Avertir le modérateur

27/03/2013

2ème colloque "Surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements". Ateliers et appel à contributions (3 et 4 mai 2013 à Bobigny)

Le groupe Princeps (Omar Brixi, Elena Pasca, François Pesty, Jean-Claude Salomon, Michel Thomas) organise les 3 et 4 mai 2013 le deuxième colloque « Surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements », à la Faculté de Médecine de Bobigny. Pour la logistique, le groupe Princeps collabore avec le Département de Médecine générale de la Faculté de Médecine de Bobigny et avec la SFTG.

A partir de cette page, vous pouvez accéder aux actes du colloque – textes complets, powerpoints, comptes-rendus, graphiques… - et à toutes les informations concernant le premier colloque « Surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements », qui a eu lieu les 27 et 28 avril 2012 à Bobigny, avec les mêmes organisateurs. Les introductions détaillées que j’ai faites sur plusieurs pages, portant sur la médicalisation et la surmédicalisation, restent toujours d’actualité, tout comme le communiqué de presse et les autres documents collectifs. 

Les thèmes proposés pour la deuxième édition – 3 et 4 mai 2013 - sont exposés en détail après mes remarques préliminaires, dans des textes introductifs faits par les modérateurs de chaque atelier. Ces textes présentent le cadre de référence thématique ; ils ne sont pas exhaustifs. Le programme final sera établi par le comité d’organisation en fonction des contributions proposées et acceptées.

Lire la suite

27/07/2012

Résumé des interventions lors du colloque "Surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements" (hors contributions)

Pour compléter les actes du colloque « Surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements » (27-28 avril à la Faculté de médecine de Bobigny), dont la publication commence sur cette page, voici le résumé des principales interventions faites pendant les ateliers (lors de la discussion succédant aux contributions) et pendant les trois assemblées plénières.

Merci à François PESTY d’avoir pris des notes et de les avoir transcrites. J’ai rajouté quelques paragraphes. Une version moins complète de ce texte a été diffusée sous le titre « Verbatim des interventions ». Si d’autres intervenants souhaitent compléter ce texte, merci de m’adresser le résumé de leurs interventions lors des débats et plénières à pharmacritique@voila.fr.

Lire la suite

20/05/2012

Retrait du texte signé Claude Béraud "La médicalisation de la santé et du mal-être" (III): "Les malades sans maladie"

"La médicalisation de la santé et du mal-être" (III): "Les malades sans maladie"

Texte retiré le 7 janvier 2016.

Je posterai le vrai travail de Claude Béraud, sans ma réécriture.

**

Ajout posté le 29 octobre 2016:

Je n'ai jamais donné à Claude Béraud l'accord d'utiliser mon travail sur ses textes en dehors de Pharmacritique et lui demande donc de faire disparaître toute trace de ce travail. Qu'il poste ce qu'il veut de ce qu'il a écrit lui, mais rien venant de moi.

J'ai eu tort de sortir Claude Béraud de l'oubli et de sa dépression (puisque plus personne ne le lisait et qu'il n'avait plus le pouvoir de semer la zizanie, comme il l'avait fait avec les médecins et dans ses livres qui psychologisent à outrance). J'ai eu tort de redorer son blason, de l'aider à se remettre à écrire, de réécrire ses textes et, surtout, de faire une telle campagne de communication parlant de lui comme d'un modèle, d'une référence, surtout en termes d'éthique et de morale. Par son comportement répété, mais aussi par ce qu'il a écrit avant le dernier livre très consensuel et dont les textes ont été retravaillés par d'autres personnes - et près d'un tiers du livre se compose du texte sur la surmédicalisation réécrit par moi -, Claude Béraud est l'exacte négation de la morale. Preuves à l'appui, ce qui me permettra de transcrire ses propres dires, montrant le vrai visage d'un homme qui pense en comptable, qui calcule comment exploiter encore plus quelqu'un qui peut encore lui servir.

Le comportement de Claude Béraud me donne envie de vomir. Aussi au sens propre du terme, lorsqu'il a décrit très longuement sa déchéance, de façon répétitive et jusque dans des détails scabreux totalement indécents, pour se servir même de cela dans sa tentative de m'asservir à nouveau pour un livre dont apparemment personne ne veut sans une réécriture et une refonte des plus de 900 notes pour plus de 400 pages (en octobre 2015, car depuis, j'ai laissé tomber mon idée de lui donner une énième occasion de s'excuser, de rectifier le tir, de corriger au moins ce qui m'a été directement préjudiciable. La nausée est trop forte. Mais je dois en parler - et le ferai en détail, malgré la nausée - parce que j'ai induit les lecteurs en erreur et, en redorant son blason, j'ai permis à Claude Béraud de revenir sur le devant de la scène. Il en voulait plus, toujours plus, et j'aurais dû comprendre que quelqu'un d'aussi calculateur n'allait pas s'arrêter de lui-même alors qu'il avait à sa disposition quelqu'un comme moi, qui, en plus d'un altruisme versant dans la connerie par manque de limites, s'est laissé manipuler par le discours de victime, par l'âge et l'invocation de la déchéance, par cette image d'une oeuvre à transmettre.

Claude Béraud, retirez tout ce qui vient de moi, tout apport à vos textes. Affichez-vous avec ce que vous êtes, ce dont vous êtes capable tout seul. Et si vous n'êtes pas capable tout seul, alors appliquez-vous ce que vous avez dit des autres. J'ai assez donné.

Vous me donnez l'envie de vomir.

[Billet d'humeur écrit spontanément le 29 octobre 2016]

 

 

 

 

01/02/2011

Entrevue virtuelle avec Jean Peneff: "La France malade de ses médecins" [1]

Par Pierre Biron jean peneff sociologie de la médecine,la france malade de ses médecins,surmédicalisation surmédicamentation,prescriptions médicales irrationnelles,dr knock médicalisation,disease mongering médecine,clinique et technicisation médecine,abus de prévention médecine,commerce privatisation médecine

médecin et anciennement professeur-chercheur en pharmacologie à l’Université de Montréal [2]


Question – Le rôle traditionnel de soignant est-il en train d’être détrôné par un rôle de pourvoyeur en vue de meilleures performances du corps humain ?

Réponse – Oui… la recherche du plaisir, la stimulation des sens, l’accroissement des capacités physiques, sexuelles, sportives ou intellectuelles font partie des nouvelles exigences des classes aisées urbaines. On passe ainsi de ‘maladie’ à ‘trouble de santé’, de ‘santé’ à ‘dépassement de soi’ avec recherche de performances, travail sur les sensations ou les sentiments à partir de la chimie, ou travail sur l’apparence.

Q – Comment pratiquent alors ces médecins devenus des pourvoyeurs et des « gros prescripteurs » plutôt que des soignants prudents?

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu