Avertir le modérateur

23/07/2009

Le documentaire "Sous les pavés, la terre" cherche diffuseur. Des solutions? Prochaine projection le 24 juillet à la Commune libre d’Aligre

Lire la suite

13/07/2009

Lettre ouverte à José Manuel Barroso: La Commission européenne doit cesser de subordonner la santé et les intérêts des consommateurs aux intérêts industriels!

Le 17 juin 2009, trois associations qui représentent à elles seules près de 150 associations et 42 fédérations mutualistes ont adressé une barroso-verheugen vigitox.jpglettre ouverte au président de la Commission Européenne José Manuel Barroso. Il s’agit de l’EPHA (European Public Health Alliance), de l’AIM (Association internationale de la mutualité, qui est aussi membre du Collectif Europe et Médicament) et du BEUC (European Consumer's Organisation). Elles demandent un transfert de compétences, pour que cesse enfin cette aberration dénoncée à plusieurs reprises par Pharmacritique aussi : les décisions et réglementations concernant l’industrie pharmaceutique relèvent actuellement non pas de la Direction générale de Santé et protection des consommateurs (DG SANCO), mais de la Direction générale entreprises et industrie. Celle-ci est dirigée par le vice-président de la Commission européenne, le vénérable Günter Verheugen, dont nous avons dénoncé à plusieurs reprises les accointances avec les laboratoires pharmaceutiques.

Cette subordination est à elle seule édifiante quant à la quantité négligeable qu’est la santé individuelle et publique par rapport aux intérêts économiques et aux profits privés auxquels elle est soumise.

Lire la suite

14/05/2009

Le virus de la grippe porcine a muté au contact de Sarkozy. Analyse d'une experte

"Vous ne buvez pas, monsieur le président, mais nous, on trinque", dit Anne Roumanoff, qui nous livre en filigrane une analyse des vrais dangers pour la santé publique, à commencer par la grippe sarkozyne. Pourquoi ne pas mettre Sarkozy en quarantaine, puisqu'il a été récemment au Mexique?

Elena Pasca

28/04/2008

Les acrobaties de l’Afssaps avec les conflits d’intérêts… Belles paroles, encore plus belles contradictions…

L’Afssaps (agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) s’enorgueillit d’avoir mis en place une 834f8ad18b900d9d571462211e21bd6e.jpgpolitique de régulation des conflits d’intérêts, notamment sous forme du Fichier informatisé de déclaration des conflits d’intérêts (FIDES), censé être accessible sur le site de l’Agence.

« Faites ce que je dis, pas ce que je fais » serait un assez bon résumé de la politique de l’Afssaps… Et encore, c'est un euphémisme, parce qu'on se rend compte que l'agence n'a rien appris de ses propres bourdes entre 1995 et 2008. La pétition de principe dit : « dans la mesure où un expert s'abstiendrait, pour des raisons personnelles ou professionnelles (ex. engagement de confidentialité avec une firme) de donner une information et que cette information est nécessaire à la gestion des conflits d'intérêts, cette abstention est incompatible avec l'exercice d'un mandat d'expert à l'Afssaps ».  Mais il suffit d’une recherche approfondie pour constater que toutes les données ne sont pas publiques, d’une part, et que tous les experts et membres des groupes de travail, de lecture et de validation ne font pas de déclaration d’intérêts – ce qui ne veut pas dire qu’ils n’en ont pas… Et l’Afssaps n’exerce – et ne veut exercer – aucun contrôle sur l’existence et l’exactitude des déclarations d’intérêts. Sans parler de réprimer les mensonges...

Alors quelle conclusion tirer, si on se borne à mesurer la pratique de l’agence à ses propres prétentions ? Sur une autre page de belles paroles et d'incantations de la déontologie, l’Afssaps ajoute d’elle-même une remarque tout à fait juste : « la crédibilité de l’expertise » en matière de sécurité sanitaire « suppose la transparence des procédures d’évaluation et la transparence des règles de gestion des conflits d’intérêts ». A la lumière de cette dernière affirmation, les manquements à la politique de gestion des conflits d’intérêts, que tout le monde peut constater en pratique, frappent de nullité cette expertise dans son ensemble… Nous avions raison de parler d'agence d'insécurité sanitaire, non?

Lire la suite

13/04/2008

Incinération: les politiques refont l'erreur de l'amiante en laissant faire les industriels. Le rapport du GESDI détaille les risques énormes pour la santé et l'environnement

Voici le très alarmant Rapport élaboré par le Groupe des experts scientifiques sur les dangers de l’incinération 09633832bc2fe0de71eb20fb168f31ee.jpg(GESDI), publié le 17.09.2007: Expertise nationale concernant les alternatives à l’incinération et aux décharges : aspects environnementaux, sanitaires et socio-économiques.

« Notre pays n’a en réalité aucune politique nationale de gestion et de traitement rationnel des déchets », contrairement à d’autres pays européens, soulignent les auteurs. Ils urgent les autorités à « ne pas refaire l’erreur de l’amiante » et ne pas laisser les lobbies industriels triompher encore une fois au détriment de la santé publique. L’inertie des politiques et leur volonté de privilégier les profits économiques laissent la porte ouverte à la répétition des catastrophes : « Avec la promotion de l’incinération ou de la coincinération telle que le font aujourd’hui les industriels, il est clair que le même type de processus et d’erreurs est en place ».

Extraits du rapport: « Ce qu’est un incinérateur : un brûlot géant duquel s’échappent de très nombreuses substances toxiques, retrouvées dans l’air et les résidus solides. Les dioxines sont l’arbre qui cache la forêt.

Lire la suite

18/03/2008

Halte au manque d’eau potable et d’équipements sanitaires au Tiers-Monde! Signez la pétition.

Pétition lancée par l’ONG WaterAid America, adressée aux candidats à l’élection présidentielle aux Etats-Unis, donc au futur président. Elle peut être signée par tout le monde, bien entendu. D'ailleurs, sur le site qui héberge cette pétition, il y en a d'autres concernant des questions écologiques et de protection sociale.

« Chaque jour, 5.000 enfants meurent de maladies diarrhéiques qu’on pourrait aisément prévenir. Des millions d’autres enfants ne vont pas à l’école et des millions d’adultes ne sont pas en état de travailler. La cause : 40% de la population du monde manque d’eau potable et d’équipements sanitaires. La grande majorité de ces personnes vivent avec moins de deux dollars par jour, prises dans un cercle vicieux de pauvreté et de maladies. On ne pourra pas briser ce cercle vicieux sans s’attaquer à la crise silencieuse de l’eau et de l’insalubrité.

Mais une volonté politique forte et efficace du futur président des Etats-Unis peut améliorer la vie des personnes vivant dans une pauvreté extrême et faire progresser les questions globales de santé, d’environnement et des droits de l’homme. S’attaquer à la pénurie d’eau potable et d’équipements sanitaires qui sévit dans le monde ne peut qu’améliorer la situation dans tous ces domaines.

Exigez du futur président qu’il fasse de ces questions une priorité majeure et qu’il s’engage à distribuer l’aide financière américaine aux pays pauvres qui en ont vraiment besoin, et non seulement aux pays alliés des Etats-Unis. Signez la pétition maintenant. »

24/01/2008

Les experts, les autorités sanitaires et la pompe à fricaments (caricature)

Voici une caricature de Mike Adams illustrant parfaitement ce que le Sénat et bien d’autres reprochent à notre vénérable AFSSAPS (agence de sécurité sanitaire). Et comme je n’aime pas faire de discriminations ou être injuste, je me dois de mentionner notre tout aussi vénérable HAS (Haute Autorité de Santé). Elle aussi a ses experts, ses relations… Et contribue à la filière du médicament, par exemple par sa « Commission de la Transparence », qui évalue le service médical rendu par un médicament. Si, si, « Transparence », je n’invente rien !  La caricature rend parfaitement compte du « processus d’autorisation d’un nouveau médicament par l’agence de sécurité sanitaire ». La FDA (Food and Drug Administration) est l’équivalent de notre AFSSAPS. Vous remarquerez dans l’image que ces chers médecins experts sont en train d’approuver un médicament appelé Profital… Il n'y a pas besoin d'ouvrir les yeux, les oreilles ou la bouche pour cela, non?

a641a24d27542040a50a676a4c67c69a.jpg
  

Agence de sécurité sanitaire: financement industriel, conflits d'intérêts, dépendance, opacité, danger public

Cette note fait suite aux autres que vous pouvez (re)lire en cliquant à gauche de la page sur la catégorie "Désinformation médicale", et notamment sur ce qui y est dit du financement de l'Afssaps en majorité par l'industrie pharmaceutique, ce qui fait d'elle un "prestataire de service" dépendant des firmes et l'oblige à faire passer les intérêts financiers des firmes pharmaceutiques avant la santé publique et individuelle. C'est aussi un complément de réponse aux commentaires postés à la fin d'une de ces notes-là. Les experts de l'Afssaps cumulent les conflits d'intérêts, autorisent des médicaments trop vite, au mépris de la vérification de leur utilité et de leur balance bénéfices - risques, etc. L'Afssaps ne joue son rôle que très imparfaitement... Ce que les textes cités dans les notes précédentes disaient de façon plus détaillée est confirmé par le Sénat, par exemple dans ce texte qui ne mâche pas ses mots...

« PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d'une commission d'enquête sur les conditions de délivrance et de suivi des autorisations de mise sur le marché des médicaments », 2005. Extraits:

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu