Avertir le modérateur

10/06/2009

"Les Médicamenteurs" sur l'opacité de l'évaluation et de l'autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments: extraits vidéo

Voici quelques courts extraits, montés par Rue 89, du documentaire "Les Médicamenteurs", présenté par Pharmacritique dans la note "Les médicamenteurs: enquête sur l'influence du lobby pharmaceutique, marketing acharné, désinformation, conflits d'intérêts...". Note dans laquelle vous trouverez un extrait vidéo plus long et des explications et des liens permettant d'approfondir les questions évoquées dans le film.

La problématique de ces extraits-ci est celle décrite en détail dans notre note "Progrès thérapeutique nul en 2008, dit Prescrire. Multiples critiques des procédures d'AMM responsables de l'inflation de médicaments mal évalués". (AMM veut dire autorisation de mise sur le marché). A la fin de ces extraits du film et après Philippe Even et Bruno Toussaint, Gilles Bouvenot, président de la Commission de transparence de la Haute autorité de santé (HAS), souligne lui-même que, sur la centaine de médicaments soumise à l'évaluation de la HAS chaque année, les vraies innovations qui apportent un certain progrès thérapeutique se comptent sur les doigts d'une main. Tout le reste, ce sont des copies à peine modifiées de molécules anciennes - appelées "me too" ou "suiveurs" - ou d'autres pseudo-inventions bénéficiant uniquement à l'industrie pharmaceutique, pas à la santé. Les nouveaux médicaments sont présentés comme des révolutions par un marketing tout-puissant, ce qui entraîne une explosion des prix. Avec la complicité des autorités sanitaires qui octroient des autorisations de complaisance, sans véritable analyse des rapports coût/efficacité et bénéfice/risques.

Elena Pasca

01/02/2008

Industrie pharmaceutique: du profit à tout prix. Le marketing des me-too cache l'absence d'innovation thérapeutique

Marc-André Gagnon est l’un des auteurs de la toute récente étude sur le marketing de l’industrie pharmaceutique, dont Bourse Pharmalot.jpgnous rendions compte dans la note précédente.

Et voici un article publié hier où Gagnon se départit de la neutralité des chiffres et dénonce ! Preuve que tous les économistes ne sont pas (encore ?) adeptes des théories ultralibérales du profit à tout prix. Il y en a encore qui pensent en termes de raison. Ouf ! Tout n’est peut-être pas perdu ! Gagnon ne mâche pas ses mots sur les conséquences de la prédominance du marketing sur la production, qu’il mettait en évidence dans son étude.

Pour utiliser les termes de Marx, parfaitement appropriés en l’occurrence, l’industrie pharmaceutique est le parfait exemple de la tendance économique qui fait passer la valeur d’échange avant celle d’usage. Ce n’est pas l’utilité d’un médicament qui compte, mais ce qui vient se surimposer. Les firmes vendent une marque, un logo, une illusion, en jouant sur la tendance sociale au conformisme, y compris dans la consommation médicale. Elles vendent une promesse. Presque jamais tenue, puisque la valeur d’usage se révèle être nulle ou presque (médicament sans bénéfice thérapeutique ou qui n’apporte rien par rapport à ceux déjà existants). L'antidépresseur Zoloft et les anticholestérol (surtout Ezétrol et Inegy) sont pris pour exemple par Gagnon.

Lire la suite

The Cost of Pushing Pills: Le marketing, cache-misère des firmes

Deux économistes canadiens, Marc-André Gagnon et Joel Lexchin, viennent de publier une étude très intéressante. Elle Pharma marketing.jpgmet le doigt sur la quintessence de l’industrie pharmaceutique : la promotion, la publicité, les belles paroles…  Toute la visée commerciale qu’elle fait passer sous le nom de campagne d’information médicale… Avec des bulles de savon marketing, jolies, mais qui finissent presque toutes par éclater. Et les éclats irritent les yeux qui les suivent trop longtemps du regard... L'industrie nous en met plein les yeux pour cacher la misère de la recherche, l'absence de médicaments innovants. Tout en justifiant le prix des médicaments par le coût de la recherche...

L’étude est accesible en anglais, puisqu'elle a été publiée dans la Public Library of Science (PLoS Medicine), sous le titre « The Cost of Pushing Pills: A New Estimate of Pharmaceutical Promotion Expenditures in the United States ». Comme d'habitude, ce qui vaut pour les Etats-Unis est un indicateur précieux pour d'autres pays occidentaux, parce que les firmes dont on parle ne sont pas des PME, mais des multinationales ayant les mêmes produits - et les mêmes méthodes pour les imposer! - partout où les individus et les régimes d'assurance-maladie sont solvables. Partout où les individus sont susceptibles de devenir des patients, y compris quand ils ne sont pas malades. Les études portent habituellement sur les Etats-Unis pour la simple raison que c'est là que les chiffres sont plus accessibles, que ce soit sur la iatrogénie, le marketing, les conflits d'intérêts... C'est là où l'opacité est un peu moins dense. Au pays des aveugles, le borgne est roi - c'est à peu près ça, non?

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu