient...

Mais un scientifique donne une réponse sur un fait, pas sur une démarche, D'où ma question : Qui est Siary?

Certainement pas un Doc, ni un scientifique, un financier …?

kp

Écrit par : kp | 25/12/2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu