Avertir le modérateur

influence

  • Les acrobaties de l’agence canadienne du médicament (ACMTS) avec les conflits d’intérêts. Ne surtout pas oser, voilà la ligne politique...

    Nous parlions récemment des acrobaties suisses avec les conflits d’intérêts dans la formation médicale continue (FMC) puis – thème encore plus proche de celui de cette note - des acrobaties de l’Agence française de sécurité sanitaire (Afssaps) avec les mêmes conflits d’intérêts… 

    Prenons aussi l’exemple canadien, à travers les directives de 2006 de l’ACMTS (Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé) ayant pour but de « gérer » (et non pas d’éliminer) les liens financiers et les conflits d’intérêts des médecins qui interviendront en tant qu’experts. Il y a les belles phrases, bien sûr, puis viennent les exceptions et l’on comprend qu’il y a beaucoup de poudre aux yeux au Canada aussi… Par exemple, le fait qu’un expert possède des actions de telle firme pharmaceutique pour une valeur ne dépassant pas les 10.000 dollars n’est pas considéré comme un conflit d’intérêt majeur… Comme s’il y avait des conflits mineurs et majeurs… L'expert qui reçoit directement 9.999 dollars (et bien plus à travers les financements des activités liées à la recherche), n'est qu'un peu corrompu, pas beaucoup...

    Un "peu" de corruption (sic), beaucoup d'acrobaties pour la justifier... Et, à votre avis, qui est-ce qui se casse la gueule à cause de ces acrobaties? Il n'y a qu'une réponse possible: nous autres, usagers, qui n'avons aucun filet de sécurité lorsque nous gobons que ce que nous prescrivent les multinationales pharmaceutiques, sans aucune médiation critique de médecins dont la jugeotte est paralysée par plus ou moins de 10.000 dollars, qu'importe. L'intégrité de certains coûte cher; d'autres se laissent acheter pour un rien... Qu'est-ce que ça change, à l'arrivée?

    Lire la suite

  • Associations et fondations de malades sous influence pharmaceutique. Exemples canadiens de conflits d'intérêts et de corruption associative

    L'efficacité des médicaments anti-démence (inhibiteurs de la cholinestérase, mémantine et les innombrables nootropes et vasodilatateurs) 119615448.jpgutilisés entre autres dans l'Alzheimer, est extrêmement controversée. Il est d'autant plus indispensable pour leurs fabricants d'encourager la consommation à travers les associations de malades... Les firmes imposent leurs médicaments et/ou augmentent leurs chiffres de ventes en instrumentalisant les associations ou groupes de patients souffrant d'affections cardiovasculaires, d'arthrite, d'allergies ou d'autres maladies. Si on ajoute cette influence à l'emprise des laboratoires sur les médecins et les autorités sanitaires, il est certain qu'il ne reste plus grand-monde pour assurer une information médicale indépendante et transparente... L'influence des associations et groupes de patients sur ces derniers est énorme, vu leur position stratégique. Même la critique qui peut cibler les firmes et les médecins corrompus ne peut pas les atteindre, la plupart du temps, puisque l'image du bénévolat, de l'engagement désintéressé et sans limite pour la santé de leurs membres fait trop souvent barrage à la pensée critique. Il ne s'agit pas de contester leur engagement, mais de questionner certaines modalités qui le déforment et l'altèrent, selon le sens propre du mot "corruption"...

    C'est un pari faustien que de penser rester indépendant tout en acceptant les grâces et autres charités soi-disant désintéressées... Le cadeau d'une firme à but lucratif est un investissement approuvé par les actionnaires qui attendent un retour sur investissement sous forme d'espèces sonnantes et trébuchantes, de plus-value sur les actions. Plus intéressé que ça, il n'y a pas... Plus conflictuel et plus corrupteur non plus.

    Parlant d'Alzheimer, on ne peut qu'espérer que les franchises médicales ne serviront pas à augmenter les bénéfices des Pfizer et autres fabricants de ces médicaments inefficaces par un effet de levier sur le nombre de prescriptions et donc de remboursements...

    Un article signé Baptiste Ricard-Châtelain, paru le 12 avril 2008 dans le journal canadien Le Soleil, donne plusieurs exemples de grandes associations canadiennes de patients financées par l’industrie pharmaceutique… Fondations sous influence : quand Pfizer finance la Société Alzheimer:

    Lire la suite

  • « Grillés par la blogosphère », des leaders d'opinion découvrent l’éthique et tournent le dos aux firmes pharmaceutiques

    Où l’on voit à quel point parler publiquement de ces questions peut avoir des conséquences et pousser des leaders d'opinions - les grands 1407881820.jpgpontes de la médecine - à réaliser que leur réputation ne sort pas indemne de leur soumission aux donneurs d'ordre industriels. Est-ce que les 30 argents valent la peine ?

    C’est un article du New York Times en date du 15 avril, intitulé Citing Ethics, Some Doctors Are Rejecting Industry Pay qui nous informe du revirement de trois leaders d’opinion dans leur domaine respectif. Ils ont été mis en cause - mis sous pression et sous un feu nourri - par une blogosphère anglophone particulièrement active dans la dénonciation des conflits d’intérêts et d'autres formes de manquements à l’éthique. Ces trois pontes ont fini par entendre parler de l'éthique!! (Mieux vaut tard que jamais...) Et ils ont décidé de ne plus accepter l'argent de l’industrie pharmaceutique.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu