Avertir le modérateur

23/09/2015

Sciences citoyennes: 11ème édition du festival de films et débats "Sciences en Bobines"

Cette année, pour la onzième édition coordonnée par Glen Millot pour Sciences Citoyennes, le sciences en bobines 11e édition,fondation sciences citoyennes,lobbying pharmaceutique,les médicamenteurs,elena pasca,décroissance développement,agrécologie,transhumanisme médecine,biologie synthétique,biens communs,lanceurs d'alerte,conflits d'intérêts pharmaceutiquefestival Sciences en Bobines continue d’essaimer, puisque 27 projections suivies de débats auront lieu dans 17 villes, à partir du 1er octobre et jusqu’au 18 octobre inclus. Le programme détaillé est accessible en cliquant sur chaque ville. 

Les sujets sont variés, mais toujours en lien avec les axes de travail de Sciences Citoyennes : critique du lobbying et des stratégies d’influence des politiques publiques et de l’information santé par l’industrie pharmaceutique, lanceurs d’alerte et chercheurs engagés exposés à des représailles, modes de développement possibles en dehors des sentiers battus de la croissance (développements alternatifs, possibilités de transition écologique, y compris en matière d’alimentation et de réflexion sur les biens communs), questions controversés âprement défendues par les industriels respectifs telles que les nanotechnologies, les ondes électromagnétiques (et l’électrosensibilité), etc. Sans oublier les dossiers très à la mode de la biologie synthétique et du transhumanisme, qui s’imposent insidieusement, peu à peu, dans notre vie quotidienne, par le biais des campagnes de communication qui cherchent à survaloriser leurs potentiels apports à une médecine personnalisée.  

En tant que lanceur d’alerte ayant travaillé sur le lobbying, les conflits d’intérêts, les stratégies de communication et d’influence de l’industrie pharmaceutique et ses méthodes pour imposer une désinformation organisée dans le système de formation, de recherche et d’information médicales, j’aurai le plaisir de participer à la projection-débat prévue le 7 octobre à 20h15 à la Maison des Associations de Grenoble. Le débat partira du documentaire réalisé par Stéphane Horel, Les Médicamenteurs, avec Philippe Perrin, éco-infirmer et fondateur de SERA (Santé Environnement Rhône-Alpes).

**

Voici l’annonce du Festival Sciences en Bobines, suivie de l'affiche en version lisible ; sur le site du festival, vous pourrez trouver les programmes complets, ville par ville, ainsi que toutes les informations complémentaires (infos pratiques, plans d’accès, horaires, etc.).

« Les savoirs scientifiques et techniques ne sont pas neutres. Ils sont construits par les hommes et sont soumis, comme toute création humaine, à des enjeux politiques, économiques et sociaux. Ainsi, ceux qui affirment que les sciences sont « naturellement » porteuses de bonheur et de progrès ne visent qu’à museler la critique et à conforter leur propre pouvoir. Les crises et les scandales sanitaires, écologiques, économiques et humanitaires qui se multiplient révèlent le visage d’une science soumise aux intérêts des lobbys industriels et financiers.

Lire la suite

24/12/2009

Conflits d'intérêts forme de lobbying: une filiation dénoncée par le réseau ETAL et la Fondation Sciences Citoyennes

Une table ronde consternante a eu lieu le 10 décembre 2009 à la Haute autorité de santé (HAS), sous le titre pourtant conflits d'intérêts American College of Physicians.jpgprometteur "Expertise et conflits d'intérêts". Divers acteurs majeurs du système actuel de santé et d'expertise sanitaire - HAS, l'industrie pharmaceutique (LEEM), l'AFSSA (agence de sécurité alimentaire), des leaders d'opinion associatifs et médicaux (Nicolas Danchin, EURORDIS), Christian Vigouroux (Conseil d'Etat), Pierre Chirac (rédacteur de la revue "Prescrire") étaient là pour vanter l'excellence du système, banaliser les conflits d'intérêts, tenir des discours de congratulation réciproque et se renvoyer des politesses. A l'exception, mais à peine perceptible tant il était poli et sage, du rédacteur de "Prescrire".

Ce que je voudrais souligner ici, c'est une dimension absente du débat, à savoir le rapport intrinsèque entre conflits d'intérêts et lobbying. Le peu de fois où l'influence et le lobbying ont été mentionnés, c'était pour faire un acte d'équilibrisme (digne de cirques moins savants) visant à les distinguer des conflits d'intérêts, des liens financiers ou autres que les experts et autres gros pontes et associations ou sociétés savantes entretiennent avec l'industrie pharmaceutique. (Illustration tirée de ce site).

Or les conflits d'intérêts constituent la forme la plus répandue et la plus parfaite de lobbying, dans la mesure où les intérêts des lobbies sont transposés dans des expertises considérées comme scientifiques, donc neutres, qui fondent les décisions politiques. Les intérêts privés, particularistes, traduits en "science" par les experts payés par des industriels, se confondent, suite à la décision politique, avec l'intérêt général... Et la transparence n'y changera rien, n'en déplaise à Christian Vigouroux, conseiller d'Etat qui a défendu cette distinction lors de la table ronde et a légitimé l'existence des groupes d'influence, des activités de lobbying et de la recherche d'influence en général, pourvu que cela soit transparent et déclaré.

Je voudrais opposer à cela la position du réseau de veille et d'action citoyennes ETAL (Encadrement et transparence des activités de lobbying) et de la Fondation Sciences Citoyennes, rappelée ici à partir du compte-rendu d'une audition au Sénat fin septembre, dans le cadre d'un groupe de travail sur l'encadrement des activités de lobbying et des groupes d'intérêts. Le vice-président du Sénat, Jean-Léonce Dupont, a lui aussi essayé d'évacuer du débat cette question décidément très épineuse du rapport entre conflits d'intérêts et lobbying. L'exemple donné lors de cette audition pour tenter de dépasser ce saucissonnage des divers aspects du lobbying est précisément celui de l'industrie pharmaceutique influençant la décision politique à travers les travaux des experts qu'elle paye. J'ai réalisé lors de la table ronde de la HAS que ce texte garde toute son actualité et est pertinent pour Pharmacritique, de même que les critiques d'ETAL relatives au lobbying en général.

Lire la suite

24/09/2009

Roselyne Bachelot a passé au moins 12 ans au service de l'industrie pharmaceutique. Source de conflits d'intérêts, par exemple dans la vaccination massive contre la grippe A H1N1?

Dans une note en date du 3 mai 2008, j'ironisais sur l'interview donnée en février de la même année par Roselyne Bachelot au magasine de Bachelot photo portail gouvernement.jpgl'industrie pharmaceutique PHARMAnetwork. Notre ministre de la santé pouvait se prononcer en experte sur le fait que "Le métier de visiteur médical doit évoluer", puisqu'elle est elle-même une ancienne visiteuse médicale.

De tels liens ne sont jamais anodins; ils peuvent induire des conflits d'intérêts même à distance, et on doit s'interroger  lorsqu'un élu qui représente l'intérêt public, l'intérêt général, cache pendant quelque temps une partie de son passé, et notamment ses 12 ans de travail pour l'une des industries les plus puissantes qui soient: celle pharmaceutique. (Globalement, cela va de 1969 à 1989, avec un trou non explicité au milieu; peut-être 20 ans en tout?).

Industrie dont on sait qu'elle entretient aussi l'un des lobbies les plus actifs, les plus acharnés et qui ont le plus d'influence sur les hommes politiques, y compris au sommet de l'Etat, comme on peut le voir en lisant cette note, qui mentionne aussi la ministre de la Santé: "Plan Alzheimer et conflits d'intérêts: les Sarkozy, Sanofi, la recherche publique et les franchises médicales... Les deniers publics feront les profits privés".

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu