La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

20/10/2011

LobbyPlanet Europe: Corporate Europe Observatory cartographie les lobbyistes auprès des institutions européennes et leurs méthodes

LobbyPlanet CEO.jpg

Corporate Europe Observatory (CEO) vient de publier le livre "Lobby Planet. Putting Brussels Lobbyists on the Map", dont je décris plus bas le contexte et les grandes lignes, avant de donner des extraits édifiants et de rappeler deux autres livres essentiels parus sur le même sujet. L'image, signée Khalil Bendib, accompagne la présentation de Lobby Planet sur le site du CEO.


Dans l’article sur « L’argent du lobbying: une ‘transparence’ à géométrie variable », je résumais les dernières actualités et rendais compte d’un rapport édifiant de la coalition européenne ALTER-EU (Alliance for Lobbying Transparency and Ethics Regulation), tout en disant que j’avais eu le plaisir de rencontrer plusieurs représentants et responsables de la coalition et d’un réseau qui en est l’un des membres fondateurs les plus actifs : Corporate Europe Observatory.

Je conseille vivement ces réseaux à tous ceux qui veulent s’informer et s’engager dans la bataille contre la corruption, les conflits d’intérêts, le lobbying, les portes tournantes (revolving doors…) et tous les mélanges malsains entre public et privé (pantouflages, népotisme, clientélisme, influences diverses, …). Leurs sites sont des mines d’information fort utiles.

A Bruxelles existe un LobbyLand qui est le double du monde politique, administratif et de la haute fonction. Il n’est pas virtuel, et en particulier ses conséquences sont bien réelles, même s’il reste souterrain et obscur, d’où l’utilité d’une « cartographie » descriptive et éducative d’un genre nouveau, un guide de ce monde parallèle, qui épingle sur une carte réelle, exemples concrets à l’appui, les think tanks et autres lobbyistes sous toutes leurs formes, dont certaines sont très éloignées des clichés communs et des images qui nous viennent à l'esprit sur les cabinets de consultants et conseillers en image, en communication, en media ou ressources humaines et relations publiques...

C’est en 2004 que Corporate Europe Observatory a publié la première édition de Lobby Planet. La dernière édition, actualisée, vient de sortir et en épingle les acteurs - les habitants de ce LobbyLand -, leurs quartiers généraux, les masques sous lesquels ils avancent, mais aussi les tactiques et méthodes qu’ils utilisent et qui nous trompent tous les jours, parce qu’ils donnent l’apparence d’une large « consultation » démocratique des parties prenantes (stake holders…)…

Lobby Planet – Putting Bussels lobbyists on the map - nous fait comprendre l’importance - numérique aussi - des lobbyistes oeuvrant pour faire avancer les intérêts privés des corporations, multinationales et autres groupes de pression et groupes d’intérêts. La quantité n’est pas un détail, puisqu’on estime à près de 30.000 le nombre de lobbyistes à Bruxelles ; autour de trois lobbyistes pour chaque expert de la Commission européenne. On estime aussi qu’il y a autour de 1.500 groupes de lobbyistes…

C’est aussi un guide des chiffres du lobbying et des méthodes essentielles d’influence, ce qui nous permet de comprendre comment l’influence s’exerce concrètement, comment la puissance de feu cible tous les éléments de la prise de décision, de la délibération, bref, l’ensemble des activités des institutions européennes à tous les niveaux (groupes d’experts, Commission européenne et ses diverses directions générales, Parlement européen, activités des hommes politiques et des hauts fonctionnaires…)

LobbyPlanet passe en revue aussi les réglementations existantes (sur la transparence du lobbying et l'accès des lobbyistes aux institutions, sur le registre des lobbyistes, etc.) et montre leur caractère très partiel, insuffisant et inefficace.

Voici un extrait édifiant:

"Corporate lobbying in Brussels has long passed the one billion euro mark in annual turnover, which makes the city the world’s second biggest centre of corporate lobbying power, after Washington DC.

Lobbying is usually defined as seeking to influence legislation, policy or regulation, usually in return for payment. A narrow definition of lobbying focuses solely on direct representation by those seeking to influence legislators. A broader and more realistic picture includes the different forms of communication and research activities which underpin, inform, and support the formation of policy.

The Brussels lobby scene is populated by a bewildering variety of different organisations and individuals engaged in lobbying. Most are ‘in-house’ lobbyists, employed by corporations and trade associations to directly represent their employers’ interests to policy and decision makers. Five hundred large corporations have their own lobbying offices in Brussels, including BP, Rolls Royce, BASF, E.ON and Thales, often in high profile locations.

There are more than 1,500 industry lobby groups and several hundred ‘public affairs’ consultancies and law firms that advise and lobby for corporate clients. Almost every industry imaginable has its own trade lobby group in Brussels, from the European Bottled Watercooler Association to the Euro pean Chemical Industry Council (Cefic), which has more than 170 employees and represents 29,000 companies. These sectoral associations lead EU lobbying efforts and coordinate lobbying activities by their members – national federations and individual companies.

In-house lobbyists often work alongside hired consultants, generally employed by large public relations firms or by international law firms, and who work for a fee for a number of different clients. These ‘for hire’ firms sometimes specialise in repairing damaged reputations or setting up front groups or fake NGOs.
Think tanks and the media also play an important role in the modern world of lobbying – sometimes directly, sometimes inadvertently helping the lobbying cause.
The numerous think tanks fill the vacuum created by the absence of a European public opinion and real public debate in Brussels by organising purportedly ‘neutral’, but mostly corporate-sponsored events and debates. Some also offer report writing and other services to clients with big pockets.
Many who work in the EU quarter have embarked on typical EU careers which can involve a chain of jobs at the Commission, with EU media or in event organising, before moving into lobbying – or they start in lobbying and move the other way.

Targets

The Brussels lobbyists’ prime target is the European Commission – the source of almost all legislation and policy in the EU. But as the powers of the European Parliament have grown, MEPs have also become an important target – with some 4,000 lobbyists registered to hold access badges for the Parliament.
There are many legitimate reasons for wanting to have a say in decision making, but the power of money combined with the complex and often unaccountable decision-making procedures within the EU – and the lack of any real scrutiny – have created an environment where big business interests can effectively capture the policy agenda. This makes Brussels a corporate lobbying paradise.


Quant à la méthode cartographique:

"This guide introduces the most powerful players in EU lobbying, the streets and squares and the offices from which they operate, the multiple ways – some controversial – in which they work to steer decisions to their advantage, and the often serious impacts this has on people across Europe and in the rest of the world. While focused on corporate lobbyists, who most often stay out of sight, this guide also highlights how EU decision makers very often align themselves with lobbyists’ commercial agendas at the expense of the public interest.

When published in 2004, the first edition of this guidebook was an eye-opener to many – and caused anger among corporate lobbyists who were not used to being criticised. In the years since then, a debate has emerged about the privileged access to decision makers that industry enjoys in Brussels, and about the lack of transparency around lobbying. A growing number of MEPs have spoken out against the constant offensive from industry lobbyists that often leads to watered down social and environmental laws and policies. There has been growing support for transparency and ethics rules to curb the impact of corporate lobbying. So far, however, genuine change has been minimal. It is our hope that this new, fully revised edition of the Lobby Planet guide will inspire you to engage in action for genuine change, for reclaiming democracy and insisting on policies to protect people and the environment.

This guide divides the EU quarter geographically and thematically. The first section divides the quarter into two main blocks – around the Rond-Point Schuman (Rue de la Loi, Avenue de Cortenbergh, Rue Breydel) and around the Place du Luxembourg (including Rue du Luxembourg, Square de Meeûs, Rue d’Arlon, Rue Montoyer and Parc Léopold). A further section looks at the lobby players who sit outside the EU quarter, but who are still influential. Three thematic tours then follow, looking at the biggest players in the finance lobby, the carbon lobby and the food and biotech lobby."

Trois lobbies sont décrits de façon très détaillée, marqués par trois "tours" thématiques parmi les plus imposants dans ce quartier:

  • le lobby financier - qui défait le monde en ce moment même et signe la ruine de nos pays l'un après l'autre;
  • le lobby du carbone: sous ce nom se cachent les grosses multinationales énoergétiques, du pétrole, du gaz, du charbon, mais aussi les gros fabricants de l'industrie automobile;
  • le lobby agroalimentaire et des biotechnologies

**

Une copie du livre peut être téléchargée sur cette page, mais LobbyPlanet est aussi disponible sous forme de livre.

Je conseille aussi l’équivalent français, à savoir le livre publié en 2009 par un réseau de militants coordonné par l’association AITEC : « LobbyPlanet. Ces mains invisibles qui guident les politiques… Paris », qui peut être commandé sur cette page.

Sans oublier l’autre livre synthétique et toujours aussi actuel, publié en 2010 par ALTER-EU sous le titre « Bursting the Brussels Bubble » (Crever la bulle de Bruxelles), qui peut être commandé ou téléchargé sur le site d’ALTER-EU.

Elena Pasca

Commentaires

Il serait temps que ceux qui nous donne des ordres, qui dictent la politique des pays, commencent à faire le ménage chez eux. Je n'ai lu que la partie en français, ne connaissant pas l'anglais, mais un bon coup de balai s'impose.

Lobbyiste, le 2ème plus vieux métier du monde....car il faut énormément fréquenter couloirs et trottoirs.... ! Il faut d'abord être espion, avant d'être manipulateurs.... !

http://www.linternaute.com/actualite/interviews/06/thierry-coste/chat-thierry-coste.shtml

Vraiment pas de quoi être fier.

Amicalement,
Chantal.

Écrit par : Chantal | 25/10/2011

Il semble que depuis quelque temps ,la moindre petite babliole est rendue très, très compliquée . La preuve ? M. Baroin a annoncé que les dialogues actuels sont d'un niveau très , très technique ,si bien que maintenant , ils sont perdus dans leurs tètes ,ces nouveaux ministres ,mais la garde veille ,il faut descendre M. Hollande ,qui lui ;a première vue se comprend du premier coup ! Salutations .

Écrit par : jcé | 25/10/2011

Bon article… Très informatif et laisse place à la réflexion. Pour ma part, je ne suis pas fan des lobbyistes. Impossible de leur faire confiance selon moi, car comme dans tout investissement, quelqu’un en profite et d’autres paient pour cela. Voilà matière à réfléchir.

[Note d'Anne pour Pharmacritique: j'ai effacé un lien commercial, publicitaire et totalement hors sujet, conformément aux positions annoncées dans la présentation du blog]

Écrit par : réflexologie | 18/12/2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu