Avertir le modérateur

12/06/2011

Critiques de la réforme sécuritaire des soins psychiatriques. Livre de Denis Salas sur le populisme pénal

[Mise à jour: J'ai défendu les positions de ce Collectif de psychiatres tant qu'il a essayé de mobiliser contre des thèses sécuritaires. Tout en me demandant s'il était au service de la domination de la secte psychanalytique lacanienne. Manifestement, c'est le cas, comme on l'a vu avec les prises de position pour défendre la psychanalyse, notamment contre la Haute autorité de santé, qui la relègue au statut de thérapie non consensuelle de l'autisme. Les enfants souffrant d'autisme étaient la chasse gardée des psychanalystes, tout comme... tous les autres et comme toutes les femmes, rendues coupables de toutes les maladies des enfants, rendues coupables de toutes les tares d'une société qui se "féminiserait", dans laquelle les femmes risqueraient de ne plus être aussi soumises au "Nom-du-père", de ne plus accepter qu'on les dégrade, qu'on les humilie, qu'on les piétine dans les soins et partout ailleurs.

On peut voir à quel point la psychiatrie est dominée par la secte lacanienne, puisque le Collectif des 39 s'est mobilisé comme un seul homme (c'est le cas de le dire) pour empêcher toute critique, toute remise en question, alors même qu'il s'agit d'enfants autistes que les psychanalystes empêchent au quotidien d'acquérir une autonomie, d'acquérir des moyens de communication. Honte à ces psychiatres et à tous les participants, tous ceux qui soutiennent les charlatans qui nous narguent en s'affirmant comme tels dans une pétition... Ils sont tellement puissants qu'ils peuvent tout se permettre.

Je laisse tel quel le texte initial, avec la partie qui me paraissait digne d'être soutenue. Fin de la mise à jour]

*

J’ai rendu compte à plusieurs reprises des objectifs et des initiatives du Collectif des 39 contre la Nuit sécuritaire dans les notes accessibles Denis Salas volonté de punir populisme.jpgà partir de cette page.

Et c'est avec un grand plaisir que j'ai animé le débat organisé par la Fondation Sciences Citoyennes le 9 décembre 2010 sous le titre "Dérives sécuritaires en psychiatrie: criminalisation de la folie. Enjeux et conséquences". Y ont participé deux des principaux initiateurs de ce mouvement, le Dr Michaël GUAYDER et le Dr Claude LOUZOUN, ainsi que Denis SALAS, chargé d'enseignement et de recherche à l'Ecole Nationale de la Magistrature.

J'ai eu le plaisir d'interviewer longuement Denis Salas en 2005 ("Le droit: dernier bastion de l'universalisme?"), dans le cadre d'un dossier que j'avais fait pour la revue Place au(x) Sens sous le titre "L'Universalisme en question(s)", doublé d'un cycle de débats et de conférences à la Fondation Heinrich Heine, dont j'ai assuré la coordination scientifique. C'est un dossier qui garde toute son actualité; peut-être faudrait-il le reprendre. La seule partie accessible sur internet est l'entretien avec mon ancien directeur de recherche, le philosophe Heinz Wismann, intitulé "Figures de l'universel", qui a été repris par la revue Dogma.

Denis Salas avait déjà participé à un débat pluridisciplinaire en 1996 à la Fondation Heinrich Heine, que j'avais organisé pour tenter de comprendre ce qui me paraissait être un changement significatif et une radicalisation des formes de violence des jeunes: "Nouvelles formes de violence juvénile?", avec le sociologue Michel Wieviorka et le philosophe et philologue Heinz Wismann, directeurs de recherche à l'EHESS.

Lire la suite

29/07/2008

Surconsommation de psychotropes en France : leçons à tirer sur la société, le modèle néolibéral et le dévoiement de la médecine

Y aurait-il une "épidémie de dépression" en France?

C'est discutable, puisque

"La prévalence du taux de dépression en France dans la population générale varie de 5,8 à 11,9 %." La France n'en détient pas moins le record mondial de la consommation de médicaments psychotropes (antidépresseurs, hypnotiques, anxio-lytiques). Le chiffre d'affaires des antidépresseurs a été multiplié par 6,7 entre 1980 et 2001. Cette tendance serait à la hausse, en dépit de contestations fréquentes sur l'efficacité et l'innocuité. Ainsi, par exemple, du risque de suicide associé aux antidépresseurs chez les enfants, rendu public ces derniers mois. Les pouvoirs publics s'inquiètent plus généralement de la multiplication des prescriptions non justifiées sur le plan médical et de la chronicisation des traitements."

psychotropes surconsommation,antidépresseurs surconsommation,normalité médecine,surmédicalisation,contrôle social médecine,néolibéralisme santé,psychopharmacologie,biopolitique psychiatrie,biopouvoir médecine,dsm troubles,médicalisation psychisme,surmédicamentation,disease mongering psychiatrie,façonnage de maladies,dépression causes,dépression traitement,dépression marketing pharmaceutique,hélène vaillé

Même si elle contribue fortement par ses stratégies marketing, et notamment le disease mongering, l'influence sur l'information médicale et du grand public, l'influence sur la formation médicale continue, etc., l’industrie pharmaceutique n’est pas la seule responsable, comme le dit le succinct article Antidépresseurs : un choix collectif ?, publié par Hélène Vaillé dans la revue Sciences Humaines et dont sont extraits ces quelques fragments.

Malaise social, fragilité des jeunes, remplacement de l'alcool par les antidépresseurs, mauvaises habitudes ou encore "des éléments culturels comme la pauvreté des régulations collectives, le faible support du groupe, les insuffisances de la médiation sociale" font partie des explications avancées. Cela dit, "la plupart des spécialistes admettent l'action conjointe de l'ensemble de ces facteurs".

L'auteure note que les surprescriptions et la surconsommation se font sans fondement scientifique:

"Le besoin de soins pour ce trouble reste mal évalué. La fixation du seuil de pathologie a ici, en effet, quelque chose d'arbitraire, tant il est difficile de distinguer les réactions homéostatiques normales de tristesse des états dépressifs proprement dits. Les études épidémiologiques pour cette pathologie sont par conséquent peu nombreuses, difficiles à mettre en œuvre et souvent discutées. Leurs résultats varient beaucoup d'un pays à l'autre, voire d'une région à l'autre".

J'ai parlé dans plusieurs notes de la "marchandisation de la dépression" et des psychotropes en tant que moyens de régulation non de l’humeur, mais de la société… Régulation faite par une médecine qui remplit un rôle de normalisation, d’uniformisation et de contrôle social, en fonction de la logique sociétale-économique dominante. Le dévoiement de la psychiatrie, illustré surtout par ce roman qu'est le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) a ouvert la porte aux dérives, sans parler de ses conflits d'intérêts.

Et Hélène Vaillé de se demander avec Claude Le Pen si médecins et médicaments ne sont pas en train de devenir des régulateurs sociaux, des "tuteurs qui lissent entièrement notre vie", médicalisent à l'infini (Michel Foucault), nous rendent adaptables à souhait et nous "débarrassent" des dilemmes constitutifs de notre psychisme et de la socialité. Thèmes largement abordés sur Pharmacritique.

Elena Pasca

20/05/2008

"Les exilés de l'intime": Normalisation et uniformisation des comportements au profit du néolibéralisme

Roland Gori, Marie-José Del Volgo, « Exilés de l'intime : la médecine et la psychiatrie au service du nouvel ordre économique ». Denoël, 344 pages, 22 euros.

Pour illustrer les propos du livre, voici un entretien avec Roland Gori, psychanalyste et professeur de psychopathologie, intitulé Norme 667381215.2.jpgpsychiatrique en vue. Suivi d’une tribune libre par le psychiatre Hervé Hubert, de la présentation du livre par l’éditeur et des commentaires sur un site de psychologues. Ces écrits illustrent ce dont on a souvent parlé dans ces pages : la tendance à faire de la psychiatrie un outil de contrôle social qui cherche à abraser chimiquement – par psychotropes – la subjectivité, les émotions, l’idiosyncrasie, les comportements et tempéraments ne se conformant pas à la moyenne, et ce au profit d’une « normalité » artificielle comprise comme une adaptation parfaite de l’individu aux rôles socio-économiques qu’impose le néolibéralisme. Le DSM est le levier parfait par lequel s’opère cet ajustement d’abord théorique, puis mis en pratique par des psychiatres asservis aux industriels, en conformité avec la tendance socio-historique...

Le DSM est un outil très performant de médicalisation de l'ensemble de l'existence - et de surmédicalisation, puisque le préfixe "sur" souligne l'inutilité des soins induits par la médicalisation. Il le fait en particulier grâce à ce que pratiquait fort bien le Dr Knock - personage de Jules Romains -, à savoir le disease mongering (traduit à peu près par "façonnage de maladies"), qui se fait à travers plusieurs techniques dont l'objectif est de transformer les bien-portants en malades: invention de maladies, redéfinition de maladies, baisse des seuils de "normalité", uniformisation des comportements, médicalisation et pathologisation des émotions, des humeurs, des affects, de tout ce qui est constitutif de la subjectivité et de l'humanité dans sa diversité. L'on parle beaucoup de la sauvegarde impérative d'une biodiversité en danger, mais les pratiques de la psychiatrie devraient faire l'objet d'une critique lucide surtout sur ses conséquences: uniformisation des êtres humains, adaptation sans critique aux rôles socio-économiques que requiert le néolibéralisme, étouffement de toute possibilité d'esprit critique, de résistance à la pression conformiste, de marginalité critique, puisque toute différence est assimilée à une pathologie... La médecine outil de contrôle social est l'un des moyens majeurs par lesquels arrive ce que théorisait l'Ecole de Francfort (Theodor Adorno, Max Horkheimer, Herbert Marcuse...): l'extirpation de la différence. On pourrait parler d'une réduction de la psychodiversité - pendant de la réduction de la biodiversité -, avec des individus mis au pas, devenant potentiellement interchangeables, permutables, ajustés à leurs rôles respectifs, manifestant des idiosyncrasies exploitées par l'industrie de la culture, c'est-à-dire par cette culture de masse qui "divertit", distrait et entretient la force de travail (entertainment, Unterhaltung) d'une façon consumériste, passive (des loisirs passifs, car ne demandant aucune action critique).

Une "conservation de soi sans soi", sans subjectivité.

La psychiatrie telle que la façonne le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux se réduit de plus en plus à une psychopharmacologie basée sur le marketing (ses fictions, mythes et autres justifications), car ne reposant sur aucune base scientifique démontrée - ainsi, le déséquilibre des neurotransmetteurs qui serait la cause de la dépression n'a toujours pas été démontré. Les conséquences de cette évolution et du règne de la psychopharmacologie depuis 1953 (date d'introduction de la chlorpromazine, qui marque un changement d'échelle dans la médicalisation et le disease mongering) ont été fort bien décrites dans les divers ouvrages de David Healy, de Christopher Lane, Joanna Moncrieff et d'autres auteurs.

Le disease mongering est décrit dans les notes accessibles en descendant sur cette page; le DSM est abordé (entre autres) dans celles-ci. D'autres notes et articles consacrés à la normalisation, à la surmédicalisation, aux méthodes marketing de l'industrie pharmaceutique (telles que le pharmacommerce de la peur), à la marchandisation de la dépression, à la surconsommation de psychotropes et à leurs effets secondaires, aux tares d'une psychiatrie dévoyée par les conflits d'intérêts,... sont accessibles à partir de la liste alphabétique des catégories à gauche de la page. 

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu