Avertir le modérateur

18/12/2008

Gardasil et Cervarix : Astra Zeneca et la Fondation Nobel soupçonnées de corruption et conflits d’intérêts dans l’attribution du prix Nobel à Harald zur Hausen

Le prix Nobel attribué à Harald zur Hausen est censé récompenser les recherches sur les papillomavirus, mais consacre surtout le triomphe des conflits d’intérêts qui entachent le Gardasil et le Cervarix depuis leur conception, et ce partout où des centres publics de recherche travaillent avec les firmes pharmaceutiques et adoptent les méthodes de ces dernières, au mépris de leur mission d'intérêt général.

J'ai parlé dans cette note du réseau tentaculaire de conflits d’intérêts par lequel Merck, Sanofi Pasteur MSD et CSL ont imposé le Gardasil et empêché un vrai débat sur l’utilité de ce vaccin et son rapport bénéfices – risques. Et les exemples concrets ne manquent pas.

La question des conflits d’intérêts se corse et se pose directement en termes de corruption, puisque c’est ce chef d’accusation qui est envisagé par le procureur Christer van der Kwast, de l’office suédois de lutte contre la corruption. L’affaire a été révélée par la Radio suédoise (Sveriges Radio) et par le journal Dagens Medicin, que nous citerons plus loin, et ce à peine deux jours avant la remise officielle des prix, qui a eu lieu le 10 décembre. La lauréat Harald zur Hausen, qui se disait déjà énervé par la contestation des 13 médecins et scientifiques allemands signataires d’un manifeste critique contre le Gardasil (voir cette note), a maintenant des raisons de se lamenter…

 

Les révélations, les soupçons et l’enquête concernent le Comité Nobel qui attribue les prix Nobel de médecine ainsi que la firme Astra Zeneca, qui tire elle aussi un grand profit commercial de l’attribution du prix à Harald zur Hausen.

Lire la suite

28/07/2008

“Désastre sur ordonnance”. Documentaire sur le complexe médico-pharmaceutique et ses vassaux

Le documentaire Prescription for Disaster commence par un fragment du témoignage du Dr David Graham devant le Congrès des Etats-Unis. 310479789.2.jpgGraham est épidémiologiste à la FDA (agence américaine du médicament) et lanceur d’alerte du Vioxx (rofécoxib, dont les vertus sont parodiées dans ce gag vidéo). Il nous dit sans ambages que la FDA a failli et continue de faillir à sa tâche de protection de la santé à cause de sa servilité face aux firmes pharmaceutiques. Pourquoi Graham, qui a été lourdement menacé, peut parler tout en gardant son travail ? Parce qu’il est sous la protection du sénateur Charles Grassley qui a averti tout le monde que s’en prendre à Graham serait s’en prendre à lui… Depuis l’affaire du Vioxx, Graham et Grassley collaborent activement pour défendre l’intérêt public du mieux qu’ils peuvent, comme on l’a vu dans l’affaire Avandia (rosiglitazone). Et Grassley tient en permanence une ligne de fax à la disposition des lanceurs d’alerte.

Des médecins, des journalistes (tels Ray Moynihan), des hommes politiques, des visiteurs médicaux, des juristes, des militants associatifs (tels Tom Devine) et des victimes s’expriment dans le documentaire.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu