Avertir le modérateur

23/05/2008

La médecine comme outil biopolitique (contrôle social, normalisation, politiques hygiénistes...)

Ce texte de François Cusset se réclame de Michel Foucault, lui-même inspiré par les penseurs de la normalité médecine normalisation,contrôle social médecine médicament,individualisme néolibéral santé,politique hygiéniste biopolitique,médicalisation surmédicalisation,prévention abus de prévention,hyperactivité adulte,médecine différence anomalie normal,médecine prescriptive éthique,norme médicale norme sociale,tabac liberté maladie,médecine correction punition,théorie critique médicalisation,foucault médicalisation biopolitique,fonction sociale de la médecineThéorie critique (« Ecole de Francfort »). J'en reproduis les principaux fragments après une introduction beaucoup plus large, faite dans les termes de la Théorie critique, qui dénonce les méthodes biopolitiques par lesquelles le système procède à l'ajustement des individus aux rôles socio-économiques dont le système a besoin et évite toute remise en cause en psychologisant et en dépolitisant les problèmes et les symptômes ressentis par les individus ainsi formatés et programmés.

L'image renvoie au Panopticon imaginé par Jeremy Bentham: le modèle de la société disciplinaire parfaite, transparente, permettant une surveillance et un contrôle de tous les instants.

Les progrès de l’individualisme néolibéral se paient par une responsabilisation et culpabilisation de l’individu sommé de se comporter à tous les instants et dans toutes les dimensions de sa vie en parfait capitaliste qui soigne ses investissements, son "capital" (physique, mental...) et fait tout pour qu’ils donnent le meilleur rendement possible. Y compris dans le plaisir. Le Viagra et autres prothèses médicamenteuses (médicaments de confort, lifestyle drugs, etc.) sont là pour aider à améliorer la performance.

Il faut - dit l’idéologie néolibérale tellement bien intériorisée que l’individu pense faire acte de liberté - augmenter la productivité et la profitabilité, le rendement, la valeur du bien et ses peformances… Herbert Marcuse parlait en son temps du "principe de rendement". Il est requis y compris s’agissant de son propre corps, objet de gestion, de maîtrise et de perfectionnement au moyen de diverses techniques taillées sur mesure pour permettre à la politique hygiéniste de s’insinuer partout, sous prétexte de prévention, revendiquée par la médecine préventive telle que la décrit David Sackett, couplée à une médecine prédictive (pensons au tout génétique mal vulgarisé) et à une médecine prescriptive, au sens éthique du terme, ou plutôt revendiqué comme tel par des médecins qui forgent des normes médicales qui deviendront des normes sociales, qui énoncent des préceptes dont la validité se veut morale, comme lorsqu'ils culpabilisent les femmes en émettant des injonctions sur l'allaitement présenté comme une démarche éthique, et non pas comme une pratique... 

L'allaitement est un exemple volontairement banal et quotidien. Pensons aux conséquences d'un discours moralisateur sur les femmes sommées de retourner à la maison pour le bien de l'enfant, dont l'avenir - le sien et celui de la planète - serait meilleur s'il portait des couches lavables et mangeait uniquement des aliments préparés par sa mère. 

La prévention, la référence à la santé publique, à la responsabilité de l'individu pour sa santé et celle de l'ensemble de la société semblent tout légitimer, toutes les interventions de contrôle social et de régulation (correction, substitut moderne de la punition) dans la vie des individus, toutes les injonctions prétendument éthiques et les "grammaires de comportement" pour les masses et autres bibles à suivre à la lettre, selon la description très juste d'Alain Ehrenberg.

Cet abus de prévention est lui-même générateur de maladies par la médicalisation (surmédicalisation et surmédicamentation) qu'il induit et qui fait courir des risques inutiles à une population bien-portante. Puisque outre la prévention qui régule les comportements estimés à risque selon des critères sociaux, l'autre façon de faire de la prévention se réduit habituellement à la prescription médicamenteuse (prévenir l'ostéoporose, l'infarctus, le diabète, bref, vider les pharmacies pour des maladies qui ne sont pas là), ce qui n'est jamais sans créer des effets indésirables... donc d'amener à nouveau les individus dans l'escarcelle de la médecine, qui pourra les surveiller et les "corriger" selon les dernières exigences sociales...

Le corps est un objet de marketing, puisqu’il faut savoir « se vendre », ce à quoi préparent tous les coachs, ces parfaits enseignants de l'adaptation aux rôles et aux exigences du marché néolibéral, qu'il s'agisse du marché du travail, du marché de l'amour, du marché de la santé ou d'autres rôles…

Lire la suite

21/02/2008

"Disease mongering", élargir le marché de Big Pharma: un médicament pour chaque état d'âme, pour chaque maladie

 Il y a de nos jours un médicament pour tout ; c’est le rêve de ce PDG disant qu’en bon commercial, il doit faire en sorte que tout le monde prenne les médicaments de sa firme, pas seulement les malades…

On y arrive peu à peu, en médicalisant tout, du moindre vague à l’âme aux étapes naturelles de la vie, comme la ménopause. Les firmes créent un médicament pour tout – à l’exemple des "lifestyle drugs", sorte de médicaments de confort ou plutôt de conformisme social. Grâce aux réseaux d'experts en médecine à leur service parce que payés par les firmes (cf. les notes sur les conflits d'intérêts, la corruption, le lobbying), elles redéfinissent les standards de "normalité" dans toutes les spécialités médicales, de façon à ce que de plus en plus de personnes bien portantes soient étiquetées comme malades et puissent se voir proposer un traitement médicamenteux.

Diverses démarches de ce type sont ciblées par le syntagme disease mongering, abordé dans ces notes. On le traduit par "façonnage de maladies". Il désigne aussi les méthodes consistant à trouver un marché pour un médicament que les firmes cherchent à placer ou à repositionner sur le marché, et c'est le cas de ceux dont le brevet arrive à expiration et pour lesquels les firmes cherchent une nouvelle forme, une nouvelle indication, quitte à inventer des maladies, des syndromes et surtout des vagues troubles - selon les habitudes du DSM détaillées dans d'autres notes sur ce blog.

Et lorsqu'un marché est juteux - comme pour les médicaments qui baissent le taux de cholestérol, la pression artérielle, la glycémie, etc. - toutes les firmes veulent développer elles aussi une énième version des classes de médicaments qui existent déjà (appelés me-too). Et il arrive souvent qu'elles cherchent une indication particulière pour leur produit qui n'apporte aucun progrès thérapeutique, mais qu'elles doivent présenter - grâce à une communication habile utilisant toutes les techniques classiques de marketing, d'influence, de persuasion - comme révolutionnaire; elles jouent sur notre attirance pour tout ce qui est nouveau, assimilé à un progrès. Et la nouveauté qui n'apporte rien se paie cher, puisque les prix des médicaments doivent payer les sommes dépensées non pas tellement en recherche et développement, mais surtout en lobbying, en pantouflage, en communication - ce que j'appelle la désinformation organisée -, et tout l'argent servant à entretenir le réseau de conflits d'intérêts des médecins et les moyens de les influencer directement ou indirectement.

Sans oublier les méthodes de disease mongering consistant à redéfinir les maladies et les syndromes qui existent déjà, en élargissant les critères, en baissant les seuils dits "normaux" de certains examens de laboratoire, comme le taux de glycémie ou de cholestérol, les valeurs de la pression artérielle, l'indice de masse corporelle à partir duquel l'on peut parler d'obésité, et ainsi de suite. Un exemple classique est la redéfinition extrêmement vague du trouble bipolaire par rapport à son ancêtre: la psychose maniaco-dépressive. Les perdants sont évidemment et ceux qui souffrent d'un véritable trouble bipolaire, désormais "dévalorisé" par l'inflation injustifiée de tels diagnostics, et ceux qui sont diagnostiqués pour rien et prennent des médicaments inutiles. La même "dévalorisation" par l'inflation vaut pour les autres pathologies; et elle arrive dès qu'il y a surmédicalisation, industrialisation, donc un marché dont de plus en plus de firmes et de plus en plus de praticiens de toutes sortes veulent profiter.

Une nouvelle technique de contrôle social, sur le modèle du biopouvoir? A méditer...

Et voici un exemple de disease mongering facilement compréhensible grâce à la caricature: un nouveau "lifestyle drug" (médicament de confort, médicament découlant d'un mode de vie) pour les croyants. Car, dans son immense philanthropie et générosité, Big Pharma a tout tenté pour décharger les pauvres pécheurs des poids des repentances, des prières à répétition, de la culpabilité, de la pénitence… Et si Big Pharma allait à l’Eglise, de quoi ça aurait l’air, se demande Mike Adams ?

Qui disait que l'Occident risque d'oublier ses racines chrétiennes? Big Pharma nous montre qu'elles sont toujours vivantes! La pratique catholique de vente des indulgences et autres rémissions de péchés et absolutions contre de la monnaie sonnante et trébuchante  n’est pas si loin… La Réforme est venue nettoyer un domaine qui n’aurait pas dû être contaminé et déformé par l’argent. Et dans les rapports médecine – industrie pharmaceutique, qui et quand fera le ménage ? C'est la question…Dans la caricature, le croyant dit: pardonnez-moi, mon père, car j'ai péché. Le prêtre lui répond, tout sourire:  "Mon fils, on a une pilule pour ça!"

Un médicament pour faire pénitence, mais, sur le même modèle, l'industrie pharmaceutique nous propose un médicament pour chaque maladie qui pourrait nous arriver. Les firmes proposent cela, car c'est leur fonds de commerce. Mais n'oublions pas l'autre membre de cette dyade symbiotique que les laboratoires pharmaceutiques forment avec les médecins, avec la bénédiction du conseil de l'ordre des médecins, qui valide toutes les activités commerciales des praticiens et les contrats (conventions) qu'ils signent avec les industriels. Les firmes pharmaceutiques ne pourraient rien mettre en pratique sans le consentement des médecins. Ce sont eux qui se laissent influencer, prescrivent et légitiment la démarche de surmédicalisation en étendant de plus en plus le domaine de la médecine préventive, jusqu'à un véritable acharnement dans la surmédicalisation, et c'est pourquoi l'on peut parler à juste titre d'abus de prévention, comme on parle d'acharnement thérapeutique pour certaines personnes maintenues artificiellement dans un état végétatif, etc.

b1f6d71934867a4b0a03e3a4c1c76042.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu