Avertir le modérateur

09/02/2009

L'enseignement et la recherche doivent rester publics, au service de l'intérêt général! Appel contre la stratégie européenne de privatisation érigeant un "marché de la connaissance"

La Fondation Sciences Citoyennes, Attac, l'Union des familles laïques, les collectifs Sauvons la recherche et Sauvons l'université ainsi Academic Pride recherche.jpgque deux syndicats de chercheurs et d'enseignants (SNESUP et SNCS) figurent parmi les premiers signataires d'un appel à une mobilisation européenne contre la stratégie de Lisbonne en matière d’enseignement supérieur et de recherche, qui prépare la mise en place de l'AGCS (Accord général sur le commerce des services), évangile de l'OMC signifiant la mort des services publics. Voir les détails, un documentaire et des textes explicatif dans cette note.

Avant de reprendre le texte de l'Appel, voici quelques commentaires de Pharmacritique et quelques liens permettant d'approfondir le sujet

La stratégie de Lisbonne consiste à adapter ces domaines interdépendants aux seuls impératifs du marché et de l'économie néolibérale, sans débat préalable dans l'espace public sur l'objet, les objectifs, les fins morales et les limites de ces domaines. Or dans une République digne de ce nom, ce sont les citoyens formés et instruits par ces institutions émancipatrices qui doivent délibérer sur l'avenir de celles-ci, dans l'espace public où "l'expertise citoyenne" devrait avoir au moins tout autant à dire que celle technocratique et politique.

Lire la suite

28/11/2008

La recherche publique de l’université Bordeaux 2 aux ordres de l’industrie pharmaceutique. Le LEEM remercie Mme Pécresse

Si quelqu’un pense que Pharmacritique exagère dans les notes de la catégorie "Université SARL", voici une preuve de plus : le L€€M (syndicat Troupe aux ordres Préfecture Savoie.jpgde l’industrie pharmaceutique) a signé il y a une semaine "une convention de partenariat [sic] public/privé dont l'objectif est de mettre l'université Bordeaux II en phase [re sic] avec les besoins de l'industrie pharmaceutique", ce qui veut dire "adapter en permanence les contenus de formation aux besoins des entreprises" (Romandie News). Adieu la recherche fondamentale et la production de connaissances, vive les applications technologiques immédiatement profitables !

Le L€€M publie un dossier de presse sur son site et précise que "cet accord est une application exemplaire des voies ouvertes par la Loi Pécresse". Ca, c'est certain ! Il est question d’ajuster les formations d’enseignement supérieur afin de répondre aux "besoins de la compétitivité mondiale". Si on y pense, le lean management y répond à sa façon, la précarisation des chercheurs et les délocalisations aussi... Sans parler des usagers qui se fichent des conflits d'intérêts, adorent les grands pontes de la médecine qui servent de VRP aux firmes et gobent la pilule sans jamais rechigner.

Lire la suite

L’avenir de l’université: mandarinat, lobbies aux commandes, conflits d’intérêts privé – public… La casse de Pécresse est industrielle...

L’article "Dislocation accélérée du CNRS et de l'INSERM", paru sur le blog du Collectif pour l’indépendance des chercheurs, décortique la Patron.jpgstratégie actuelle de privatisation des institutions publiques de recherche, qui suit en tous points le modèle américain Reagan-Bush, avec tous les conflits d’intérêts qu’il implique… Sarkozy et Pécresse tiennent décidément à appliquer, comme Bachelot en santé, un modèle désavoué ailleurs…

A lire aussi le texte du 31 octobre, "Statut des enseignants-chercheurs et privatisation de l'enseignement supérieur", et divers autres articles à partir des liens.

Complétez par les sites Indépendance des chercheurs et Sauvons la recherche. Sur ce dernier, suivez les aventures d’Olivier Ertzscheid à l’université Lagardère, aux ordres des "partenaires industriels", lesquels décident (aussi) des thèmes de recherche en fonction des applications et des profits qu’ils peuvent en tirer et "sont les plus représentés dans toutes les nouvelles instances décisionnaires de l’université". (Ceci est un extrait du texte de la loi Pécresse, notre vénérable "ministre de la recherche industrielle". Il faut enfin dépoussiérer cette langue publique viellotte et appeler un chat un chat, que diable !! Statut des chercheurs, quelle vieille lune! Virons-les par SMS, s'ils l'ouvrent ! Ca s'appelle la flexibilité et la gestion compétitive des ressources humaines, autrement dit, du lean management pur jus !)

 

Photo : Merci patron! sur Dudélire.com

 

Elena Pasca

Jean-Pierre Escaffre: Désorganisation technocratique en vue de la privatisation de l'Université, de l’hôpital public, de tous les services publics. Adieu la protection sociale!

Voici un texte de Jean-Pierre Escaffre, enseignant à l’Université de Rennes I, chercheur au CREREG (Centre de recherche rennois en Propriété privée.jpgéconomie et gestion), intitulé "Hôpital public et Université, le même processus à l’œuvre". L’article est paru dans la lettre de l’UFAL (Union des familles laïques) du 27 novembre. 

La conférence donnée en avril 2007 dans le cadre d’Attac Bretagne, consacrée à la protection sociale, vaut elle aussi le détour.

Extrait : "Les « réformes » (...) ressortent toutes de la même technique : technocratisation / privatisation, le premier terme facilitant le second. (…) Les réformes Fillon et suivants sont la copie conforme des recommandations du MEDEF. Désormais, c’est le ministère de la santé qui détient tous les leviers : nomination directe de tous les postes stratégiques, directeur de la Haute Autorité en Santé « qui peut être consulté », directeur de l’UNCAM, directeurs des Agences Régionales de l’Hospitalisation (plus puissants qu’un préfet dans le domaine sanitaire)…

Lire la suite

06/08/2008

Le désastre socio-économique de la santé américaine : résultat de la privatisation néolibérale. Marianne nous dit ce qui nous attend

Dépenses énormes pour une piètre qualité ; 47 millions sans couverture maladie ; des médecins empêtrés dans la bureaucratie ou refusant les assurances habituelles ; médecine générale laminée; une industrie pharmaceutique débridée…

 

L’un des dogmes du néolibéralisme consiste à dire que la concurrence ferait baisser les prix. Et que le choix entre prestataires multiples permettrait de faire des économies. Roselyne Bachelot ne dit-elle pas que si une mutuelle augmente ses tarifs (suite à la nouvelle taxe), ben, on n’a qu’à en choisir une autre ? Et quand elles auront toutes des tarifs prohibitifs, on évitera de tomber malades.

Un long article de Hervé Nathan, publié dans le numéro du 2 au 6 août de Marianne nous montre ce que donne la privatisation tant encensée, vers laquelle le gouvernement nous mène pas à pas : « Les Américains malades de leur assurance santé ». Il vaut la peine d’être lu en entier. Et d’être complété par les notes réunies sous les catégories privatisation de la santé et protection sociale en danger. La situation américaine est très bien exposée aussi dans le texte d'Arnold S. Relman Ethique et valeurs médicales dans un monde marchandisé où la santé n'est qu'un commerce parmi d'autres.

Lire la suite

31/05/2008

Université SARL: le monde privatisé de demain

Jennifer Washburn, journaliste d'investigation, est l'auteure de ce livre paru en 2005 et qui sert de référence à tous les travaux ultérieurs. Elle 257449594.jpga passé des années à réunir cette documentation sur la corruption des universités américaines par les multinationales, à coups de financements privés qui ont progressivement corrompu tout sens du mot "éducation". Sans parler de la chose publique... (L'étiquette "sold" veut dire "vendu").

Regardez cette belle caricature intitulée University, Inc.”, d'après le livre de Washburn et illustrant un entretien avec elle, postée sur un site britannique à explorer: Corpwatch. Holding Corporations Accountable (chien de garde qui demande des comptes aux multinationales).

C'est à ça que ressemblent une université et une recherche financées par le privé, qui acquiert de la respectabilité et devient sortable en dévorant tout sur son passage, à commencer par l'intérêt général... La chose publique n'est plus que "chose", elle n'a plus rien de public au sens du monde commun et de l'intérêt général auxquels l'éducation devrait pourtant préparer.

Traduction libre de la légende:

Lire la suite

Universités à vendre aux industriels les plus offrants. Bachelot et Pécresse font du marketing

Le dernier numéro d’Impact Médecine étale Valérie Pécresse sur toute sa une. Et son sourire m’a rappelé une lecture récente, en rapport avec la note précédente sur ce médecin australien censuré par une université arrosée de liquide par l’industrie pharmaceutique.

C’est là qu’on voit ce que devient une université, une recherche publique, dès lors qu’elle est financée par de l’argent industriel… J’avais parlé en passant de Mme Pécresse, en évoquant ce numéro de février de PharmaNetwork, qui a eu le privilège d’avoir deux ministres d’un coup...

C'est un magazine d'"information" précieuse sur les tendances lourdes de l'industrie pharmaceutiques, à l'exemple du "lean management"... Et, parlant "management", j'avais mentionné aussi les techniques magiques de gestion que Roselyne Bachelot s'applique à elle-même... Puisqu'elle y est allée pour évoquer à la une de PharmaNetwork l’avenir de la visite médicale, sans mentionner son propre passé de visiteuse médicale. Il a tout bonnement disparu de son CV. L’avenir de ce métier serait-il de disparaître de la sorte ?

Mais on peut douter que notre ministre de la privatisation de la santé puisse nourrir de telles idées subversives… Entre les paroles et les actes… Il y a par exemple le ratage tout récent sur les dépassements d’honoraires, qui pourraient augmenter au lieu de diminuer comme prévu. Il y a aussi ces phrases sur les changements dans la formation médicale continue que personne ne sait comment interpréter, du moins d’après le Quotidien du Médecin d’hier… (J’espère que tout le monde a remarqué le sérieux et l'indépendance de mes sources dans cette note ;-) Mais je voulais aller là où étaient ces deux ministres, et force est de constater qu’elles ne sont pas allées prêter main forte à la rédaction du dernier numéro de Prescrire, et pas non plus dans un laboratoire miteux du CNRS qui dépérit dans l'indifférence ministérielle, alors…)

Lire la suite

09/05/2008

La privatisation de la santé: une illusoire incantation. Déclaration et pétitions québécoises

Voici une pétition lancée par la Fédération des Travailleurs Québécois et la Confédération des Syndicats Nationaux pour la défense du 1522900024.jpgsystème de santé public et pour que toutes les questions soient abordées lors d’un débat public. Leurs sites contiennent beaucoup d'informations et de prises de position.  

Vous pouvez signer une autre déclaration /pétition sur le site Santé sans profit. Il s'agit de la Déclaration signée par Lorraine Guay et co-signée par plus de quatre-vingt personnalités (…) :  « Les appels à la privatisation accrue de notre système de santé se sont multipliés depuis au moins une dizaine d’année au Québec. Le jugement de la Cour suprême du Canada dans l’affaire Chaoulli a donné à ces appels un élan sous la forme d’une incantation de plus en plus insistante. Ce discours propose un privé parfait, efficace, sans faille... quasi désintéressé ! et qui serait la solution miracle à des problèmes complexes qui relèvent pourtant essentiellement d’une gestion publique et de choix politiques. Les signataires de cette Déclaration affirment qu’au contraire les faits portent à croire que l’incantation à la privatisation et le choix de cette voie constituent un recul, une sorte de «marche avant vers le passé» qui nous conduit dans un cul-de-sac dont nous aurons peine à nous extirper.

Lire la suite

Excellente vidéo sur les raisons de maintenir le privé et le profit hors du système de santé et de protection sociale

« Monsieur Charest, êtes-vous malade ? », s’intitule cette vidéo de la Fédération Interprofessionnelle de la santé au Québec (FIQ). Il suffit de remplacer Charest (premier ministre du Québec) par Sarkozy, Fillon, Bachelot et les autres… A part le nom, tout est identique: la volonté de tout privatiser, de démanteler la protection sociale, de marchandiser la médecine et les soins, de revenir à l'avant-guerre, d'aller vers le système américain alors que les Américains eux-mêmes constatent l'impasse. Le mot est faible: il s'agit du désastre du système assurantiel privé qui a fait exploser les coûts tout en diminuant la qualité des soins et en laissant 40 millions de personnes sans aucune couverture maladie... Ceux qui ont goûté à la privatisation (déjà fortement présente en France) cherchent à sortir la tête de l'eau... Au nom de quelle responsabilité et de quel intérêt nos hommes politiques nous imposent-ils un dogme néolibéral qui s'est révélé désastreux là où il a été traduit dans les faits?

 

Et voici une vidéo explicative réalisée par la Fédération des Travailleurs du Québec, qui remet les pendules à l'heure en démystifiant le discours apocalyptique des néolibéraux.

Lire la suite

Le privé lucratif détruit la solidarité et le monde commun. Excellent documentaire pour la défense du système public de santé, à l’exemple du Québec

Cette excellent documentaire d’à peine plus de 12 minutes croise des extraits de la conférence de Lorraine Guay au forum de la Coalition Solidarité Santé en mars 2008 et des images et discours poignants de la manifestation du 3 mai, à l’appel de cette même Coalition composée d’une quarantaine d’organismes réunis pour défendre le système public de santé et la protection sociale.

Je ne réussis plus à insérer des vidéos de Google, alors voici le lien: La lutte contre la privatisation du système de santé.

Des extraits de l’intervention de Lorraine Guay: « Mais pourquoi se mobiliser ? Parce que le retour en force du privé entraîne l’impossibilité d’un monde commun. La priorité du droit de propriété sur tous les autres droits humains façonne une société de plus en plus insupportable au point de rompre les équilibres de la vie en commun. La force aussi explosive, si on veut, du privé lucratif - on nomme pudiquement « privé lucratif » ce qui est en fait le capitalisme, la version dure du capitalisme – laissée à elle-même, ça entraîne une inégalité sociale irréparable de populations entières.

Lire la suite

19/04/2008

Aide-mémoire pour la ministre de la santé: les lunettes seront-elles déremboursées ou pas?

En citoyens soucieux de la santé de nos gouvernants – apparemment plus soucieux qu’ils ne le sont de la nôtre… - nous nous intéressions déjà aux problèmes de vision, et même cardiaques dont pouvait souffrir notre président (dans cette note).

Le même souci citoyen a poussé « Arrêt sur images » à s’intéresser non seulement à la vision, mais aussi à la mémoire de notre ministre de la santé, Mme Bachelot, lorsqu‘elle parle lunettes, par exemple. La ministre affirme le 15 avril 2008, lors d’une séance de questions aux gouvernement, qu’elle n’a jamais évoqué la possibilité de laisser le remboursement des soins optiques aux complémentaires privées. ASI a retrouvé donc l’enregistrement d’un entretien sur LCI, fait deux jours auparavant… Tentative ratée de donner un morceau encore plus gros de gâteau aux assureurs privés ? En tout cas, toutes les « réformes » qui privatisent un peu par-ci un peu par-là, qui remettent la question des « programmes d’observance » à l’ordre du jour, alors que la question avait été tranchée il y a un an – tout cela montre que le lobby des assureurs et autres industriels pharmaceutiques et investisseurs privés a parfaitement bien travaillé, et ce au plus haut niveau de l’Etat.

11/04/2008

Les franchises: régression sociale aux effets économiques contre-productifs (inflation des coûts, privatisation anarchique, inégalité d'accès aux soins, illisibilité du système...)

Voici plusieurs analyses et décryptages des effets des franchises sur les soins, des objectifs cachés qui motivent le aba841728e29b8519225f4f4dd1bd321.jpgrecours à ce véritable impôt sur la maladie et de l'idéologie néolibérale qui cherche à les présenter comme incontournables. Tout comme elle cherche à nous faire gober l'idée que le démantèlement pas à pas de toutes les institutions et dispositifs sociaux qui forment notre système de protection sociale serait motivé par la volonté politique de sauver celui-ci... On détruit et privatise tout pour préserver... acquis sociaux et services publiques. Et "reponsabiliser" les personnes coupables d'une érosion de ceux-ci... Ecran de fumée? Non! Cynisme, mensonge et volonté de diviser et de stigmatiser, comme le dit parfaitement ActUp Paris:

« Affirmer qu’il faut « responsabiliser » les malades, c’est faire croire que ces derniers, comme les handicapés, consomment de façon irresponsable des médicaments que la société leur permettrait d’avoir gratuitement. Leur « irresponsabilité » coûterait trop cher à la société. Or une telle vision est fausse. Comme le montrent les rapports successifs du Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie, les personnes les plus gravement malades sont celles qui ont le reste à charge le plus élevé, c’est-à-dire celles qui doivent le plus payer pour leur santé. Notre société, bien loin de se montrer solidaire, met donc déjà particulièrement à contribution les malades et les handicapéEs ».

Lire la suite

09/04/2008

Tous solidaires contre les franchises Sarkozy! Appel de Christian Lehmann et Bruno-Pascal Chevalier, initiateurs du mouvement

« Nous appelons à une journée d’actions contre les franchises, le samedi 12 avril, à Paris devant le ministère de la Santé, et en Province devant les préfectures. Nous invitons tous les malades à y déposer, symboliquement, leurs boîtes de médicaments videsNous appelons tous les citoyens, malades, professionnels de la santé, bien-portants, invalides et valides, à être solidaires et déterminés, et à se mobiliser, nombreux :

Le samedi 12 avril, à 14h00 devant le ministère de la Santé à Paris ou devant les préfectures ou sous-préfectures en région »

Extraits du communiqué: "Les franchises sont déjà "appliquées avec un tel zèle que certaines caisses de Sécurité Sociale continuent de les prélever au-delà du plafond de 50€, tandis que des patients renoncent à certains soins, amenant les communicants de la Sécu à vanter cet « effet franchise » qui améliorerait fictivement les comptes… en dégradant l’accès aux soins…

Et pendant ce temps, une nouvelle vague de déremboursements est décidée et appliquée dans la plus grande discrétion, tandis que l’on étudie sérieusement la restriction du cadre des Affections de Longue Durée, évoquant sans honte ni crainte du ridicule l’hypothèse de ne prendre en charge le diabète ou les maladies cardio-vasculaires qu’au stade des complications avérées (tout en pérorant sur la nécessité de mieux impliquer les médecins dans la prévention !).

Lire la suite

10/03/2008

Le business de la santé ou Les marchands du temple à l’hôpital public. Logique marchande versus éthique.

Le Pr André GRIMALDI (Hôpital Pitié-Salpétrière, Paris), signe en février 2007 un texte d’une rare lucidité sur la marchandisation de notre système de santé, sur la logique commerciale, de rentabilité, de profitabilité et de sélection (sur critères de solvabilité et de "pathologie rentable") qui se mettent en place peu à peu, tant du côté des soins que du côté de l'assurance-maladie. Depuis la « réforme » entreprise par Douste-Blazy et son euro par consultation, d’autres pas sont franchis progressivement pour démanteler tout le réseau de protection sociale et de service public, détruire la solidarité nationale, pénaliser financièrement les malades, exclure les pauvres et privatiser à tout va. Appelons un chat un chat: c'est du darwinisme social actualisé et vendu à la sauce financière franchouillarde, variante de celle qui sélectionne le (compte en banque le) plus fort, divise et tue à l'échelle planétaire. On appelle cela globalisation: tout converge vers un modèle économico-financier unique. Services publics et prestations privées convergent aussi. Quitte à piétiner quelques bouts de papiers obsolètes du genre Constitution, Déclaration des droits de l'homme, pacte républicain, code de déontologie...

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu