La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

11/10/2011

"Sexe et addictions sur ordonnance" (livre sur les effets indésirables du Requip)

C'est un livre écrit par un avocat sur le parcours d'un de ses clients: un homme de 52 Requip effets indésirables,requip jeu addiction,agonistes dopaminergiques effets indésirables,sifrol effets indésirables,addiction sexe hypersexualité médicaments,jeu pathologique requip sifrol,parkinson médicament effets indésirables,didier jambart procès requip gsk,gsk requip procès,antoine beguin livre procès gsk requip,pharmacovigilance médicaments parkinsonans traité entre 2003 et 2005 par l’agoniste dopaminergique Requip (ropinirole) pour la maladie de Parkinson.

Des media (Ouest France, Le Télégramme...) ont relaté son parcours judiciaire semé d’embûches, qui l’a mené entre autres à refuser une indemnisation de façade par l’ONIAM et prendre un avocat (renonçant à l'assistance par l’association AAAVAM). Le 31 mars 2011, Didier Jambart a fini par gagner son procès contre GSK (Glaxo Smith Kline), laboratoire qui commercialise le Requip.  

Selon Ouest France, « des documents médicaux [produits lors du procès] établissent que les effets indésirables du Requip « étaient connus de la communauté scientifique avant 2003. Le laboratoire ne pouvait donc pas les méconnaître (…) en ne renseignant pas la notice sur ces risques. Le laboratoire a failli à son obligation de sécurité. En conséquence, la justice a décidé de condamner le laboratoire qui commercialise ce médicament à 117 000 € de dommages et intérêts » et a considéré que le Requip était un « médicament défectueux », au vu de ces omissions dans l'information sur le médicament.

L’avocat de Didier Jambart, Antoine Béguin, a écrit le livre « Sexe et addictions sur ordonnance » (L'Appart 2011, 200 pages, 16 euros, reversés à une association, selon les informations donnés par M. Jambart). Maître Béguin a déclaré à l’AFP : « Je ne remets pas en cause l'apport thérapeutique réel de ces médicaments mais le défaut d'information de leurs fabricants et des organes de contrôle à l'égard des patients sur ces risques de réactions ». La préface est signée par le Dr Irène Frachon, lanceur d’alerte dans le scandale du Médiator.

Antoine Béguin et Didier Jambart disent avoir reçu des centaines de témoignages d’autres patients traités par des médicaments dopaminergiques et ayant eu des effets indésirables de type addiction et désinhibition (jeu pathologique, hypersexualité, passages à l’acte, perversions et autres compulsions, délires, épisodes maniaques, hallucinations et autres effets indésirables psychiatriques). Chez Didier Jambart, cela s’est manifesté par un « besoin compulsif de jouer, de s'exhiber et de se travestir, il a dilapidé son argent, brisé sa famille, fait plusieurs tentatives de suicide ». Selon les témoignages et les avis des experts qu’il à sollicités, l’avocat Antoine Béguin estime « entre 15 et 20% le nombre de patients atteints par ce [type d’] effets » indésirables des médicaments dopaminergiques ; ce qui fait environ 10.000 parkinsoniens touchés. Ces médicaments sont autorisés dans le Parkinson, mais sont prescrits aussi hors AMM dans le syndrome des jambes sans repos, la fibromyalgie...

Méthodes publicitaires et désinformation des laboratoires pharmaceutiques, contrôles et pharmacovigilance insuffisants, absence d’interlocuteurs pour les victimes, absence d’intérêt pour les effets indésirables, voire mépris des diverses instances sanitaires publiques -  le livre d’Antoine Béguin aborde ces aspects à partir du cas concret de Didier Jambart. L'avocat a aussi un blog sur lequel il parle du livre et donne d'autres liens. D’autres informations sont données dans un article du 8 octobre 2011 de Ouest France : « Parkinson : le livre d'un Angevin qui accuse les laboratoires ».

Sans aucun rapport avec cela, j’avais répondu à l’automne 2007, sur une liste de discussion, à une demande de bibliographie sur ces effets secondaires (surtout le jeu pathologique) des agonistes dopaminergiques de deuxième génération (Requip (ropinirole) et Sifrol (pramipexole)). J’ai fait une liste d’articles, venant surtout de la revue allemande indépendante Arznei-Telegramm (moins accessible à cause de la langue), avec quelques explications. Un article détaillé à ce sujet, partant de mes recherches de 2007, est depuis longtemps sur la liste de sujets à traiter sur Pharmacritique. Mais elle est tellement longue et mon temps tellement limité… Alors j'essaie de me rattraper en parlant de ce livre, quitte à faire une exception (je ne parle habituellement pas de cas particuliers). 

Elena Pasca

Commentaires

Voir les choix de France Info :
http://www.dailymotion.com/video/xllsbp_antoine-beguin-sexe-et-addictions-sur-ordonnance_news
Ou la page Facebook :
http://www.facebook.com/ordonnance

Écrit par : tomtomsawyer | 11/10/2011

Merci Eléna, mais j'ai bloqué sur l'Association à qui va les fonds ; peut-être inutilement, mais c'est ainsi.

Partenariat entreprises et fondations d'entreprises :

"Ainsi, l'IECD entretient des partenariats avec des entreprises et fondations d'entreprises telles Schneider Electric, Veolia Environnement, ou TOTAL."
http://www.iecd.org/fr/agir-avec-l-iecd/partenariat-entreprises-et-fondations-dentreprises

Pour moi, TOTAL = SANOFI.

Écrit par : Chantal | 13/10/2011

Bonjour a toutes et a tous,
Cela doit faire 6 ans que je prend du requip, j ai 53 ans...
J ai suivi avec interet le combat courageux de Didier J, c est la premiere fois que la justice et la societe reconnaissent explicitement les effets destructeurs des traitements parkisonniens.
Ce medicament a ete developpe en allemagne ensuite la licence a ete vendue a l angleterre. Bon business a 276000 euro le kilo ; a titre indicatif la cocaine serait a 17000 euro le kilo !!?? Il s agit pas de cracher dans la soupe mais de tirer la sonnette d alarme sur les vrais traitements qui marchent
tel que les cellules souches pour lesquelles encore une fois l allemagne propose des solutions tres satisfaisantes seulement pas pris en charge ;

le proces de didier jambard est celui des traitements inefficaces . rien de nouveau depuis trente ans
que font nos chercheurs qui ont des choses dans les tiroirs qu ils les ouvrent et nous epargnent le chemin de croix que nous parcourons en silence avant que la voie de didier ne s eleve pour dire sa souffrance et que cela suffit !!!!!

Écrit par : coutantic | 28/10/2011

Que dire du sexe et de l'addiction après un viol à 11 ans par un prêtre à côté de l'Eglise Saint Pierre de NEUILLY dans un sanitaire situé sur le côté, boulevard PERRETTI, pas loin du Lycée PASTEUR. Coincé par 2 hommes, l'officiant était le prêtre, l'homme en robe noir et au col blanc > 30 ans d'addiction (les bois, les salons, les club libertins, les club homo, les arrêts d'autoroute. Souvent je pleurais après ...
Heureusement le soleil est venu dans mes yeux. Le 16 août 2012 crise cardiaque , opération puis arrêt total 8 mn. J'attendais depuis 50ans ce moment. J'en suis sorti après ces !mn. Maintenant Je fais le vide et la lumière revient à 62 ans. J'ai maintenant un beau rayon de soleil qui m'illumine et me fait vivre sans avoir besoin de me détruire, ....
Thierry

[NdR: nom de famille effacé par Pharmacritique, car il s'agit d'expériences très personnelles. Si l'auteur du commentaire souhaite que le nom apparaisse, il vaut mieux le demander explicitement dans un mail à la messagerie du blog: pharmacritique@voila.fr

Écrit par : Thierry | 16/03/2013

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu