Avertir le modérateur

24/06/2011

Prix des médicaments et coût de la recherche et développement: les fictions de l'industrie balayées par Arznei-Telegramm

Je cite très souvent l’excellente revue allemande indépendante Arznei-Telegramm (située dans un château d'eau, voir la galerie de photos), allant jusqu’à dire qu’il faudrait peut-être apprendre l’allemand Arznei-telegramm hiver 2009.jpgpour être bien informé… Je pense aussi à la revue grand public Gute Pillen, schlechte Pillen (bons médicaments, mauvais médicaments) qu'Arznei-Telegramm co-édite depuis 2006 avec trois autres journaux médicaux indépendants.

Un mot au passage sur les travaux, souvent exemplaires, de l’institut indépendant d’évaluation de la qualité et de l’efficience des soins IQWIG (Institut für Qualität und Wirtschaftlichkeit im Gesundheitswesen), mis en place en 2004. Son directeur, le Pr Peter Sawicki, diabétologue et excellent connaisseur de l’evidence-based medicine, a été évincé en août 2010 sous la pression du lobby pharmaceutique relayé par les politiques. L’hebdomadaire Der Spiegel a fait état d’une demande d’éviction venue directement du cabinet de la chancelière Angela Merkel.

Notre Haute autorité de santé, qui n’est exemplaire que par les conflits d’intérêts de ses experts, à commencer par ceux de son président, le Pr Jean-Luc Harousseau, ferait bien de s’inspirer de l’IQWIG.

Arznei-Telegramm, c’est plus de 40 ans d’un parcours sans faute, toujours en première ligne dans la bataille pour un usage rationnel du médicament, contre les conflits d’intérêts et autres influences sur les prescripteurs. On trouve soit la revue soit l’un de ses rédacteurs (Wolfgang Becker-Brüser, Peter Schönhöfer, Ingrid Mühlhauser, Michael M. Kochen et les autres) dans toute action significative dans ce domaine. Ils déconstruisent aussi un par un les mythes et fictions du marketing par lesquels l’industrie pharmaceutique cherche à justifier ses excès et son ghost management de tous les rouages du système de recherche, de formation et d’information médicales.

L’un de ces mythes consiste à diffuser largement – par les moyens de communication qu’elle influence, voire détient – des chiffres et des données fantaisistes et invérifiables sur les coûts de la recherche et du développement (R&D), principalement pour tenter de justifier les prix exorbitants des médicaments, les brevets et les marques (voir cette page du LEEM, par exemple) et occulter le fait que l’argent est majoritairement dépensé pour le marketing / la promotion / les publicités plus ou moins directes ainsi que pour le lobbying et le financement des divers moyens d’influence. Financer la désinformation coûte cher.

Parlant de prix, on atteint des sommets avec ceux des médicaments tels que les anticorps monoclonaux, que j’ai souvent évoqués dans ces pages, d’autant que les biotechnologies sont encore plus opaques que le reste… Nous payons ces prix en plus de payer les subventions publiques pour la recherche, qui aboutissent à des brevets et des profits privés, eux.

Voici la traduction intégrale d’un article paru dans le numéro de mai d’Arznei-Telegramm, avec l’aimable autorisation du directeur de la publication, l'excellent Dr Wolfgang Becker-Brüser (médecin et pharmacien). Il s’intitule "Der 800-Millionen-Dollar Mythos… Was kostet die Entwicklung eines Arzneimittels wirklich ? (a-t 2011; 42: 48 (6 mai 2011)): Le mythe du médicament à 800 millions de dollars. Combien coûte réellement le développement d’un médicament?

Les coûts réels sont très éloignés des prétentions des firmes (le LEEM parle de "près d'un milliard d'euros", GSK de 800 millions en moyenne, pour 10 à 15 ans de développement et une molécule sur 10.000 arrivée à terme, voir cette page). Prétentions mises à mal aussi par l'article de 2003 de Prescrire: "Coût de recherche et développement du médicament: la grande illusion". Arznei-Telegramm apporte des données toutes récentes, où il est question de 43 millions. Grand écart... Et n'oublions pas qu’il existe une tendance croissante à la délocalisation et que la production, l’achat de certaines matières premières, mais aussi certains essais cliniques (voir cet article sur le livre "Cobayes humains" de Sonia Shah) se font de plus en plus dans des pays pauvres ou en développement.

Elena Pasca

Voici la traduction française de l'article d'Arznei-Telegramm:

Lire la suite

21/06/2011

Lovenox de Sanofi-Aventis: Jacques Poirier demande à Xavier Bertrand une enquête sur les héparines frelatées et le rôle de l’AFSSAPS

Texte retiré le 27 novembre 2012 (fin de mon soutien à Jacques Poirier).

Explication sur cette page:

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2012/06/...

12/06/2011

Critiques de la réforme sécuritaire des soins psychiatriques. Livre de Denis Salas sur le populisme pénal

[Mise à jour: J'ai défendu les positions de ce Collectif de psychiatres tant qu'il a essayé de mobiliser contre des thèses sécuritaires. Tout en me demandant s'il était au service de la domination de la secte psychanalytique lacanienne. Manifestement, c'est le cas, comme on l'a vu avec les prises de position pour défendre la psychanalyse, notamment contre la Haute autorité de santé, qui la relègue au statut de thérapie non consensuelle de l'autisme. Les enfants souffrant d'autisme étaient la chasse gardée des psychanalystes, tout comme... tous les autres et comme toutes les femmes, rendues coupables de toutes les maladies des enfants, rendues coupables de toutes les tares d'une société qui se "féminiserait", dans laquelle les femmes risqueraient de ne plus être aussi soumises au "Nom-du-père", de ne plus accepter qu'on les dégrade, qu'on les humilie, qu'on les piétine dans les soins et partout ailleurs.

On peut voir à quel point la psychiatrie est dominée par la secte lacanienne, puisque le Collectif des 39 s'est mobilisé comme un seul homme (c'est le cas de le dire) pour empêcher toute critique, toute remise en question, alors même qu'il s'agit d'enfants autistes que les psychanalystes empêchent au quotidien d'acquérir une autonomie, d'acquérir des moyens de communication. Honte à ces psychiatres et à tous les participants, tous ceux qui soutiennent les charlatans qui nous narguent en s'affirmant comme tels dans une pétition... Ils sont tellement puissants qu'ils peuvent tout se permettre.

Je laisse tel quel le texte initial, avec la partie qui me paraissait digne d'être soutenue. Fin de la mise à jour]

*

J’ai rendu compte à plusieurs reprises des objectifs et des initiatives du Collectif des 39 contre la Nuit sécuritaire dans les notes accessibles Denis Salas volonté de punir populisme.jpgà partir de cette page.

Et c'est avec un grand plaisir que j'ai animé le débat organisé par la Fondation Sciences Citoyennes le 9 décembre 2010 sous le titre "Dérives sécuritaires en psychiatrie: criminalisation de la folie. Enjeux et conséquences". Y ont participé deux des principaux initiateurs de ce mouvement, le Dr Michaël GUAYDER et le Dr Claude LOUZOUN, ainsi que Denis SALAS, chargé d'enseignement et de recherche à l'Ecole Nationale de la Magistrature.

J'ai eu le plaisir d'interviewer longuement Denis Salas en 2005 ("Le droit: dernier bastion de l'universalisme?"), dans le cadre d'un dossier que j'avais fait pour la revue Place au(x) Sens sous le titre "L'Universalisme en question(s)", doublé d'un cycle de débats et de conférences à la Fondation Heinrich Heine, dont j'ai assuré la coordination scientifique. C'est un dossier qui garde toute son actualité; peut-être faudrait-il le reprendre. La seule partie accessible sur internet est l'entretien avec mon ancien directeur de recherche, le philosophe Heinz Wismann, intitulé "Figures de l'universel", qui a été repris par la revue Dogma.

Denis Salas avait déjà participé à un débat pluridisciplinaire en 1996 à la Fondation Heinrich Heine, que j'avais organisé pour tenter de comprendre ce qui me paraissait être un changement significatif et une radicalisation des formes de violence des jeunes: "Nouvelles formes de violence juvénile?", avec le sociologue Michel Wieviorka et le philosophe et philologue Heinz Wismann, directeurs de recherche à l'EHESS.

Lire la suite

05/06/2011

DSM, disease mongering et conflits d’intérêts en psychiatrie. Boris Cyrulnik sur les "fausses maladies"

Une polémique récente aux Etats-Unis, évoquée par la revue Books de février 2011, relance la controverse autour du disease mongering DSM IV.jpg (façonnage de maladies : voir les articles à ce sujet à partir de cette page), car l’ancien directeur du DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) en vient enfin à critiquer ce qu’il a lui-même cautionné, ce que tous les critiques ont déjà largement exposé : pour satisfaire l’industrie pharmaceutique, les experts chargés de la rédaction de cette « bible » des psychiatres font du disease mongering. Ils recyclent et renommes d’anciennes maladies pour les rendre plus attrayantes et plus rentables, ils inventent des maladies douteuses, appelées vaguement « troubles » pour la plupart.

Dans un entretien vidéo repris plus bas, Boris Cyrulnik commente le disease mongering et l’emprise de l’industrie pharmaceutique.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu