La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

30/03/2012

La collusion de Narcisse et des médias pour la désinformation. Par Jacques Testart

Avant-propos d’Elena Pasca :

"En 2009, lors d’un débat avec la psychanalyste Monette VACQUIN et Jacques TESTART au sujet de la procréation médicalement assistée, j’ai posé plusieurs questions dont celle portant sur le narcissisme de tous les acteurs qui interviennent dans ce processus et de l’impact que cela aura sur le narcissisme et l’image de soi de l’enfant. J’ai pris des notes et ferai un article là-dessus (narcissisme, complexe démiurgique et conséquences, mémoire et histoire, éthique et science…), qui renverra aussi aux textes cités par Jacques Testart, aux rôles respectifs, à ses activités en comparaison avec celles de René Frydman, qui n’a pas entamé le tournant éthique…

Après avoir lu la tribune de Jacques Testart dans Médiapart, je lui ai reposé cette question du narcissisme, du complexe démiurgique (omnipotence...) de René Frydman et de ce que l'industrie lui permet d'en faire pour traduire ses fantasmes en réalité... et suggéré d’autres aspects qui mériteraient d’être évoqués pour compléter cette tribune et placer certains accents différemment. Je suis contente qu’il ait accepté ma proposition. J’ai longuement présenté les activités, les écrits et la démarche réflexive et éthique de Jacques Testart dans l’introduction de son premier texte sur Pharmacritique : "Entre idéologies et industries, quelle place pour la décision citoyenne en bioéthique ?" Son site contient une page biographique et une liste jacques testart bébé éprouvette,rené frydman bébé éprouvette amandine,procréation médicalement assistée histoire,jacques testart technoscience reproduction,rené frydman congélation ovules méthodes procréation,bioéthique procréation reproduction fiv,diagnostic préimplantatoire,diagnostic prénatal embryon séléction,media lobby médical,journalisme médical influence,leaders d'opinion médecine reproduction,media indépendance lobby industrie,narcissisme médical reproduction pma,illusion démiurgique médecine toute-puissance,recherches sur l'embryon projet loibibliographique très détaillées."

 

LA COLLUSION DE NARCISSE ET DES MEDIAS POUR LA DESINFORMATION

Par Jacques TESTART

"Ne prenons pas des airs de demi-dieux, ou même de démiurges, là où nous n’avons été que de petits sorciers" Jean Rostand

En réponse à la monopolisation médiatique organisée autour de René Frydman à l’occasion des 30 ans d’Amandine, premier bébé issu de fivète (fécondation in vitro et transfert d’embryon) français, Médiapart a publié mon texte [1] que la presse écrite avait refusé (« ça n’intéresse pas les gens »…). J’aurais souhaité m’en tenir là tant ma situation de partie prenante s’accorde péniblement avec une critique sereine. Mais plusieurs amis ont souhaité que je développe certains points et Elena Pasca m’a offert l’hospitalité de Pharmacritique pour une analyse plus approfondie d’un aveuglement médiatique qui mène à la désinformation.


Amandine est née le 24 février 1982 grâce à une libre collaboration, au sein du Service  du Pr Emile Papiernik, entre une équipe de  gynécologie (animée par René Frydman) et une équipe de  biologie (Jacques Testart  efficacement assisté par Bruno Lassalle). Ces  acteurs appartenaient à des institutions différentes et agissaient en dehors de tout rapport hiérarchique.

Après beaucoup d’ hésitations pour attribuer à R Frydman ou à J Testart une fonction de « chef d’équipe » et la « paternité scientifique » du premier bébé fivète, Le Monde et Libération ont tranché ce dilemme, étrangement le même jour (4 mai 1983), alors que quelques semaines plus tôt il existait encore deux têtes (par exemple dans France Soir, 25 février 1983). Toutefois, au gré de l’humeur des journalistes et des prétentions des « pères scientifiques » putatifs qu’ils sollicitaient, les médias hésitaient à chaque fois, les guillemets utilisés révélant leurs doutes autant sur le rôle réel de chaque  officiant que  sur l’assimilation de  cette contribution biomédicale à  une véritable paternité [2].

Mais  la confusion vient de prendre fin  grâce au « journal de référence » [3] (Le Monde ,18 et 24 février 2012) qui désigne le gynécologue comme père scientifique en abandonnant les guillemets tandis que le JDD (19 février 2012) réserve encore ce qualificatif au biologiste mais en conservant des guillemets bienvenus.

Rappelons que les phases « cliniques » de la fivète, celles qui mobilisent spécifiquement le gynécologue, ne présentent aucun caractère scientifique et sont seulement des adaptations de pratiques courantes, connues bien avant la fivète : induction de l’ovulation par administration d’hormones (depuis les années 60), prélèvement d’ovules (acte identique à la ponction d’un kyste), transfert d’embryon (acte similaire à la pose d’un stérilet), surveillance de la grossesse et… accouchement. Seule la phase initiale (déterminer le moment précis où obtenir l’ovule mûr) était réellement innovante. Il est indéniable, comme le prouve la bibliographie scientifique [4] que cette recherche  fut réalisée par le biologiste, en complément de ses activités propres. Ces dernières  ont concerné l’étude de l’action des hormones sur le follicule et l’ovocyte, le choix d’un environnement favorable  pour la rencontre des gamètes et la formation de l’embryon (enceinte adaptée, milieu de culture,…), les conditions de préparation des gamètes, l’évaluation  des ovocytes recueillis et des embryons à transplanter in utero, etc [5].

Pour devenir « le père scientifique », et en même temps se  faire passer pour « chef d’équipe », le gynécologue devait  s’attribuer un rôle au sein du laboratoire. Est- ce pour lui complaire que, dés 1984, Le Monde (12 février) laisse peu de place aux activités biologiques  en  expliquant que « le médecin prélève les ovules sous anesthésie, les féconde en éprouvette avec le sperme recueilli chez le père, puis implante l’embryon dans l’utérus de la mère… ». Mazette ! on en oublierait presque  qu’il procède surtout à l’accouchement…A lire de telles sottises on se demande à quoi ont pu servir les nombreuses interviews et articles de vulgarisation auxquels on a consacré beaucoup de temps. Il est étrange que les mêmes médias qui avaient démesurément encensé le biologiste (et bien sûr le gynécologue) lors de la naissance d’Amandine , et sollicité des explications à répétition, fassent à chaque occasion nouvelle  la démonstration de leur incompétence !  

C’est à  l’ occasion des vingt ans d’Amandine que René Frydman enfonçait le clou de son rôle imaginaire au laboratoire en déclarant pour la première fois :« cet embryon que j’avais vu au microscope était devenu un vrai bébé » (Le Parisien, 30 juillet 2002)… S’il m’est arrivé  deux ou trois fois de montrer aux  personnels du service d’Emile Papiernik un embryon juste conçu, c’était bien avant,  alors que j’exultais pour avoir obtenu seulement la fécondation et la division de l’œuf.

Mais la fable fut bientôt consolidée avec le téléfilm complaisant de Sébastien Graal « Les enfants du miracle » (deux épisodes les 26 et 27 mai 2003 sur France 3). Ce film, présenté comme une fiction librement adaptée  de la genèse du premier bébé-éprouvette français, est cependant tourné dans l’hôpital Antoine Béclère où Amandine fut réellement conçue et on peut même y apercevoir la véritable secrétaire du héros. Une telle confusion permet la mise en scène et en images du thème classique du « grand docteur », mystification à laquelle le gynécologue s’est prêté en documentant scénariste, réalisateur et acteurs comme en témoigne la presse abondante faisant la promotion du film. La fiction  montre donc un médecin au grand cœur et jacques testart bébé éprouvette,rené frydman bébé éprouvette amandine,procréation médicalement assistée histoire,jacques testart technoscience reproduction,rené frydman congélation ovules méthodes procréation,bioéthique procréation reproduction fiv,diagnostic préimplantatoire,diagnostic prénatal embryon séléction,media lobby médical,journalisme médical influence,leaders d'opinion médecine reproduction,media indépendance lobby industrie,narcissisme médical reproduction pma,illusion démiurgique médecine toute-puissance,recherches sur l'embryon projet loiomnicompétent, presque handicapé par la présence d’un biologiste, lequel est surtout spectateur impuissant des mystères de son incubateur…Dans cette imagerie saluée par la presse, servile ou ignorante,  comme pourvue « d’une trame historique et scientifique rigoureuse » ( Le Monde, 24 mai 2003 ) le biologiste, sans charisme, sans humour et sans vie privée (« il s’occupait de reproduction animale parce qu’il avait un caractère de cochon »…) est cantonné devant sa couveuse en attente de la fécondation sur laquelle il semble n’avoir aucune prise. [6]

On constate une véritable obsession de René Frydman pour usurper les fonctions du biologiste. Ainsi, à l’occasion des 30 ans d’Amandine, le gynécologue servit sur tous les médias (par exemple sur France inter, « Le téléphone sonne », 23 février 2012) le même mensonge que dans le JDD (19 février) : « Assister à cette rencontre entre un spermatozoïde et un ovocyte dans le microscope, transférer l’embryon et, neuf mois plus tard, voir un bébé naître, c’est incroyable » ? C’est effectivement aussi incroyable que le récit du débarquement en Normandie par Hervé Morin…

Mais d’autres légendes se créent puis se fortifient au fur et à mesure des pèlerinages médiatiques : Le Monde ayant  confirmé les prétentions du gynécologue d’être aussi le « père scientifique » du premier bébé français né d’un embryon congelé, je contestais ce récit par lettre au rédacteur en chef (27 mai 1986). En réponse Edouard Masurel me fit savoir qu’il serait désormais tenu compte de ma précision…On a vu ce qu’il en fut quelques mois plus tard,  dans le dossier que Le Monde consacra aux 25 ans d’Amandine ( 17 février 2007) , où le « quotidien de référence » accordait encore au gynécologue le premier succès de la congélation embryonnaire. De façon générale, les médias  paraissent ignorer que les compétences comme la loi séparent heureusement les prérogatives du biologiste de la procréation et celles du gynécologue-accoucheur. Là encore, la publication scientifique [7]  montre, malgré son insistance pour figurer parmi les auteurs, que la  cryoconservation des embryons fut obtenue sans l’apport de René Frydman . Mais la légende était en marche, et il serait fastidieux d’énumérer les articles qui se font encore l’écho de cette épopée…toujours  incroyable !

Pour commémorer les trente ans d’Amandine , France 2 nous a offert un documentaire réalisé par Adrien Soland (un bébé nommé désir, 21 février 2012). Dans cet inventaire de 110 minutes évoquant , comme d’habitude, les multiples bricolages procréatifs qui ne sont qu’innovations sociales, pas moins de quatre gynécologues français , et quelques complices étrangers auxquels ils font réaliser des interventions interdites en France, s’ébattent sans contradicteurs. Pour la première fois toute trace de biologiste a pu être évacuée…

La boucle est bouclée. Je souhaite bien du courage aux dizaines de biologistes, acteurs essentiels de l’Assistance médicale à la procréation (AMP) progressivement réduits au rôle de « petites mains » (titre que m’a gentiment attribué une journaliste) au service de l’affairisme médical. N’oublions pas  que la multidisciplinarité  est incontournable en AMP mais qu’elle est aussi une façon de limiter les dérives éthiques d’un acteur particulier.

Il est patent que les 30 ans d’Amandine furent l’occasion pour René Frydman d’occuper sans vergogne tout l’espace médiatique dédié à cet événement social. On peut s’interroger sur les motivations d’une telle offensive . Le héros intégral « biogynéco » a fait savoir qu’il va créer une « fondation pour la recherche » (bon courage aux chercheurs !) et que son nouveau combat concerne la prévention de la stérilité. Bien vu ! on pourrait effectivement arrêter d’intoxiquer hommes et femmes avec toutes les saloperies que répand la société de consommation et son agriculture. Pourtant le projet de Frydman, importé des Etats Unis,  propose de  tester le potentiel de fertilité (chances de concevoir après 38 ans) grâce à une vérification médicale vers 33-35 ans. Les femmes à mauvais pronostic à partir de ces examens très aléatoires se verront proposer le prélèvement et la conservation par le froid d’une partie de leur capital d’ovocytes. Présenté comme « médecine préventive », ce qui est en réalité un refus du temps biologique (le clonage ne serait-il pas aussi une médecine préventive contre la mort ?...) est déjà applaudi par des journalistes.

Pour ma part j’y verrais plutôt une surmédicalisation de l’infertilité avec des contrôles médicaux visant inutilement une large partie de la population féminine,  et aussi la porte ouverte à des perspectives discutables grâce à l’abondance espérée de gamètes féminins disponibles [8]. Toutefois les précautions prises par René Frydman pour ne paraître qu’en l’absence de contradicteurs laissent peu de place à l’expression de telles  critiques…En laissant un acteur narcissique réécrire l’histoire et en lui accordant tout le mérite de succès incontestés, un précédent pragmatique s’est créé : comment mettre en question une nouvelle proposition de celui par qui le miracle est déjà arrivé ?...Là encore, les médias ne jouent pas leur rôle.

Qu’on me comprenne bien, je ne me suis jamais délecté des éloges médiatiques que j’ai toujours jugés excessifs pour ceux qui ont seulement réinventé la fivète, quatre ans après les Britanniques. Mais je conteste à ceux qui n’inventèrent rien, ou si peu, le droit de se vautrer dans l’imposture. J’entends l’objection : « cela n’intéresse pas les gens »… Pourtant, outre que « les gens » se moquent de bien des choses (par exemple de la mise sur écoutes des journalistes), cela concerne tout simplement la vérité historique.

[Relectures et édition par Elena Pasca]


Notes

[1] http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/280212/des-eprouvettes-revisitees. La fivète au prisme des médias. Aussi à l’adresse : http://jacques.testart.free.fr/index.php?post/texte901

[2] Pour illustrer cette ambiguïté , la confusion fréquente entre une « manipulation génétique » et les actes de biologie cellulaire réalisés dans la FIV  conduisit même certains à me nommer « père génétique » d’Amandine (La Croix  du 8 octobre 1986)… .

[3] Le journal « de référence » est celui dont les choix thématiques s’imposent, comme  par mimétisme, à l’ensemble de la presse écrite et audiovisuelle, et dont les informations , considérées comme sérieuses a priori, deviennent des vérités établies pour tous.

[4] (http://jacques.testart.free.fr/index.php?category/bibliog...:

[5] Voir par exemple : J. TESTART, A. THEBAULT, R. FRYDMAN, A. GOUGEON, A. GAUTHIER, B. FONTY, O. BOMSEL-HELMREICH, J. COHEN, E. PAPIERNIK :. Action des hormones gonadotropes sur le follicule humain en culture in vitro. CONTRACEPT. FERTIL. SEXUAL. 8 (9), 695-700 (1980) ; J. TESTART, A. THEBAULT, R. FRYDMAN : La fécondation humaine « in vitro ». Premiers résultats. J. GYNÉCOL. OBSTET. BIOL. REPROD. 9, 319-324 (1980) ; TESTART, B. LASSALLE, R. FRYDMAN : Apparatus for the in vitro fertilization and culture of human oocytes. FERTIL. STERIL., 38, 372-375 (1982) ; TESTART, R. FRYDMAN : Accouchement à terme après transfert in utero d’un embryon obtenu par fécondation externe. J. GYNEC. OBSTET. BIOL. REPROD., 11, 855-859 (1982) ;

J. TESTART, R. FRYDMAN, J. de MOUZON, B. LASSALLE, J. BELAISCH-ALLART : A study of factors affecting the success of human fertilization in vitro. I. Influence of ovarian stimulation upon the number and condition of oocytes collected. BIOL. REPROD. , 28, 415-424 (1983) ; J. TESTART, B. LASSALLE, R. FRYDMAN, J. BELAISCH-ALLART : A study of factors affecting the success of human fertilization in vitro.II. Influence of semen quality and oocyte maturity on fertilization and cleavage.BIOL. REPROD., 28, 425-431 (1983 ).

[6] Dans ce téléfilm qui relate la geste bienfaisante du Pr Frydman , le comble du cynisme est atteint. Mon personnage y meurt en fin de premier épisode d’un cancer de l’estomac (mon organe le plus fragile comme le savent tous mes proches), manière plutôt lâche mais efficace de permettre le soliloque anxieux du gynécologue dans le second épisode, celui où il est justement question des problèmes d’éthique…Rappelant que René Frydman fut le conseiller du film, Le Parisien (17 juin 2003)  a vu là, « au mieux, une faute de goût »…Mais personne n’a remarqué que ma disparition physique éliminait du même coup toute contestation du discours de Frydman, en particulier sur le DPI.

[7] B LASSALLE, J. TESTART, J.P. RENARD : Human embryo features which influence the success of cryopreservation with the use of 1-2 Propanediol. FERTIL. STERIL. 44, 645-651 (1985).          

[8] Cette perspective de disposer d’ovules, et donc d’embryons, en abondance par culture in vitro d’innombrables ovocytes immatures correspond à la stratégie que j’ai pressentie pour faire du diagnostic préimplantatoire (DPI) une technique résolument eugénique en permettant un  véritable screening génétique de la population d’embryons obtenus après un seul prélèvement ovarien (voir par exemple :Des ovules en abondance, Médecine/Sciences, 2004 : http://jacques.testart.free.fr/index.php?post/texte688) .On peut aussi imaginer les conséquences éthiques (recherches discrètes  sur l’embryon, marché d’ovules et d’embryons…) ouvertes par la disposition  d’ovules non répertoriés, au contraire des ce qui se passe lors des cycles de fivète où leur effectif et leur devenir sont obligatoirement déclarés.

 

Commentaires

Le commerce est en marche : Etats-Unis, les ovocytes asiatiques coûtent deux fois plus cher
http://www.lepoint.fr/monde/etats-unis-les-ovocytes-asiatiques-coutent-deux-fois-plus-cher-11-05-2012-1460478_24.php

Rien n'arrête les marchés.

Écrit par : Chantal | 20/05/2012

Replacer de l'éthique au cœur de la médecine, ça commence effectivement par balayer les légendes et les mythologies qui servent aux médias à emballer la présentation esthétique des événements. La doxa médiatique en matière de santé est inquiétante.

Écrit par : center | 28/05/2013

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu