La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

16/08/2011

Lobbying pour Sanofi et le Lantus, avec éviction et diffamation de Peter Sawicki, manipulation de Wikipédia…

Le Lantus (insuline glargine), prescrit dans le traitement du diabète insulinodépendant, a rapporté à Lantus.jpgSanofi plus de 2 milliards d’euros rien qu’en 2009. Et l’histoire a montré que lorsque l’un de ses médicaments est mis en cause, Sanofi peut recourir à divers stratagèmes pour le défendre, faisant appel à des agences de communication, mobilisant les leaders d’opinion qu’il paie, lançant des plans pour désinformer et/ou museler la presse, licenciant tel lanceur d'alerte... Sans parler d’autres méthodes peu catholiques pour augmenter ses profits, dont j’ai donné quelques exemples sur Pharmacritique...

Or le Lantus, soupçonné dès sa mise sur le marché en 2000 de favoriser les cancers, est de plus en plus critiqué depuis 2005. J’ai rendu compte, dans deux articles écrits en 2009 (voir cette page), des études qui renforcent et actualisent le soupçon de cancers sous Lantus, puis évoqué la stratégie de désinformation de Sanofi, pour défendre le Lantus malgré tous les arguments scientifiques ( sur cette page).

Un article de Markus Grill paru le 11 juillet 2011 dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel nous peter sawicki iqwig industrie pharmaceutique,lantus risque cancers,sanofi-aventis lobbying,sanofi-aventis corruption,institut für qualität und wirtschaftlichkeit im gesundheitswesen,wikipédia industrie pharmaceutique,web 2.0 manipulation,lobbying conflits d'intérêts industrie pharmaceutique,fdp parti libéral lobbying industrie pharmaceutique,lantus solostar cancer risque,lantus effets indésirables,insuline glargine cancer,lantus efficacité insulines humaines,wiki-watch wikipédia transparence,philip rösler lobbying industrie pharmaceutique,politique de santé droite,cdu fdp industrie pharmaceutique,assurance-maladie allemagne,chris viehbacher,hommes politiques lobbying industrie pharmaceutiqueapprend qu’un homme politique de droite, Wolfgang Stock, a fait un lobbying intense pour Sanofi, manipulant Wikipédia à répétition : les articles sur le Lantus et celui sur son principal critique, le Pr Peter Sawicki (photo Die Welt) et l’institut IQWiG, de même que ceux sur Sanofi-Aventis, son PDG, etc.

Le diabétologue et ancien directeur de l’IQWiG, Pr Peter Sawicki, a été évincé sur demande du lobby pharmaceutique, dans le cadre de la politique clientéliste de la droite allemande, et surtout des libéraux de la FDP. Le Lantus fait partie des médicaments mis en cause par l'IQWiG, institut indépendant d’évaluation des médicaments. Dès 2005, il a contesté l’efficacité du Lantus par rapport aux insulines humaines. En 2009, il a été le premier à poser la question du risque accru de cancers sous Lantus.

Or Wolfgang Stock dirige un cabinet de lobbying ayant Sanofi parmi ses clients. Et c’est le même qui a fondé Wiki Watch, destiné à… améliorer la transparence dans l’usage de Wikipédia. Les détails illustrent parfaitement les méthodes auxquelles les lobbyistes et les industriels de la pharmacie sont prêts à recourir pour défendre leurs produits, ainsi que l’ampleur du réseau d’intérêts politico-médiatique et son influence sur la prise de décision.

J’évoque aussi les perquisitions et mises en examen touchant Sanofi-Aventis dans une affaire de corruption présumée en Allemagne.

Je réitère ma méfiance envers le web 2.0 sous toutes ses formes, facile à manipuler et instrumentaliser, pour faire de la publicité, désinformer, inciter à la médicamentation…


La cible à abattre et discréditer: Peter Sawicki et l’IQWiG  peter sawicki iqwig industrie pharmaceutique,lantus risque cancers,sanofi-aventis lobbying,sanofi-aventis corruption,institut für qualität und wirtschaftlichkeit im gesundheitswesen,wikipédia industrie pharmaceutique,web 2.0 manipulation,lobbying conflits d'intérêts industrie pharmaceutique,fdp parti libéral lobbying industrie pharmaceutique,lantus solostar cancer risque,lantus effets indésirables,insuline glargine cancer,lantus efficacité insulines humaines,wiki-watch wikipédia transparence,philip rösler lobbying industrie pharmaceutique,politique de santé droite,cdu fdp industrie pharmaceutique,assurance-maladie allemagne,chris viehbacher,hommes politiques lobbying industrie pharmaceutique

L’IQWiG (Institut für Qualität und Wirtschaftlichkeit im Gesundheitswesen) a été mis en place par la coalition rouge-verte (SPD et Bündnis 90/Die Grünen) en 2004, pour analyser et évaluer les médicaments en fonction de leur qualité, du rapport bénéfices/risques et du rapport coût/efficacité, à peu près comme le NICE britannique (National Institute for Clinical Excellence) et avec la même réputation de qualité, mais sans les conflits d’intérêts... C’est le réseau de caisses d’assurance-maladie publiques qui finance l’IQWiG. Pour le diriger, les autorités politico-sanitaires ont demandé au Pr Peter Sawicki  (photo WID Münster) de quitter ses fonctions, et notamment son poste de chef du service de médecine interne à l’hôpital St.-Franziskus à Cologne.

Peter Sawicki est spécialiste en médecine interne et diabétologue, excellent connaisseur de l’EBM (evidence-based medicine). En 2001, il a fondé le Deutsches Institut für Evidenzbasierte Medizin, qu’il a dirigé jusqu’en 2004. Jusqu’à sa nomination à la tête de l’IQWiG, il faisait partie du comité de rédaction de l’excellente revue allemande indépendante Arznei-Telegramm, ma principale référence pharmacologique.

L’IQWiG évalue les médicaments principalement sur demande du GBA (Gemeinsamer Bundes-Ausschuss). Ce comité fédéral commun rassemble des représentants des usagers, des caisses publiques d’assurance-maladie et des médecins, pour décider, sur la base des rapports d’évaluation de l’IQWiG, de l’admission ou non d’un médicament au remboursement par le réseau de caisses publiques d’assurance-maladie. (En Allemagne, on est assuré soit totalement en privé, à partir d’environ 4.100 euros net par mois, soit totalement en public, par l’une des nombreuses caisses, dont la plus connue est la AOK (Allgemeine Ortskrankenkasse) et son réseau local, mais aussi la Techniker-Krankenkasse et d’autres.

Autrement dit, toute décision défavorable de l’IQWiG induit un refus de remboursement – ou la réduction du taux de remboursement, et coûte donc des centaines de millions d’euros aux laboratoires pharmaceutiques.

Je l’ai dit au passage dans cet article du 24 juin 2011 : Peter Sawicki, "ennemi" numéro 1 de l’industrie pharmaceutique, a été évincé en août 2010 sous la pression du lobby pharmaceutique relayé par les politiques, et ce sous des prétextes lamentables et après avoir été la cible d’attaques personnelles. L’hebdomadaire Der Spiegel a fait état d’une demande d’éviction venue directement du cabinet de la chancelière Angela Merkel.

Je reviendrai dans un article à part sur cette éviction et sur les politiques et autres décideurs sanitaires et syndicaux ayant des conflits d'intérêts qui y sont impliqués, car cette éviction est peter sawicki iqwig industrie pharmaceutique,lantus risque cancers,sanofi-aventis lobbying,sanofi-aventis corruption,institut für qualität und wirtschaftlichkeit im gesundheitswesen,wikipédia industrie pharmaceutique,web 2.0 manipulation,lobbying conflits d'intérêts industrie pharmaceutique,fdp parti libéral lobbying industrie pharmaceutique,lantus solostar cancer risque,lantus effets indésirables,insuline glargine cancer,lantus efficacité insulines humaines,wiki-watch wikipédia transparence,philip rösler lobbying industrie pharmaceutique,politique de santé droite,cdu fdp industrie pharmaceutique,assurance-maladie allemagne,chris viehbacher,hommes politiques lobbying industrie pharmaceutiquesymptomatique de la dégradation des politiques de santé en Allemagne et de l’influence croissante du lobby pharmaceutique (et du lobby des médecins qui s’y associent et que certains critiques estiment pire que celui industriel). C’est tout un contexte qu’il faut esquisser pour comprendre: en bref, il s’agit des conséquences de l’arrivée au pouvoir des libéraux de la FDP, qui gouvernent avec les chrétiens-démocrates (CDU). Or l’actuel ministre fédéral de la Santé Philipp Rösler (parti libéral FDP: Freie Demokratische Partei; photo RFI) tente depuis longtemps de contenter tous les intérêts économiques des médecins et de l’industrie pharmaceutique, de traduire ces intérêts dans des lois et autres dispositifs qui favorisent les profits du complexe médico-industriel - et de le débarrasser de son principal critique et obstacle dans sa course aux profits : le Pr Peter Sawicki et l’IQWiG.

Peter Sawicki a pris position sur toutes les questions délicates qui se posent à propos des agissements du complexe médico-industriel, et certaines de ces positions ont pu se traduire directement dans les activités de l’IQWiG : remise en question des médicaments prescrits dans l’Alzheimer, et particulièrement de la mémantine, remise en question des statines, de la réboxétine (nouvel antidépresseur promu par Pfizer), avec des critiques ouvertes de la rétention d’information pratiquée par les firmes, des critiques et protestations contre les biais de publication, etc. Je parlerai ici uniquement de la remise en question du Lantus (insuline glargine), après la « présentation » du lobbyiste Wolfgang Stock.


Wolfgang Stock : de la CDU à la communication pour Sanofi et au Wiki-Watch…

C’est l’article de Markus Grill, l’un des journalistes d’investigation santé travaillant aussi pour le Spiegel et auteur du livre Kranke Geschäfte (Affaires malsaines, Rowohlt 2007), qui donne les détails sur cette manipulation : « Pharmaindustrie. Wir bleiben im Hintergrund » (Industrie pharmaceutique. Nous [agissons] en restant dans l’ombre), Spiegel N° 28 du 11 juillet 2011, pp. 74-76. L’article a été complété le 15 juillet par un texte en libre accès sur le site du journal sous le titre « Vorwurf der Pharma-PR. Wiki-Watch-Gründer gerät in Erklärungsnot » (Reproche de relations publiques pour l’industrie pharmaceutique : le fondateur de Wiki-Watch à court d’explications).

Wolfgang Stock est un ancien journaliste politique, qui a travaillé pour plusieurs journaux réputés (Berliner Zeitung, Focus, Welt am Sonntag). Il a écrit plusieurs biographies d’hommes politiques allemands, puis a mis en place le concept de vidéo-podcast de la chancelière Angela Merkel, qu’il a produit pendant 8 ans.

Il a des responsabilités politiques locales, comme président de la filiale de la CDU (chrétiens-démocrates) dans sa localité: Woltersdorf (banlieue de Berlin). Son titre de professeur d’université en journalisme lui a été accordé par un établissement catholique très conservateur (Gustav-Siewerth-Akademie). Cela permet de voir ses références culturelles et politiques, ainsi que l’étendue de ses contacts et de ses réseaux, sur la base desquels il en viendra à s’intéresser aux réseaux internet sociaux et communautaires, aux moyens de communication web 2.0 et à la façon de les utiliser…

En 2009, Wolfgang Stock fonde Wiki-Watch avec un avocat berlinois. Wiki-Watch a deux objectifs peter sawicki iqwig industrie pharmaceutique,lantus risque cancers,sanofi-aventis lobbying,sanofi-aventis corruption,institut für qualität und wirtschaftlichkeit im gesundheitswesen,wikipédia industrie pharmaceutique,web 2.0 manipulation,lobbying conflits d'intérêts industrie pharmaceutique,fdp parti libéral lobbying industrie pharmaceutique,lantus solostar cancer risque,lantus effets indésirables,insuline glargine cancer,lantus efficacité insulines humaines,wiki-watch wikipédia transparence,philip rösler lobbying industrie pharmaceutique,politique de santé droite,cdu fdp industrie pharmaceutique,assurance-maladie allemagnedéclarés : oeuvrer pour la reconnaissance de Wikipédia (intégration par l’UNESCO dans le patrimoine culturel de l’humanité…), et surtout améliorer la transparence de Wikipédia et aider les personnes ou organisations qui seraient victimes d’articles malveillants, de fausses allégations, de diffamations, etc. et subiraient une dégradation de leur image publique et de leur réputation en conséquence. Wiki-Watch éclaire les victimes sur les possibilités de se défendre contre les articles de Wikipédia qui les concernent…

Et c’est d’autant plus curieux de voir Wolfgang Stock se mettre à dénigrer à répétition le Pr Peter Sawicki et l’IQWiG… Markus Grill donne les exemples concrets des interventions de Wolfgang Stock pour modifier ces articles, parfois plusieurs fois par jour, tout en embellissant d’autres qui présentent Sanofi. L’homme politique chrétien-démocrate affirme qu’il a fait cela par lui-même, sans que Sanofi-Aventis le lui demande. C’est son intérêt pour le diabète et son traitement qui aurait été sa seule motivation, et la compassion pour la souffrance des autres… C’est ce qu’il a dit sur sa page Facebook pour répondre aux mises en cause par le Spiegel : sa grand-mère et d'autres personnes de son entourage ont beaucoup souffert à cause d’un diabète. Et puisque les media ont parlé du Lantus et que Wikipédia lui paraissait insuffisant, il a décidé de combler les lacunes de certains articles « par son modeste savoir ».

Mais il se trouve qu’il a des relations directes avec Sanofi et a prêché plus d’une fois la bonne parole de l’industrie pharmaceutique.

Un mot encore sur Wiki-Watch.

Le projet a été repris depuis 2010 par l’Université de Francfort sur Oder, où il est développé dans le cadre du département de droit public. Wolfgang Stock a signé une déclaration sur l’honneur s’engageant à ne pas intervenir sur Wikipédia. Le chef du département de droit public, le Pr Wolff Heintschel von Heinegg, a déclaré au Spiegel que si les reproches faits à Wolfgang Stock étaient confirmés, toutes les conséquences en seraient tirées, ce qui inclut l’arrêt du projet. Car disserter sur la transparence de Wikipédia tout en la manipulant pour favoriser les intérêts de Sanofi-Aventis, firme cliente du cabinet de lobbying Convincet, cela s’appelle une contradiction entre théorie et pratique, mais surtout un conflit d’intérêts et une violation des engagements pris.


Lobbying pour Sanofi-Aventis

Alors que Stock prêche la transparence du côté de Wiki-Watch, il tient un discours en tous points opposé dans la présentation de son agence de communication et de relations publiques Convincet. Lorsqu’on lit « communication et relations publiques », il faut comprendre qu’il s’agit d’euphémismes pour désigner très pudiquement des activités de lobbying : défendre les intérêts du client, établir des contacts, faire de la « communication de crise » tout « en restant dans l’ombre », comme tout lobbyiste digne de ce nom.

L’agence propose des « interventions ciblées » et promet une « réaction extrêmement rapide et d’une grande flexibilité » en faveur des clients. « En tant que conseillers, nous nous engageons pour le succès [des démarches des clients], mais l’ensemble de notre action restera dans l’ombre. Vous pouvez compter sur notre discrétion, pendant et après notre collaboration. » Et Convincet promet aux clients de leur ouvrir des portes et porter leurs intérêts partout où il faut. Ils auront ainsi la possibilité d’une « communication directe avec les décideurs les plus importants dans [leur] domaine d’action ». C’est exactement ce qu’il faut à une entreprise qui traverse une crise, fait face à un scandale à cause de l’un de ses produits et de ses méthodes. Comme Sanofi pour le Lantus, accusé de ne pas faire mieux que les insulines humaines et de favoriser le développement de cancers chez les diabétiques qui le prennent.

Autrement dit, Convincet fait du lobbying auprès des décideurs politico-sanitaires pour ses clients, dont… Sanofi. Et au même moment, le Pr Sawicki est évincé et diffamé, justement à travers un réseau politico-médiatique. La chef du département communication et relations presse de Sanofi, Miriam Henn, n’a pas nié les relations avec l’agence Convincet de Wolfgang Stock et n’a pas non plus démenti les accusations de manipulation de Wikipédia au profit de Sanofi. Elle a simplement dit que l’agence Convincet « conseille [Sanofi] depuis juillet 2009 sur des questions de communication ». A la question du Spiegel, Sanofi répondra que la firme n’a pas demandé à Wolfgang Stock de modifier Wikipédia. Elle ne l’a probablement pas fait directement, puisque, après tout, les lobbyistes ont le choix des méthodes utilisées pour apporter à leurs clients « le succès » qu’ils garantissent.

Je donne en fin d’article le détail des modifications et la liste des articles modifiés pour glorifier Sanofi et son PDG Chris Viehbacher, en même temps que l’IQWiG et Peter Sawicki étaient attaqués et dénigrés…

Wolfgang Stock a montré son intérêt soudain pour Sanofi et son Lantus aussi de façon plus directe, par exemple lorsqu’il a illustré la « prévention des crises » par des agences de communication (le mot "lobbying" n’étant jamais prononcé) au cours d’une conférence donnée en novembre 2010. Il a parlé directement de la communication autour du Lantus, prenant deux études de cas : comment réagir à la suite de la mise en garde de l’IQWiG sur le risque de cancer, puis à la suite de la chute du cours de l’action Sanofi-Aventis en bourse. Parmi ses références figure naturellement Sanofi. Il conclut ses notes ainsi : « Depuis : observation de l’ensemble du web ! Les nouvelles critiques : automatiquement analysées, vérifiées par des moyens humains ». 


Perquisitions chez Sanofi et mises en examen pour corruption

Il est clair que Sanofi a besoin de conseils et de lobbying, compte tenu des problèmes et mises en cause par la justice et les media en Allemagne… Car il n’y a pas que le Lantus. A la mi-juin, sur commission rogatoire du parquet de Verden, le siège social de la firme à Berlin et à Francfort sur Main a été perquisitionné, de même que les logements de quelques hauts responsables de Sanofi. Et son principal "lobbyiste", Erich Dambacher, a été mis en examen pour corruption, avec d’autres employés de Sanofi.

Il s’agirait d’une sombre affaire de corruption plus étendue dont je rendrai compte dans un article à part. Moyennent argent, Sanofi aurait mis en place un réseau lui permettant de recycler les médicaments dont la date de péremption est proche, à travers une organisation présentée comme humanitaire et censée les expédier en Corée du Nord. Or ces médicaments se retrouvent dans les pharmacies allemandes, et tous les intermédiaires se remplissent les poches au passage, en plus de Sanofi lui-même… Plusieurs firmes pharmaceutiques auraient adopté le même schéma lucratif, dont Merck, Novartis et Pfizer. Répondant au Spiegel, ce dernier admet avoir fait des affaires de ce genre avec Sanofi-Aventis.


IQWiG versus Lantus et la défaite de Sanofi-Aventis en justice peter sawicki iqwig industrie pharmaceutique,lantus risque cancers,sanofi-aventis lobbying,sanofi-aventis corruption,institut für qualität und wirtschaftlichkeit im gesundheitswesen,wikipédia industrie pharmaceutique,web 2.0 manipulation,lobbying conflits d'intérêts industrie pharmaceutique,fdp parti libéral lobbying industrie pharmaceutique,lantus solostar cancer risque,lantus effets indésirables,insuline glargine cancer,lantus efficacité insulines humaines,wiki-watch wikipédia transparence,philip rösler lobbying industrie pharmaceutique,politique de santé droite,cdu fdp industrie pharmaceutique,assurance-maladie allemagne

En 2005, l’IQWiG rend un rapport d’évaluation défavorable au Lantus (insuline glargine). Il conclut qu’il n’y a pas de progrès thérapeutique justifiant un prix plus élevé que celui des médicaments concurrents, puisqu’il n’apporte rien de nouveau par rapport aux insulines humaines, sauf dans certains cas d’hypoglycémies très sévères. Or le Lantus coûte 30% à 50% de plus que les insulines humaines (ces pourcentages valent pour l’Allemagne, mais cela devrait être le cas en France aussi).

A la suite de ce rapport, le GBA (Gemeinsamer Bundes-Ausschuss) annonce que les caisses publiques d’assurance-maladie peuvent ne pas le rembourser, à part pour les patients présentant des hypoglycémies sévères. Et c’est ce qui arrive. Certaines caisses refusent le remboursement, d’autres n’acceptent qu’un taux faible. Ce qui induit des pertes énormes, d'autant que les prix des médicaments sont beaucoup plus élevés qu’en France, donc peu de monde peut se payer des médicaments faiblement remboursés, vu qu'il n'y a pas de complémentaires et mutuelles. La dispersion (des caisses comme des länder en général) ne permet pas une bonne négociation et les caisses doivent négocier et signer des contrats directement avec les firmes pharmaceutiques. Leur pouvoir de négociation est encore plus faible depuis janvier 2011, à la suite de certaines dispositions de la nouvelle loi AMNOG de réorganisation du marché du médicament (Arzneimittel-Neuordnungsgesetz). C’est une autre victoire du lobby pharmaceutique, grâce à la servilité du parti libéral FDP et du ministre de la Santé Philipp Rösler. Je reviendrai là-dessus en détail.

Sanofi-Aventis porte plainte contre les caisses publiques d’assurance-maladie, qui renvoient à l’expertise de l’IQWiG. La justice donne raison aux caisses, considérant qu’elles ont fait ce qu’il fallait, que la décision a été prise correctement et que les expertises de l’IQWiG sont fondées et inattaquables.

Mais le pire est à venir pour Sanofi-Aventis et son Lantus.


Les études sur l’augmentation du risque de cancers sous Lantus

En 2009, c’est le branle-bas de combat après la première étude, faite par l’IQWiG et co-signée par le Pr Peter Sawicki, sur l’augmentation du risque de cancers chez les patients diabétiques traités par Lantus, par rapport à ceux traités par d’autres analogues de l'insuline. Les détails sont dans cet article paru le 29 juin 2009 sur Pharmacritique, avec la traduction d’un texte d’Arznei-Telegramm analysant la situation et du communiqué de l’IQWiG : « Lantus / insuline glargine et risque de cancers. Trois études renforcent les vieux soupçons. Arznei-Telegramm demande le retrait du marché »

Suivi le 6 juillet 2009 par cet article au titre édifiant : « Selon Arznei-Telegramm, Sanofi-Aventis désinforme sur la sécurité du Lantus, lié à un risque accru de cancers ».

Et voici les références complètes de l’étude de l’IQWiG sur l’augmentation du nombre de cancers sous Lantus (insuline glargine) et la nécessité d’études complémentaires :

L. G. Hemkens & U. Grouven & R. Bender & C. Günster & S. Gutschmidt G. W. Selke P. T. Sawicki, Risk of malignancies in patients with diabetes treated with human insulin or insulin analogues: a cohort study (Diabetologia (2009) 52:1732–1744).


Détail des modifications des articles de Wikipédia peter sawicki iqwig industrie pharmaceutique,lantus risque cancers,sanofi-aventis lobbying,sanofi-aventis corruption,institut für qualität und wirtschaftlichkeit im gesundheitswesen iqwig,wikipédia industrie pharmaceutique,web 2.0 manipulation,lobbying conflits d'intérêts industrie pharmaceutique,FDP parti libéral lobbying industrie pharmaceutique,lantus solostar cancer risque,lantus effets indésirables,insuline glargine cancer,lantus efficacité insulines humaines,wiki-watch wikipédia transparence,philip rösler lobbying industrie pharmaceutique,politique de santé droite, CDU FDP industrie pharmaceutique,assurance-maladie allemagne

C’est sous le psedonyme « Wsto », puis de « Kan900 », que le lobbyiste Wolfgang Stock a modifié les entrées de Wikipédia. Curieusement, il ne s’était jamais intéressé à des questions médicales et pharmaceutiques avant. Il a commencé à « travailler » là-dessus en avril 2009, soit environ deux mois avant que l’étude de l’IQWiG sur le risque augmenté de cancers soit rendue publique, ce qui pose la question de ses sources d’information… Il a modifiée l’entrée de Wikipédia sur Sanofi-Aventis pour y ajouter des paragraphes fort laudatifs, soulignant l’apport de Sanofi à l’économie allemande, par exemple à travers le centre de recherche et développement de Francfort-sur-le-Main, le plus grand de tous les centres de la firme. Le 14 avril, il a ajouté que « C’est à Francfort Höchst que Sanofi-Aventis fabrique aussi l’analogue de l’insuline Lantus. (…) En 2008, Sanofi-Aventis a investi globalement 4,6 milliards d’euro dans la recherche développement de médicaments nouveaux, dont environ 600 millions en Allemagne, où [la firme emploie] 1800 collaborateurs. »

Le même jour, à peine 17 minutes après les ajouts cités, Wolfgang Stock modifie l’article de Wikipédia sur l’IQWiG, en y ajoutant une rubrique intitulée « Critiques ». Il reproche aux évaluateurs de l’Institut, entre autres, de « n’avoir aucune compréhension objective du rapport coût/efficacité des médicaments ». Quant aux essais cliniques, ils formuleraient des exigences « qui ne prennent pas suffisamment en compte la réalité de la pratique clinique au quotidien ». Les expertises et évaluations de l’IQWiG « mettent en danger la sécurité de la couverture maladie d’environ 500.000 patients en Allemagne ».

16 minutes après ces modifications, Wolfgang Stock change aussi l’article de Wikipédia sur Peter Sawicki, puis encore une fois le paragraphe « Critiques » de l’article sur l’IQWiG.

Le 1er mai, ce paragraphe est encore allongé, puisque Stock y ajoute un autre reproche : « les recommandations de l’IQWiG sur les statines causent chaque année environ 660 morts en Allemagne ».

En tout, en avril et mai 2009, Wolfgang Stock modifie, certainement par intérêt pour le diabète de sa grand-mère, 10 fois l’article « Sanofi-Aventis », 23 fois celui sur l’IQWiG, 2 fois l’article sur Peter Sawicki, 7 fois l’item sur le Lantus, une fois l’article « entreprises pharmaceutiques », une fois l’entrée sur Chris Viehbacher (le PDG de Sanofi-Aventis).

Il semblerait que des personnes de l’entourage de Stock aient fait d’autres modifications dans les mêmes articles, et souvent le même jour, sous les pseudonymes « Investor » et « K.atarina.w ». Ces deux-là ont aussi modifié les articles concernant Stock lui-même, les organisations catholiques et politiques dont il fait partie, ainsi que les entreprises avec lesquelles il a des liens d’intérêt. Les articles sur l’IQWiG et sur Peter Sawicki seront complétés encore en 2010 par des allégations diffamatoires du genre : « [l’on reproche à Peter Sawicki] d’avoir "triché" dans plusieurs expertises et aussi d’avoir manipulé des données ».

Cela ne s’est arrêté que plus de deux ans plus tard, en juin 2011, lorsque les administrateurs de Wikipédia ont exclu tous ces pseudonymes et leur ont interdit l’accès au site. 

A quand des études sur la sécurité du Lantus ?

Je compléterai cet article plus tard par un rappel de quelques méthodes peu catholiques utilisées par Sanofi-Aventis dans d’autres circonstances et portant sur d’autres produits. L'essentiel, c'est la santé, dit la devise de Sanofi-Aventis. Sa santé financière est âprement défendue. 

Elena Pasca

Copyright Pharmacritique

Commentaires

Ouf, j'ai tout lu, passionnant, excellent billet Eléna. Tout ceux qui touche à ma santé m'intéresse et particulièrement Sanofi-Aventis.

Sanofi a besoin de conseils, je m'en vais leur en donner, mais j'espère que j'aurai du renfort.

Il va falloir se pencher sérieusement sur nos politiciens, peut-être aboutirons-nous aux conflits d'intérêts pour l'Agréal pétard de Schnock.

Écrit par : Chantal | 18/08/2011

Merci pour ces infos....

Écrit par : SCHMIT | 29/11/2011

Merci pour cet article passionnant. Cela nous donne la dimension des objectifs de Sanofi et éclaire la stratégie du laboratoire dans la minimisation (pour ne pas dire le mensonge par omission) autour de la dépakine et de ses effets tératogènes.

Écrit par : apesac | 08/03/2012

effectivement j'encourage tous mes patients à rejeter Lantus (cancers) après lecture de la revue Prescrire

Écrit par : marcel | 07/05/2012

Bonjour et merci pour tous les commentaires.

Marcel, j'ai abordé le problème des cancers comme effet indésirable du Lantus dans deux articles très détaillés: introduction + traduction de deux textes d'ARZNEI-TELEGRAMM, avec des citations des prises de position de l'IQWiG, c'est-à-dire l'institut indépendant d'évaluation des médicaments dirigé par l'excellent Peter SAWICKI jusqu'à son éviction suite aux manoeuvres de l'industrie pharmaceutique et aux collusions avec les politiques qui servent d'exécutants aux firmes pharma...

C'est de l'IQWiG que vient l'information et l'alerte, immédiatement renforcée et relayée par Arznei-Telegramm, qui a informé de suite tous ses correspondants par son système d'alerte par mail. Information très claire, fort bien référencée et fondée scientifiquement, comme d'habitude. C'était donc avant Prescrire.

Vous savez que Arznei-Telegramm est ma principale référence. Et comme la barrière de la langue empêche les Français de lire cette revue, j'essaie de parler d'elle autant que possible.
D'ailleurs, avant que je parle d'elle et que je traduise des textes (d'abord sur le Gardasil, les statines, les glitazones, etc., puis sur bien d'autres sujets), elle n'était pas du tout connue, même pas sur les listes de discussion des professionnels de santé indépendants. Seule Prescrire la citait de temps à autre, dans des tours d'horizon sur telle ou telle question.

Mais cela a changé, en particulier depuis que j'ai traduit les textes sur la grippe, qui ont été très largement repris ailleurs. (Ceux sur le Gardasil aussi).

C'est d'ailleurs marrant de voir d'autres sites ou blogs citer l'original de tel article ou parler d'Arznei-Telegramm comme si cela faisait partie de leurs lectures habituelles, alors qu'ils ne parlent pas un mot d'allemand...

Mais que voulez-vous, certains pensent qu'il est plus valorisant pour eux de donner l'impression que ce sont eux qui ont découvert tel article, plutôt que de donner le lien vers mes traductions...

Ca m'amuse, c'est rigolo, cette vanité ;)) Après tout, le principal, c'est que Arznei-Telegramm soit désormais connue en France aussi; elle le mérite largement, puisque c'est la meilleure des revues indépendantes: 42 ans de parcours sans faute. Qui dit mieux?

Les liens vers les deux articles sur le risque cancérigène du Lantus et la défense par Sanofi sont donnés dans le texte ci-dessus, mais je les reposte pour plus de facilité et vous invite à les lire, pour les détails:

29 juin 2009:
"Lantus / insuline glargine et risque de cancers. Trois études renforcent les vieux soupçons. Arznei-Telegramm demande le retrait du marché"
http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/06/29/lantus-glargine-et-risque-de-cancers-trois-etudes-confirment.html

6 juillet 2009:
"Selon Arznei-Telegramm, Sanofi-Aventis désinforme sur la sécurité du Lantus, lié à un risque accru de cancers"
http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/07/06/selon-arznei-telegramm-sanofi-aventis-desinforme-sur-la-secu.html#more

Merci pour tous vos commentaires, Marcel.

Mes excuses - à vous comme à tous les lecteurs - pour mes longues absences et silences. Désolée ne pas pouvoir répondre à tout et de ne pas "entretenir" les échanges sur le blog ni par mail, d'ailleurs), faute de temps. (Je n'ai même pas le temps de relire mes textes et ne le fais que pour la plupart des textes des auteurs invités).

Il m'arrive même de répondre 2 ans après à telle ou telle question ou remarque... C'est dire à quel point je manque à toutes mes obligations d'accueil, si on peut appeler cela ainsi ("accueillir" les lecteurs, certes pas chez moi, mais disons sur une sorte de terrasse virtuelle ouverte vers l'extérieur - pourquoi ne pas voir ça de cette façon? ;))

Au plaisir de vous lire, même si je ne réponds pas toujours :(
EP / Pharmacritique

Écrit par : Elena Pasca | 12/05/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu